• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > C’est l’incertitude qui nous charme...
#71 des Tendances

C’est l’incertitude qui nous charme...

JPEG

"C'est l'incertitude qui nous charme. Tout devient merveilleux dans la brume", a écrit Oscar Wilde dans un de ses romans les plus célèbres, Le portrait de Dorian Gray.
 
Voilà une assertion pleine de vérités et de charmes : la brume a des effets étonnants, elle nous ensorcelle, elle crée un flou mystérieux.

 
Oui, le charme est bien associé, dès les origines, à l'idée de magie : ce mot désigne un attrait, une séduction intense, et surtout, un enchantement, un envoûtement, un sort auquel on ne peut échapper.
 
Le mot "carmen" désignait, en latin, des paroles magiques, des incantations secrètes, mais aussi un chant, de la poésie, des vers.

 
On reconnaît, là, une des fonctions essentielles de la poésie : elle nous charme, nous séduit, nous attire par un langage différent, par des images, des effets de sonorités.
 
La poésie crée, ainsi, des associations de mots, elle invente un nouveau langage, elle nous fait rêver, nous entraîne dans un univers différent : celui de la musique, de l'harmonie, des rythmes.
 
Le charme du mystère, le charme de l'incertitude poétique : c'est bien ce qui nous séduit dans le langage des poètes : personnifications de la nature, couleurs, sensations qui se mêlent, se superposent, rêves et réalités qui se croisent.

 
C'est aussi ce qui nous attire chez un être, une personne : qui aime la limpidité, la beauté parfaite ? Non, c'est souvent un assemblage de traits particuliers qui nous séduit, une voix qui capte l'attention, une voix pleine d'émotions, de sensibilité, des yeux qui attirent irrésistiblement...

 
Le charme : voilà un mot plein de force, d'attrait qui a perdu son sens originel, il en vient, parfois, à désigner la simple séduction mais on a oublié la magie que contient ce mot, on a oublié toute sa puissance d'évocations.

 
Lié à la poésie, au chant, à la musique, à l'idée d'ensorcellement, ce mot révèle des significations insoupçonnées : il nous renvoie aux origines du monde, à une époque où l'on croyait encore à la magie, où des nymphes, des dieux et des déesses peuplaient l'univers.
 
On voit bien, à travers, cet exemple, comment évolue le sens des mots : le mot "charme" avait encore au 17ème siècle un sens très fort, mais il a perdu de son pouvoir d'évocation : ce nom est désormais utilisé dans bien des contextes et il s'est affadi.

 
N'oublions pas de retrouver le sens originel des mots, de remonter à la source, à l'étymologie, car celle-ci met en évidence des significations cachées, mystérieuses.
 
Le charme, la poésie, la magie réunis dans un seul mot ! Voilà de quoi nous séduire et nous étonner !

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-c-est-l-incertitude-qui-nous-charme-122275207.html

 

 Vidéo :

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.62/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Jelena Jelena 23 novembre 18:18

    >> C’est l’incertitude qui nous charme...

    Vous concernant il n’y a pas d’incertitude à avoir, dans 10 ans, votre seule façon d’exister sera toujours de poster des articulets sur Avox.


    • troletbuse troletbuse 23 novembre 18:47

      Voici 2 mots où il n’y a pas d’incertitude qu’on peut appliquer à la France :

      Dictature, totalitarisme


      • Marengo 23 novembre 21:11

        Rosemar a-t-elle quelques rudiments de calcul d’incertitudes ? Que vaut delta Rosemar sur Rosemar ? 


        • rosemar rosemar 23 novembre 21:45

          @Marengo

          Je suis nulle en maths, meilleure en poésie...


        • troletbuse troletbuse 23 novembre 21:47

          @rosemar
          Oui, nulle en tout mais bonne à rien.  smiley


        • troletbuse troletbuse 23 novembre 22:08

          @troletbuse
          Allez voir Grounichion vu que Moins par Moins donne Plus.  smiley


        • phan 23 novembre 23:15
          Pourquoi Heisenberg (Principe d’Incertitude) a-t-il eu du mal à avoir des enfants ? Parce que quand il avait la bonne position il n’avait pas la bonne vitesse et quand il avait la bonne vitesse, il n’avait pas la bonne position !

          • troletbuse troletbuse 23 novembre 23:52

            @phan
            Rosemar n’a probablement pas eu d’enfants. C’est trop dangereux


          • Schrek Emmet Brickowski 24 novembre 08:19

            @troletbuse

            et c’est salissant


          • phan 24 novembre 08:48

            @troletbuse

            La chatte de Rosemar entre dans un bar 
            Et n’y entre pas. 
            « Dites, les gars, faut m’apporter des croquettes, ou votre paradoxe de Schrödinger va plus être si paradoxal... »

          • Albert123 24 novembre 16:39

            @troletbuse

            en même temps si c’est pour laisser un ramassis de cinglés leur injecter tout et n’importe quoi dans le cornet autant ne pas en avoir.


          • Schrek Emmet Brickowski 24 novembre 07:16

            Parler de « sens originel des mots » traduit une conception « créationnistes » du langage, comme si le Petit Larousse d’origine avait été fourni par Dieu (ou Satan ?) à Adam et Eve dont les descendants que nous sommes auraient fini pour oublier les vertus essentielles.

            Or, si on demande à un francophone de chanter comme un coq, il fera »cocorico », et si on lui demande comment s’appelle ce chant, il répondra : « le cocorico », comme si le nom du cri de cet animal était une reproduction en haute-fidélité, dolby surround, du bruit auquel le terme renvoie.

            Mais on sait qu’un Allemand chantera « Kikeriki » et un Anglais « Cock-a-doodledoo »

            Pourtant, normalement, selon Saussure, l’arbitraire du signe linguistique prend toute liberté par rapport à la réalité extra-linguistique. Il n’y a aucun lien entre le mot « chaise » et l’objet qu’il représente, entre le mot « tulipe » et la fleur qu’il désigne.

            Même si les onomatopées, et les cris d’animaux en particulier, nous donnent l’illusion du contraire, il n’existe aucun lien « physique » entre le signifiant et le signifié, entre l’objet et le mot qui le nomme, a priori.

            Chaque groupe linguistique s’est construit une convention pour transcrire les onomatopées qui donnent l’impression de perdre une part de l’arbitraire en gardant une analogie approximative avec les cris qu’elles représentent, mais il ne s’agit que d’un code, même si les locuteurs concernés finissent souvent par prendre des vessies pour des lanterner ou les enfants du bon dieu pour des canards sauvages, parce que ça les arrange et/ou que ça leur rappelle des souvenirs. A posteriori le mot « fromage » n’évoque pas la même chose que « käse » ou « cheese ».


            • rosemar rosemar 24 novembre 09:36

              @Emmet Brickowski

              L’étymologie est pourtant une science...


            • Schrek Emmet Brickowski 24 novembre 12:24

              @rosemar

              L’étymologie reconstitue l’évolution des mots en remontant à leur état le plus anciennement accessible.

              Elle s’intéresse à la filiation des mots comme la généalogie s’occupe de la filiation des gens.

              « Originel » (comme dans le « péché originel ») renvoie à une « création », alors que quand les linguistes utilisent le terme « origine des mots », ils ne fixent pas plus la date de naissance de l’ancêtre commun de tous les que les généalogistes ne croient qu’Adam et Eve sont les ancêtres communs et uniques de taous les êtres humains passés, présents et à venir.

              Pour le langage comme pour la vie, il y a évolution, pas création. Sinon, on n’est pas dans le domaine scientifique de la connaissance, mais dans le domaine religieux de la croyance.


            • troletbuse troletbuse 25 novembre 12:18

              @rosemar
              Un peu léger ca que vous répondez. Manque de culture.
              Heureusement Brickowski vous éduque.  smiley


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 novembre 09:00

              Entre chien et loup. L’écrivain Modiano a parfaitement su naviguer dans ce genre.


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 novembre 09:13

                C’est dans le brouillard que nous voyons le plus clair. Parce que notre mental et nos yeux doivent exercer un effort. L’intuition de met en éveil. Par contre, le soleil peut éblouir. Sa réverbération sur la lune nous éclaire mieux. Les bons photographe connaissent le technique du brouillard. Juste un peu de vaseline. Bon j’attends les commentaires scabreux..... L’hiver est dit le temps de l’introversion.... on dort et rêve plus.... Comme Pinocchio que va dans le ventre de la Baleine pour y retrouver Gepetto, son père. Mythe de Jonas. Et c’est en allumant un bougie que la baleine éternue et recrache ses visiteurs. De Pinocchio, la marionnette devient un enfant libre...Parce qu’il ne doit plus mentir.... La baleine est une référence à nos origine puisqu’elle contient le fameux SPERMACETI tant convoite. Baleine vient de PHALLUS. Le phallus dans le mer....e.


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 novembre 09:15

                  Dieu signifie simplement : lumière.... gnose, connaissance, co-naissance. D’où viens-tu ? Je te dirai où tu vas...


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 novembre 09:19

                    Plus besoin de se poser de question : la lumière nous porte...et nous guide, même dans le brouilard. ORPHEE qui perdit son Euridyce parce qu’il doutait de son amour... Pourtant son prénom était clair. Elle était la justice...Dans la mythologie grecque, Eurydice (en grec ancien Εὐρυδίκη / Eurudíkê, formé des mots εὐρύς / eurús [« large, vaste, sans borne »] et δίκη / dikê [« justice »], signifiant « à la justice sans bornes ») est une dryade (nymphe des arbres et en particulier du chêne).


                    • rosemar rosemar 24 novembre 09:31

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                      MERCI pour ces remarques étymologiques et mythologiques...


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 novembre 09:53

                      Corrigé. c’est important. C’est dans le brouillard que nous voyons le plus clair. Parce que notre mental et nos yeux doivent exercer un effort. L’intuition se met en éveil. Par contre, le soleil peut éblouir. Sa réverbération sur la lune nous éclaire mieux. Les bons photographes connaissent le technique du brouillard. Juste un peu de vaseline. Bon j’attends les commentaires scabreux..... L’hiver est dit le temps de l’introversion.... on dort et rêve plus.... Comme Pinocchio qui entre dans le ventre de la Baleine pour y retrouver Gepetto, son père. Mythe de Jonas. Et c’est en allumant un bougie que la baleine éternue et recrache ses visiteurs. De Pinocchio, la marionnette devient un enfant libre...Parce qu’il ne doit plus mentir.... La baleine est une référence à nos origine puisqu’elle contient le fameux SPERMACETI tant convoite. Baleine vient de PHALLUS. Le phallus dans le mer....e.

                       


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 novembre 09:56

                        Réflexions. Le confinement n’est-il pas cette baleine qui ne recrache que ceux qui ont la lumière (la bougie) : la connaissance....... ? Une sorte de darwinisme spirituel... DIEU est lumière et il voit clair....



                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 novembre 10:06

                            La fée bleue de Pinocchio est le robe de SAPHIR. Parce que le Saphir est d’essence saturnienne : les épreuves que l’enfant doit franchir pour devenir adulte. 


                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 novembre 10:09

                              Le Saphir est une pierre précieuse qui fascine par son incroyable variété de ... gemme ou ornementale de couleur sombre, et signifie « sacré pour Saturne ». Le roman Mélusine ou la ROBE de SAPHIR est un roman intiatique....


                              • ZenZoe ZenZoe 24 novembre 10:20

                                Et sinon, quel est le sujet exact de cet articulet ? Le charme, l’incertitude, la poésie ou l’étymologie ?

                                Comme souvent, vous commencez avec une citation littéraire, pour prendre une tangente sur tout autre chose. Ca part dans tous les sens en fait et je serais incapable de dire de quoi vous parlez exactement. Journaliste, écrivain, publicitaire ou poète, et même chacun d’entre nous dans les lettres et messages que nous écrivons au quotidien, nous avons quelque chose de précis à transmettre, de façon la plus claire possible. Même quand on parle des charmes du brouillard d’ailleurs, il doit être clair pour tout le monde que c’est votre sujet, or j’ai l’impression que vous confondez la finalité et le rendu d’une oeuvre.

                                Bref, qu’avez-vous voulu dire aujourd’hui précisément ? Pour l’instant, je ne vois qu’une enfilade de phrases déconnectées sans queue ni tête. Même un nourrison avec ses borborygmes est plus intelligible que vous. Et bien plus charmeur !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité