• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Mes contes à la sauvette

Mes contes à la sauvette

À Saint Berdolin sur Loire en Ligérie

Celle qui tient les clefs de la Ligérie a été formelle : le patrimoine culturel local ne peut être défendu que par de joyeux lurons en goguette qui auront désormais la charge d’animer toutes les animations officielles. Il est certain que dès que je vois surgir le terme « officiel » je sors de mes gonds et je grince des dents. Rien n’est plus suspect à mes yeux que la labellisation et l’adoubement venant d’un pouvoir quelconque. Mais quand celui-ci confond Culture et Événementiel, on peut être certain que le pire est envisageable pour ce patrimoine qui devrait se plier aux attentes d’une communication, héritière de la propagande d’antan.

Je n’ai donc pas à m’inscrire dans ce processus de sanctuarisation d’une saga marinière qui est destinée à dorer la pilule, à figer le passé dans une glorieuse représentation, inscrite dans une courte séquence chronologique, où tout était beau, tout le monde heureux et riche comme les Marchands de l’endroit. Le rouleau compresseur fonctionnait déjà à plein régime avec des petites vidéos qui assuraient la promotion d’un commerçant, digne héritier de la communauté tout en narrant une histoire digne des contes de fées. La dernière pierre à l’édifice ne me laisse donc plus la moindre place tout en me faisant cruellement déchanter ; les gueux, les humbles, les petits métiers miséreux, les légendes d’avant, la christianisation n’ont pas place dans la catéchèse municipale.

À Saint Berdolin sur Loire on fabrique un passé légendaire, on le construit de toutes pièces pour compenser la disparition du Château et des murailles de la glorieuse cité. Les touristes ont d’ailleurs autant de mal à se convaincre de coucher l’endroit dans leur programme que les cars à se garer à proximité de la Loire. Ce n’est pas en leur agitant du factice que l’opération séduction fonctionnera mieux.

Laissons ces vaines querelles, les dés en sont jetés et les ponts sont coupés sur la rivière entre les échevins et le conteur. C’est pourquoi je n’ai plus qu’à vous convier à mes contes à la sauvette, petits rendez-vous hebdomadaires pour laisser filtrer une autre musique dans ce concert formaté. Un acte de rébellion dans la cité des interdits et des arrêtés liberticides, ça ne peut que faire du bien et donner un petit vent de liberté là où elle manque cruellement.

Vais-je ainsi pouvoir me faire entendre ? Rien n’est moins sûr. Les escouades policières veillent à la tranquillité des quais. Il n’est d’ailleurs qu’à voir la propreté du pierré pour se rendre compte de l’efficacité des rondes automobiles sur la voie piétonne. Je ferai en sorte de libérer l’espace d’entre les deux ponts, définitivement chasse gardée de quelques coquins en odeur de sainteté, pour ne pas recevoir les foudres de la maréchaussée ligérienne.

Un rendez-vous discret, quelques histoires à la sauvette feront peut-être le bonheur de promeneurs ou bien de cyclistes de la Loire en vélo, certainement fort marris de découvrir le peu de cas qui est fait en la place à leur passage en grand nombre. Ceux qui auront la chance de passer au bon moment garderont ainsi un petit souvenir de cette étrange localité. Je ne vais tout de même pas pousser le bouchon jusqu’à donner l’adresse du restaurant officiel ou bien un CD de la chorale municipale. D’autres s’en chargeront dans les médias.

La culture est à l’abandon, non pas qu’il n’y ait pas quelqu’un de compétent à ce poste à Saint Berdolin mais parce que sa voix ne compte plus, qu’elle est systématiquement écartée des choix qui relèveraient de sa délégation. C’est ainsi que le clinquant boute le conséquent des propositions pour mieux communiquer sans se soucier jamais du fond.

Mes contes à la sauvette seront donc une réponse homéopathique au remède de cheval qui est administré dans la cité pour faire de la Loire un miroir aux alouettes. Je ne peux que faire ainsi, faute de plaire à ceux qui n’ont rien compris à ce qu’était l’esprit guêpin, celui qui fit autrefois de l’endroit un lieu d’irrévérence et de culture, même si je m’emploie avec une constance suicidaire à leur en donner la preuve. À bientôt au hasard de mes rendez-vous sous le manteau.

Résistancement leur.

Documents joints à cet article

Mes contes à la sauvette

Moyenne des avis sur cet article :  3.12/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 février 15:13

    Dans les brocantes, les vendeurs à la sauvette (qui ne paient pas leur emplacement) ont souvent les plus beaux lots. Ils savent leur temps compté et ne peuvent se permettre de le perdre.


    • C'est Nabum C’est Nabum 17 février 21:08

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Le temps chez moi est conté


    • bob14 bob14 17 février 15:33

      Mes comptes à la sauvette..Oh « pute-borgne »..à moi comte deux maux... !


      • C'est Nabum C’est Nabum 17 février 21:09

        @bob14

        Je conte sur moi uniquement


      • bob14 bob14 18 février 07:18

        @bob14...La secte agora se rebiffe !..installée en Belgique pour payer moins d’impots...


      • marmor 17 février 16:03

        Il n’y a d’autre culture que la Nabumienne !


        • C'est Nabum C’est Nabum 17 février 21:09

          @marmor

          si la vôtre doit lui être bien supérieure


        • Ben Schott 17 février 16:07

           

          Toute la panoplie du conteur citoyen : le béret, les pataugas et le bâton de marche !
           


          • C'est Nabum C’est Nabum 17 février 21:09

            @Ben Schott

            La sono fait désordre


          • ZXSpect ZXSpect 17 février 16:46

            ha non, n’accablez pas C’est Nabum.


            Un article dans lequel il ne parle que de lui-même, de ses propres prestations, de ses différents personnels avec l’administration locale, et illustré de photographies de lui-même… ne peut être en aucun cas considéré comme de la publicité ou de l’auto promotion !



            • C'est Nabum C’est Nabum 17 février 21:11

              @ZXSpect

              Quand je parle de vous, vous n’aimez pas non plus


            • marmor 17 février 18:47

              Rien n’arrête le RING....ARD


              • C'est Nabum C’est Nabum 17 février 21:11

                @marmor

                N’allez pas plus loin je vous prie


              • Eric F Eric F 17 février 18:59

                Les municipalités se piquent de culture et y consacrent une bonne part de leur budget , les « médiathèques » prolifèrent, modernes et vides (mais il y a de multiples subventions « à la française » du ministère, du département, de la région...), Il y a aussi l’animation culturelle « officielle », ça fait bien sur le « bulletin municipal ».
                 Idem la « déco » urbaine et les jardins à la Française sur les avenues principales et rond points, alors qu’il est impossible de marcher au bord des routes dont les bas côtés sont à l’abandon (la « cantonnier » de naguère est devenu jardinier d’agrément).


                • C'est Nabum C’est Nabum 17 février 21:12

                  @Eric F

                  sans aucune subvention j’agis


                • velosolex velosolex 19 février 12:13

                  @Eric F


                  Les médiathèques ont été construites par une génération frustrée de livres qui a oublié de s’interroger s’il existait encore des lecteurs. On ne sait plus quoi en faire, les nouveaux écrivains les amènent par camions...les feuilles mortes se ramassent à la pelle. Les médiathèques donnent des cours de tricot, de bricolage, tentant d’occuper leur personnel. Mais cela a ce parfum particulier des derniers jours de juin en classe. Les gamins au fait emportent ils encore des BD en classe...Même la BD maintenant rebute autant qu’un livre d’anatomie naguère. ... 
                  Que faire. Transformer les ronds points en théâtre de rue permanent, avec gradins. Le cantonnier réciterait des vers, la secrétaire de mairie en distribuerait. 
                  Des conteurs nous parlerait de la migration des libellules. Le soir tomberait tendrement. La loire coulerait en nos veines. Et aussi le muscadet. Ce serait le sud. Au moins le sud ouest. 


                • loulou 17 février 20:53

                   Surprise. Les rédacteurs étaient pour moi des êtres mystérieux, voir désincarnés.

                   Et, si c’est vous l’auteur de l’article sur la photo, vous êtes le premier spécimen de pied en cap
                   parmi les ;« écrivains » que je vois en vrai.
                   Et bien, ma fois , vous avez bonne bouille et l’air gouailleur, que l’on voit sur certain tableaux 
                   festifs médiévaux.Ainsi donc, le personnage ressemblerait à ce qu’il est..
                   Avec , bien sur la part de doute et d’ombre qu’il y a chez tout les francs compagnons liguriens.
                   ou autres.
                   Merci Nabum pour vos écrits. Continuez à nous régaler.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 17 février 21:13

                    @loulou

                    êtes-vous bien certain de faire partie d’Agoravox

                    J’ai pris l’habitude d’être moqué et voilà un commentaire si différent que je ne sais comment réagir

                    Merci


                  • exocet exocet 17 février 21:01

                    Bonsoir, Cenabum, et merci pour ce « conte rendu... ».


                    • C'est Nabum C’est Nabum 17 février 21:14

                      @exocet

                      Le commissaire aux contes l’a validé


                    • nono le simplet nono le simplet 18 février 03:57

                      le Canard Enchaîné dénonce régulièrement les concours de « bobines » des élus qui veulent être vus partout et en toute occasion ... pour ceux là, nulle initiative ne peut être prise sans qu’ils n’y soient, au moins en apparence, les instigateurs ... si, en plus, comme tu le dis, ils inventent une « Histoire » pour attirer les touristes ... 

                      je me souviens d’un village où la nouvelle équipe municipale a voulu agrémenter un nouveau rond point d’une décoration « originale » ... pendant cinq ans le rond point est resté en herbe faute de consensus ... à l’arrivée, une barque assez moche et trois bouts de bois au sommet d’un monticule d’herbe pour représenter le marais ... les projets « artistiques » qui avaient de la gueule ne venaient pas du « conseil municipal » ...

                      • C'est Nabum C’est Nabum 18 février 06:56

                        @nono le simplet

                        Les nôtres font mieux encore, ils envahissent la Chine

                        Les touristes qui voudront visiter Orléans devront faire un petit crochet
                        Ces gens sont vraiment à plaindre


                      • L'enfoiré L’enfoiré 18 février 09:36

                        Bonjour Nabum,

                         Je ne connaissais pas Saint-Berdolin-sur-Loire, alors que je me suis plongé sur l’inspiration qu’en donnait ce cher Wikipédia avec l’aide magnifique du moteur de recherche de Google.
                         Je suis tombé sur Saint-Benoît-sur-Loire.
                         Même chose ?
                         Yo no sabe...
                         Autour dans la même page, je trouvais évidemment votre Club de Mediapart et les Chronique au Val.
                         Mais à part cela ?
                         Les images, alors ?
                         Ben pas vraiment, une folie touristico-commerciale...
                         Alors dans ce village, « tu veux ou tu veux pas ». ou « Je t’aime, moi non plus » attirer le touriste et les étrangers ?
                         Faudrait savoir


                        • C'est Nabum C’est Nabum 18 février 09:45

                          @L’enfoiré

                          Il y a erreur de localisation

                          C’est Ceno qu’il fallait trouver


                        • L'enfoiré L’enfoiré 18 février 09:40

                          La semaine dernière, je sortais une microfiction avec une grande famille dans un village wallon non nommé
                          Un village qui aime rester dans l’ombre de l’histoire, probablement.
                          Mais qui sait...
                          Tout évolue plus vite que son ombre


                          • C'est Nabum C’est Nabum 18 février 09:46

                            @L’enfoiré

                            Nous allons avoir une plaque à notre nom

                            elle sera funéraire


                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 18 février 12:42

                            Même si notre civilisation court à sa fin, il n’auront pas ma haine, ni ma vengeance. 


                            • juluch juluch 18 février 17:50

                              salut à vous le bonimenteur  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès