• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sous le signe de Cléopâtre...

Sous le signe de Cléopâtre...

 

JPEG

Deux journées consacrées à Cléopâtre : ce fut l'occasion d'évoquer ce personnage mythique qui a inspiré tant de légendes, de tableaux, d'oeuvres cinématographiques.

 

La ville de Nîmes a, ainsi, pendant deux jours, rendu hommage à la reine la plus célèbre de l'antiquité...

 

Des jeux romains ont été reconstitués dans le cadre somptueux des Arènes de la cité : exercices équestres, courses de chevaux, chars de combats et gladiateurs, évocation de la bataille navale d'Actium, où s'affrontèrent la marine d'Octave et celle de Marc Antoine et Cléopâtre.

 

Cléopâtre ! Ce seul nom suscite le rêve ! Un personnage entouré de mystères, au destin d'exception, un personnage fascinant qui attise encore tant de curiosités....

 

Cléopâtre, reine d'Egypte a été maintes fois représentée et mise en scène, Cléopâtre la séductrice, à la beauté divine fut, aussi, un esprit cultivé et brillant.

 

Une femme moderne, libre, une reine magnifiée par la légende...

 

Elle qui séduisit César, Marc Antoine, elle qui était issue d'une famille d'origine grecque, Cléopâtre a laissé son empreinte sur l'histoire du monde et de l'Egypte.

 

Elle fit trembler Rome, elle fut l'ennemie exécrée des romains : on se souvient de l'ode du poète Horace, sur la mort de Cléopâtre, "Nunc est bibendum, Maintenant, il faut boire"... il faut boire pour célébrer la victoire d'Actium, se réjouir de la mort de la reine, mais il faut, aussi, célébrer, admirer son courage, sa détermination, sa volonté d'échapper à son vainqueur...

Cette ode est, malgré tout, une façon de rendre hommage à la reine d'Egypte...

 

A Nîmes, les deux journées consacrées à cette héroïne de l'antiquité ont permis aux enfants et aux adultes de découvrir cette reine à travers différentes représentations depuis l'antiquité jusqu'à nos jours : bas reliefs, sculptures, tableaux, films, bande dessinée...

 

Les enfants ont été conviés, dans le jardin de la ville, à des activités ludiques : confection de masques de Cléopâtre, jeux de construction de pyramides, découverte de l'archéologie, grâce à des simulations de fouilles, initiation à des jeux antiques, spectacle de théâtre improvisé, mettant en scène Cléopâtre et des protagonistes célèbres de cette époque...

 

Un stand était, aussi, consacré à la médecine égyptienne qui utilisait des végétaux, ail, oignon, pavot, orge, mais aussi, des excréments de lézards, de crocodiles...

 

Sur les visages des enfants, on pouvait lire curiosité, étonnement, bonheurs des découvertes...

 

Des enfants et des adolescents ont pris plaisir à revêtir des toges antiques, des tuniques, des pagnes, de robes longues plissées et évasées, pour se fondre dans l'atmosphère de l'époque.

 

Ces deux journées ont permis à chacun de redécouvrir Cléopâtre, ce personnage devenu mythique, qui suscite encore de nos jours la curiosité et le rêve...

 

 

Le blog avec plus d'illustrations :

http://rosemar.over-blog.com/2016/04/sous-le-signe-de-cleopatre.html

 

Pour mieux connaître Cléopâtre : une biographie...

http://www.larousse.fr/encyclopedie/groupe-homonymes/Cl%C3%A9op%C3%A2tre/113829

 

Le poème d'Horace :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nunc_est_bibendum

http://www.espace-horace.org/iter2/ode_I_37.htm

 

JPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEG

 

Photo : en haut de l'article : représentation de Cléopâtre sur le temple d'Isis à Philae

 

Photos : rosemar

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.7/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Arthur S Clark Kent 2 août 2018 11:12

    « On se souvient de l’ode du poète Horace, sur la mort de Cléopâtre, »Nunc est bibendum, Maintenant, il faut boire«  »


    Encore une escroquerie des latinistes Nîmois qui refont l’histoire, alors que ceux de Clermont-Ferrand savent très bien qu’il s’agit de la devise des usines Michelin qui ont adopté le slogan qu’ils avaient créé pour prévenir de l’arrivée de leur camionnette publicitaire dans la caravane du tour de France !

    • rosemar rosemar 2 août 2018 11:31

      @Clark Kent

      Et même le nom du bonhomme Michelin vient du latin !!

    • Arthur S Clark Kent 2 août 2018 13:01

      @rosemar

      « Et même le nom du bonhomme Michelin vient du latin !! »

      Il vient même de la citation que vous avez extraite des pages rousses du petit Larose : en 1894, une pile de pneus décorait le stand Michelin à l’Exposition universelle, internationale et coloniale de Lyon. Édouard Michelin avait dit à son frère André : « Regarde, avec des bras, ça ferait un bonhomme ! ».

      Le dessinateur O’Galop a traduit l’image en utilisant un projet refusé par une brasserie et qui représentait un gros homme (supposé être Gambrinus) qui brandissait une chope de bière en s’exclamant : « Nunc est bibendum ! ». Le personnage a été repris sous la forme d’un assemblage de pneus, la chope a été remplacée par une coupe remplie de tessons de verre et de clous, la phrase latine a été conservée. Sur l’affiche, on voyait les autres convives, les concurrents (?) qui se « dégonflaient », et le slogan maison d’alors explicitait l’illustration : « Le pneu Michelin boit l’obstacle ».

      Finalement, c’est la devise d’Horace qui est devenue le slogan et même l’emblème de la firme, par métonymie et non par métaphore comme souvent.

      (la métonymie est une figure de style qui entretien des rapports de contiguïté avec l’objet évoqué alors que la métaphore évoque une similarité).

    • Arthur S Clark Kent 2 août 2018 13:39

      @Clark Kent

      Vous trouverez l’affiche en question dans cet article.


    • rosemar rosemar 2 août 2018 13:48

      @Clark Kent

      MERCI pour ces explications précises et détaillées...

    • Arthur S Clark Kent 2 août 2018 19:52

      @arioul

       L’âne appelle le coq grande bête. 

    • Étirév 2 août 2018 11:26

      Avant que ne débute notre ère, les plus grandes figures féminines, loin d’avoir, dans l’histoire, l’éclat des grands hommes qui se glorifiaient mutuellement, étaient enveloppées d’obscurité, le plus souvent anonymes ; leur modestie naturelle les avait diminuées, on l’exagérait encore, tant on les faisait petites. Elles paraissent même abjectes, suivant la nouvelle morale qui avilissait la grandeur intellectuelle et ne glorifiait que l’orgueil.

      Triste histoire, terrible épopée d’une race de captives et d’esclaves, qui nous montre la Gynécaïa, cette belle harmonie féminine, comme dit Baschofen, finissant avec Cléopâtre, qui semble marquer la fin du règne de la Femme.

      Rappelons que lors de la prise d’Alexandrie par César, la première Bibliothèque fut incendiée. Mais la seconde Bibliothèque, celle de Sérapis, échappa à la destruction ; elle fut même augmentée de 200 000 ouvrages provenant de la Bibliothèque des rois de Pergame, donnée par Antoine à la reine Cléopâtre.

      Livres de Femmes…


      • rosemar rosemar 2 août 2018 11:56

        @Étirév

        Enfin, honneur aux femmes !

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 août 2018 11:40

        bonjour Rosemar, j’ai parfois l’impression que vous voyagez dans mes pensées. Ostannes et ses compagnons s’adressent à Cléopâtre :...


        « Dis nous-nous comment ce qui est supérieur descend vers ce qui est inférieur et comment ce qui est le plus bas monte vers ce qui est le plus haut, comment ce qui est au milieu s’approche de ce qui est en bas et de ce qui est en haut (de telle sorte) qu’ils se rencontrent et s’unissent par leurs rapports avec ce qui est au milieu : comment les eaux bénies bénies descendent d’en haut pour rechercher les morts qui, à l’intérieur de l’Hadès, gisent de tous côtés, enchaînés, accablés dans les ténbres et dans l’ombre ; comment le remède de la vie vient à eux et les éveille, les tirant de leur sommeil afin qu’ils entrent en sa possession. »
        Cléopâtre leur répond : « les eaux en les envahissant éveillent les corps et les esprits prisonniers et impuissants...Peu à peu, ils se développent, croissent, se revêtent de teintes multicolores et resplendissent comme les fleurs au printemps. Cependant, le printemps est plein d’allégresse, il se réjouit de l’épanouissement de leur maturité. »

        • rosemar rosemar 2 août 2018 12:05

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Ostannes ? Qui est-ce ?

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 août 2018 12:39

          @rosemar


          Un alchimiste persan. 

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 août 2018 11:46

          Cléopâtre ou la GLOIRE du PERE. Assez semblable à Athéna. Etirev, Rome ne signe pas l’éclypse de l’homme, mais de la tradition, de l’origine de la création : LE PERE ou HERMES TRISMEGISTE : l’androgyne primordial. 


          • phan 2 août 2018 11:47
            Cléopâtre était d’origine africaine et non grecque : quel mot en grec pour désigner les « noirs » ? Aithi-ops –opos l adjectif « d’Éthiopie, éthiopien », les gens au visage hâlé par le soleil et sous le signe de Nafissatou Diallo : « Si toi aussi tu sautes la bonne ».

            • rosemar rosemar 2 août 2018 12:04

              @phan

              Cléopâtre avait des origines africaine et grecque... 


              Le mot « été » comporte sans doute le même radical que le nom « éthiopien »...


            • covadonga*722 covadonga*722 2 août 2018 13:11

              @rosemar


              Cléopâtre avait des origines africaine et grecque..

              c’est sourcé par quels historiens cette ascendance Africaine ?

              elle est une probable bâtarde des Lagides mais s’il y eu des pharaons noirs 
               
               il y a des sources pour elle ?l
              es romains l’appelle « l’égyptienne » d’après flavius josephe plus parce qu’elle est une des rares de cette caste a le parler l’égyptien .

              au passage l ’objet de votre admiration a un paquet de cadavres dont celui de sa sœur
              accroché au bas de son haïk.. 


            • rosemar rosemar 2 août 2018 13:56

              @covadonga*722

              Le pouvoir conduit aux pires extrémités...

            • phan 2 août 2018 14:23

              @covadonga*722

              L’origine africaine de Cléopâtre : la preuve par le squelette et il faut rendre à Cléopâtre ce qui appartient à Cléopâtre : son identité !
              Cléopâtre, la « Meriochane » ou « bouche ouverte », pratiquait l’inflation, chose taboue chez les Grecs, comme la déflation interdite chez les Romains.

            • covadonga*722 covadonga*722 2 août 2018 18:05

              @phan
              bonjour , comme dis plus haut je sais qu’il y a eu des pharaons d’origines Africaine , la n’est pas le problème , Arsinoé et Cléopatre ont le meme père de la lignée Lagides un macédonien donc , mais pas la meme mere, est il probable qu ’Arsinoé soit d’origine Africaine le débat reste ouvert mais ne valide en rien la thèse d’une Cléopâtre noire 


              « 
              Petit problème : les tests ADN n’ont pas été concluants, loin de là, les os ayant été trop souvent manipulés. Par ailleurs, les analyses ont montré que les os appartenaient à une adolescente âgée de 15-16 ans, ce qui semble plutôt jeune pour une femme connue pour avoir joué un rôle important dans la géopolitique de cette époque. »

            • phan 2 août 2018 18:34

              @covadonga*722

              Née à Alexandrie en 69 avant J.-C., dans une dynastie macédonienne grecque qui avait gouverné l’Égypte pendant trois siècles, Cléopâtre accéda au trône à 17 ans. Trois ans plus tard, elle séduisit Jules César, en lui portant un fils, Césarion.

            • covadonga*722 covadonga*722 2 août 2018 19:27

              @phan
               je vas éplucher tout ça mais je vous soupçonne d’un léger parti pris , bon comme l’indique l’autre bourricot j’ai peu de cervelle , je vais donc recouper tout ces argumentations « sur la » négritude" de Cléopâtre 


            • phan 2 août 2018 22:44

              @covadonga*722

              Pour passer du coq à l’âne, Cléopâtre était une femme moderne, libre et buccale.
              et il faut attendre l’édition 1984 du Petit Robert pour y voir figurer le mot en latin fellacio : avec l’inflation qu’Isis (déesse de la fécondité) redonne la vie à Osiris (dieu des morts).

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 août 2018 11:50

              corrigé : Cléopâtre ou la GLOIRE du PERE. Assez semblable à Athéna. Etirev, Rome ne signe pas l’éclypse de la femme, mais de la tradition, de l’origine de la création : LE PERE ou HERMES TRISMEGISTE : l’androgyne primordial. Celui qui seul peut révéler le féminin. La catholicisme ou le rejet du féminin sacré, asservi à la domination PHALLIQUE (déni de la femme ancestrale).


              • rosemar rosemar 2 août 2018 12:13

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Merci pour ce rappel de l’étymologie du nom de Cléopâtre..., mot d’origine grecque !

              • phan 2 août 2018 12:24

                @rosemar

                Cléopâtre a été surnommée « Cheilon » qui signifie « grosses lèvres » : Rocla+ en connait un rayon.

              • Henry Canant Henry Canant 2 août 2018 18:27

                Ma pauvre rosemar,


                Je n’ai aucune envie d’enrichir l’intellecte d’une lobotomisée donc je ne développerai pas.

                Cléopâtre a fait un mariage incestueux, à un placard rempli de cadavres comme l’écrit covadonga.

                Famille grecque, non dynastie des Ptolemees, général d’Alexandre qui monta sur le trône d’Égypte à sa mort.

                Pour Cléopâtre, il y avait autant de sang grec que de molécules actives dans une pilule homéopathique. 

                A force de vouloir étaler une culture homéopathique, on s’étale soi-même.


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 août 2018 11:08

                  Qu’importe l’exactitude des faits. Chacun racontant l’histoire selon sa propre loupe ou version qui l’arrange. FLAVIUS JOSEPH était-il vraiment libre de ses propos ? Alors gardons le mythe, l’essence (ce qui dans le cas de Cléopâtre est parfaitement circonstancié vu la longueur de son nez). « Elle en avait » selon l’expression courante....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès