• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > A Venise, une curieuse statue conduit à un moment crucial de (...)

A Venise, une curieuse statue conduit à un moment crucial de l’histoire chrétienne

Qui a déambulé dans la Sérénissime a vu qu’au sortir d’une de ses ruelles on peut embrasser d’un seul coup d’œil la place Saint-Marc et son joyaux byzantin. La statue pourtant là aussi dans un coin, s’efface devant l’inondation de richesses que nous offre la basilique. Un quadrige magistral domine les voussures de la façade et le regard. Napoléon le rapportera à Paris (*), mais pas cette statue.

Lui avait-on raconté leur même voyage ?

 

Probablement parce qu’elle est agrippée comme elle peut côté sud de la somptueuse basilique, plusieurs séjours à Venise peuvent ne pas suffire pour la distinguer. Abîmée, discrète et singulière, généralement ignorée des visiteurs, elle s’affiche pourtant au cœur de la cité, au plus près aussi du palais des puissants Doges.

Son apparence contraste avec son histoire.

Témoignage de leur valeur patrimoniale avec le quadrige, les deux œuvres originales sont conservées à l’intérieur de l’édifice.

La curiosité que suscite notre statue et ce statut privilégié, peuvent nous conduire jusqu’à un point crucial de l’histoire chrétienne qu’elle n’était pas censé représenter. Et pour cause. A l’heure de sa création le paganisme était encore religion de l’empire romain, mais plus pour longtemps. Quelques décennies suffiront pour arriver jusqu’à sa liaison avec l’histoire chrétienne.

Cette représentation de quatre hommes en arme liés dans une étreinte de porphyre rouge (**) est l’illustration saisissante de la nouvelle gouvernance romaine, qui produira à son insu l’accélération de la diffusion du christianisme.

JPEG - 752 ko

Originale à l’intérieur de la basilique.

 

Prélude à la réalisation de cette œuvre symbolique, constatant les désordres éparpillés sur un territoire trop grand pour un seul empereur, Dioclétien inventait à la fin du IIIe s. après JC, un gouvernement à quatre pour la tête de l’empire romain, la tétrarchie. C’est ce pouvoir partagé pour la gestion de l’empire entre deux Augustes et deux Césars que cette statue évoque.

 

Quel lien avec la fantastique propagation du christianisme dans l’empire ?

Après quarante ans et quelques empereurs, l’histoire tragique des figures romaines se répétera. L'ambition de Constantin le conduira à déposer Maxence installé à Rome où il était réputé bénéficier de la faveur du panthéon romain. Constantin ne pouvant invoquer ces mêmes divinités, influencé par sa mère déjà convertie, cherchera la faveur du Dieu des chrétiens pour protéger son armée dans son combat pour diriger l’empire d’Occident.

C’est à ce moment que l’histoire chrétienne trouvera une extraordinaire opportunité pour sortir de la clandestinité. Un chrisme (XP mélangé) symbole des chrétiens, apparaitra dans le ciel à Constantin lors de la bataille décisive du pont de Milvius qu’il remportera.

Constantin Ier scellera le sort de la tétrarchie.

 

 

Mettant fin à une période de violentes persécutions, s’en suivra l’édit de Milan qui légalisera le christianisme. Avant de mourir Constantin se convertira au christianisme qui s’imposera à l’empire romain un peu plus tard avec Théodose.

 

Si on ne peut pas refaire l’histoire, on ne peut s’empêcher de se demander quel aurait été l'avenir du christianisme sans la tétrarchie de Dioclétien qui a conduit à l'initiative de Constantin...

Aurait-il trouvé le chemin de Rome sous les auspices du chrisme ? L’unification des églises (communautés) chrétiennes aurait-elle été possible sans le concile de Nicée qu'il a voulu ? Comme la forme des églises (édifices), le dimanche jour de repos, les prémices de la laïcité… 

 

Calé sur un fauteuil-bistrot du café Florian place Saint-Marc, la mousse de lait crémeuse du cappuccino incite à la gourmandise et à prolonger dans ce cadre unique, la curiosité soulevée par cette rencontre miraculeuse de la religion avec le pouvoir à la fin de la tétrarchie romaine...

 

(*) Perfection métallique et témoignage d’un art antique éblouissant, le quadrige de cuivre raflé par Napoléon (il ornera un temps le Carrousel du Louvre) faisait partie du butin de la quatrième croisade de 1204 rapporté par les vénitiens comme la statue des tétrarques.

 

Reproduction à l’extérieur de la basilique.

 

Après le schisme des Eglises d’Orient et d’Occident un siècle et demi plus tôt, l’idée que ce pillage vieux de huit siècles pourrait avoir des conséquences heureuses aujourd’hui permet d’en dissiper l’effet. En effet, deux cent cinquante ans plus tard, les musulmans ottomans déferleront sur Constantinople qu’ils pilleront et saccageront. Ces précieux trésors mal acquis, mais conservés en Occident, auraient alors disparus.

Probablement subjugué par ce symbole esthétique de puissance, Napoléon récidivera avec le quadrige de la porte de Brandebourg (Berlin) qu’il rapportera également à Paris.

(**) Coïncidence ou volonté de Napoléon ? L’architecte VISCONTI chargé de la réalisation du tombeau de Napoléon avait prévu d'utiliser un porphyre rouge. Trop difficile à obtenir il retiendra un quartzite semblable. L’antique sarcophage de Sainte Hélène, mère de Constantin (Vatican), est également en porphyre rouge.


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Saint Marc ou le Lion. Un des quatre évangélistes dans l’apocalypse. Le Lion de saint Marc est la représentation de l’évangéliste saint Marc sous la figure du lion ailé du tétramorphe. Elle est souvent ornée d’une auréole, accompagnée d’un livre ou d’une épée, placé entre ses pattes ...A l’époque des Guelfes et des Gibelins (antipapiste). Rappelons que Pierre n’était pas du tout le favori du Christ. Lui préférant de loin Jean. Machiavel à Venise sema la zizanie (diviser pour mieux régner...XII et XIII ème siècle. Les Gibelins défendant le parti du HOHENSTAUFFEN (l’antéchrist pour les papes). c’est aussi l’époque de Dante : il est clair que d’un point de vue doctrinal, Dante est gibelin, comme le prouve son traité De Monarchia, qui plaide très clairement en faveur d’un empereur, unique souverain, régnant depuis Rome, avec la bénédiction du pape. Il mit d’ailleurs ses espoirs de rénovation impériale en la personne de l’empereur romain Henri VII, qui mourut trop tôt pour accomplir ce que Dante attendait de lui. Dante était proche de Bernard de Clairvaux. Entre exotérisme et ésotérisme... ; le but est le même, mais la voie différente. Celle qui conduit toujours à Rome ou qui fait Sienne sa rencontre avec Dieu... MARC étant un autre nom pour JEAN. Révéla par IRENEE DE LYON (encore un LYON). entre gnose et pas...


    • babelouest babelouest 17 mai 03:14

      @Mélusine ou la Robe de Saphir. y’a aussi les quat’barbus !


    • A l’époque Rome était considérée comme la GRANDE PROSTITUEE. Pour les Juifs messianistes comme une ville de perdition équivalente à la Babylone biblique.

       Concernant les fameuse reliques : Le vol des reliques par les Vénitiens empoisonne durant des siècles les relations entre l’Église latine et l’Église copte orthodoxe. En juin 1968, le pape Paul VI décide finalement de restituer la ou les reliques aux coptes. Selon les autorités religieuses vénitiennes, il s’agit d’une « relique de contact », c’est-à-dire d’une étoffe qui a été mise en contact avec la tombe du saint, donnée au Vatican par le patriarche de Venise Giovanni Urbani, et non de toutes les reliques de la basilique Saint-Marc qui sont restées sur place40. Elle repose aujourd’hui sous l’autel de la cathédrale Saint-Marc du Caire41.


      • L'apostilleur L’apostilleur 15 mai 16:51

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Encore une correction à apporter à WIKIPEDIA. Vous vous en chargez ?

        DISCOURS DU PAPE PAUL VI
        À L’OCCASION DE L’INAUGURATION AU CAIRE
        D’UNE NOUVELLE CATH
        ÉDRALE COPTE

        Samedi 22 juin 1968

         

        « A l’occasion de la solennelle dédicace de cette nouvelle cathédrale une relique de saint Marc, dont les restes vénérés sont conservés à Venise, sera placée dans le maître-autel... »


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 15 mai 15:55

        « ... la nouvelle gouvernance romaine, qui produira à son insu l’accélération de la diffusion du christianisme. »

        Le christianisme (et singulièrement le catholicisme) est un syncrétisme dont il serait fastidieux d’énoncer tous les emprunts.

        Mais s’il est un substrat qui en constitue le socle, c’est bien « Sol Invictus », ce soleil invaincu parce qu’il ne se couchait jamais sur l’empire romain tellement celui-ci était grand et qui avait été forgé pour servir d’idéologie commune à tous les soldats de l’armée romaine recrutés dans des contrées hétéroclites.

        Cette religion officielle n’attendait que le caprice de Constantin pour pare le rituel saisonnier de la religion solaire en monothéisme célbrant les solstice d’hiver (no¨el) l’équinoxe de printemps (Pâques), le solstice d’été (Saint-Jean) ’t l’équinoxe d’automne (toussaint).

        Tout ça s’est fait en toute lucidité et pas calcul, à l’insu de personne !

        D’ailleurs, le symbole le plus évident reste la position géographique de l’administration catholique à Rome...


        • L'apostilleur L’apostilleur 15 mai 16:28

          @Séraphin Lampion
          « ...D’ailleurs, le symbole le plus évident reste la position géographique de l’administration catholique à Rome... »

          Et a sépulture de Saint-Pierre dans le sous-sol du Vatican ?

          https://www.geo.fr/environnement/a-rome-des-ossements-retrouves-relancent-l-enigme-des-reliques-de-saint-pierre-178509?amp


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 16 mai 15:50

          @L’apostilleur

          C’est l’équivalent de la pierre noire de la kaaba. A chacun ses totems, à chacun ses tabous.


        • L'apostilleur L’apostilleur 16 mai 21:09

          @Séraphin Lampion

          Averroès pensait conciliables la foi et la raison. Les jésuites aussi.
          Il semblerait que vous ne marchiez pas dans leurs pas...difficilement accessibles, certes. 


        • Laconique Laconique 15 mai 16:49

          En mettant fin à la très longue et très profonde « crise du IIIe siècle », et en ramenant une certaine unité et une certaine stabilité à l’empire, Dioclétien a sans nul doute préparé à sa manière l’avènement du christianisme, en effet.


          • njama njama 15 mai 17:20

            Le moment crucial de l’histoire chrétienne c’est le dérapage théologique du Concile de Nicée...

            La véritable genèse nous en est très éloignée, pour beaucoup du moins de mes ancêtres et de mes contemporains.

            Dictature dogmatique qui a éloigné, ou écarté quand elle n’a pas pu les réduire à rien, le christianisme primitif

            Ébionisme... car lequel des douze apôtres croyaient côtoyer « le Fils de Dieu » de son vivant en Palestine, aucun... certes ils reconnaissaient tous en lui un personnage exceptionnel, une envergure sinon prophétique (cétait trop tôt), du moins mystique, inspirée par le Verbe, ... mais cela n’allait pas au delà ainsi qu’en témoignent les Écrits qui nous sont parvenus.

            La Didaché... une sorte de catéchisme à destination des premières communautés dont la rédaction remonterait au I° siècle,

            pour ce qui est de l’idée du christianisme primitif c’est ce qui me semble de mieux,

            le pouvoir romain aura pris le dessus...

            Revenir à la simplicité, lâcher la main du clergé... les actes avant la foi...


            • Rinbeau Rinbeau 15 mai 20:48

              Cette statue est très belle ! Mais c’est une copie !


              • Rinbeau Rinbeau 15 mai 22:01

                Et une copie d’une originale dans une basilique datant du 14ème où 15ème siècle !

                cette statue a pu être sculptée à n’importe quelle époque !


                • Fergus Fergus 17 mai 09:22

                  Bonjour, L’apostilleur

                  Merci pour cette intéressant pont entre cette statue et l’histoire du christianisme.

                  Pour ce qui est du café Florian, mieux vaut savoir qu’il est hors de prix. smiley


                  • Plum’ 17 mai 14:58

                    Il me semble très hasardeux de lier tétrarchie et christianisme...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité