• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Nîmes au fil de l’histoire... une épopée passionnante...

Nîmes au fil de l’histoire... une épopée passionnante...

JPEG

Deux enseignantes se sont associées pour écrire une histoire de Nîmes... un livre rigoureux, précis, sérieux, rédigé à partir d'archives. Francine Cabane et Danièle Jean ont présenté leur ouvrage lors du festival de la Biographie, à Nîmes, au Carré d'Art.

 

Bien sûr, les auteurs ont dû faire des choix : pour raconter la ville de Nîmes, elles sont parties des lieux et des personnages, pour chaque lieu, un homme ou une femme...

 

Le plus ancien personnage, c'est celle qu'on appelle la Dame de Caissargues : très jeune et très vieille à la fois, la dame de Caissargues a été enterrée à même le sol, avec un collier de coquillages et des pendeloques de dents d'animaux. Elle a été découverte dans les années 1980, elle n'avait que 25 ans, et vivait près de Nîmes, il y a environ 5000 ans.

 

Pour la période romaine, les auteurs ont choisi d'évoquer, lors de leur présentation, le personnage de Plotine, vraisemblablement née à Nîmes, élevée en Espagne, grande impératrice, femme de Trajan qui avait choisi pour successeur Hadrien.

Hadrien a fait édifier à Nîmes une basilique grandiose, en marbre italien, en l'honneur de Plotine... cette basilique a survécu trois siècles avant de disparaître peut-être lors des invasions barbares.

 

Au Moyen Age, c'est un personnage entre légende et histoire qui est mis en vedette : Saint-Baudile venu pour évangéliser les Nîmois... Nîmes devient alors chrétienne...

 

Pour le XVIe siècle, les auteurs évoquent Marguerite de Navarre : grâce à elle, le protestantisme s'est installé à Nîmes.

Nîmes est un des grands pôles du protestantisme dès le XVIe siècle ; les temples nombreux, sont d’anciens édifices catholiques réutilisés, après le Concordat (1801).

 

Au XVIIIe siècle, Francine Cabane et Danièle Jean se sont intéressées à un humaniste : Jean-François Séguier... c'est lui qui a déchiffré l'inscription latine de la Maison Carrée. A l'aide des trous de scellement des lettres disparues, il déchiffre en 1758 la dédicace suivante :

A Caius Caesar, consul et Lucius Caesar, consul désigné, fils d'Auguste, princes de la jeunesse...

La Maison Carrée est donc bien un temple du culte impérial, construit à la mémoire des deux petits fils d'Auguste.

 

Au XIXe siècle, place à la femme d'un riche négociant Nîmois : Irma Zoé Foulc... Le couple Foulc appartient à la riche bourgeoisie protestante. Ces riches négociants ont largement contribué à l'essor de la ville.

 

Et puis, comment ne pas évoquer Alphonse Daudet, l'enfant du pays ? On peut voir encore sa maison, située sur le boulevard Gambetta.

 

Au XXe siècle, les auteurs ont choisi Marcel Encontre, figure peu connue : un résistant, fabriquant de faux papiers, accueillant des enfants juifs. Déporté, il ne revint jamais des camps.

 

Comment pourrait-on oublier aussi le maire Jean Bousquet à qui on doit la construction du Carré d'Art ? Un lieu de culture essentiel dans la ville : il regroupe bibliothèque, médiathèque, musée, centre de documentation, librairie...

 

Pour finir leur présentation, les deux auteurs reviennent sur deux exemples qui figurent dans leur livre...

A l'époque médiévale, la famille Scatisse, des gens riches, des Lombards, venus du Nord de l'Italie : on voit encore la maison de cette famille dans la rue de l'Horloge : une maison impressionnante, avec plusieurs cours, plusieurs puits, des escaliers à vis.

Au XIXe siècle, Ferdinand Girard, maire de Nîmes fut un grand bâtisseur : il favorisa la construction de l'église Saint-Paul.

 

L'ouvrage de Francine Cabane et de Danièle Jean est riche de nombreux autres documents et de nombreux autres exemples de monuments, d'hommes et de femmes qui ont marqué de leur empreinte la cité de Nîmes... car elles racontent une épopée fantastique de plus de 2000 ans : une histoire foisonnante et passionnante...

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2020/02/nimes-au-fil-de-l-histoire-une-epopee-passionnante.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.54/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • berry 26 février 18:31

    Nimes de nos jours :

    Un poteau affamé avale tout cru un africain

    https://www.midilibre.fr/2019/12/22/nimes-il-reste-coince-dans-un-poteau-sur-lesplanade,8621221.php



    • rosemar rosemar 26 février 21:47

      @berry

      Etonnant ! Comment est-ce possible ?


    • L' Hermite (IX) prong 27 février 00:31

      Vous vous relâchez rosemar ...

      après l’ excellent 

      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/on-l-appelait-pepe-221727

      on s’ attendait a quelque effort supplémentaire pour s’ inscrire dans la durée... smiley

      Aller un souvenir de prof ,bien raconter , sur une maudite classe de seconde allergique au bled et au Bescherelle ...doit y avoir des anecdote a raconter :)

      Le Conseil Des Cancres


      • rosemar rosemar 27 février 11:45

        @prong

        L’histoire ne vous intéresse pas ?


      • L' Hermite (IX) prong 27 février 14:46

        @rosemar

        Bien sur que si , connaitre notre passé est une porte vers le futur .
        Beaucoup d’ auteur ici , traite de sujet historique de manière très scientifique et minutieuse .
        La l’ histoire est plus prétexte a parler du microcosme bourgeois qui s’ est accaparé la gestion du patrimoine de nime .
        --------------------------------------------

        « Pépé » etait bien plus pur , plus travaillé , vous paraissiez 20 ans de moins en l’ écrivant .


      • rosemar rosemar 28 février 23:05

        @prong

        C’est bon d’être éclectique, non ?


      • L' Hermite (IX) prong 28 février 23:43

        @rosemar

        c’ est indispensable , presque autant que l’ orthographe pour ne pas etre trop vite trier .

        Mais dans la vie de tout les jours , vous vous passerrez plus facilement d’ un « participe passé » que de la regle de chimie qui veut qu’ on ne melange pas eau de javel et acide fort (chlorydrique) sans masque pour eviter le degagement de chlore.

        Il y a un prof que je ne remercierais assez , un prof de francais .
        il devais nous presenter le latin et le grecque avec a peine quelque heure par semaine (2/3) sur un trimestre ... il as fait son boulot , et est aller plus loin en integrant un coté ludique en nous presentant une base d’ etymologie a creuser nous meme ...

        Je m’ en sert encore tout les jours :) ... racine ... prefix ..sufixe des mot magique si on aime les science ...

        Vous etiez parfois un peut « hors phase » pour des etudiant en seconde , mais quand vous ouvriez un lagarde et michard il y avais aussi du talent ...

        Votre cancre préféré :)


      • yinlu 4 mars 11:06

        gran artículo, me gustaría ir a todos estos lugares, y no hacer Gratflix en lugares públicos

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès