• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Spartacus Lequidam

sur Le monde va-t-il si mal ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 10 mai 09:31

Texte qui partait bien et se termine en couille sur des stéréotypes.

Après avoir fait le constat que le Capitalisme sort de la misère, en arriver à en conclure qu’il vaut mieux détruire le Capitalisme plutôt qu’en favoriser l’accès aux travailleurs. 

C’est juste absurde.

Paul Ehrlich est un abruti. Ce con a perdu son pari devant Julian Simon.

Denis Meadows est un abrutit quand il affirme que « 27% de la croissance mondiale a été captée par 1% de la population ». La croissance mondiale a été essentiellement captée par l’Asie et les pays émergeants.


La richesse est une fabrication. Ce n’est pas parce que qu’un patrimoine d’un riche s’agrandit qu’un patrimoine d’un pauvre se réduit.

Il serait temps de comprendre que la richesse n’est pas un jeu à somme nulle et pas un transvasement de l’un vers l’autre, mais une création.


Bill Gates le milliardaire a créé un langage public pour communiquer avec un ordinateur, luxe réservé autrefois aux cadres de IBM. 

Il est milliardaire, et les pauvres du monde entier aujourd’hui avec un simple smartphone chinois à 30€ se sont enrichi de communiquer avec leurs proches sur messenger ou prendre une photo.

Quand aux stéréotypes du Bangladesh, c’est ignorer la misère du monde.

Le travail aux champ est largement plus pénible que le travail, en usine textile.Et c’est par le travail en usine que le pays est sorti de la misère qui travaillait aux champs avant dans des conditions inhumaines.

C’est sur que la pub pour une usine qui s’écroule, fait plus de bruit que les millions de personnes qui crevaient auparavant à 40 ans fait moins de bruit.


Quand aux « multinationales », les gens qui y sont employés gagnent mieux leur vie que travailler comme artisans et elles créent de la richesse.


En résumé, le monde ne marche pas à l’envers, et l’auteur n’a pas a se mettre a la place d’un pauvre.

Le capitalisme est imparfait, mais il reste de très loin le meilleur système au monde. Le seul qui a sorti de la misère le monde entier.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès