• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Naufrage nivernais

Naufrage nivernais

L’aventure d’Olivier P.

Il est bientôt 8h30 en ce petit matin nivernais. Le soleil brille déjà haut dans l'azur tandis qu’une légère brise pousse les mariniers présents sur le port de Nevers à sortir la voile. Notre ami se prive enfin de son téléphone ainsi que de son inséparable appareil photo, les posant tous deux devant lui.

La nouvelle agitation des bateaux le contraint à changer son mouillage. Il lui faut se placer dans le contre-courant afin d'avoir un meilleur emplacement pour les plus grosses toues, venues spécialement pour le festival. Un quidam lui ramène l'ancre sur le pont, tandis que notre marin d’eau douce démarre son moteur. Alors qu’il enclenche la marche, le réfractaire cale, pas d'affolement, il doit simplement être froid. D’ailleurs il redémarre de nouveau sans rechigner, il convient simplement de le laisser chauffer quelque peu. Le mauvais diable s'étouffe une fois encore, devenant intolérant au passage de la marche avant. Il démontre sa nouvelle allergie en répétant la farce à trois reprises.

L’embarcation a été libérée de son amarre, l'arche du pont s'approche dangereusement. Le débit de la rivière en ce jour est important, fort heureusement, aucune pierre n’est visible dans les flots tumultueux. Le mat du fûtreau tout neuf n'est, quant à lui, pas assez haut pour heurter le tablier du pont. Tout semble bien se passer, le nez du bateau frôlera sans doute la pile et le frêle esquif partira gentiment à la dérive...

Impondérable fâcheux, un arbre de taille respectable, être sournois malgré sa mort, dépasse assez de la rivière pour percuter le mat à mi-hauteur. Le bateau gîte, en quelques secondes des centaines de litres d'eau s'invitent à bord sans même demander le consentement du pilote. L’homme exécute alors la manœuvre dont il a entendu parler à maintes reprises : il saute du bateau du côté opposé à la pile, c’est là, la mesure de précaution afin de n’être pas aspiré par le fond du fait des inévitables et redoutables tourbillons si fréquents sous les ouvrages d’art.

Réflexe de survie, il saisit son sac à dos qui lui donnera un supplément de flottabilité. Ce bain vivifiant lui donne un supplément d’énergie, il nage calmement vers la rive et en se laissant porter par le courant comme lui a appris un vieux loup de rivière. Ses conseils souvent réitérés lui ont sauvé la vie. Le bateau tout juste sorti du chantier, gît désormais par quatre mètres de fond. Seuls le mat et les haubans témoignent de l’incident et attestent de sa présence. Le naufragé se rappelle cette célèbre maxime vinaigrière : "La connerie arrive vite et t'as pas le temps". Cependant, il n’est pas venu ici pour gâcher la belle fête qui se prépare, on est vivant. Il est en vie, c’est bien là l’essentiel.

Le renflouement du bateau aura pourtant bien lieu. Il y a sur la rive des experts de la chose marinière et une opération de récupération est lancée. Il ne faudra pas moins de trois toues de taille respectable, Mignonette, Lisette, le Gamin, un fûtreau pour venir à bout d’une affaire fort mal engagée. Trois longues heures de manœuvres, le talent, l'expérience et l'ingéniosité de Bibi, Seb, Hoel, Jean, Franck et tous les autres mariniers présents seront nécessaires pour que l’épave sorte du fond de la rivière et revienne jusqu'au bord.

Le petit fûtreau de 6 mètres avait vraisemblablement décidé de prolonger son séjour en immersion et n’avait nullement l’intention de remonter sans résistance à la surface. Un grappin permettra de récupérer tout d'abord le moteur ainsi que l'ancre bien tordue. Le renflouement s’achevant à l'ancienne, au halage, avec une bonne vingtaine de personnes et l'aide d'un peuplier noir pour supporter le palan. Centimètres après centimètres, le bateau pesant alors des tonnes, reviendra péniblement vers la rive.

C‘est alors qu’on observera qu'il s'est trouvé une nouvelle vocation en se reconvertissant en fûtreau sablier. Il a embarqué pas moins de 300 kg de mignonnette montée illégalement. La pelle et le seau permettront la création d'un nouveau Nevers-Plage au pied de la guinguette. Le téléphone portable et l'appareil photo gisant au fond du bateau qui, avec quelques légères bosses, une peinture à peine entamée, repartira par l'eau jusqu'au chantier pour panser ses légères meurtrissures. Les bateaux coque métal de Bibi et Seb, croyez-en l’aventure, sont solides.

Le héros malheureux de cette aventure tient à remercier chaleureusement tout en leur rendant un vibrant hommage, les gens du bec d'Allier et de la région de Nevers, de vrais mariniers flanqués, ça ne gâche rien, des véritables valeurs d'amitié, d'entraide et de partage sans faille. Le moteur survivra à son baptême en eau profonde, tout se termine bien même si une fois encore, la Loire a montré qu’elle ne sera jamais un long fleuve tranquille.

Solidairement sien

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Point de vue astrologique : site de Michka/ Vénus, Jupiter et Neptune sont reliées par un grand trigone d’eau, ce qui peut pour un moment nous mettre en vase clos face à nos sentiments et ressentis et cela peut faire remonter en nous des jugements de valeurs, comme « plaisant /déplaisant », « agréable / désagréable » en fonction de notre propre sensibilité.


    • C'est Nabum C’est Nabum 29 mai 20:06
      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Je ne suis pas signe d’eau

    • @C’est Nabum


      Nons trigone mer cure. AIR.

    • C'est Nabum C’est Nabum 31 mai 17:59
      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Naufrage sémantique

    • En plus, le 18 de 2018 est lié à la lune (Sourate 54 du Coran) qui comme le savent les astrologue est liée à l’eau. Vu toutes les catastrophes annoncée partout dans les journaux. Une arche serait peut-être bien utile ;



        • juluch juluch 29 mai 13:59

          Que se soit la mer ou le fleuve...rivière smiley ....faut jamais perdre son attention.


          • Quelqu’un voulait semble-t-il beaucoup de mal à cet Olivier. Ce n’était pas son jour. Chez moi c’est le GSM d’un Olivier qui est tombé dans une flaque. Histoire d’O.


            • Il est à noter que l’Olivier est un bois trop lourd pour construire un bateau et que paradoxalement le meilleur erst encore le Noyer, illusion à sa coque dont de nombrux enfants se servaient pour y mette une allumette et des boute de tissus. Et vogue le galère. Petit rappel, car il me semble que ce texte aé déjà été tapé. Si nous construisons intérieurement un bateau, la spiritualite (de whirte spirit) aura la possibilité de voyager sans dommage sur l’élément liquide, qui est son ennemi mortel, et cet élément lui père mettra d’arriver à bon PORT. Comment construirons-nous ce bateu ? Avec des éléments matériels, bien entendu, moins lourds que l’eau. Mais ce qui sera essen« ciel » sera l’idée l’idée qui permettrea de les réunir, de les réunir, de les assembler, de leur donner forme : des voiles, etc. C’est-à-dire que ce qui permet de séparer l’eau et le feu est l’idée, la pensée formée par l’élément air (manque pas d’air celui-là avec ses grands airs de ne pas en avoir l’air,.mais qui en fait en a bien des rrrrr). Le besoin absolu de séparaer l’air le feu de l’eau fait naître l’idée (Il est temps de faire appel à Monsieur Lampe, il en a dans ses ampoules à force de marcher sur terre, il a accumulé beaucoup d’eau), gracé à l’activite de l’intelligence, force intermédiaire gra^ce à laquelle l’eau et le feu ont la possibilité de travailler ensemble. Dans ce sens , la (GRANDE) «  »Découverte utile" est celle qui permet au feu et à l’eau de réunir et concilier, leur énergie. Allez macron, serpent de feu, il est temps de de revenir à Brigitte avant comme le chanson un peu hystérique de SARDou, le Navire France ou Bretagne ne coule. D’autant plus que le nom de Brigitte est d’origine celte (bretonne). 


              • C'est Nabum C’est Nabum 29 mai 20:07
                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Sur un bateau en Olivier les marins feraient de l’huile

              • Paroles de la chanson Le France par Michel SardouQuand je pense à la vieille anglaise 
                Qu’on appelait le « Queen Mary », 
                Echouée si loin de ses falaises 
                Sur un quai de Californie, 

                Quand je pense à la vieille anglaise, 
                J’envie les épaves englouties, 
                Longs courriers qui cherchaient un rêve 
                Et n’ont pas revu leur pays. 

                Ne m’appelez plus jamais « France ». 
                La France elle m’a laissé tomber. 
                Ne m’appelez plus jamais « France ». 
                C’est ma dernière volonté. 

                J’étais un bateau gigantesque 
                Capable de croiser mille ans. 
                J’étais un géant, j’étais presque 
                Presqu’aussi fort que l’océan. 


                J’étais un bateau gigantesque. 
                J’emportais des milliers d’amants. 
                J’étais la France. Qu’est-ce qu’il en reste ? 
                Un corps-mort pour des cormorans. 

                Ne m’appelez plus jamais « France ». 
                La France elle m’a laissé tomber. 
                Ne m’appelez plus jamais « France ». 
                C’est ma dernière volonté. 

                Quand je pense à la vieille anglaise 
                Qu’on appelait le « Queen Mary », 
                Je ne voudrais pas finir comme elle 
                Sur un quai de Californie. 

                Que le plus grand navire de guerre 
                Ait le courage de me couler, 
                Le cul tourné à Saint-Nazaire, 
                Pays breton où je suis né. 

                Ne m’appelez plus jamais « France ». 
                La France elle m’a laissé tomber. 
                Ne m’appelez plus jamais « France ». 
                C’est ma dernière volonté.



                • C'est Nabum C’est Nabum 29 mai 20:07
                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Je ne suis pas un grand amateur de ce chanteur

                • @C’est Nabum


                  Moi non plus. Son côté hystérique et excessif m’exaspère au plus haut point Par contre j’ai trouve une perle. Brigitte Fontaine. https://www.youtube.com/watch?v=Tetxj8hT_84&index=6&list=PL4wB_PGYsVwJcJA5Sb9jAn78bFM_DOHvY

                • A Marie-France ma cousine, il est temps de se réconcilier avec Martine ta soeur. Réjetée par la famille loin, loin loin à ZANZIBAR.


                  • DkleinePrinz DkleinePrinz 29 mai 18:53
                    Où que nous mène la dualité de la situation qui nous occupe, il est préférable de s’intéresser à certaines problématiques envisageables.

                    Le fleuve jugera !

                    • C'est Nabum C’est Nabum 29 mai 20:08
                      @DkleinePrinz

                      Puisque vous le dites

                    • DkleinePrinz DkleinePrinz 29 mai 19:00

                      « Celui qui ne comprend pas tout seul, jamais un autre ne lui fera comprendre, quoi qu’il fasse" !

                      Bernard de Trévise Padoue 1406/1490

                      • C'est Nabum C’est Nabum 29 mai 20:08
                        @DkleinePrinz

                        Il faut parfois écouter les autres


                        • Montdragon Montdragon 29 mai 21:57
                          Excellent article !
                          On attend d’ici peu les amis du fleuve Niger, et pas Liger, pour savoir ce qu’ils pensent des savoir-faire ancestraux gallo-romains.

                          Quenellement vôtre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès