• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture : la réouverture des lieux n’est pas synonyme de reprise (...)

Culture : la réouverture des lieux n’est pas synonyme de reprise d’activité, la mobilisation continue. les explications d’Occupons69

Entretien avec John, intermittent du spectacle du collectif « occupons 69 »

Bonjour John, peux-tu brièvement te présenter s’il te plait ?

Je m’appelle John, je fais parti du collectif « Occupons 69 ». Je suis intermittent du spectacle, musicien et j’occupe le TNP de Villeurbanne depuis le 12 mars qui s’inscrit dans le mouvement d’occupation nationale avec plus de 100 lieux de la culture occupés à travers toute la France.

Peux-tu nous présenter ce collectif « Occupons 69 » ?

C’est différents collectifs organisations réunies. Il y a des syndicats, des gens de la culture, des étudiants et bien d’autres. Toutes ces personnes se sont retrouvées sur des valeurs communes à défendre, pour des droits sociaux , reprendre la main sur nos vies et faire face à la crise. On estime que les réponses du gouvernement sont insuffisantes dans le secteur de la culture mais pas que, aussi pour celles et ceux qui subissent la discontinuité de l’emploi en général , évidemment la réouverture des lieux culturels n’est pas synonyme de retour à la normal et de reprise d’avant crise.

On a vu que les lieux culturels ont été très gravement touchés pendant la pandémie. Comment toi, en tant qu’intermittent du spectacle, tu t’en es sorti. Comment as-tu tenu le coup ?

Personnellement, j’ai pu répéter avec mes collègues, ce qui n’était pas forcément facile car nous n’avions pas nos locaux de répétitions habituels car les salles étaient fermées. Ce n’était pas évident pour tout le monde : dans mon cas personnel, j’ai un appartement qui me permet de répéter. Après, les gens sont au courant du dispositif de soutien propre au milieu de la culture, et on a bénéficié de ce qu’on appelle une « année blanche », avec la prolongation des allocations chômage. Cependant cela ne correspond en rien à ce qu’étaient nos revenus : à titre personnel, depuis mars 2020, j’ai une perte sèche de salaire de 500/700 euros par mois. C’est une réponse en demi -teinte, qui n’est donc pas satisfaisante et pas que dans le secteur de la culture. Dans la restauration par exemple, après le premier déconfinement en mai 2020, ce personnel est passé directement d’allocations chômage au RSA. C’était brutal et violent, si l’on est intermittent du spectacle ou bien intermittent de l’emploi (de la restauration, etc.) les aides n’ont pas été identiques, c’est aberrant.
Aujourd’hui, les promesses d’Emmanuel Macron n’ont pas été tenues puisque la sienne d’allonger les droits d’allocations chômage d’un an après une reprise réelle d’activité n’a pas eu lieu, 4 mois de prolongation n’est pas une année.

Est-ce que l’État a bien soutenu les travailleurs de la culture selon toi ?

Non, il y a des histoires vraiment violentes de personnes qui ont dû revendre leur appartement par exemple, des histoires vraiment graves, malgré cette fameuse « année blanche » qui n’est pas à la hauteur. Le niveau de vie des travailleurs de la culture, de même que ceux extérieurs à la culture, a été vraiment impacté comme je vous le disais, avec des salaires en chute libre depuis plus d’un an. Imaginez entre 500 et 700 euros de perte sèche par mois pour une personne pendant plus d’un an et demi.

Pouvez-vous nous parler de votre action ? De l’occupation des lieux de la culture ?

L’occupation vise à sensibiliser un maximum de personnes sur la réforme de l’assurance-chômage qui concerne tout le monde et sera effective au 1er juillet. Celle-ci fait évidemment partie d’un grand plan de réformes structurelles qui va toucher également les retraites et la sécurité sociale prochainement. Faire des économies au nom d’une justice sociale, c’est une obscénité sans nom de vouloir faire 2.6 milliards d’économie sur les plus précaires, alors que dans le même temps, il y a un plan de 100 milliards d’aides dirigé essentiellement vers les grosses entreprises du CAC40, qui ont fait +21% de dividendes pendant la crise. Les ultras riches se sont encore plus enrichis avec l’argent public, il va directement dans la poche des actionnaires. Les occupations des lieux culturels sont importantes, ce sont des plateformes de lutte diverses pour massifier les cortèges en manifestation, les actions et surtout pour faire le constat qu’une même politique produit des effets désastreux dans tous les secteurs dans lesquels elle est appliquée, les services publics, l’enseignement, les hôpitaux, la culture. L’occupation a pour but de faire des passerelles entre toutes ces professions.

Le 19 mai les lieux de la culture ont rouverts. Pourquoi ne pas avoir du coup lever votre occupation ?

Nous n’avons pas levé l’occupation car le message initial reste le même aujourd’hui : « pas de réouverture sans droits sociaux ». On ne les a pas, il n’y a toujours pas de filet de sécurité pour la majeure partie. Nous n’avons pas eu nos revendications, avec en premier lieu l’abrogation de la réforme de l’assurance-chômage du régime général. Nous ne sommes pas dans une revendication sectorielle, nous nous battons pour tout le monde.
En plus de cela, ce que les médias ne disent pas, c’est que la réouverture des lieux n’est pas synonyme de reprise d’activité. Cette chimère de la reprise du travail. Tous les employés ne retrouvent pas le plein emploi, la majorité des travailleurs de la culture ne vivent pas le retour à la normal dans leur profession.

Quelles ont été les réponses du ministère et Roselyne Bachelot vis-à-vis de votre mouvement ?

Insuffisantes, les politiques sont juges et partis, c’est pratique : ils nous expliquent qu’il n’y a plus de problème car c’est la réouverture des lieux et qu’ils ont donné 11 milliards, mais à qui exactement ?? Roselyne Bachelot parle comme si elle était une artisane du milieu de la culture. Le fléchage des aides n’a évidemment pas bénéficié au plus grand nombre. On nous donne à voir le spectacle de politiques parlant à la place des premières personnes concernées, c’est désolant. Nous les invitons à venir nous rencontrer sur place et voir nos situations, ils comprendraient pourquoi nous refusons de lever notre occupation. Concernant encore une fois la réforme abjecte de l’assurance-chômage, le gouvernement est décidé à garder son cap, quitte à faire plus de précarités et personnes pauvres dans le pays, il ne nous reste donc pas d’autres choix que de lutter et défendre nos conquis sociaux, une vive pensée pour Ambroise Croizat.

Propos receuilli par Dark Vlador le 4/06/2021

https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/entretien-avec-john-intermittent-du-spectacle-du-collectif-occupons-69/


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • tashrin 11 juin 14:24

    Je suis un peu gêné

    Autant la prise de position contre la reforme de l’assurance chômage me parait évidente telle qu’elle est envisagée, mais cette jolie interview fait légèrement abstraction du fait que les intermittents ont des conditions de prise en charge laaaaargement plus intéressantes que le commun des mortels qui sera directement impacté par cette réforme.

    Salariés et boites de prod se font sponsoriser par les salariés en activité, et il est évident que ce regime en l’état ne doit pas perdurer. Faire l’amalgame de la crise COVID, des aides gouvernementales pour au final réclamer qu’on touche pas à votre grisbi, c’est moche


    • Xenozoid Xenozoid 11 juin 14:50

      @tashrin

      tous le monde dans son coin ?...les revendications catégorielles sont une maladie du syndicalisme,une abération, et un intrument du pouvoir,par les zizanies/jalousies a venir


    • tashrin 11 juin 15:14

      @Xenozoid
      On a beau jeu de faire appel à la solidarité quand soi-même on s’en exonere... Les intermittents ne remettent jamais en question par solidarité les avantages dont ils beneficient et qui sont necessairement financés par d’autres, si ?


    • Xenozoid Xenozoid 11 juin 15:18

      @tashrin

      je ne suis pas la pour les défendre,je fait un constat,on peux aussi détricoté tout,et continuer a dire que c’est la faute de l’autre.on arrête quand ?


    • Xenozoid Xenozoid 11 juin 15:22

      @Xenozoid

      ou plutôt on commence quand ?


    • tashrin 11 juin 15:23

      @Xenozoid
      un peu facile...


    • Xenozoid Xenozoid 11 juin 15:28

      @tashrin

      c’est tres facile de ne rien faire, pas d’erreur , tout arrive


    • tashrin 11 juin 15:35

      @Xenozoid
      Ca n’est pas mon propos
      Meme si cette reforme est avortée (ce que je souhaite) ca n’en empeche pas que le regime intermittent tel qu’il existe aujourd’hui doit être revu car il est profondément injuste et inéquitable.
      Mais « curieusement », c’est pas ca qu’ils souhaitent, juste le statu quo. Tant que les modifications applicables aux chomeurs « classiques » ne les touchaient pas, on les a pas entendus, si ?


    • Xenozoid Xenozoid 11 juin 15:38

      @tashrin

      on va donc attendre une réponse


    • PRCF PRCF 11 juin 15:56

      @Xenozoid
      En l’occurence la question posée ici est celle de la fraude de patron qui pour maximiser leur bénéfice détourne le statut d’intermitent au lieu de recruter selon le statut d’application réglementaire : le CDI
      C’est notamment le cas massivement dans l’audiovisuel. La solution n’est pas ici de taper sur les artistes. Mais de faire respecter la loi. Ce serait un bon investissement d’etoffer les inspections du travail.

      le régime Macron avec le soutien des Le Pen n’a de cesse que de mettre des batons dans les roues des inspections du travail. On a vu d’ailleurs comment certain d’entre eux ont été persécuté. Car il ne faudrait pas qu’ils puissent faire respecter la loi et empécher d’exploiter et de profiter en rond.


    • Trelawney Trelawney 11 juin 16:06

      @PRCF
      C’est pourtant simple à mettre en place. Il suffit de créer une caisse complémentaire du spectacle. Ceux qui embauchent les personnes sous statu d’intermitent du spectacle, cotisent à cette caisse complémentaire qui n’a qu’un seul but : réguler le déficit.
      Vous verrez que beaucoup préféreront alors employer des personnes avec des CDD ou CDI classique. Encore faut-il que les employés acceptent ce statu. Et c’est là que le bas blesse, car tous les salariés du spectacle veulent être embauché sous le statu d’intermitent car beaucoup plus avantageux


    • Albert123 11 juin 16:29

      @PRCF

      la loi .. l’état se torche le cul avec quand ça l’arrange, et ça vous arrangera vous aussi si vous veniez à prendre la place du calife.

      vous êtes tous les même, si silencieux quand on séquestrait impunément le peuple, si omniprésents dès qu’une élection pointe le bout de son nez.


    •  C BARRATIER C BARRATIER 12 juin 10:41

      C’est bien de défendre le régime général. Il faut que ce régime s’applique aux intermittents du spectacle. Dans le régime général, tous les salariés même en CDI sont périodiquement licenciés. Tout le monde est intermittent de l’emploi. Il faut que tout le monde ait le même statut.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité