• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sylvain Tesson : « Il faut choyer, vénérer les mots ! »

Sylvain Tesson : « Il faut choyer, vénérer les mots ! »

JPEG

Invité d'honneur de l'émission La Grande Librairie du mercredi 11 mai , Sylvain Tesson a rendu un magnifique hommage aux mots, à la langue...

 

"Ma vie, c'est raconter par des mots tout ce que je vis, c'est à dire transformer en verbe les sensations que j'éprouve, les émotions qui me traversent, les situations que je vis et les rencontres que je fais...

Avec l'impression que ce n'est pas vécu complètement tant que ce n'est pas écrit. Sinon, ça se volatilise dans l'indicible.

J'adore dire ce que j'ai vécu, d'ailleurs, je prends des notes tout le temps, je raconte, je vis deux vies, en fait. Une vie organique, sur le plan réel, dans la substance réelle des choses et après, je la transcris sur le papier.

 

J'aime la restitution formelle en mots de ce qui a été vécu, mais je n'ai pas besoin d'y ajouter la fiction, je n'ai pas besoin d'y ajouter cette espèce de dopant, de stéroïde de l'imaginaire... j'ai l'impression que c'est du dopage, c'est comme quand on s'injecte des substances pour aller plus vite dans la côte, je n'ai pas besoin de la fiction. Je trouve que c'est tellement incroyable, le spectacle du monde, le spectacle des hommes, ce qui vous traverse, la vie, le simple corps humain, le spectacle d'une main qui se referme, tout cela vient de millions d'années, de mystères qui ne sont pas encore très bien compris, pas encore très bien connus, tout est incroyable !

 

Tout ce qui se dévoile est beau, tout est mystérieux, tout ce que vous rencontrez, tout est adorable... alors, pourquoi ne pas se contenter d'écrire ce qui vous est arrivé ? Et ça vous précipite dans une espèce de roman qui est votre propre vie..."

 

Mais il y a aussi le style de Sylvain Tesson, souvent empreint d'autodérision, de jeux de mots, d'un amour fou pour la langue, l'histoire, la géographie...

"Il y a une chose que j'aime profondément et que j'aimerais partager avec tous les gens que j'aime, c'est l'amour des mots, j'aime les mots, je trouve cela merveilleux...

Ce sont des voyageurs remarquables, ils viennent de très loin, ils ont traversé des siècles, parfois, ils ont été un petit peu torturés, parfois, on ne les comprend pas, parfois, on les emploie pour autre sens, ce sont souvent des migrants, ils viennent de partout, ils se sont fécondés, parfois ils ont disparu.

 

Il y a une espèce de richesse sensuelle dans le vocabulaire et dans l'usage des mots... moi, j'adore les dire !

En plus, j'ai eu un problème physique, à la suite d'une chute. Donc, l'élocution est devenue difficile, alors, c'est comme un travail de pétrissage, j'aime dire les mots, j'aime les chuintantes, j'aime les sifflantes, j'aime les dentales, c'est pour moi un effort d'articuler et je trouve qu'il faut rendre grâce aux mots.

 

Il y a la langue, c'est ce qu'il y a de plus beau, le verbe ! C'est notre propre, c'est ce qui fait que vous et moi, on est des êtres humains : c'est pas uniquement qu'on est bipède et que l'on a, comme diraient les paléontologues, les yeux qui nous permettent de regarder de face, comme les prédateurs, ce n'est pas que ça, le propre de l'homme...

Le propre de l'homme, c'est le verbe, c'est la capacité de dire le monde, de le recomposer, de le recréer, de le comprendre, de recréer un plan de réalité avec simplement le verbe ! C'est magnifique ! Il faut choyer les mots, il faut les vénérer !

C'est dommage que nous soyons un peu, en ce moment, dans une époque où les machines ont pris tellement de place, partout autour de nous, entre nous, en nous, même, que la langue s'est un peu écartée, elle est un peu intimidée, elle s'est appauvrie.

Certes, il y a encore des gens qui ont le verbe haut, qui parlent clair, qui parlent fort, il y a encore des langages merveilleux, il y a encore des gisements pétrolifères, il y a encore des gisements sémantiques, il y a encore des gisements de mots techniques, argotiques, il y a encore des gens qui parlent de magnifiques langues soit extrêmement châtiées, soit extrêmement populaires, mais, en tout cas, le personnel qui est censé nous diriger, l'autorité politique qui parfois, dans l'histoire, a usé d'un verbe superbe, je pense aux oraisons, je pense aux grands discours, je pense aux grandes plaidoiries, aujourd'hui, ils s'expriment vraiment comme des marchands de semelles de caoutchouc, ça ne va pas du tout..."

 

Quel vibrant éloge des mots et de la langue !

Magnifique éloge dans lequel Sylvain Tesson use d'un langage imagé, poétique !

Un éloge au cours duquel il magnifie les sonorités, chuintantes, sifflantes, gutturales, dentales... un éloge où il dévoile son amour pour la langue française, sa diversité, ses richesses, ses différents registres...

Célébrons les mots !

 Ecoutez le nom de l'aurore, aussitôt apparaissent des teintes dorées et roses d'une matinée transparente et claire... Entendez le mot "pécore" et vous voyez aussitôt la prétention, la sottise de celle qui parle à tort et à travers.

 

Les mots nous parlent d'autant plus qu'ils nous sont inconnus ou mystérieux : "amarante, cinabre, synecdoque, cicindèle." Les mots offrent, alors, une beauté exotique et lointaine qu'on a envie de découvrir comme de nouvelles terres, de nouvelles conquêtes, des territoires inexplorés.

 

Les mots se répondent aussi, se parlent entre eux, ils s'associent, se marient ou se contrarient. Le verbe, ou le mot par excellence, l'adverbe, le verbiage se fondent harmonieusement. L'homonyme, le synonyme, l'anonyme et l'antonyme forment une symbiose parfaite, une famille de mots inséparables.

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2022/05/sylvain-tesson-il-faut-choyer-venerer-les-mots.html

 

Source :

https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-14/3342676-emission-speciale-sylvain-tesson.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.45/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 mai 16:13

    Les Inuits, eux, parlent avec des exquis mots.



    • Fergus Fergus 20 mai 17:26

      Bonjour, rosemar

      Sylvain Tesson a bien raison. Et c’est pourquoi, comme je l’ai écrit dans un article de 2021, il faut non seulement user sans modération de notre langue, mais ne pas hésiter à la faire vivre, voire à la bousculer  :


      La langue est une coquette, il faut la courtiser,

      La vêtir de dentelles, et la parer d’émaux,

      Lui faire des enfants, l’engrosser de mar… mots

      L’enivrer de nectars, la couvrir de baisers ;

       

      L’emmener en voyage, la bousculer beaucoup,

      Lui faire découvrir de nouvelles saveurs,

      La convaincre toujours de ne pas avoir peur

      L’amener à aimer tant le sage que le fou.


      • Fergus Fergus 20 mai 17:35

        Un article où je « célébrais » les mots à ma manière, ou plus exactement de différentes manières :
        Ecrire, un plaisir sans cesse renouvelé.


      • Clocel Clocel 20 mai 18:56

        Tiens ?! Z’avez pas trouvé une photo de Qasimodo pour illustrer votre article !? smiley


        • rosemar rosemar 20 mai 21:56

          @Clocel

          Mais il a tout le charme de l’intelligence...



        • baliste 20 mai 21:29

          Ben je reste sur ma faim . Vive les maths ! Dire que l’écriture venant du symbolisme a était inventé pour transmettre ce qui ne pouvait plus l’être a l’oral . Quand on voit ce qu’on font la plus par des auteurs modernes ... Du verbiage sans but que de faire perdre du temps . En gros il y a Culture et culture , Ecriture et écriture .... Mais bon on est d’accord que ce n’est pas aujourd’hui qu’on réécrira l’Iliade , ou le mahabaratha .


          • rosemar rosemar 20 mai 21:50

            @baliste

            Je vous conseille de lire Sylvain Tesson : Géographie de l’instant, Une très légère oscillation, Un été avec Homère, etc.



          • rosemar rosemar 20 mai 21:55

            @baliste

            par exemple :

            « La neige : les éclats brisés du silence céleste... »

            « Neige : la poudre aux yeux de l’hiver... »

            « Lueur d’espoir : une petite mousse dans la fissure d’un mur. »

            « Sapin de Noël : on aura même réussi à rendre les arbres ridicules. »

            « Pâquerettes : taches de douceur sur la joue du gazon. »


          • baliste 20 mai 22:30

            @rosemar
            Je ne dis pas que l’on peu pas faire de très belles choses avec la langue française ou avec l’écriture en générale . Mais ecrire de belles choses qui on du sens , c’est deja plus compliqué .
            Ecrire en rythme (poésie etc ) par exemple est une vrais science , un livre comme la bible est extraordinaire , tout comme le mahabaratha ou l’Illiade .
            La poésie , perse par exemple ...
            Je ne suis pas un inculte et j’ai énormément lu (pour pallier les limites abyssale du lavage de cerveau national ) .
            Je n’aimes pas les gens qui jouent avec les mots pour finalement ne rien dire , un des pire exemples : les discours politiques , comment faire pour ne pas répondre a une question en sortant pleins de longues phrases incompréhensibles ...
            Et enfin l’orthographe n’est pas une nécessité pour écrire quelque chose de beau ou d’important , sauf si on a faire a des qi - .



          • rosemar rosemar 20 mai 22:49

            @baliste

            Géographie de l’instant : quel merveilleux titre qui mêle l’espace et le temps !


          • baliste 20 mai 23:05

            @rosemar
            « Un conseil utile de Tesson : »

            .... Bon conseil je vous propose aussi de le suivre plutôt que de perdre votre temps sur le net smiley
            Pas de smartphone ou de tablette pour moi , juste un vieux portable qui n’est plus portable et l’Océan devant moi .


          • rosemar rosemar 20 mai 23:51

            @baliste

            J’ai un smartphone, mais je l’utilise peu : essentiellement pour faire des photos et des films. Admirez le résultat :

            https://youtu.be/KuhzCJaY140


          • baliste 21 mai 00:12

            @rosemar
            Vous êtes un sacré personnage ,comme on dit . Profitez de la vie au lieu de venir vous faire insulté ici .... 


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 21 mai 07:36

            @baliste

            « Dire que l’écriture venant du symbolisme a était inventé pour transmettre ce qui ne pouvait plus l’être a l’oral . »

            Pas du tout.

            L’écriture a été inventée pour la comptabilité et garder une trace des crédits et des dettes quand l’agriculture en Egypte et en Mésopotamie étaient irriguées et que les dominants veillaient à ce que la récolte ne soit pas « dispersée ».

            Les premiers parchemins écrits en hiéroglyphes et les premières tablettes d’argile en écriture cunéiforme étaient des registres qui permettent d’ailleurs aujourd’hui de connaitre les variations des ressources.

            Ce n’est que par la suite que l’écriture a servi à garder la trace des généalogies et à trancrire la représentation cosmogonique de l’univer sous la forme de mythes.

            Les alphabets phénicien et grec sont venus bien après, et ils étaient surtout utilisés par les commerçants. Les paysans étaient illettrés (sauf les propriétaires, évidemment).


          • baliste 23 mai 03:13

            @Séraphin Lampion
            Si vous le dites ... C’est évidant que l’écriture vient des agriculteurs et évidemment pas du clergé .... C’est bien connu que les lettrés sont les gens de la terre smiley
            Vous semblez intelligent et cultivé mais vous avez de grosse lacunes sur la tradition humaine ...
            Je peux vous dire que dans tout les peuples traditionnels , les lettrés ne sont pas les cultivateurs ... Les aborigènes 40 000 ans n’ont jamais compté leurs récoltes , nomades ils utilisaient le symbolisme , pour les lieux important et surtout pour les nœuds d’énergies (sources d’eau ) .
            Si vous pensez comme comme les modernes que tout vient par l’expérimentation , c’est que vous n’avez rien compris au symbolisme (savoir a quoi sert une plante simplement par la compréhension de son symbole .).
            La connaissance de l’homme est en chute , depuis la chute . 


          • baliste 23 mai 03:26

            @Séraphin Lampion
            Je n’ais pas la science infuse , je me demdé ce que vous pensez de ca ?
            La Tradition selon la perspective de René Guénon — Wikipédia (wikipedia.org)



          • phan 20 mai 21:37
            Sylvain Tesson est il un spécialiste des mots grecs ? L’odyssée, c’est long comme lacune ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité