• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de ribouldingue

sur L'écologie citadine ou la culture du harcèlement


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

ribouldingue ribouldingue 1er septembre 23:05

Nous sommes tous des consommateurs et il suffit de faire les marchés de France et de Navarre pour se rendre compte de la supercherie agricole française.

A quoi reconnaît-on un produit français et de surcroît estampillé bio sur les marchés ? Simple, les produits français issus de l’agriculture bio ou non bio d’ailleurs sont les plus chers. A croire que les circuits courts et bio sont réservés à une classe aisée.

Que font les consommateurs smicards, rsa,chômeurs, étudiants qui n’ont pas le choix ? Ils se rabattent sur les produits avant tout espagnols qui sont 50 % moins chers, que les produits français. Mais le pire, ce sont les marchés provinciaux qui logiquement devraient vendre les produits frais moins chers puisqu’ils sont au plus près des producteurs.

Que nenni ! Les produits frais français en province sont hors de prix.

Merci à la PAC, aux remembrements agricoles qui ont flingué toutes les petites exploitations, aux jachères etc...

L’agriculteur français fonctionne aux crédits, aux subventions distribuées par Bruxelles et pour finir ils se pendent dans leurs écuries parce qu’ils se rendent compte qu’ils ne peuvent pas suivre la politique d’une agriculture intensive qui les étrangle par des cotâts. Une politique ultra libérale « du marche ou crève ».qui sévit dans tous les pays occidentaux qui prime le fric avant l’humain.

Bonne chance à la profession... Et à nous ! Consommateurs qui nous empoisonnons avec des pesticides.



Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès