• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Les boucles soyeuses...

Les boucles soyeuses...

JPEG

"Sur un signe affirmatif de la jeune femme, elle lui peigna ses cheveux blonds tout en désordre, à la suite des scènes violentes de la veille et des inquiétudes nerveuses de la nuit, en noua les boucles soyeuses avec des nœuds de velours et s’acquitta de sa besogne en coiffeuse qui sait son métier. Elle tira ensuite d’une armoire pratiquée dans le mur plusieurs robes d’une richesse et d’une élégance rares, qui semblaient coupées à la taille d’Isabelle..."

 

Dans cet extrait du Capitaine Fracasse de Théophile Gautier, on voit une servante coiffer les cheveux de l'héroïne, Isabelle, en les attachant avec des noeuds de velours... On perçoit les "boucles soyeuses" de la jeune femme...

 

Issu du nom latin "buccula", "la petite bouche", le mot "boucle" nous enroule dans ses motifs circulaires d'anneaux : boucle-bijou, boucle de cheveux, de ceinture ou figure de voltige aérienne, la boucle nous séduit de maintes façons...

Ce mot pein de sensualité, aux sonorités de labiale initiale, de gutturale prolongée par la consonne "l", avec sa finale féminine, nous fait voir des images variées et harmonieuses.

Une chevelure qui retombe en boucles, des anneaux somptueux, des enroulements de motifs....

Beaux replis de cheveux, belles toisons brunes ou blondes qui s'échappent en rouleaux de vagues somptueuses !

Des bijoux qui encadrent le visage et brillent, scintillent sous les cheveux.

Des dessins de volutes harmonieuses, des arabesques voluptueuses.... Boucles de noirs ou de xanthe, éclats de lumières !

Des vagues somptueuses qui se déroulent sur la grève, parsemées d'écumes, aux senteurs de brume marine.

Les cours d'eau, les ruisseaux, les chemins forment, parfois, des boucles sinueuses, pleines de charmes et de mystères.

Les origines mêmes du mot qui évoquent la bouche, ses formes d'arrondis nous étonnent et nous emportent dans un monde et un tourbillon de sensations...

La bouche qui goûte la nourriture, mais aussi les mots, leurs arrondis, leurs pleins et leurs déliés, la bouche qui déroule des mots, des phrases, des harmonies musicales si variées !

Les boucles de la bouche qui suggèrent la sensualité, la parole, le partage...

Formation de diminutif, comportant le suffixe -"ula", ce mot a, dès les origines, une valeur affective, pleine de tendresse.

Le terme latin"buccula" dont il est issu est, lui-même, plein d'harmonie....

Les mots écrits ne sont-ils pas, eux aussi, constitués de boucles, d'arrondis, de cercles majesteux ? La boucle du "o" qui se referme sur elle même, celle de la gutturale "c", en demi-cercle, celle de la consonne "l" qui se noue en hauteur...

La labiale "b" qui se prononce avec les lèvres rapprochées n'est-elle pas associée au baiser ? 

Les boucles des lettres ornent les pages, s'enroulent et nous subjuguent de beautés, d'étonnements, de découvertes....

Beaux arrondis de l'écriture manuscrite qu'il faut préserver, belles boucles, beaux motifs qui décorent et enluminent les pages !

Nulle origine grecque, pour ce mot, puisque le terme grec qui désigne la boucle est le nom "plokamos", d'un verbe "pléko, plier, enrouler"...

Mais ce nom "boucle", issu du latin nous parle encore des origines lointaines de notre langue, il évoque, aussi, tant d'images lumineuses !
 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2015/07/les-boucles-soyeuses.html

 

Vidéo :

 

Illustration en haut de l'article : La femme au miroir, Le Titien


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Positronique 21 mai 19:02

    Demain Rosemarie nous fera un article sur les poils pubien . Pas besoin de permanente ils sont bouclés naturellement. Tain la lose.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 mai 19:06

      @Positronique

      Salut Bébert. Si tu veux va sur le nartic de Roko ...y’en a un qui veut te faire de l’ombre.


    • Positronique 21 mai 19:16

      @Aita Pea Pea
      je sais j’ai déjà répondu !!!


    • Jonas Jonas 22 mai 00:26

      « Ce mot (boucle) plein de sensualité, aux sonorités de labiale initiale, de gutturale prolongée par la consonne »l« , avec sa finale féminine, nous fait voir des images variées et harmonieuses. »

      Mais les boucles...ça marche aussi pour les hommes ! smiley


      « J’entre dans mon jardin, ma soeur, ma fiancée ; Je cueille ma myrrhe avec mes aromates, Je mange mon rayon de miel avec mon miel, Je bois mon vin avec mon lait... -Mangez, amis, buvez, enivrez-vous d’amour !

      J’étais endormie, mais mon coeur veillait... C’est la voix de mon bien-aimé, qui frappe :
      -Ouvre-moi, ma soeur, mon amie, ma colombe, ma parfaite ! Car ma tête est couverte de rosée, mes boucles sont pleines des gouttes de la nuit. »

      « Mon bien-aimé est blanc et vermeil ; Il se distingue entre dix mille. Sa tête est de l’or pur ; Ses boucles sont flottantes, noires comme le corbeau. Ses yeux sont comme des colombes au bord des ruisseaux, Se baignant dans le lait, reposant au sein de l’abondance. Ses joues sont comme un parterre d’aromates, Une couche de plantes odorantes ; Ses lèvres sont des lis, d’où découle la myrrhe. Ses mains sont des anneaux d’or, garnis de chrysolithes ; Son corps est de l’ivoire poli, couvert de saphirs ; Ses jambes sont des colonnes de marbre blanc, Posées sur des bases d’or pur. Son aspect est comme le Liban, Distingué comme les cèdres. Son palais n’est que douceur, Et toute sa personne est pleine de charme. Tel est mon bien-aimé, tel est mon ami, filles de Jérusalem ! »
      La Bible  cantique des cantiques



      • rosemar rosemar 22 mai 08:58

        @Jonas

        MERCI pour cet extrait du Cantique des Cantiques...


      • phan 22 mai 08:08
        Après un article sur la gravité quantique à boucles et sa blague, la rédactrice en chef boucle l’édito.

        • rosemar rosemar 22 mai 09:00

          @phan

          Là, ça se complique...


        • rosemar rosemar 22 mai 09:04

          @phan

          du verbe « πλέκω, plékô tresser, enrouler »... 


        • phan 22 mai 09:50

          @rosemar

          plico  latin
          Intensif de plecto, apparenté au grec ancien πλέκω, plékô (« tresser »).
          Le bout de la tresse est caché par de pieux voiles.
          Défense aux dames patronnesses de quêter sur un pliant.

        • rosemar rosemar 22 mai 11:02

          @phan

          Eh oui, le latin est passé par là...


        • zygzornifle zygzornifle 22 mai 12:56
          Les boucles soyeuses...

          Un peu comme Juppé ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès