• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Les « coco fesses » sous Louis XV

Les « coco fesses » sous Louis XV

 

 Cet archipel pour carte postale s’est libéré du Gondwana depuis longtemps. Isolé de tout il en a conservé quelques singularités endémiques étonnantes. 

 Les Seychelles n'ont plus ces couleurs sous-marines vivantes dont elles ont fait le deuil en blanc avec ses barrières de corail maintenant monochrome. Elles abritent pourtant des poissons dans ses cimetières, et protègent encore pour un temps de l'assaut des vagues un littoral à fleur d'eau.

 

Cimetière de coraux - marée basse à Praslin

Elles finiront en poussière comme leurs ancêtres sur ces plages de talc blanc qui éclaircissent ici et là la mer jusqu'au bleu turquoise.

 

Loin de ce futur lugubre, une essence traverse en bonne santé les millénaires à son rythme ; le coco de mer. 

L'UNESCO n'a pas manqué de reconnaître "patrimoine mondial de l'humanité " la Vallée de mai " à Praslin (1) où prospère ce trésor botanique.

 

Il se perpétue ici au milieu d'un chaos granitique rose comme celui de Bretagne, au sein d'une nature primaire balayée par des vents constants et des grains qui s'égrènent entre des épisodes d'ensoleillement ardents sous ces latitudes équatoriales.

Ce cocotier est suffisamment singulier pour que les autorités locales décident de le protéger (2) pour ses fruits et ses graines baptisées "coco fesses" par des colons pendant l'occupation française du XVIIIe s. Par extension cette appellation vaudra pour l’arbre, la noix et sa graine.

Le Jardin du Roi à Mahé témoigne de l’intérêt des français pour les épices et de leur curiosité pour cette plante. L’histoire qui se raconte là-bas, nous apprend que le premier jardin était en bordure de l’anse Royale jusqu’à ce que les français croyant par erreur à une invasion anglaise, y mettent le feu. Reconstitué plus haut, il présente quelques coco fesses au milieu d’épices et de plantes médicinales.

Leurs formes suggestives et la rareté de l'espèce ont étonné des générations de visiteurs au point qu'aujourd'hui ce cocotier est devenu patrimoine national. Il est protégé comme les emblématiques tortues terrestres dont quelques-unes déambulent librement à la Digue notamment.

Avec elles et le perroquet noir, les coco de mer sont désormais menacés et inscrits sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature. Réparties quasi exclusivement sur les îles Praslin (17000) et Curieuse (10000), ces derniers spécimens survivants y prennent leur temps. 

Le palmier peut vivre jusqu'à trois cents ans, et attend une vingtaine d'années avant de produire ses premiers fruits. A l'intérieur de la noix, une graine fertilisée d'environ 30/40 kg, attendra une demi-douzaine d'années sa maturité sur l'arbre.

L'arbre mâle avec son inflorescence sans équivoque non plus, n'a pas eu le succès international de son pendant femelle. Sauf auprès des familles créoles locales qui ont tiré de l'accouplement de ces cocotiers bien genrés, un conte approprié pour enfants.

 

 

Il y a plusieurs siècles, l'originalité et la rareté de ces graines sexy suscitaient déjà l'envie d'admirateurs titrés.

Au XVIe s. Le roi de Bohème Rodolphe II aurait tenté d'en acquérir une en vain. Aux XIXe s. le succès de la précieuse semence voulait qu'on l'habille d'or et d'argent. 

Avant l'indépendance en 1956, le duc d'Edinburgh honorait la plantureuse graine en l'enfouissant dans le jardin botanique de Victoria, sur Mahé encore vierge de coco fesses.

L'archipel manque de tout sauf d'idées pour exploiter ces curiosités végétales. Les promoteurs de l'image de ces îles ont fait un bon coup en associant l’insolite et devenue célèbre noix de coco aux personnalités de passage.

Opportuniste, le ministre des Affaires étrangères seychellois a offert aux jeunes mariés William et Kate une coco fesse à l'occasion de leur lune de miel dans l'archipel. Un présent qui aura certainement été apprécié à sa juste valeur si l'on en juge par l'intérêt que lui porte les grandes maisons de vente, Drouot, Artcurial... En 2008, deux coco fesse du XVIe et XIXe s. se vendaient 6.000 et 11.000 euros chez Christie's à Paris.

Artcurial

 

 

Christie’s

 

Ajoutez à cette coco fesses mania des élucubrations chinoises qui attribuent à sa pulpe moulue et trempée dans du whisky, des vertus aphrodisiaques et vous aurez un cocktail apprécié des braconniers qui s’en enrichissent (100$/kg). Avant eux, suivant la route du sud-est vers les Maldives et l’Inde, rois et dignitaires leurs accordaient les mêmes valeurs. Trouvées en mer, on pensait alors qu’elles provenaient « … d’arbres qui poussent en la mer », comme encore en 1680 le botaniste allemand Rumpf.

 

En 1803 Jean-Baptiste Quéau-Quincy représentant du gouverneur général de I'Ile de France (Ile Maurice) témoignait de l’utilisation de cette graine (3) : « … L'on en fait aussi de jolis plats à barbe, que l'on fait graver, et garnir en argent : ils se gravent facilement, ils prennent un très beau poli, et une couleur fort noire… Leurs vertus chimériques qui les avaient fait rechercher avec le plus grand empressement, ce qui ne paraîtra pas étonnant quand l'on saura que l'on a vendu dans l'Inde jusqu'à 2 et 300 roupies un seul coco de mer ; en raison de ce que les Indiens prétendaient à cette époque, que l'amande qui était dans l'un des côtés du coco de mer, était un poison très violent, tandis que celle qui était du côté opposé était excellent contre-poison ; ils lui attribuaient également une vertu propre à exciter l'amour »

Aujourd'hui leur exportation est très contrôlée. Les graines numérotées se vendent de 350 à 500 euros pièce par quelques boutiques patentées. D'autres décorent leurs présentoirs avec des exemplaires apprêtés pour qui n'aurait pas perçu la ressemblance. 

Une opportunité pour les spéculateurs qui anticipent une interdiction totale du commerce de la "lodoicea callipyge". Ce nom scientifique peu explicite de la coco fesses aurait été donné par les botanistes français du XVIIIe s. en hommage à leur roi Louis XV. Lodoicea serait dérivé de Louis et callipyge de l’adjectif grec utilisé pour parler de belles fesses.

Souhaitons au duc de Praslin de ne pas avoir été disgracié par Louis XV pour avoir laisser faire cette association osée sous son ministère.

 

(1) le diplomate duc de Praslin, ministre des affaires étrangères puis de la marine de Louis XV, a laissé son nom à l’île des coco fesse, on ne sait pas pour autant rapprocher l’expression cucul la praline de son passage.

 

(2) les braconniers pilleurs de coco fesses risquent 35000€ d'amende et deux ans de prison

 

(3) D’après Jean-Michel FILLIOT « Etude Océan Indien »


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Clark Kent Séraphin Lampion 18 juillet 10:03

    La mandragore aussi vaut son pesant de cacahuètes !


    • JPCiron JPCiron 18 juillet 21:23

      @Séraphin Lampion

      C’est vrai, bien que la mandragore soit moins ludico-festive...


    • Clark Kent Séraphin Lampion 18 juillet 21:38

      @JPCiron

      Elle a même une réputation carrément sulfureuse. On prétendait que cette plante qui, parait-il, poussait au pied des gibets, était fécondée par le sperme des pendus (car, comme chacun sait, le coup du lapin provoque une éjaculation…). La racine macérée, semblable à un petit homme, était censée procurer à son propriétaire santé, fécondité, et prospérité.

      Sur un site archéologique en Turquie actuelle, des fouilles réalisées à l’emplacement d’un stade antique ont mis au jour un espace réservé à la préparation de potions à base de mandragore… Un ancêtre du dopage ? Même Panoramix mettait-de la mandragore dans sa potion magique.



    • JPCiron JPCiron 19 juillet 12:20

      @Séraphin Lampion

      Superbe lien, Merci
      https://www.infirmiers.com/ressources-infirmieres/documentation/botanique-anesthesie-et-magie-noire.html

      Même mon marabout n’en savait pas autant !!
      .


    • Clocel Clocel 18 juillet 11:00

      Les Seychelles !?

      Est-ce ce pays aux covidés sur-vaxxinés ?

      De la future terre à colons donc...

      Bon... Je croyais qu’avec le réchauffement climatique l’eau allait tout submerger ?

      Aurais-je été médiatiquement fourvoyé ? smiley


      • Clark Kent Séraphin Lampion 18 juillet 13:05

        @Clocel

        en fait, la terre est bien sphérique, globalement, mais y a des creux et des bosses, comme sur une balle de golf, même pour l’eau, alors, tu comprends, , c’est pas partout pareil...
        c’est comme pour es pandémies : y a ceux qui ne sont rien qui risquent de choper les virus parce qu’ils les attirent, et y a les présidents qui peuvent se faire des bisous entre eux parce qu’ils les repoussent


      • Xenozoid Xenozoid 18 juillet 13:20

        @Séraphin Lampion

        ..ding ding dong ...cloche du quiz :
        en plus d’un difference de 41 km entre la surface de l’équateur et celle des poles,de mémoire,dont meme avec les bump c’est un spheroid pas une sphere,et la plus haute montagne est au pérou, même si la terre était ronde.pour l’instant vous êtes plus lourd aux pôles que sur l’équateur


      • Clocel Clocel 18 juillet 17:43

        @Séraphin Lampion

        Tant que glace fondue mon verre d’absinthe ne déborde pas, je n’aurais aucune considération pour le climat, faut prioriser dans la vie...


      • L'apostilleur L’apostilleur 18 juillet 19:50

        @Clocel
        "...Je croyais qu’avec le réchauffement climatique l’eau allait tout submerger ? 

        Hop hop hop !
        Chaque chose en son temps !
        Après votre verre d’absinthe  smiley


      • Astrolabe Astrolabe 18 juillet 12:30

        Lorsqu’on pose sa serviette sur ces plages de sable blanc, en fait on la pose en grande partie sur les excréments des poissons-perroquets. (1 tonne par hectare/an par individu !)


        • Clark Kent Séraphin Lampion 18 juillet 13:07

          @Astrolabe

          Ah les salauds : ils sortent de l’eau pour venir chier sur la plage ?


        • L'apostilleur L’apostilleur 18 juillet 19:44

          @Astrolabe

          « ...les excréments des poissons-perroquets.. »

          Malgré le circuit digestif, le corail arraché par le bec d’oiseau du poisson, qui comme le perroquet n’a pas encore de dents, doit probablement rester du corail. 


        • baliste 19 juillet 03:11

          @L’apostilleur
          Ben oui ils mangent les algues sur les coraux , puis dégage du sable ...
          Par contre les poissons perroquets on bien des dents derrières leur bec , genre molaires .


        • cevennevive cevennevive 18 juillet 14:33

          Bonjour l’apostilleur,

          Vous avez soulevé en moi de bien beaux souvenirs...

          Et, en me promenant sur un sentier de la Digue, je me trouve nez à nez avec une de ces énormes tortues. Elle tenait tout le chemin et impossible pour moi de bifurquer ni à droite, ni à gauche.

          Elle soufflait comme un asthmatique, la gueule ouverte.

          Bon, je décide de passer quand même. Je l’enjambe, monte à cheval sur son dos, glisse vers son derrière, et me retrouve enfin sur le sentier.

          Quant aux coco fesses, c’est une belle et étrange oeuvre de la nature.

          Merci de ce moment de rêve.


          • L'apostilleur L’apostilleur 18 juillet 19:24

            @cevennevive
            Merci de votre témoignage qui nous montre ce qui est devenu rare, la proximité possible des animaux sauvages et des hommes.
            Rare.


          • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 18 juillet 15:45

            Il y a soixante ans mon père avait rapporté un coco-fesse des Seychelles (et une magnifique collection de timbres tant il y avait de merveilles là-bas) alors qu’il sillonnait l’océan indien pour des recherche océanographiques.

            Creusé en panier il a longtemps été rempli de fruits secs sur une table du salon et nous nous amusions du regard gêné ou rigolard des invités qui le découvrait.


            • L'apostilleur L’apostilleur 18 juillet 19:20

              @Parlez moi d’amour
              « ...Il y a soixante ans mon père avait rapporté un coco-fesse... »

              Sans être particulièrement pudique ou obsédé, donc sans être particulièrement gêné ou attiré, l’originalité naturelle de cette graine ne laisse pas indifférent. 
              Vous avez dû bien vous amuser de la surprise de vos visiteurs, même des plus silencieux...


            • révolté révolté 19 juillet 11:39

              "Ajoutez à cette coco fesses mania des élucubrations chinoises qui attribuent à sa pulpe moulue et trempée dans du whisky, des vertus aphrodisiaques ..."


              De toutes façons, avec les Chinois,tu défèques dans un verre d’eau, tu leur dit que bu à la paille c’est aphrodisiaque, et le lendemain, le prix de la merde au kg décuple dans leur pays.

              Ils ont vraiment un problème psy avec la ’’virilité’’.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité