• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Le pied de momie : un récit fantastique captivant, empli d’humour...

Le pied de momie : un récit fantastique captivant, empli d’humour...

Comment ne pas apprécier cette nouvelle fantastique de Théophile Gautier, un maître du genre incontesté ?

Le titre, d'abord, nous intrigue : quel est ce mystérieux pied de momie qui évoque l'Egypte ancienne, les Pharaons, les pyramides, les obélisques et leurs hiéroglyphes sacrés ?

Comme dans tout récit fantastique, le texte se déroule à la première personne, se présentant comme un témoignage et une expérience authentique.

La nouvelle commence comme un récit réaliste : on voit le narrateur entrer dans un magasin de "curiosités"... La scène est située, de manière très allusive, à Paris, puisqu'on trouve une référence à "l'argot parisien"...

La description détaillée de la boutique est empreinte de pittoresque : un vrai "bric-à brac", avec des objets hétéroclites... Gautier décrit avec précision les matières, les couleurs : "une lampe étrusque de terre rouge, une armoire aux panneaux d'ébène... rayés de filaments de cuivre, une table, aux spirales de bois de chêne, des plats aux dessins rouges et bleus, relevés de hachures d’or..."

On trouve, aussi, des indications concernant la provenance ou l'époque de ces objets : "une armure damasquinée de Milan, des magots de la Chine, des tasses de Saxe et de vieux Sèvres, une épaisse table du règne de Louis XIII, une duchesse du temps de Louis XV, d'immenses plats du Japon..."

On perçoit, également, des formes, des dimensions : "une épaisse table, aux lourdes spirales de bois, d'immenses plats, des cornets, les tabettes denticulées, des hachures..."

L'ensemble apparaît très hétéroclite et désordonné.

La description du marchand, qui suit, est tout aussi pittoresque, et nous introduit davantage, encore, dans l'univers fantastique.

Quelques détails sont soulignés et font de ce personnage un être inquiétant et mystérieux : "un crâne immense, auréolé de cheveux blancs, le scintillement de deux petits yeux jaunes qui tremblotaient dans leur obite, ses mains maigres fluettes, pleines de nerfs en saillie, onglées de griffes semblables à celles des chauves-souris."

Ses mains deviennent même des "pinces de homards" qui saisissent les objets de la boutique.

Les métaphores animales rendent ce personnage particulièrement étrange, d'autant qu'il propose au narrateur d'acheter des armes dont il vante la férocité et la beauté... ""regardez ces rainures pour égoutter le sang, ces dentelures pour arracher les entrailles."

Mais le narrateur, qui cherche un "serre-papier", décline toutes ces propositions et il est, soudain, attiré et séduit par "un pied charmant", comme le suggère l'emploi du passé simple "j'aperçus", qui marque une rupture et une surprise...

Il s'agit en fait, d'un pied embaumé, un pied de momie, dont on distingue "le grain de la peau"... Il s'agit du "pied de la princesse Hermonthis, fille d'un pharaon", selon les propos de l'antiquaire...

Après marchandage, l'affaire est conclue, pour cinq louis...

Le soir venu, dans l'obscurité, entre rêve éveillé et douces vapeurs de Champagne, le narrateur entend des bruits étranges et le pied de la princesse se met à s'agiter...

On retrouve là, tous les ingrédients du registre fantastique : la nuit, le rêve qui se confond avec la réalité, les objets qui s'animent et qui prennent vie.

L'apparition de la princesse Hermonthis, au charme oriental, captive le jeune narrateur...

La suite du récit nous emmène vers l'Egypte antique et ses décors somptueux.

Le texte rempli d'humour, de tendresse, ne peut que séduire et envoûter le lecteur.

Et il s'achève sur une ambiguité qui est le propre de tous les contes fantastiques... On hésite entre rêve et réalité, entre une explication rationnelle et une autre qui relève du surnaturel.

Voilà un récit bref, attachant, qui permet de découvrir toutes les subtilités du registre fantastique ! Une belle lecture de vacances pour tous, une lecture qui nous replonge dans l'ambiance de l'Egypte antique, qui nous permet de voyager dans l'espace et le temps !

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2015/08/le-pied-de-momie-un-recit-fantastique-captivant-plein-d-humour.html

 

Le texte :

https://fr.wikisource.org/wiki/Romans_et_Contes_de_Th%C3%A9ophile_Gautier/Le_Pied_de_momie

 

Documents joints à cet article

Le pied de momie : un récit fantastique captivant, empli d'humour...

Moyenne des avis sur cet article :  1.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 21 juin 15:50

    Bonjour rosema, 
    Je ne sais si vous avez déjà été au Caire. 
    Le musée, je l’ai vu et ma première réaction avait été : un vrai « bric-à brac », avec des objets hétéroclites..".En plus, des pièces importantes restaient en cave.Aujourd’hui, un autre musée a vu le jour où les pièces sont mise en relief.Aura-t-il fallu se rendre compte des actes de terrorismes dans certains pays et de révolution au Caire pour se rendre compte de ce patrimoine ?Anecdote que j’ai raconté en 2006 à ce sujet et qui dénote bien la situation :

    Dans les écoles égyptiennes, l’enseignement de l’égyptologie n’est malheureusement pas à la hauteur de ce qu’on aurait pu en attendre pour perpétuer les connaissances de leur histoire millénaire et pour assurer sans risques cette manne pécuniaire apportée par les touristes. A la question d’un journaliste pour tester l’intérêt de jeunes écoliers égyptiens pour les temples, la réponse fut : "Jamais visité, c’est pour les touristes". Quant à la connaissance au sujet de la fuite en Égypte de Pharaon, la réponse fut : « Avant de périr, car Pharaon s’est noyé en suivant Moïse, il a tué la reine qui s’était convertie à l’Islam ». Là, il y a du travail à faire !

    Si les édifices publics ou privés foisonnent d’enseignes lumineuses figurant la représentation du dieu Horus pour éveiller l’appétit du touriste, l’école suit plus le chemin de l’enseignement de l’Islam que celui de l’Égypte antique.

    L’Égyptien est friand de « nokta », ces blagues politiques qui raillent les puissants et leur président Moubarak. En voici une :

    "Avant les élections, les électeurs proposaient à leur dirigeant de préparer un discours d’adieu. Le dirigeant, lui, s’est demandé ensuite où devaient partir tous ses concitoyens".

    Une autre ? Une petite annonce d’offre d’emploi pour président demandait un expert ayant un minimum de 25 ans. Était-ce de vie ou de pouvoir ? Ce n’était pas écrit sur le journal.



    • L'enfoiré L’enfoiré 21 juin 15:59
      La restitution des objets de l’égyptologie ancienne est revenue souvent dans les projets.
      Macron en parle récemment pour l’Afrique quand il y est en visite.
      Et les contextes interviennent pour freiner les ardeurs. .

    • rosemar rosemar 21 juin 18:30

      @L’enfoiré

      J’ai fait une croisière sur le Nil et j’ai, bien sûr, visité le musée du Caire... en effet, un vrai « bric-à-brac »... il est normal que les musées se renouvellent au fil du temps, désormais, la technologie permet de reconstituer des sites anciens, par des visualisations, des vidéos...


    • Amusant, hier je regardais une émission d’Arte sur le maniérisme ou l’art de peindre ou dessiner les mains.


      • Robert Lavigue Robert Lavigue 21 juin 17:55

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Le maniérisme un art de dessiner les mains ?
        L’histoire de l’art citoyenne est un work in progress...


      • Mekissê Mekissê 21 juin 18:09

        @Robert Lavigue

        Hier je me suis égaré dans une contestation
        Les Commentaires de Mélusine sont-ils affligeants parce qu’incompréhensibles ou par ce qu’ils ont de compréhensibles ;...
        ...
        Aujourd’hui je renouvellerais mon analyse .
        Mélusine comprend-elle ce qu’elle raconte ?

      • kalachnikov kalachnikov 21 juin 18:13
        @ Robert Lavigue

        Rien de bien méchant, elle a confondu avec le manuélisme.


      • covadonga*722 covadonga*722 21 juin 19:08

        @Mekissê
        Mélusine comprend-elle ce qu’elle raconte ?



        pouvez répéter la questionnnn ? 

      • L'enfoiré L’enfoiré 21 juin 19:24
        @covadonga*722

        26/1/2015-21/6/2018 : 9558 postés. 0 article publié.
        ... no more comments...  smiley

      • Qui nous invite à la relecture de la GRADIVA DE JENSEN (FREUD).https://fr.wikipedia.org/wiki/Gradiva


        • rosemar rosemar 21 juin 18:31

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Merci pour cette référence : un ouvrage peu connu...à découvrir...

        • autre invitation a la lecture : Le quatuor d’ALEXANDRIE de Durrell Lawrence.


          • Robert Lavigue Robert Lavigue 21 juin 16:20

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Le quatuor d’ALEXANDRIE ?

            Pfff... Et en plus je n’aime pas la musique arabe !


          • @Robert Lavigue


            Je sentais bien que quelque chose clochait entre nous et c’est peu dire,......https://www.youtube.com/watch?v=h2Cmkrym07Y

          • Chlorophylle contre les rats noirs d’AgoRATS : Marmor, Covadonga, Belin Kalach (un peu plus malin, quoique,...), Henry Canant, Bernie. Nous ne pouvons pas nous comprendre : de l’autre côté de la rive. https://www.babelio.com/livres/Macherot-Chlorophylle-contre-rats-noirs/87256. Et cela ose s’attaquer à ceux qui prennent leur temps pour écrire ou transmettre leur savoir. Non mais,...


            • rosemar rosemar 21 juin 21:39

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              ça leur va bien !

            • covadonga*722 covadonga*722 22 juin 12:14

              @rosemar
               réduite a recevoir le renfort d’une évaporée qui telle Phaïa croit fouir et trouver des truffes quand ça ne sont que ses propres excréments .



              et pour l’antépénultième fois ne pas avoir « rédigé » ici écrire est d’un prétentieux dont seul se pare 
              des egos surdimensionné a tord , ne signifie pas ne pas avoir « rédigé » ailleurs .Il est des voisinages
              qui sont par trop injurieux et nauséabond .Moi aussi j’aimerais me voir beau/belle en ce miroir , pas au point de prendre des bain de merde.

              Asinus : ne varietur 

            • A la suite de la destruction du moulin Mathieu, une horde de rats, qui y avaient élu domicile, envahissent la campagne, détruisant tout sur leur passage. Leur chef, Anthracite, dirige les opérations.

              Mais un petit lérot appelé Chlorophylle - aidé de ses amis Torpille, la loutre, Bitume, le corbeau, et Serpolet, le lapin - va tenter de leur tenir tête.


              • kalachnikov kalachnikov 22 juin 00:05
                Ah, Gautier, la poésie...

                Comment ne pas apprécier ce récit érotique de Théophile Gautier, un maître du genre incontesté ?

                Le titre, d’abord, nous intrigue : quel est cette mystérieuse présidente ?

                Comme dans tout récit érotique, le texte se déroule à la première personne, se présentant comme un témoignage et une expérience authentique.

                La nouvelle commence comme un récit réaliste : on voit le narrateur arriver en terre d’Italie et il ne pense qu’à une chose : ’bourriquer’ et encore ’bourriquer’, toujours ’bourriquer’ !

                Cela nous vaut un catalogue bien pittoresque des délices amoureux, jusqu’au besognage d’une femme enceinte, narré de façon décidément très ...pittoresque. « le fœtus, renfermé dans le petit ventre potironiforme de l’ex-danseuse, sachant ce que cela voulait dire et habitué à de pareils préludes, sautelait, sous son enveloppe blanche, comme un crapaud sous une serviette, et se rencognait au fond de la matrice pour éviter les coups de pine. »

                ...bla bla...bla bla...

                La suite du récit nous emmène vers l’Italie véridique et ses alcôves sulfureuses.

                Le texte rempli d’humour, de tendresse, ne peut que séduire et envoûter le lecteur Et la lectrice ! Et de la même façon que le narrateur, bouleversé par les cahots d’une voiture de poste, ne peut s’empêcher de se faire plaisir et de ’lancer, au plafond de la voiture, des jets de purée spermatique’, de même le lecteur ou la lectrice, dans la chaleur moite de sa couche, ne peut s’empêcher de se sentir tout chose.

                Et il s’achève sur une ambiguité qui est le propre de tous les contes érotiques ... On hésite entre le ’ouiiiiiiiiiiii’ et le ’non !’, entre ’le devoir, c’est pas bien’ et ’le vouloir, je suis excédé’.

                ’La volupté, c’est la conscience de faire le mal’, comme disait Baudelaire, un bon ami justement de Gautier. Et de la Sabatier aussi !

                Bref, bref, bref, voilà un récit bref, attachant, qui permet de découvrir toutes les subtilités du registre érotique ! Une belle lecture de vacances pour tous, à feuilleter tout seul, à deux ou même avec plein de monde, une lecture qui nous ramène à l’essentiel et qui nous permet de nous retrouver vrais, vivants et heureux !

                 


                • rosemar rosemar 22 juin 09:53

                  @kalachnikov

                  Vous appréciez ce genre de littérature ? Vous êtes un spécialiste ?

                • kalachnikov kalachnikov 22 juin 10:36
                  @ rosemar

                  Je suis juste un adorateur de la Culture. Cette lecture m’a été profitable ; des termes comme sauteler ou potironoformé m’étaient tout à fait inconnus auparavant. Comme notre langue est belle et riche, comme l’esprit est puissant, comme le génie français est merveilleux !

                  Gamiani d’Alfred de Musset, vous connaissez ? Mais si, le fameux poète des Nuits, l’amant de George Sand, la gauchiste, celle qui passe pour la version précoce de la femme libre.

                • Rosemar : un peu de Colette pour répondre à Kalach. La gauche, je suis contre, tout contre,....Mais perso, je reste BRETONNANTE. Normal que personne (parmi les commentateurs) ne me comprennent.


                • kalachnikov kalachnikov 22 juin 10:43
                  J’avais préalablement mis un extrait de cette belle oeuvre de Musset, une scène zoophile, mais j’ai changé d’avis, ne souhaitant pas me mettre à dos les âmes chastes.

                  Comme je vous tiens, ce n’est pas très noble de votre part que d’appuyer plus haut l’autre baltringue, Mélusine, lorsqu’elle cherche à me dégommer, sachant que je suis bien le seul à avoir autrefois demandé à certains d’être plus civils à votre égard et sachant qu’elle ne fait ça que parce que je pointe sa mythomanie et que ne sachant que répondre, elle ne trouve qu’à essayer de me salir. Signe d’une belle tournure d’esprit.

                • rosemar rosemar 22 juin 11:11

                  @kalachnikov

                  Et à part ça, l’Egypte, vous connaissez, ça vous parle ??

                • kalachnikov kalachnikov 22 juin 11:25
                  @ rosemar

                  Mais non, je ne connais pas, et naturellement je n’ai rien à en dire, pensez donc. N’ayant pas eu de bons professeurs, j’ai des tas de lacunes.

                  Connaissez-vous la lettre de Rimbaud où il dit à Izambard, son maître de Charleville, ’Pour moi, vous n’êtes pas enseignant’ ?

                  ’Mon triste coeur bave à la poupe.’

                • rosemar rosemar 22 juin 11:29

                  @kalachnikov

                  Point n’est besoin de professeurs pour lire et se cultiver...

                • rosemar rosemar 22 juin 11:41

                  @kalachnikov

                  Surtout, à votre âge...

                • kalachnikov kalachnikov 22 juin 11:57
                  @ rosemar

                  Comme vous voyez, j’ai poussé comme une herbe folle. Un vrai sauvageon. Il m’a manqué un guide, une torche, une âme pure et libre connaissant exactement le bien et le mal, assez charitable et assez passionnée pour me l’enseigner, me les faire aimer, m’orienter et m’empêcher d’échouer sur les rivages de la mauvaise culture. 

                  Je me sens désespéré tout à coup. Il y a comme un loup en moi qui hurle, chienne de douleur, la culpabilité je crois. Dans un entredeux bizarre, il me semble voir la figure hideuse du Père éructant d’amères vérités genre ’n’as-tu pas honte ? Tu n’es qu’un petit minable !’. Et encore plus loi du Père, si ma vision ne m’égare, je vois la figure atroce de l’Autorité. Et encore plus haut, je distingue... c’est incroyable... je e sais comment appeler cela... Dieu ? le Néant ? l’Absurde ? le N’importe quoi ?

                  Je songe à me pendre tout à coup. Ou peut-être devenir alcoolique ? Ne vous en faites pas, je ferai ça à heures perdues et en attendant, vous rejoignant de loin en loin dans l’infernale sarabande, je n’oublierais pas d’affecter la jolie grimace que vous appelez sourire.



                • rosemar rosemar 22 juin 12:00

                  @kalachnikov


                  Mais non ! vive l’éclectisme ! Il est bon de s’intéresser à toute littérature, et même à la littérature classique !

                • kalachnikov kalachnikov 22 juin 12:08
                  @ rosemar

                  Ah, vous me faites plaisir, là. Car n’ayant pas même le baccalauréat, j’ai une sorte de complexe et je crains toujours de passer pour un sot ou de ne pas bien parler la France lorsque je converse avec des personnes lettrées.

                • Self con troll Self con troll 22 juin 12:17

                  @rosemar
                  Continuez à draguer le bad-boy, y’a pas détournement de mineur, Vous n’aurez pas besoin de vous cacher plage des Catalans


                • @kalachnikov


                  Mon compagnon n’a aucun diplôme. Les filles lui tournaient la tête (et il n’a pas changé,...). cela ne l’a pas empêche d’être hyper-cultivé. Boni il faut dire qu’il était le premier partout en français. Les profs hésitaient à lui mettre 20 sur 20. Mais forte tête et cheveux longs, il se faisait tirer l’oreille pour impertinence. au propre comme au figuré. Un enseignant l’ayant carrément sorti de la classe en le prenant par l’oreille,... D’AGu,.....Il est vrai qu’il n’était pas un cadeau pour les enseignants, ne les ratant pas à la moindre faute,....J’en sais quelque chose,...

                • Self con troll Self con troll 22 juin 12:27

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                  Voila qui va nous doner de l’appétit. Mélusine n’est pas proche de Brigitte que par l’âge, les éditions tartempion, mais aussi par le parcours sentimental.
                  Et comme son mec ne bande pas, elle croit que c’est pareil pour kalach.

                  Censurez-moi vite, Brigitte, je suis sur la voie


                • kalachnikov kalachnikov 22 juin 12:31
                  @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Ce n’est nullement comparable et comme je l’envie ! Je ne suis pour ma part qu’un pauvre chien de cirque qui saute au travers du cerceau du Vouloir, je n’ai jamais eu de 20. La Récompense m’a toujours été interdite. Et pour le Châtiment, je m’accommode, ça me fait ’comme une coquille de cristal’.

                • @Self con troll

                  Il ne bande pas. Oh que si,...Mais opération (double hernie inguinale). 

                • les mecs, cette hernie vous guette tous, HERNIE inguinale double (surtout si vous portez des caisses,...de vins ou autres, résultat d’un déménagement, le mien, les caisses de livres,...fautive,..)


                • Les mains, les pieds (Oedipe-pied enflés) et les cheveux symbolisent la castration. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès