• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Leurs chansons courent encore dans les rues...

Leurs chansons courent encore dans les rues...

JPEG

La poésie, l'art sont sources de bonheur et d'harmonie : les poètes créent, souvent, des oeuvres inoubliables, des chansons qui restent gravées dans les esprits... Le temps passe, mais on n'oublie pas les chansons de Brassens, Ferrat, Brel et tous les autres.

 

Charles Trénet a écrit une de ses plus belles chansons sur ce thème : L'âme des poètes. Le texte s'ouvre sur l'adverbe "longtemps" répété à trois reprises, ce qui permet de souligner l'écoulement irrémédiable du temps. Les voyelles nasalisées "on, an" suggèrent le balancement inlassable des âges et des époques qui se succèdent.

 

Mais, bien que le temps ait accompli son oeuvre, que les poètes soient partis, leurs chansons restent vivantes, éblouissantes, elles sont d'ailleurs personnifiées, grâce à un verbe de mouvement, dans l'expression : " leurs chansons courent encore dans les rues."

 

Et c'est "la foule" qui les chante, les fait revivre, les anime d'un nouveau souffle. On perçoit, là, tout le succès populaire de ces chansons d'autrefois : peu importe si les paroles sont, parfois, un peu modifiées... On garde l'air en mémoire et il suffit de chanter : "la la la... la la la li..."

 

Le poète imagine, alors, que sa propre chanson pourra un jour "bercer un chagrin", faire oublier la tristesse du monde, ou encore accompagner un bonheur, apporter un sourire à un mendiant, endormir un enfant.

 

Ces différentes situations évoquées montrent que ces musiques nous accompagnent, en maintes circonstances, tout au long de nos vies.

 

Ainsi, l'âme des poètes reste bien vivante, elle est symbolisée par leurs chansons pleines d'harmonie, de poésie, de tendresses, de bonheurs et de larmes.

 

Ces chansons sont, de plus, universelles : elles parlent au coeur de chacun d'entre nous : Filles et garçons/ Bourgeois, artistes /Ou vagabonds : l'énumération et les jeux d'oppositions soulignent la diversité du public.

 

La poésie est liée, dès les origines, à la musique : Charles Trénet nous le rappelle dans cette chanson, elle fait, aussi, partie de nos vies, elle nous berce dans maintes occasions, adoucit les souffrances, les dénonce parfois, les met en évidence.

 

La mélodie de cette chanson légère, aérienne mime des musiques qui virevoltent dans l'air ! La simplicité du texte nous touche et nous fait percevoir toute l'importance que revêt la poésie...

 

L'âme des poètes survit à travers leurs oeuvres, elle nous accompagne et nous séduit par la sensibilité, l'émotion qui s'expriment dans la musique, les textes, les mots...

 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-leurs-chansons-courent-encore-dans-les-rues-123775655.html

 

Vidéo :

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.13/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • phan 4 avril 17:30
    En souvenir des 2 poètes disparus : Maria d’Apparecida et Baden Powell - et ce n’est pas de la daube, ni une lingerie !

    • rosemar rosemar 4 avril 19:40

      @phan

      Vive la poésie dans toutes les langues !


    • Taverne Taverne 5 avril 11:31

      @rosemar

      « Vive la poésie » était le slogan de Jean-Pierre Rosnay que j’ai un petit peu connu. Et pour ce qui est des chansons sur les poètes, n’oublions pas la chanson de Louis Amade interprétée par Gilbert Bécaud : « Quand il est mort le poète ».

      Vous apprécierez aussi, je pense, ce texte en hommage à l’Absent.

      J’ai eu la chance de rencontrer Jean-Pierre Rosnay et Louis Amade le même jour, il y a très longtemps comme simple lauréat d’un concours national de poésie organisé par le Club des poètes. J’étais alors très jeune et très chevelu. Et aussi très con. Pourquoi ? Parce que j’étais déçu que ce ne soit pas Juliette Gréco qui, comme convenu, soit présente pour rendre hommage aux lauréats. Avec le recul, je rougis de ma réaction, mais je rêverai toujours d’écrire pour Juliette Gréco ou de la rencontrer. Les poètes sont incorrigibles...

      Petit aperçu in vivo de ce qu’est la poésie en vie au Club des poètes.

      Monde clos et magique hors du temps, lieu sans afféterie. La poésie, juste la poésie. Rien de plus, rien de trop.


    • Taverne Taverne 5 avril 11:35

      Cadeau ou comme on dit aujourd’hui « petit bonus ».


    • Raymond75 4 avril 17:42

      Charles Trenet avait sa maison sur les bords de Marne, à La Varenne, pas loin de chez moi (dans sa chanson ’revoir Paris’, il parle des ’braves gens de La Varenne et de Nogent’). En arrière, séparée de sa maison par un jardin, il y avait la maison de sa mère.

      Ce jardin était recouvert de pelouse synthétique et était décoré de plantes artificielles !!! Vu par les yeux d’un poète ; il est devenu le ’jardin extraordinaire’ ...

      https://www.youtube.com/watch?v=qdO1TNCJru8


      • rosemar rosemar 4 avril 19:40

        @Raymond75

        Des plantes artificielles ? Quel dommage ! Mais la chanson est sympa :

        http://rosemar.over-blog.com/2016/06/une-chanson-pour-saluer-la-lune.html


      • covadonga*722 covadonga*722 5 avril 13:06

        mais absolument leurs chansons courent encore dans les rues .....

         La rue appartient, à celui qui y descend,

        La rue appartient au drapeau des troupes d’assaut 

        Autour de nous la haine,

        Autour de nous les dogmes qu’on abat.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès