• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Agnès Soral aimerait bien vous y voir » au Théâtre du Petit (...)

« Agnès Soral aimerait bien vous y voir » au Théâtre du Petit Gymnase

Agnès Soral avait l’intention de célébrer au Petit Gymnase les grands textes français, mais voilà que, dérangée par son portable et sa grande amie au bord du suicide, un dérapage bien contrôlé va amener la comédienne à ausculter, en direct, les relations homme-femme avec l’expertise d’une femme d’expérience.

Vêtue d’un tailleur rouge toréador, porté très près du corps, l’artiste débarque sur scène avec deux chaises transparentes et un intrigant pupitre d’orchestre sur lequel va trôner un recueil qu’elle consultera de temps à autre, pour assurer ses repères, durant les quatre-vingt minutes du spectacle.

Il y a du désappointement derrière la collectionneuse de mâles qui attirent sa concupiscence autant qu’ils repoussent son indépendance forcenée sans que jamais l’amoureuse ne cesse de s’accrocher vaille que vaille, à sa toile de Pénélope.

Entre deux âges, celui-ci d’une adolescence toujours prête à reprendre ses folles ardeurs et celui-là d’une cinquantaine en perspective effervescente, l’autocritique fuse à jets d’artifices dénoncés chez ses rivales pour mieux en flageller ses propres manquements à l’éthique compétitive.

Ayant, semble-t-il, tout essayé ce que l’hétérosexualité peut offrir en partage, le retour du boomerang se focalise désormais sur l’affection toujours prise en défaut de fiabilité car aucun homme, labelisé « Agnès », ne paraît avoir les compétences requises pour assouvir cette soif inextinguible.

Où est donc l’homme de sa vie ? Peut-être est-il, ce soir, dans la salle qu’elle s’empresse de faire rallumer autant qu’éteindre l’instant d’après, puisque personne ne s’annonce à la hauteur de cet espoir récurrent sans cesse déçu.

Il faut dire qu’elle a du talent à revendre et du savoir-faire professionnel assimilé jusqu’au bout de ses mots co-écrits avec Jacques Pessis et mis en scène par un Jean-Luc Moreau ne laissant aucun temps mort s’infiltrer entre la femme artiste et son public attentif, pour ne pas dire quasi « bouche bée ».

Cependant chaque fois qu’Agnès prend conscience d’avoir dépassé les bornes des bonnes convenances du langage, sa main droite vient frapper en réprimande celle de gauche en signe de désapprobation feinte.

En revanche, chaque fois qu’elle est sur le point de succomber aux charmes de Cupidon, un mal de genoux précurseur l’avertit de chaleurs au ventre la faisant devenir « animal » pour le meilleur à venir !...

Au final, durant les applaudissements chaleureux et complices, la belle se lance dans une chorégraphie à couper le souffle où effectivement son feeling et sa sensualité ne laissent rien à désirer tant que le fantasme d’une Agnès refermant, tout sourire, le rideau rouge du Théâtre. 
 
Photo © Alec Medieff
 
AGNES SORAL AIMERAIT BIEN VOUS Y VOIR - *** Theothea.com - de Agnès Soral & Jacques Pessis - mise en scène : Jean-Luc Moreau - avec Agnès Soral - Théâtre du Petit Gymnase -
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • E-fred E-fred 11 mars 2009 09:46

    Pour moi, Agnès Soral c’est la fée de "Tchao Pantin".

    Une petite vidéo de la pièce de théatre c’est possible, s’il vous plaît ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires