• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Et les grands oiseaux qui s’amusent...

Et les grands oiseaux qui s’amusent...

JPEG

Les rêves de voyages hantent les esprits de bien des poètes : on songe à Baudelaire qui évoque, maintes fois, dans les Fleurs du mal, des voyages imaginaires vers des pays exotiques et lointains, des pays inondés de soleils et de lumières, des îles paradisiaques.

C'est aussi le rêve que fait Bernard Dimey, l'auteur de la chanson intitulée Syracuse, interprétée et mise en musique par Henri Salvador : il entrevoit l'espoir d'aller à Syracuse, ville aux sonorités magiques et mystérieuses, ville du Sud, en Sicile. Les consonnes sifflantes sourde et sonore, la finale féminine du mot, les voyelles variées nous entraînent vers un monde de rêves et de bonheur... 

Le conditionnel "j'aimerais tant" montre une forme d'illusion, que le poète souhaiterait voir se concrétiser un jour.

La Sicile, l'île aux trois pointes, la Sicile et ses temples grecs représentent bien ces voyages paradisiaques, ces terres ensoleillées qui suscitent des désirs d'évasion.

 

Le rêve se complète de voyages vers l'île de Pâques et Kairouan... noms pleins d'exotisme et de dépaysement, des lieux remplis de mystère et qui nous transportent de l'Océan Pacifique vers la Tunisie.

 

On songe aux fabuleuses statues de l'îles de Pâques, on est ébloui par le nom exotique "kairouan" qui nous fait voyager vers l'orient, ses mosquées somptueuses, ses oasis.

 

L'évocation des oiseaux, qui suit, est toute imprégnée de poésie : on voit les oiseaux s'amuser avec le vent et "glisser" majestueusement sous le souflle des alizés... Les oiseaux symbolisent, traditionnellement, un monde de liberté et d'errance associé au voyage.

Les sonorités de sifflantes suggèrent une harmonie, pleine de douceur : "les grands oiseaux qui s'amusent à glisser l'aile sous le vent..."

 

Le voyage nous emmène, ensuite, vers des mondes lointains et des vestiges du passé : les jardins de Babylone, une des sept merveilles du monde, le palais du grand lama au Tibet, puis la ville de Vérone en Italie et le mont Fuji Yama au Japon... Les sonorités exotiques et lointaines de tous ces noms propres nous font rêver... Le voyage dans l'espace se double, aussi, d'un voyage dans le temps.

La belle périphrase "le pays du matin calme" évoque la Corée, un pays fait d'harmonie et de beauté, comme le suggère bien l'expression.

 

Un bonheur idyllique transparaît dans ces vers, d'autant que le poète imagine les plaisirs associés à ces pays lointains :" pêcher le cormoran, s'enivrer de vin de palme... écouter chanter le vent" : on perçoit une vie insouciante et limpide, faite de bonheurs simples et tranquilles.

 

Dans la dernière strophe, l'auteur fait allusion au temps qui passe et qui est compté, pour chacun : il souhaite partir pour de lointains voyages, avant qu'il ne soit trop tard, avant que sa jeunesse se soit enfuie.

Il espère ainsi garder d'éternels souvenirs de ces découvertes et pouvoir les dérouler dans sa mémoire, tout en restant à Paris : le thème de la fuite du temps qui apparaît, à la fin du texte, donne une touche mélancolique à l'ensemble...

La mélodie très douce, composée par Henri Salvador, accentue l'idée d'évasion et de rêve associés aux voyages... 

 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2015/08/et-les-grands-oiseaux-qui-s-amusent.html

 

Vidéos :

 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 9 septembre 17:13

    « Les consonnes sifflantes sourde et sonore, la finale féminine du mot, les voyelles variées nous entraînent vers un monde de rêves et de bonheur...   »

    celle-là, vous pouvez nous la fourguer dans un article sur deux, avant ou après « l’auteur nous entraîne vers des horizons qui nous font rêver et nous invitent à nous évader dans un monde de poésie »

    Je vous suggère de vous constituer un générateur de texte sur le modèle de ce formulateur automatique de « parler creux ».


    • rosemar rosemar 9 septembre 18:09

      @Séraphin Lampion

      Vous n’êtes pas sensible à la poésie des mots ? Les sonorités créent des effets musicaux notamment en poésie... 


    • JC_Lavau JC_Lavau 9 septembre 18:18

      @rosemar. Tiens ? Encore une ruse de culpabilisation...
      A chaque fois qu’on change de langue, les effets de sonorité changent.
      Par exemple « kjälla », et avec le double ton.


    • phan 9 septembre 20:38

      @JC_Lavau

      Alessio Menconi : « sumpti domest hic apportavit legato alacrem eorum »
      Traduction : comment résoudre le problème de Syracuse (3x+1) ?

    • Aimable 10 septembre 04:18

      @rosemar
      Pardonnez moi rosemar, mais quand vous êtes dans votre poésie en jouant avec la sonorité des mots vous me donnez l’envie de vous accompagner en jouant du cor .


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 septembre 10:32

      @phan. Si tequis texit certe quis prestabit. Certe quis Venus illa tremens.


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 septembre 10:34

      @Aimable. Et qu’est ce qu’elle oit, l’oie ?
      Elle oit ce que oit toute oie : elle oit mon chien qui aboie le soir au fond des bois.
      Dieu que ce que j’ois est triste !


    • rosemar rosemar 10 septembre 12:42

      @phan

      Magnifique version instrumentale... MERCI !


    • rosemar rosemar 10 septembre 12:44

      @Aimable

      Vous savez jouer du cor ? Intéressant...


    • Aimable 10 septembre 13:06

      @JC_Lavau
      Dans ce domaine je n’accompagne que rosemar smiley


    • Shaw aka CVN42-OSe-F-HD Shaw 10 septembre 13:09

      @Aimable

      Ça babille bien par ici smiley , mais c’est encore loin de pouvoir rejoindre l’étable ronde ! smiley ^^


    • Minotaure666 Minotaure666 9 septembre 17:18

      Au lieu de massacrer Dimey avec votre attirail de pedagogo....vous auriez pu nous conduire à Arethuse .

      Mais méfiez vous .

      À Ortygie aux rues étroites sans trottoir, les indigènes jouent à heurter les novices étrangers coincés contre les murs de leur rétroviseur .

      Comme si d’avoir dérangé la nymphe devait être sanctionné.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès