• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Mademoiselle où allez-vous ?

Mademoiselle où allez-vous ?

JPEG

Une chanson dédiée à une demoiselle soudain entrevue, c'est, là, un bel hommage pour toutes les femmes, qu'a écrit Leny Escudero...

Le texte prend la forme d'un discours adressé à une demoiselle, avec l'emploi de la deuxième personne "vous", alternant avec la première personne "je"...
"Mademoiselle voulez-vous
Que je me mette à vos genoux ?"

Ce geste de soumission fait penser aux troubadours du Moyen âge qui se mettaient, corps et âme, au service d'une dame.

La forme interrogative répétée est une façon d'interpeller, avec émotion et vivacité, la jeune fille.
Le texte, plein de vie, fait appel à des verbes de mouvement "où allez-vous... ne partez-pas... nous ferions quelques pas ensemble"...

Le poète évoque une forme de folie soudaine, souvent associée à l'amour et à la séduction : "je suis un peu fou"... Il propose de joindre le geste à la parole "me mettre à genoux, pour dire des choses..."

Et, en même temps, on sent une infinie pudeur et une grande retenue : "c'est la première fois que j'ose..."

Pourtant, le poète s'enhardit, avec un impératif "Laissez-moi prendre votre bras/
Nous ferions quelques pas ensemble..."

"Une perle qui tremble" dans les yeux de la jeune fille traduit un désarroi, une tristesse, et vient ajouter à la séduction : il s'agit bien d'une larme que l'on découvre à la fin du premier couplet. Le mot est mis en relief, dans un seul vers...

"Mademoiselle dans vos yeux
Brillante comme un premier feu
Je vois une perle qui tremble
Une larme..."

Au fil du texte, les propositions adressées à la demoiselle se font de plus en plus audacieuses :
"Mademoiselle voulez-vous
Que je me pende à votre cou ?
J'essayerai même d'être drôle."

Le jeu de la séduction se poursuit, et commence à faire ses preuves, puisque le rire et le sourire viennent remplacer les larmes... Un sourire vient "fleurir" la bouche de la jeune femme.
Ainsi, le poète reprend, ici, le thème plein de charme de la femme-fleur, si souvent évoqué par Ronsard au seizième siècle...

Et même si la rencontre amoureuse n'aboutit pas, car le poète ne fait que passer, l'idée de cette rencontre restera gravée dans son coeur, comme "un souvenir très doux"...

Et la jeune femme transformée en "un oiseau triste dans sa cage" restitue l'image d'une sorte d'enfermement dont sont, souvent, victimes les femmes.

La chanson s''achève sur l'offrande d'une fleur, "une rose", représentée comme "une fleur qui se meurt d'être sage"...

Ainsi, la rose personnifiée devient le symbole de la jeune fille, on retrouve le thème éminemment poétique de la femme-fleur, grâce à une subtile inversion...

Ce poème ponctué par l'apostrophe "Mademoiselle" restitue un amour plein de retenue et d'émotion.

 

La mélodie, composée par Thierry Fervant, emplie de clarté et de tendresse souligne toute l'harmonie du texte...

Leny Escudero, nouveau troubadour, nous séduit par des images empreintes de délicatesse : fleur, oiseau, rose...

 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2015/10/mademoiselle-ou-allez-vous.html

 

Vidéo :

 

Illlustration : tableau de Ingres

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.62/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • phan 20 avril 20:57

    Attention Mademoiselle, je vais vous jeter à la rue !


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 avril 21:07

      @phan
      Pas honte ? Suis outré !


    • phan 20 avril 21:33

      @Aita Pea Pea
      ça va m’lout ?
      et ça :

      Mademoiselle, laissez-moi vérifier la cote du mont et vous n’avez que vos petits pois pour dîner ? 

    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 avril 22:06

      @phan
      Mais quelle horreur ! J’a tout compris...Vais aller a confesse dumanche ...


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 21 avril 08:10

      @Aita Pea Pea

      Toi, tu as encore pris des écus dans les bas de ces demoiselles, mais en fait, elles préfèrent la jolie couleur ronde de Mozart.


    • phan 21 avril 12:17

      @Séraphin Lampion
      Vous connaissez celle là de mon pote Paul Osmé ? 


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 21 avril 07:58

      Non mais c’est clair que le poète, il veut s’envoyer la gonzesse et qu’il fait son baratin à deux balles rien que pour ça, quand même !


      • @Séraphin Lampion ce sont VOS fantasmes. L’amour courtois permettait justement d’éviter l’étape suivante. un peu de psychologie. Et puis aujourd’hui, c’est très condescendant de dire à une femme de plus de vingt ans : mademoiselle. Dit-on : Damoiseau ? dans l’amour courtois, plus le statut de la femme est élevé plus est fort l’attachement. Aristocrate et souvent mariée. Le chemin vers le lit est long, très long....Jean-Marais homosexuel interpréta souvent le parfait Troubadour. La princesse de Clèves entre autre. plus l’amour est inaccessible et élevé ou idéalisé, plus la chute dans le « bestial » est redouté....


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 21 avril 10:57

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        merci pour cette tonne d’acier inoxydable hermétique au second degré, à l’humour et à la rigolade
        ça rassure qu’il y ait des gens comme vous
        c est comme ça que la société peut durer, pas avec des rigolos qui respectent rien comme moi
        encore un calcul et on s’en va !


      • rosemar rosemar 21 avril 11:19

        @Séraphin Lampion

        Mais où est passée la courtoisie ?


      • rosemar rosemar 21 avril 11:21

        @Séraphin Lampion

        A l’heure des selfies porno, où est passée la courtoisie ?


      • troletbuse troletbuse 21 avril 09:28

        Quelle honte ! Il n’a pas de masque.  smiley


        • Dit-on Mademoiselle à une Dame de la Haute société... ?????



          • babelouest babelouest 23 avril 19:47

            @rosemar pour autant que je sache, c’est encore usité parmi les comédiens, même à propos de personnes qui ne sont plus aussi jeunes.


          • oncle archibald 21 avril 10:17
            « on sent une infinie pudeur et une grande retenue : c’est la première fois que j’ose... » Tandis que d’autres n’osent pas, et ça fait une chanson très pudique et émouvante .... Pour moi entre Leny et Georges il n’y a pas photo .

            Je veux dédier ce poème
            A toutes les femmes qu’on aime
            Pendant quelques instants secrets
            A celles qu’on connaît à peine
            Qu’un destin différent entraîne
            Et qu’on ne retrouve jamais ....


            Et en plus, chose très rare, ça n’est pas du Brassens même si c’est lui qui le chante. C’est un poème d’Antoine Pol que Brassens a découvert en chinant les coffres des bouquinistes du bord de Seine. Ce poète à qui il a demandé l’autorisation d’emprunter son texte pour en faire une chanson lui doit de ne pas être resté inconnu ...




            • rosemar rosemar 21 avril 10:56

              @oncle archibald

              Le poème de Pol est magnifique ainsi que l’interprétation de Brassens... Merci pour la vidéo. Mais cette chanson peu connue mérite d’être mise à l’honneur...


            • artheslichepèdetologue arthes 21 avril 11:35

              Pfffff

              Rosemar, les nouveaux troubadours, ah que ils savent parler aux femmes autrement que part des bluettes qui endorment, en voici un, un grand poète de notre temps : https://youtu.be/eZWigBKC1i8

              ouais, Gabrielle, mourir d’amour enchainnéééé !!!!



              • artheslichepèdetologue arthes 21 avril 14:15

                @rosemar

                je trouve ça aussi chiant que Brassens et Escudero, en fait.
                Question de goûts hein...

                Bon, Jojo, au moins, ça c’est du populaire que tu peux passer partout, il est marrant, mm si on aime pas.


              • rosemar rosemar 21 avril 19:19

                @arthes

                Mais, c’est pourtant rythmé et doux à la fois... et quelle poésie dans cette image du peuple des Fontaines !


              • ETTORE ETTORE 21 avril 19:32

                rosemar....

                Voyez vous aujourd’hui, un homme, dire à une femme...

                « Madame, permettez que je vous baise ? »

                Madre mia, si vous ne passez pas par votre smartphone, pour vous créer un romantisme de faciès, jamais, vous ne finirez dans de beaux draps !

                Il y a parfois des musiques, qui résument parfaitement la rythmique des

                « élans amoureux »...

                Je me souviens du titre Europa, du mariachi électronique, Santana.

                Il aurait écrit cette superbe mélodie, après avoir fait l’amour avec une inconnue de passage, dans sa loge, et ne lui aurait laissé que...... son nom, Europa !


                • artheslichepèdetologue arthes 21 avril 19:39

                  @ETTORE

                  Voyez vous aujourd’hui, un homme, dire à une femme...

                  « Madame, permettez que je vous baise ? »



                  C’est juste pas excitant, imagine que je te demande : Cher monsieur, permettez que je vous encule ?

                  Franchement, à froid, comme ça, ça pose questions... Même si le mec il voudrait me baiser , vu que la seule et unique alternative que je lui propose est celle que je viens de dire.


                  Bin, tu peux pas savoir comment ça les calme, les mecs, et c’est réglo.




                • @arthes

                  C’est juste pas excitant, imagine que je te demande : Cher monsieur, permettez que je vous encule ?

                  Euh oui, Arthes sauf qu’en français cela veut tout simplement dire « tu veux bien que je te claque un bisou ? ».

                  Et c’est toi qui veut me donner des leçons de poésie ? Ca risque d’être rigolo !


                • ETTORE ETTORE 21 avril 19:51

                  @arthes

                  Cela était pourtant « manière polie », il fût un certain temps, bien éloigné. c’est vrai !
                  Sommes nous devenus, plus prompts à la bagatelle, que nous n’usions du charme des maux, aux oreilles de la douce ?

                  Superbe chanson de Diane TELL, «  Si j’étais un homme » inoubliable d’actualité.
                  Chanson, à laquelle à répondu Sardou, avec « Etre une femme ».
                  Ainsi va la vie !



                • artheslichepèdetologue arthes 22 avril 15:29

                  @Philippe Huysmans, Complotologue

                  ça va, je me suis faite draguer, tu peux pas savoir à quel point, alors le terme « permettez que je vous baise » ou bien « permettez qu’à vos pieds je m’agenouille afin de vous déclamez la fièvre et la flamme qui me consument et dons vous êtes l’unique objet et cause, ooo cruelle » ce sont des postures de nos jours, ça m’a toujours gavée.

                  D’ailleurs dans mes maigres productions, et dans les extraits de poèmes que je passe parfois ici et qui ne sont pas de moi, tu noteras qu’il n’est jamais question de sexe, de drague.

                  M’enfin, si « permettez que je vous baise » c’est de la poésie pour toi, c’est ton trip.

                  D’ailleurs, je n’ai aucune prétention de te donner des leçons de poésie, juste je t’ai demandé un truc.


                • @arthes

                  Arrête de faire l’idiote, stp, t’avais juste pas percuté, point. Ton numéro de cirque garde le pour toi.


                • artheslichepèdetologue arthes 22 avril 15:48

                  @ETTORE

                  Même réponse qu’à Philippe, enfin pour une partie, nous ne sommes plus à l’époque « polie » qui n’en pensait pas moins.(pauvre Marguerite, lol)
                  D’ailleurs ma réaction va dans ton sens puisqu’elle acte que de nos jours sortir ce genre de phrase à une femme c’est 9 chances sur 10 (au moins) de se prendre un râteau

                  Possible que nous soyons décomplexés envers la bagatelle, la poésie existe pourtant, mais autrement...je ne sais pas, portée par l’exaspération de l’acceptation de l’éphémère, avec la passion et la violence des sentiments, comme si nous devions mourir demain, sans jamais rien devoir l’un à l’autre .mais tout donner l’un a l’autre, c’est de l’osmose.

                  J’aimais bien la chanson de Diane Tell, il y a quelques années, j’ignorais que Sardou lui fit réponse, vais aller écouter.


                • artheslichepèdetologue arthes 22 avril 15:49

                  @Philippe Huysmans, Complotologue

                  T’es con sur ce coup ou te le fais exprès ?


                • ETTORE ETTORE 23 avril 12:20

                  @arthes

                  Et oui ! cette belle « époque polie » ....ou parfois bien POLIsonne, sous bien des égards, et souvent bien plus « dévergondée », qu’avec nos clivages actuels ! Malgré les interdits sociétaux, et les risques en tous genres, encourus ! Rien ne l’arrêtait, pourtant !
                  Même les mots, ont changé leurs sens !
                  Se faire « baiser », de nos jours , relève plus d’une connotation, à s’être fait avoir, que d’exprimer une certaine jouissance . ( après, il y en a qui aiment...lol)
                  Et c’est dommage à bien des titres.
                  Si la femme reste « l’éternel féminin », l’homme lui a toujours un fond de « goujadisme », qui parfois plait à certaines muses, qui s’en amusent bien de cette fausse suprématie .(tu crois que je t’appartient, mais en fait....)
                  Si les apparences changent avec le temps, le fil rouge de l’amour, courtois, occasionnel ou passionnée, est toujours la preuve de l’étincèle de vie, qui nous anime, tous ! Même, prêtre ou nonne, voyou ou politichien, nous naissons d’une certaine manière, nous y retournons de toutes les façons !

                  J’allais finir d’une façon plus libertine, avec ceux qui sont de vrais trous du c...
                  Qui ne connaitrons jamais un autre chemin, puisque, le seul BALisé, pour eux.
                  Suivez mon regard !


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 avril 20:44

                  Vertiges de l’amour. Bashung.



                  • rosemar rosemar 22 avril 15:03

                    @Aita Pea Pea

                    Pour indiquer le lien d’une vidéo, il suffit de cliquer sur Partager sous la vidéo une fenêtre s’ouvre : cliquer sur copier. Pour l’intégrer : touche ctrl en bas à gauche de l’ordi + V majuscule, en même temps.


                  • cyrus CYRUS 22 avril 15:23

                    @rosemar

                    Tu saute trop vite au conclusion smiley comme souvent ....
                    La procédure est plus complique sur un téléphone.
                     


                  • @CYRUS

                    Surtout sur les vieux modèles en bakélite avec un cadran smiley


                  • cyrus CYRUS 22 avril 15:54

                    @Philippe Huysmans, Complotologue

                    le plus drôle c’ est la precision « l’ordi + V majuscule » 

                    soit elle as un clavier majuscule-minuscule au lieux d’ un shift...
                    soit elle integre une video en texte seulement 


                  • nono le simplet bientot vacciné nono le simplet 22 avril 15:50

                    j’ai beaucoup d’affection et d’admiration pour Leny, un grand poète ... par contre côté drague c’est pas le top ... pas plus que la technique « jeunes » qui consiste à siffler et à faire des compliments à la con ... draguer c’est très subtil si on est obligé de le faire ... mais pour certains pas besoin de technique ... ça marche tout seul sans rien faire une fois sur deux ... du coup, impossible de dire comment faire ... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité