• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « 7 morts sur ordonnance » Grandeur Nature au Théâtre Hébertot

« 7 morts sur ordonnance » Grandeur Nature au Théâtre Hébertot

Dans le prolongement de « Douze hommes en colère », la pièce « Sept morts sur ordonnance » introduit sur les planches, de manière similaire, une oeuvre cinématographique renommée au profit de partis pris sociétaux ayant marqué leurs contemporains et vient, ainsi, d’être adaptée par Anne Bourgeois et Francis Lombrail, à partir du film de Jacques Rouffio, lui-même tiré du roman de Georges Conchon, et cela en perspective d’une proposition théâtrale haut de gamme autorisant le débat contradictoire et récurrent.

 

JPEG - 52.1 ko
7 MORTS SUR ORDONNANCE
© Laurencine LOT

  

Si le harcèlement est bel et bien au cœur de ce thriller socio-médical, c’est également le contexte provincial, la notabilité locale, la rentabilité économique qui en constituent les ressorts en s’appuyant sur des faits réels ayant focalisé les esprits de l’époque.

Comment une hécatombe familiale pourrait-elle se renouveler à quelques années d’intervalle dans des circonstances semblables sans susciter une interrogation sur les mécanismes destructeurs identiques mis en branle ?

Le commissaire de police Giret (Francis Lombrail) sera donc en charge d’éluder cette problématique meurtrière, supposée criminelle.

 

JPEG - 49.9 ko
7 MORTS SUR ORDONNANCE
© Laurencine LOT

  

En effet, pour démonter un jeu de rôles où chacun arbore celui de l’intérêt collectif, il est nécessaire d’aller débusquer les motivations là où elles se fondent et se construisent, fût-ce derrière des arguments fallacieux.

Du point de vue du Professeur Brézé (Claude Aufaure), aucun doute, c’est la rentabilité de sa clinique privée qui est au cœur de ses préoccupations.

Du côté de Pierre Losseray (Bruno Wolkowitch), c’est avant tout la corrélation entre la réputation, l’honnêteté et le savoir-faire qui sera le moteur de son attitude sans faille pleinement soutenue par Muriel, son épouse (Julie Debazac).

 

JPEG - 56.4 ko
7 MORTS SUR ORDONNANCE
© Laurencine LOT

  

La réactualisation virtuelle de celui du Docteur Berg (Valentin de Carbonnières) agira comme une métaphore foncièrement significative destinée à prouver qu’il s’agit d’une méthode de harcèlement analogue et sans doute exercée par une même personne manipulatrice.

Si, pour ce dernier, ce fut son addiction au jeu d’argent qui aura été le prétexte à le stigmatiser au regard de ses collègues et de la population, pour Losseray, c’est son accident cardiaque qui sera utilisé pour lui porter préjudice.

Dans les deux cas, il s’agira de porter atteinte à une excellente réputation acquise par deux chirurgiens opérant successivement à l’hôpital public alors qu’une clinique privée voisine cherche à gagner des parts de marché…. avec, à sa tête, le fameux Brézé.

 

JPEG - 101.5 ko
7 MORTS SUR ORDONNANCE
© Theothea.com

  

En mettant en scène, sous la directive d’Anne Bourgeois, ce double rapport de forces où le flux pernicieux fonctionne comme un lent venin mais inéluctable, c’est l’estime de soi, avant même le discrédit, qui est directement attaqué au sein de sa vulnérabilité de façon à libérer, sans autre contrainte, la pulsion de mort.

Ainsi l’exacerbation émotionnelle trouve-t-elle logiquement son aboutissement dans le suicide et la folie meurtrière… en réponse aux pressions exercées sur la responsabilité et l’honneur de praticiens en pleine possession de leurs compétences.

 

JPEG - 73.3 ko
7 MORTS SUR ORDONNANCE
© Theothea.com

  

Et néanmoins, la dramaturgie n’occulte point que si le harcèlement moral est avéré dans les deux cas, il y aurait, sans doute, un réel problème sanitaire à laisser opérer un chirurgien fragilisé par son état cardiaque, fût-il remplaçable sur le champ par un de ses confrères.

C’est de cette évaluation subtile face à une situation complexe que le spectateur est appelé, en son âme et conscience, à analyser celle-ci et à l’apprécier au prorata du comportement « citoyen » ou non de chacun des protagonistes.

    
photos 1 à 3 © Laurencine LOT
photos 4 à 6 © Theothea.com
  
7 MORTS SUR ORDONNANCE - ***. Theothea.com - d'après Jacques Rouffio & Georges Conchon - mise en scène Anne Bourgeois - avec Bruno Wolkowitch, Claude Aufaure, Valentin de Carbonnières, Jean-Philippe Puymartin, Julie Debazac, Francis Lombrail, Jean-Philippe Bêche & Bruno Paviot - Théâtre Hébertot

  
  

JPEG - 73.7 ko
7 MORTS SUR ORDONNANCE
© Theothea.com

   


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès