• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Pour moi, la beauté me ravit partout où je la trouve...

Pour moi, la beauté me ravit partout où je la trouve...

JPEG

Nous commémorons, en ce 15 janvier, les 400 ans de la naissance de Molière, l'occasion de lire et de relire son oeuvre, notamment la fameuse tirade de Dom Juan, célébrant l'inconstance : un chef d'oeuvre d'élégance, de poésie et de cruauté.

 Dom Juan apparaît sur scène à l'Acte I, scène 2, après avoir été décrit par son valet, Sganarelle dans la première scène de la pièce : il s’exprime longuement dans une tirade. On passe d’une vision populaire, d’une esquisse caricaturale, celle de Sganarelle, à une peinture plus approfondie du personnage.

Au début de la scène, Dom Juan confirme qu’il n’aime plus Done Elvire et exprime son intention d’enlever une jeune fiancée, il envisage donc une nouvelle conquête. Sganarelle ose émettre une critique : c’est là que se situe la tirade.
Dom Juan y expose sa propre conception de l’amour : une théorie mûrement réfléchie, il développe sa philosophie et celle des libertins de son temps.

 
I) L’ART DE CONVAINCRE : APPEL A LA LOGIQUE (LE LOGOS), UN DISCOURS A VALEUR GENERALE

 1)On peut d'abord étudier l’énonciation : dans la première phrase : les pronoms « on » «  nous » l’emportent.
Plus loin : « pour moi, la beauté me ravit … » on trouve l'emploi de la première personne.
Plus loin « on goûte une douceur extrême… »
Constamment Dom Juan alterne « je » et « nous » : il généralise donc son discours et lui donne ainsi une valeur de théorie.
  

2)Dom Juan parle sous forme de maximes ou de proverbes : « la constance n’est bonne que pour les ridicules » « tout le plaisir de l’amour est dans le changement ». On note l'emploi du présent à valeur intemporelle : un présent de vérité générale et l'utilisation du pluriel à valeur généralisante.

 3)Ce discours bien construit vise à convaincre :

- 1ère partie : « Quoi…….sur nos coeurs » La fidélité est ridiculisée.

- 2ème partie :« Pour moi…je les donnerais tous » Eloge de l’inconstance.

- 3ème partie : Les inclinations naissantes…conquêtes amoureuses » Le thème de la conquête.
Ce plan est habile : il va du négatif au positif, de la défensive à l’offensive. Dom Juan renverse les valeurs traditionnelles : il valorise l’infidélité et discrédite la fidélité : c’est un éloge paradoxal de l’inconstance.

 

II) LA CRUAUTE ET LA DUPLUCITE DU PERSONNAGE

 

1) La stratégie de séduction passe par la tromperie : il s'agit de flatter par "cent hommages", de jouer un rôle avec des "larmes, des soupirs".

 

2) Dom Juan s'attache à séduire des femmes jeunes, naïves : "l'innocente pudeur d'une âme".

 

3) La femme devient un objet entre les mains de Dom Juan, un objet qu'il "mène" et manipule à sa guise...

 

 

III) L’ART DE PERSUADER : APPEL AUX SENTIMENTS (LE PATHOS) APPEL A 
L’AFFECTIVITE, AUX EMOTIONS

   1)Dans la dénonciation de la fidélité, Dom Juan caricature la constance.
      -il utilise un ton interrogateur et ironique, au début de la tirade « Quoi tu veux qu’on se lie.. » : c'est une fausse question qui contient en elle-même la réponse : Sganarelle n’est même pas invité à répondre. On remarque dans la première phrase un rythme ternaire insistant.
 

Plus loin, on trouve l’expression « la constance n’est bonne que pour les ridicules ». Ainsi, la fidélité est associée au rire et à des termes péjoratifs « ridicules …. faux honneur ».

- la fidélité est aussi représentée par une succession d’images : « se lier…nous prend…renoncer au monde….s’ensevelir …être mort ». Celles-ci évoquent toutes l’idée d’enfermement, le manque de liberté : elles sont classées dans un ordre croissant. On passe du verbe « lier » à la claustration religieuse(« renoncer au monde ») plus loin à la mort, avec le tombeau, symbole ultime de l’enfermement.
Ces images de prison et de mort ont pour but de susciter la peur. La fidélité est aussi associée à l’immobilité et l’infidélité au mouvement (« demeurer #entraîne …changement »)

C'est un discours habile qui trouble l’auditeur d’autant que la morale traditionnelle est renversée : l’infidélité devient morale, elle est valorisée : Dom Juan parle en termes de droit : « les justes prétentions ». Ainsi la constance est une "injustice" faite aux autres femmes. Dom Juan substitue une morale naturelle à la morale traditionnelle, comme le suggère l’expression : « la nature nous oblige ». Dom Juan semble défendre la liberté, une idée séduisante.

  2)dans l’éloge de l’inconstance : là encore, Dom Juan sait se montrer persuasif.

- il use d’un langage poétique : « la beauté me ravit partout où je la trouve » : un bel alexandrin suivi de deux octosyllabes. On relève un autre procédé poétique, un oxymore : « douce violence ». Plus loin des sonorités très douces sont mises en jeu dans la phrase : « les inclinations naissantes ont des charmes inexplicables… » 
des sifflantes « s z », une chuintante « ch », des voyelles nasalisées « an  on » qui ralentissent le rythme. Dom Juan sait donner à ses idées une force irrésistible, une grâce poétique : la douceur des sonorités correspond bien à l’idée énoncée : le plaisir l’emporte.
  -le champ lexical du plaisir domine : « charmes, plaisir, goûter, extrême douceur ».
On perçoit la sensualité du personnage, son goût du plaisir.

  3)dans le thème de la conquête : la quête amoureuse devient une entreprise périlleuse et glorieuse. Ce thème est perceptible à travers différents procédés :

- une longue phrase suggère les étapes successives de cette quête : « combattre par des transports…larmes, soupirs » : la réussite doit être lente, progressive. De nombreuses relatives permettent de ralentir le rythme dans cette phrase.

- le procédé de l’énumération de verbes : « voir …combattre …forcer.. vaincre »

- le vocabulaire du combat, de la guerre : « combattre forcer vaincre être maître triompher, conquérants victoire ». Ce champ lexical traduit une volonté de domination et de puissance implacable.

- le registre épique a pour but de provoquer l ‘admiration de l’auditeur : des hyperboles avec de nombreux pluriels « toutes les autres beautés, toutes les belles. aux autres etc. »
Des nombres : « dix mille, cent hommages ».

- la dernière partie de la tirade est significative avec la référence à « Alexandre ».
On perçoit l’orgueil démesuré de Dom Juan : il se compare au plus grand des conquérants.

Dom Juan a le goût de l’absolu : il refuse les limites. Cet absolu s’exprime à travers une antithèse : « rien…toute la terre ». La phrase mime la démesure de Dom Juan : les membres de phrase deviennent de plus en plus longs, le rythme s’amplifie...

 

On perçoit dans cette tirade la force et le pouvoir de persuasion du discours de Dom Juan : il fascine, il subjugue Sganarelle mais aussi l'ensemble de l'auditoire.
 
 

Le texte :

 

Dom Juan
Quoi ? Tu veux qu’on se lie à demeurer au premier objet qui nous prend, qu’on renonce au monde pour lui, et qu’on n’ait plus d’yeux pour personne ? La belle chose de vouloir se piquer d’un faux honneur d’être fidèle, de s’ensevelir pour toujours dans une passion, et d’être mort dès sa jeunesse à toutes les autres beautés qui nous peuvent frapper les yeux ! Non, non : la constance n’est bonne que pour des ridicules ; toutes les belles ont droit de nous charmer, et l’avantage d’être rencontrée la première ne doit point dérober aux autres les justes prétentions qu’elles ont toutes sur nos cœurs. Pour moi, la beauté me ravit partout où je la trouve, et je cède facilement à cette douce violence dont elle nous entraîne. J’ai beau être engagé, l’amour que j’ai pour une belle n’engage point mon âme à faire injustice aux autres ; je conserve des yeux pour voir le mérite de toutes, et rends à chacune les hommages et les tributs où la nature nous oblige. Quoi qu’il en soit, je ne puis refuser mon cœur à tout ce que je vois d’aimable ; et dès qu’un beau visage me le demande, si j’en avais dix mille, je les donnerais tous. Les inclinations naissantes, après tout, ont des charmes inexplicables, et tout le plaisir de l’amour est dans le changement. On goûte une douceur extrême à réduire, par cent hommages, le cœur d’une jeune beauté, à voir de jour en jour les petits progrès qu’on y fait, à combattre par des transports, par des larmes et des soupirs, l’innocente pudeur d’une âme qui a peine à rendre les armes, à forcer pied à pied toutes les petites résistances qu’elle nous oppose, à vaincre les scrupules dont elle se fait un honneur et la mener doucement où nous avons envie de la faire venir. Mais lorsqu’on en est maître une fois, il n’y a plus rien à dire ni rien à souhaiter ; tout le beau de la passion est fini, et nous nous endormons dans la tranquillité d’un tel amour, si quelque objet nouveau ne vient réveiller nos désirs, et présenter à notre cœur les charmes attrayants d’une conquête à faire. Enfin il n’est rien de si doux que de triompher de la résistance d’une belle personne, et j’ai sur ce sujet l’ambition des conquérants, qui volent perpétuellement de victoire en victoire, et ne peuvent se résoudre à borner leurs souhaits. Il n’est rien qui puisse arrêter l’impétuosité de mes désirs : je me sens un cœur à aimer toute la terre ; et comme Alexandre, je souhaiterais qu’il y eût d’autres mondes, pour y pouvoir étendre mes conquêtes amoureuses.

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2022/01/pour-moi-la-beaute-me-ravit-partout-ou-je-la-trouve.html

 

Vidéos :

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.58/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • chat maigre chat maigre 15 janvier 20:30

    merci rosemar 

    J’ai un peu de mal à croire que je suis le seul à apprécier ce petit hommage.

    Aujourd’hui, j’ai passé la journée à Pézenas pour les 400ans de Molière, il y avait une ambiance extraordinaire et j’ai été surpris par l’engouement qu’à suscité l’évènement. 

    Toute la journée et dans toute la ville était joué des saynètes extraites des pièces de Molière, j’ai assisté à l’inauguration d’une superbe statue de Molière devant l’hôtel de Peyrat et j’ai pu déguster la cuvée Molière de l’AOC Pézenas...un délice !!

    si vous aimez Molière et le théâtre, je vous conseille Le festival Molière « le théâtre dans tous ses éclats » du 3 au 12 juin

    et cerise sur le gâteau un dîner gastronomique spectacle en ouverture « le festin de Molière » moi, j’y serai et vu l’engouement qu’il y avait aujourd’hui, je pense qu’il faut réserver bien à l’avance.

    pourquoi Pézenas me direz vous peut être ?

    Marcel Pagnol écrivit : « Si Jean-Baptiste Poquelin est né à Paris, Molière est né à Pézenas »

    il a passé de nombreuses années à Pézenas et c’est là qu’il a fait ses armes au théâtre en sillonnant le Languedoc dans la troupe de Charles Dufresne.

    En 1650 les états généraux du Languedoc se tiennent à Pézenas et la troupe est retenue pour divertir ces messieurs des états. Puis, en 1653 Molière devient comédien des états généraux et de son Altesse Royale le Prince de Conti, 3ième personnage du royaume à cette époque.

    Ces années en Languedoc auront marqué Molière et certains de ses personnages sont peut être inspirés par ses rencontres 

    on a pu dire que Dom Juan avait pour modèle le Prince de Conti, que Tartuffe avait des traits de l’abbé Rouquette.


    • rosemar rosemar 15 janvier 22:16

      @chat maigre

      Molière mérite un hommage : son oeuvre reste encore d’actualité... 
      Pézenas, oui, se doit plus particulièrement de rendre hommage à Molière... 
      Merci pour tous ces rappels.
      Voici une analyse qui montre toute l’importance de Dom Juan dans la carrière de Molière :

      http://rosemar.over-blog.com/2015/05/dom-juan-le-combat-de-moliere.html

      Merci encore !


    • troletbuse troletbuse 15 janvier 22:43

      @rosemar
      C’est Corneille qui aurait écrit les œuvres attribuée à Molière. Comme les merdias bien-pensants que vous lisez dénoncent cette affirmation, ca doit être vrai.


    • troletbuse troletbuse 15 janvier 22:47

      @rosemar
      Hommage : pour une femme, faut-il dire femmage ? Bien que ce ne soit pas poli de demander son âge à une femme !  smiley


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 janvier 23:30

      @troletbuse
      C’est sur que pour tes oeuvres tes chiottes en font foi .


    • troletbuse troletbuse 15 janvier 23:32

      @Aita Pea Pea
      Vexé ? Emmerdé ? Ca fait plaisir


    • chat maigre chat maigre 15 janvier 23:52

      @troletbuse

      renseigne toi sur sa vie, sa mort et son enterrement.

      l’académie française regrettant que ce rare esprit ne lui fut pas associé, voulut du moins faire siéger sa mémoire dans l’enceinte où se réunissait sa société.
      Cette belle inscription fut placée sous son buste « Rien ne manque à sa gloire, il manquait à la notre. »

      l’épitaphe que les regrets de l’amitié inspirèrent à La Fontaine :

      "Sous ce tombeau gisent Plaute et Térence,
      Et cependant le seul Molière y gît,
      Leurs trois talent ne formaient qu’un esprit
      Dont le bel art réjouissait la France.
      Ils sont partis, et j’ai peu d’espérance
      De les revoir, Malgré tous nos efforts
      Pour un long temps, selon toute apparence,
      Térence, et Plaute, et Molière sont morts.

      de toute façon rien que l’amitié et le respect que lui porter louis XIV suffit à prouver que ton affirmation est fausse

      Et pour finir Molière et Corneille était en concurrence, tu donnerais toi, ton travail pour aider ton concurrent direct ???


    • troletbuse troletbuse 16 janvier 11:12

      @chat maigre
      Je me suis renseigné il y a quelques années. Corneille et Molière se voyaient à Rouen je crois. Et Corneille ne voulait pas apparaître comme l’auteur de comédies légères.
      Il les aurait donc données à Molière. Je n’en sais pas plus.


    • chat maigre chat maigre 16 janvier 12:44

      @troletbuse

       je m’interdit de gâcher les enterrements et les commémorations mais ma curiosité me poussera à allé gratter cette piste un jour ou l’autre.


    • Aristide Aristide 16 janvier 14:22

      @troletbuse

       Je n’en sais pas plus.

      Comme sur de nombreux sujets, essayez un peu de chercher, vous trouverez ... ici par exemple : Deux chercheurs prouvent que Corneille n’a pas écrit les pièces de Molière.

      C’est autre chose que vos élucubrations ...


    • chat maigre chat maigre 16 janvier 17:21

      @Aristide

      merci vous me rassurez.
      il est vrai que j’ai passé une agréable journée hier à Pézenas pour les 400ans de Molière mais j’avais un peu peur d’avoir gaché une journée en commémorant la naissance d’un usurpateur.

      quelle buse ce trolet



      • troletbuse troletbuse 15 janvier 22:21

        @troletbuse
        Et Rosemar écrit peut-être beaucoup d’articles sous son influence.


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 16 janvier 12:35

         ’’ Pour moi, la beauté me ravit partout où je la trouve... ’’ (Rosemar)

         

         « L’industrie est la cause de toute laideur » Oscar Wilde

        L’industrie génomique est hideuse.

        Le combat contre cette abomination est la plus belle cause qui soit aujourd’hui.

        Encore un effort, rosemar.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité