• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Déesse charmante, hâte-toi...

Déesse charmante, hâte-toi...

JPEG

Chateaubriand reproduit, dans un extrait de son oeuvre, Les Mémoires d'outre-tombe, des poèmes de sa soeur Lucile : l'un d'entre eux est consacré à l'Aurore, ce moment particulier d'une journée où le monde s'éveille et se dore de teintes nouvelles... sublime poème empreint de sensibilité et de beauté.

Voici le texte de ce poème en prose :

 

L’AURORE.
« Quelle douce clarté vient éclairer l’Orient ! Est-ce la jeune Aurore qui entr’ouvre au monde ses beaux yeux chargés des langueurs du sommeil ? Déesse charmante, hâte-toi ! quitte la couche nuptiale, prends la robe de pourpre ; qu’une ceinture moelleuse la retienne dans ses nœuds ; que nulle chaussure ne presse tes pieds délicats ; qu’aucun ornement ne profane tes belles mains faites pour entr’ouvrir les portes du jour. Mais tu te lèves déjà sur la colline ombreuse. Tes cheveux d’or tombent en boucles humides sur ton col de rose. De ta bouche s’exhale un souffle pur et parfumé. Tendre déité, toute la nature sourit à ta présence ; toi seule verses des larmes, et les fleurs naissent. »

 

Comme dans la mythologie grecque, l'Aurore est personnifiée, grâce à l'emploi de la majuscule, elle est, aussi, présentée comme une déesse, une entité vivante dont elle a tous les attributs : "des beaux yeux, une robe, une ceinture, des pieds délicats, de belles mains, des cheveux d'or, une bouche..."

 

La personnification se poursuit avec l'utilisation de la deuxième personne et de l'impératif : "hâte-toi, quitte, prends", on entrevoit comme une impatience de la part de celle qui parle, comme si elle s'adressait familièrement à une enfant : l'Aurore apparaît si proche, si présente, si jeune.

 

Le portrait est à la fois vague et particulièrement élogieux, comme le suggèrent de nombreux adjectifs valorisants : "beaux yeux, déesse charmante, pieds délicats, belles mains, souffle pur et parfumé." On perçoit une beauté idéalisée, mais si vivante et si naturelle : les artifices ne sont pas utiles pour embellir la jeune femme.

Dès la première phrase, l'exclamation souligne, aussi, l'éloge...

 

L'auteur décrit l'aurore comme une jeune femme surprise à son réveil, qui ouvre des yeux encore embrumés de sommeil.

Chargée d'ouvrir les portes du jour, la déesse apparaît très humaine dans toute cette évocation.

Des couleurs chaleureuses et douces lui sont associées : "la robe de pourpre, tes cheveux d'or, ton col de rose"...

Et, aussitôt, on voit apparaître, sous nos yeux, toutes les teintes d'un jour naissant. 

Une sensation à la fois olfactive et tactile vient s'ajouter à cette sensation visuelle : "un souffle pur et parfumé", si bien que cette description apparaît très sensuelle.

L'Aurore suscite, enfin, la joie dès qu'elle apparaît : elle éclaire le monde, la nature et les hommes, de ses couleurs tendres ou éclatantes.

Et l'on voit soudain, à la fin du poème, les larmes de l'aurore qui peuvent symboliser la rosée du matin, dernière touche mélancolique et poétique du texte.

Les sonorités de sifflante et de chuintante qui ponctuent le texte contribuent à la douceur de cette évocation : "douce clarté... est-ce la jeune aurore, ses beaux yeux chargés des langueurs du sommeil... déesse charmante... la couche nuptiale... une ceinture... nulle chaussure ne presse..."

 

Imprégné de culture antique, ce poème écrit par la soeur de Chateaubriand suscite le rêve : un personnage divin prend vie sous nos yeux, il s'anime, devient une présence humaine.

 

Voici le commentaire de Chateaubriand lui-même sur les poèmes de sa soeur, Lucile :

"Les pensées de Lucile n'étaient que des sentiments ; elles sortaient avec difficulté de son âme ; mais, quand elle parvenait à les exprimer, il n'y avait rien au-dessus. 

Elle a laissé une trentaine de pages manuscrites ; il est impossible de les lire sans être profondément ému. 
L'élégance, la suavité, la rêverie, la sensibilité passionnée de ces pages offrent un mélange du génie grec et du génie germanique." 
 

Mémoires d'Outre-Tombe

La biographie de Lucile de Chateaubriand :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lucile_de_Chateaubriand

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2016/07/deesse-charmante-hate-toi.html

 

Vidéo :

 

Photo : rosemar

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    



    • rosemar rosemar 6 mai 19:34

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      De quoi est-il question ? J’ai du mal à saisir les paroles...


    • rosemar rosemar 6 mai 19:39

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Le portrait de Lucile révèle une personnalité mélancolique et tourmentée :

       : Lucile était grande et d’une beauté remarquable, mais sérieuse. Son visage pâle était accompagné de longs cheveux noirs ; elle attachait souvent au ciel ou promenait autour d’elle des regards pleins de tristesse ou de feu. Sa démarche, sa voix, son sourire, sa physionomie avaient quelque chose de rêveur et de souffrant. Lucile et moi nous nous étions inutiles. Quand nous parlions du monde, c’était de celui que nous portions au-dedans de nous et qui ressemblait bien peu au monde véritable. Elle voyait en moi son protecteur, je voyais en elle mon amie. II lui prenait des accès de pensées noires que j’avais peine à dissiper ; à dix-sept ans, elle déplorait la perte de ses jeunes années ; elle se voulait ensevelir dans un cloître. Tout lui était souci, chagrin, blessure : une expression qu’elle cherchait, une chimère qu’elle s’était faite, la tourmentaient des mois entiers. Je l’ai souvent vue, un bras jeté sur sa tête, rêver immobile et inanimée ; retirée vers son coeur, sa vie cessait de paraître au dehors ; son sein même ne se soulevait plus. Par son attitude, sa mélancolie, sa vénusté, elle ressemblait à un génie funèbre. J’essayais alors de la consoler, et l’instant d’après je m’abîmais dans des désespoirs inexplicables. [...] De la concentration de l’âme naissaient chez ma soeur des effets d’esprit extraordinaires : endormie, elle avait des songes prophétiques ; éveillée, elle semblait lire dans l’avenir. Sur un palier de l’escalier de la grande tour, battait une pendule qui sonnait le temps au silence ; Lucile, dans ses insomnies, s’allait asseoir sur une marche, en face de cette pendule ; elle regardait le cadran à la lueur de sa lampe posée à terre. Lorsque les deux aiguilles, unies à minuit, enfantaient dans leur conjonction formidable l’heure des désordres et des crimes. Lucile entendait des bruits qui lui révélaient des trépas lointains.


    • @rosemar le ressenti d’une jeune fille sur le monde actuel. Pour le cinquième soleil voici une référence qui décortique le monde d’un point de vue astral : http://www.cinquiemesoleil.com/blog/. en astrologie Aztèque, je suis aussi : cinquième SOLEIL. 


    • @rosemar Lucie qui signifie LUMIERE fut la première femme. Nous la portons dans notre âme comme un soleil. LE CINQUIEME SOLEIL...2012 (MAYA)....2021...https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9gende_des_soleils


    • rosemar rosemar 7 mai 12:19

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Je connais les soleils égyptiens mais pas ceux-là...

      http://rosemar.over-blog.com/article-toute-la-beaute-d-un-scarabee-egyptien-121763059.html


    • @rosemar Cette civilisation bien que très cruelle me fascine. J’ai une gravure de jane Graverol qui représente un serpent ailé avec un couteau dans sa bouche. QUETZALCOATL. https://www.google.com/search?q=Jane+graverol&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=2ahUKEwihjYjGrbfwAhUR3aQKHf4DC0AQ_AUoAXoECAEQAw&biw=1280&bi. UNE GRANDE SURREALISTE BELGE. Je la préfère à Magritte.


    • rosemar rosemar 7 mai 14:00

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Lucie, Lucile : du latin « lux », la lumière...


    • Fergus Fergus 7 mai 16:48

      Bonjour, rosemar

      Lux que l’on retrouve dans Fiat Lux, le nom de l’agence du détective Nestor Burma, le héros de Léo Malet. Rien à voir avec une voiture italienne haut de gamme ! smiley

      Merci pour Lucile.


    • @rosemar comme Mélusine qui vient au de Mère Lusine (J’a habité un temps à Saint-Jean-de-LUZ. fêtée aussi le 13 décembre. Le prénom Luz vient du latin lux, « lumière ». Naissance d’HENRY IV et enterrement de Richelieu. Les deux étant liés..

      Et de Trois : 

      Fête nationale de l’ACADIE et de Malte.

      • Lucie, et ses variantes ou diminutifs féminins : Luce, Marie-Luce, LucetteLucia, Lucile, Lucille, Lucilia, Lucillia et Lucy ; et formes masculines : Lucio, Lucilio, Lucillio et Lucius, Lucilius (et 8 janvier). Mais aussi : AURORE.

      Voilà une date très chargée en symbole. Sachant ceci : 582 : l’année n’a pas eu en France de 13 décembre. Du fait de l’adoption du calendrier grégorien par ce pays, le lendemain du dimanche 9 décembre a été le lundi 20 décembre directement1. Un jour à ne pas sauter...


    • @Fergus
      J’ai aussi lu tout Malet. LEO. Léo qui vient de Lion : symbole du SOLEIL. « Belle résilience » pour un homme qui a perdu ses parents très tôt (tuberculose).


    • Les paroles du cinquième soleils d’ARKANA : https://commedesfous.com/keny-arkana/

      Les paroles de Cinquième soleil de Keny Arkana :

      Mon espèce s’égare, l’esprit qui surchauffe
      Les gens se détestent, la guerre des égos
      XXIe siècle, cynisme et mépris
      Non respect de la Terre, folie plein les tripes
      Frontières, barricades, émeutes et matraques
      Cris et bains de sang, bombes qui éclatent
      Politique de la peur, science immorale
      Insurrection d’un peuple, marché des armes
      Nouvel Ordre Mondial, fusion de terreur
      L’homme, l’animal le plus prédateur
      Le système pue la mort, assassin de la vie
      A tué la mémoire pour mieux tuer l’avenir
      Des disquettes plein la tête, les sens nous trompent
      3e œil ouvert car le cerveau nous ment
      L’être humain s’est perdu, a oublié sa force
      A oublié la lune, le soleil et l’atome
      Inversion des pôles vers la haine se dirige
      A perdu la raison pour une excuse qui divise
      L’égoïsme en devise, époque misérable
      Haine collective contre rage viscérale
      Une lueur dans le cœur, une larme dans l’œil
      Une prière dans la tête, une vieille douleur
      Une vive rancœur, là ou meurt le pardon
      Où même la voix prend peur, allez viens nous partons
      Des lois faites pour le peuple et les rois tyrannisent
      Confréries et business en haut de la pyramide
      ça sponsorise le sang, entre chars et uzis
      Innocents dans un ciel aux couleurs des usines
      Un silence de deuil, une balle perdue
      Toute une famille en pleurs, un enfant abattu
      Des milices de l’état, des paramilitaires
      Des folies cérébrales, des peuples entiers à terre
      Bidonvilles de misère à l’entrée des palaces
      Liberté volée, synonyme de paperasse
      Humanité troquée contre une vie illusoire
      Entre stress du matin et angoisses du soir
      Des névroses plein la tête les nerfs rompus
      Caractérisent l’homme moderne, bien souvent corrompu
      Et quand la ville s’endort, arrive tant de fois
      Une mort silencieuse, un SDF dans le froid
      Prison de ciment, derrière les œillères
      Le combat est si long, pour un peu de lumière
      Les famille se déchirent et les pères se font rares
      Les enfant ne rient plus, se battissent des remparts
      Les mères prennent sur elles, un jeune sur trois en taule
      Toute cette merde est réelle, donc on se battra encore


      • rosemar rosemar 7 mai 13:55

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Terrifiant !


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 7 mai 14:14

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
         
         « Un jour le Diable vint sur terre, un jour le Diable vint sur terre
        pour surveiller ses intérêts, il a tout vu le Diable, il a tout entendu
        et après avoir tout vu, après avoir tout entendu, il est retourné chez
        lui, là-bas.
        Et là-bas on avait fait un grand banquet, à la fin du banquet, il s’est

        levé le Diable, il a prononcé un discours et en substance il a dit ceci,
        il a dit : »

        la suite là


      • @Francis, agnotologue bien sûr,...J’ai tout BREL,... Mais le monde bouge. Paraît que même l’axe de la terre avance. Il paraîtrait qu’à une époque très très lointaine, le Nord se trouvait au sud et le sud au Nord. LE GRAND RESET. Rosemar, un petit article sur Prométhée belles promesses non-tenues. La théorie du ruissellement cela ne marche. excusez-moi pour cette référence. Macron serait-il fixé au stade phallique urétral....En astrologie, Prométhée, c’est Uranus (Hum ! urine-anus, certains écrirais, bon je me tire). Mais non je continue (d’où l’expression : pisse copie,...Les grecs ne s’intéressa pas à Uranus. Cette planète en astrologie date de la Révolution française. On l’a dit associé à tout ce qui est électrique et ben sûr à la révolution et le haine des limites (surtout incarnée par le père : on reste entre frères, pas besoin de ce zozo)......  Le stade phallique précède la problématique œdipienne et vient après les stades oral et anal. Macron est un ant-Oedipe comme Prométhée. Il ne s’affronte pas à Zeus (pas de conflit-politiquement correct). IL VOLE le feu...On connaît la FINALE : la boîte de Pandore. Voilà une histoire qui fini bien mal. Surtout quand il ne reste plus que l’espoir. Qui ne se mange même pas....


      • Fergus Fergus 7 mai 16:55

        Bonjour, Mélusine ou la Robe de Saphir.

        « tout Brel », il faut être vraiment fan car il n’y a pas que du bon dans son répertoire.

        A la différence de Brassens, que l’exigence conduisait à écarter des chansons qu’il ne jugeait pas satisfaisantes ou qu’il estimait inabouties, Brel a en effet édité des chansons assez médiocres à côté de véritables bijoux. Et cela pour faire nombre parce qu’il était toujours en manque de fric comme il l’a reconnu lui-même. 

        C’est pourquoi si j’ai personnellement « tout Brassens », je me suis constitué une sélection des meilleures chansons de Brel dont certaines sont des merveilles à écouter, et plus encore « à voir » tant sa présence sur scène était époustouflante.


      • hier anniversaire de vu qui avait vu le monde D’aujourd’hui. L’HOMME PROTHESE (en référence à prométhée, promesses non tenues, ben oui, l’histoire de celui qui se prenait pour Dieu ou plutôt VOLA le feu de Dieu se termine par l’ouverture de la boîte de PANDORE). Macron, le dernier vestige de l’homme prométhéen. n 1930, dans son ouvrage Malaise dans la civilisation, Sigmund Freud passait en revue les « causes de désillusion » et soulignait le caractère ambivalent de la « récente maîtrise du temps et de l’espace ». Il s’interrogeait notamment sur la signification de la photographie et du disque en tant que « matérialisations de la faculté qui a été donnée à l’homme de se souvenir, autrement dit de la mémoire ». « L’homme, écrivait-il, est devenu une sorte de dieu prothétique, dieu certes admirable s’il revêt tous ses organes auxiliaires, mais ceux-ci n’ont pas poussé avec lui et lui donnent souvent bien du mal... L’avenir lointain nous apportera, dans ce domaine de la civilisation, des progrès nouveaux et considérables, vraisemblablement d’une importance impossible à prévoir ; ils accentueront toujours les traits divins de l’homme... Nous ne voulons toutefois point oublier que, pour semblable qu’il soit à un dieu, l’homme d’aujourd’hui ne se sent pas heureux. » Actuellement Uranus Prométhée est enfermé dans le signe du TAUreau (la nature, lune-vénus). LE COVID a commencé dès que Uranus est passé en TAUREAU (VACCIN vient de VACCA-VACHE) SACHE HUMAIN PROTHEIQUES que celui qui veut dominer la nature doit d’abord connaître ses LOIS.


        • Lire, hier anniversaire de Freud qui avait vu....Paroles prophétiques pour un monde PROTHETIQUES.


          • J’ai lu un jour qu’Oedipe ne pouvait être que du signe du Taureau. Quel bonheur de le savoir coincé dans le Minotaure et en chute jusqu’en 2026. Quelle castration : en prison : moi, l’homme LIBRE...Vache, vacca, vaccin...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité