• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « 30 jours de nuit » : vampire... vous avez dit vampire ?!

« 30 jours de nuit » : vampire... vous avez dit vampire ?!

30 jours de nuit, le pitch est déjà contenu dans le titre, c’est pratique : il s’agit de l’histoire d’un petit village d’Alaska qui, alors qu’il est plongé comme chaque hiver dans la nuit durant un mois, est soudainement la cible de vampires terrifiants venus dans ce trou quasi perdu pour s’offrir un bon petit gueuleton à la sauce ketchup et à l’odeur de barbecue.

C’est une sorte de cocktail sanguin entre John Carpenter (The Thing, Vampires, Ghosts of Mars) et Blade 2 signé Guillermo Del Toro (notamment la fin avec le vampire qui se transforme en cendres sous l’effet du soleil levant), mâtiné de... Rio Bravo. On sait cette histoire adaptée d’une bande dessinée (graphic novel), publiée notamment aux éditions Delcourt*. Le film est d’ailleurs moins graphique que la BD, celle-ci, très sombre, étant davantage marquée par une ambiance crépusculaire (vive le noir de l’encre de Chine !) et par des contrastes plus affirmés, plus cassants, plus « agressifs » pour l’œil. Ici, le film baigne davantage dans un esthétisme soigné de tons assez froids lorgnant du côté du gris et du bleu métalliques, avec, par moments, quand la violence bestiale explose, du rouge sang qui vient éjaculer sur le manteau de neige de la ville fantomatique, façon ghost town. Il y a tout de même un plan - au moins un ! - qui vaut le détour en salle de cinoche, c’est un travelling en plongée, du haut de la ville, à 90°, pour voir le travail saignant de la Grande Faucheuse en action. On a alors l’impression d’être dans Partie de chasse d’Enki Bilal (en moins bien quand même !) ou bien dans un tableau de Brueghel (Chasseurs dans la neige*, 1565) soudainement visité par des vampires furibards qui se prendraient à loisir pour Jackson Pollock en venant faire du dripping - couleur viande rouge à volonté - sur la neige immaculée, le carnage vampirique virant ici au caviardage. Ce plan à l’hélico cadrant un tapis de neige moucheté par la violence de la chasse à l’homme-barbaque est diablement efficace, d’autant plus, qu’à ce moment-là, il n’y a pas de bande-son abrutissante, le film se faisant plutôt silencieux et froid comme la mort. Belle plage picturale de solitude mortifère nous dressant le tableau poignant d’habitants isolés transformés en cheptel par un gang de vampires new-look mettant la ville à feu et à sang.

Bien que standard et basique, ce petit film horrifique, produit par Sam Raimi (l’auteur culte des Evil Dead, entre autres) via sa société de production Ghost House Pictures et réalisé par le Britannique David Slade (Hard Candy), est loin d’être inintéressant. Il y a tout d’abord une belle unité de temps (ces 30 jours de nuit à tenir face aux vampires sanguinaires), de lieu (la bourgade, 150 habitants, s’appelle Barrow) et d’action (on est dans le survival, dans la course poursuite à toute berzingue - d’un côté, les humains doivent tenir bon en se cachant pendant un mois, noir comme la mort, pendant que de l’autre, les vampires ont un plan simple, il s’agit pour eux de s’en donner à cœur joie en bouffant de la chair fraîche à fond la caisse). Voilà le décor planté, on est dans l’horreur insulaire et dans un western neigeux dont la partie de cache-cache dans la brume n’est pas sans rappeler Fog de Carpenter, grand admirateur, comme on le sait, de Howard Hawks, l’auteur de Rio Bravo (1959) et de La Chose d’un autre monde (1951)... dont le remake donnera The Thing - tiens tiens, la boucle est bouclée, en route pour l’horreur et pour du 100 pur sang.

Bon, précisons tout de même que pour apprécier ce film, il faut aimer les films de vampires (on s’en sera douté)... et, en prime, de zombies ! Il faut également souligner que le réalisateur n’a pas voulu respecter tout le folklore "gothique" qui va avec ce genre-là : le film de vampires. Bref, on n’est pas dans Le Bal des vampires, dans Vampire... vous avez dit vampire ? ou bien dans Entretien avec un vampire avec, à la clé, gousse d’ail, crucifix et pieu dans le cœur. On quitte le romantisme très souvent associé à ces monstres suceurs de sang pour tenter d’apporter du sang neuf au genre, pourquoi pas. En même temps, cette idée de ne pas s’embarrasser de psychologie de bazar lénifiante et de faire de ces vampires tout terrain des bêtes féroces assoiffées de sang est plutôt pas mal mais leur côté machines à tuer, brutales et sauvages, les fait bientôt apparaître comme des demeurés, des espèces de rednecks affreux - mon Dieu, qu’ils sont moches ! - et sanguinaires, ne voyant les humains que comme de la nourriture à se mettre sous la dent... tombant à pic. Ainsi, le film perd en mystère ce qu’il gagne en action tonitruante, c’est dommage. Car, question action, au niveau des temps d’horreur suspendue qui sont visés, on a vu mieux ailleurs, par exemple chez Romero ou bien dans le récent et allumé 28 semaines plus tard, beaucoup plus tendu. Il semblerait que David Slade ait quelque peu confondu les vampires et les zombies. D’ailleurs, comme dans Land of the Dead ou dans Je suis une légende, on a un demeuré qui est moins demeuré que les autres et qui devient donc le meneur, le leader, une sorte d’Antéchrist vengeur voulant exterminer coûte que coûte la race humaine. En quelque sorte, heureusement qu’il est là, le bougre, car il élève un peu le niveau. Eh oui, en fréquentant davantage ces créatures sanguinaires limite débiles (proche de l’idiotie des corps zombifiés), c’est là que le film patine quelque peu, tendant à faire du surplace dans son écran de neige.

Oui, autant les scènes d’exposition sont remarquables (la menace sombre qui plane sur la ville comme point de départ, le massacre mystérieux des chiens, la peur au ventre des habitants, l’arrivée d’une espèce de cloche speedée, junkie, jouant les oiseaux de mauvais augure dans le home, sweet home...), autant la monstration de la violence n’est pas si sidérante que cela. L’attaque, la fuite en avant, la gestion du temps (cette course contre la montre, bizarrement, n’est pas si prenante que cela), la ville-jeu vidéo comme parcours du combattant, l’épreuve de force, on connaît la chanson et, par moments, on craint que l’esthétisme vintage, un temps soigné, ne se transforme bientôt en clip vidéo s’apparentant à une ratatouille visuelle bébête et méchante. On y échappe de peu. Vers la fin, les coups de hache répétitifs (coucou Shining !), les têtes de requin lugubres des vampires affreux, sales et méchants puis l’étrange langage rauque et sifflant sortant de leurs goules pas piquées des hannetons (on frôle le comique involontaire par moments), eh bien on commence à en avoir fait grave le tour et on se dit que le huis clos du film, pour être encore plus étouffant, aurait pu encore davantage se restreindre à un minimalisme plus tendu, plus tranchant, plus primaire, plus glaçant. Pour autant, ne boudons pas notre plaisir, ce film, dans le genre, est pas mal - du 2 étoiles sur 4 pour moi - et il faut avouer que l’interprétation est de qualité. Josh Harnett (Eben Oleson) est très bien dans son rôle de shérif ordinaire amené à se surpasser pour contrer l’adversaire redoutable et l’héroïne, incarnée par une blonde de service, Melissa George (Stella Oleson), reste sobre, crédible, voire émouvante. Cependant, en taillant un peu plus à coups de hache dans le scénario, on aurait eu un film encore plus froid et encore plus propice à la trouille... polaire !

* Voir photos

Documents joints à cet article

« 30 jours de nuit » : vampire... vous avez dit vampire ?! « 30 jours de nuit » : vampire... vous avez dit vampire ?! « 30 jours de nuit » : vampire... vous avez dit vampire ?! « 30 jours de nuit » : vampire... vous avez dit vampire ?!

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 11 janvier 2008 09:45

    Voila encore un article qui ne correspond pas à la réalité d’un tres mauvais film que j’ai vu au Mégarama de Villeneuve la Garenne (92) !

    Franchement à éviter

     


    • Abydos 11 janvier 2008 17:55

      Je comfirme aussi, que c’est un trés mauvais film digne de TFDaube, les acteurs sont trés mauvais, le scénario pas trés profond ! Il faut le reconnaitre pour un film d’horreur qui ce veut horreur il fait pale figure a coté des tenors du genre ! Là nous avons un divertissement de série B, A voir à la télévision !

      Pour le fameux plan oui, il est bien mais sans plus, j’ai trouvé le final vraiment décevant surtout au niveau du héros ! Le plus beau plan reste pour moi celui des 1eres secondes avec le bateau prit dans les glaces !

      Oui série B, c’est bien sa ! Franchement ce n’est que pur avis mais évitez de dépenser 8 Euros pour ce film !


    • Lil_Pims 11 janvier 2008 16:49

      J’ai vu ce film il y a deux mois (canada) et j’ai fortement apprecie le cote "requin" grand predateur de ces vampires nouvelle generation. Leur langage qui semble tout droit sorti de la prehistoire, leur look totalement dephase (en chemise dans le froid polaire, logique, ils ne sentent pas le froid) La sequence de travelling sur le carnage est geniale on a du mal a suivre et a distinguer les carnivores des manges, les coups de feu partout le cri le sang, impression de panique generalisee et ces vampires qui font la fete, la foire au bestiau.

      Et puis le calme a nouveau. La traque des derniers survivants. Le jeu du chat et de la souris renforce par l’absence de bande-son, le silence casi absolu si ce n’est des legers bruits de pas sur la neige ou du blizzard. Bon j’avoue la fin un peu nimp le realisateur se laisse un peu aller a la facilite, le scenario perd en originalite. En effet impression d’une grande confusion sont-ce des vampires ou des zombies moins debiles ?

      Et puis bon on sait a quoi s’attendre quand on va voir un film action-horreur non ?

      3 1/2 etoiles sur 5


      • Vincent Delaury Vincent Delaury 11 janvier 2008 17:55

        " En effet impression d’une grande confusion sont-ce des vampires ou des zombies moins debiles ? " (Lil_pims)

        Eh bien, en y réfléchissant bien, ce sont soit des vampires zombifiés, soit des zombies vampiriques : au choix !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires