• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de jjwaDal

sur FOM7 - Le plaisir, à la fin ça dérape


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

jjwaDal jjwaDal 20 novembre 2021 17:37

La base de nos motivations repose sur un dipôle qui relève d’un formatage basique de notre cerveau pour rechercher le plaisir (en fait, stimuler électro chimiquement certaines zones) et fuir le déplaisir (stimulation d’autres zones). L’évolution a très tôt prévu un mécanisme d’amortissement de la satisfaction pour éviter à l’animal d’être pris dans une spirale potentiellement mortelle d’addiction compulsive à une activité au détriment de tout le reste. En laboratoire, le court-circuitage de ce mécanisme donne des animaux appuyant sur un levier leur infligeant un plaisir massif par stimulation directe des zones de plaisir, ceci jusqu’à épuisement voir effondrement dans le sommeil ou dommage physique.
Toute stimulation corporelle non dommageable à l’organisme est source de plaisir et celui-ci étant amortis naturellement, la « roue des désirs » vient de là. On ne peut demeurer dans quelque chose de plaisant continuellement. Y revenir plus tard, mais pas naturellement y rester.
La recherche de plaisir ne relève donc d’aucune morale intrinsèque puisqu’elle est le formatage basique du cerveau, ne dépendant d’aucune éducation.
Les modalités acceptables sont elles, contingentes à la morale alentour à un moment donné de l’histoire des civilisations.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès