• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de JP94

sur Faina Savenkova – Les enfants ne devraient pas mourir à cause d'un conflit entre adultes


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

JP94 16 avril 2021 23:47

@Christelle Néant
Oui et je m’y suis trompé, on dirait une adulte.
ça m’est arrivé un 8 mai à Paris avec la fille d’une historienne russe ( qui d’ailleurs aidait le Donbass et je me rappelle le cas d’un professeur d’histoire devenu infirmier, blessé par un éclat d’obus, opéré, et finalement, décédé.)...donc voilà que la fille discute avec moi, mais elle a une telle maturité que je n’arrive pas à la situer : je me dis : cette fille est en 1ère ! mais pourtant non ... pas moyen de me repérer. En fait elle était en 5ème, assez grande de taille, certes, mais c’est sa maturité qui m’égarait. Elle suivait en parallèle les cours à l’ambassade et la scolarité française...

Lorsque j’étais en 6ème, on parlait littérature et politique. Il me semble que c’est plus rare...
Il y aussi la patineuse Shcherbakova, qui se distingue par sa maturité et la qualité de son russe, paraît-il : elle, au moins, vit dans un pays certes menacé, mais où la paix est assurée...
La question de l’enfance dans la guerre me rappelle le fameux film : L’Enfance d’Ivan... une histoire qui ressemble à des récits réels dont j’ai eu connaissance par des Russes.
Une amie, à qui j’ai transmis cette interview, a publié une traduction d’un livre d’Albert Likhanov : les Derniers Froids : 2 enfants en URSS durant les derniers mois de la guerre. Mais traduire du russe n’est pas évident : un traducteur se paie ( et il n’y en a qu’une seule à l’ambassade), et comprendre le russe ne suffit pas publier une traduction...

C’est vrai, Faïna, vous l’aviez déjà interviewée, mais parfois, je suis occupé et lis trop vite, ou j’oublie, désolé.
Déjà, il n’est pas évident de diffuser des publications sur la Russie en France de la littérature pour enfants, cela se heurte aujourd’hui au préjugé dans les écoles...
Pourtant, cela changerait de la mode de cette sous-littérature anglo-saxonne pour la jeunesse, sans contenu  ou plutôt si, avec un contenu sous-jacent, idéologiquement orienté, et trompeur, et dépourvu de substance littéraire.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès