• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Ah, Gabrielle...

Ah, Gabrielle...

« Jamais dans mon lit un homme n’avait été plus près de moi que celui qui n’y était pas. » Gabrielle Ciam.

Celui d’en face, parution fin août 2006, Arléa

Ah, Gabrielle....

Ciam_1

 

Chère Gabrielle Ciam,

J’ai donc lu votre troisième roman. Il me plaît autant que les deux premiers. Vous avez l’art de parler sexe sans jamais être vulgaire. J’ai désespérément essayé de tirer les vers du nez à votre attachée de presse concernant votre identité. Tout ce que je sais, c’est que vous ne vous appelez pas Gabrielle Ciam, (euh ? comme dirait mon fils ado...), vous avez la quarantaine, vous êtes prof et vous vivez dans le Sud. Cela m’a tout de suite fait penser à la mystérieuse Lady Writer qui vit en Andorre, et dont je visite le blog tous les jours. Mais cela ne peut pas être vous, Lady Writer parle très peu de sexe. Elle est née dans les années 1950, elle a publié une dizaine de livres... Mais enfin, bon, cela pourrait être vous qui brouillez les pistes. Qu’importe. J’aime votre dernier livre parce qu’il est de la même veine que les deux autres, surtout le premier. J’aime particulièrement votre premier paragraphe, que je me permets de reproduire ici :

« J’en ai fini avec le sexe. Je sais bien que dite comme ça, cette phrase a l’air d’une provocation. Pourtant, je n’en trouve pas d’autre pour traduire cet extraordinaire sentiment de soulagement qui m’envahit chaque soir lorsque je me glisse dans la fraîcheur impeccable des draps, prête pour une nuit de repos, une vraie nuit immobile, sans effusion, sans corps à corps perlé de sueur, et surtout sans ces après laborieux, cœur affolé, peau violentée, et cette poisse au creux des jambes, qui peu à peu sèche et se craquèle, emprisonnant les poils dans une colle figée. J’ai eu ma part de ces vertiges-là. »

J’ai bien ri, parce que dès la page 19, votre héroïne est "pantelante". Et tout ça à cause d’un voisin qui la mate par la fenêtre d’en face. Vos histoires sont peut-être "banales" en elles-mêmes (rencontre dans un train, amour qui se termine, voisin libidineux) mais votre écriture et votre verve ne le sont jamais. Chère Gabrielle, vous êtes tout, sauf banale.
Je pense qu’on ne saura jamais qui vous êtes, et au fond, on s’en fout. On vous lit, on vous savoure, et ça suffit. Continuez. Et merci !

TR


Moyenne des avis sur cet article :  3.48/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • chantecler (---.---.146.14) 30 août 2006 10:20

    Votre article donne envie de lire ce livre:c’est toujours un grand bonheur de découvrir un écrivain ,un auteur,plus généralement un créateur.Je comprends et partage donc votre enthousiasme.Peur être pourrions-nous ajouter une rubrique à Avox« nos coups de coeur »et constituer une bibliothèque « idéale »,qui nous permettrait d’autres échanges.


    • Sam (---.---.187.134) 30 août 2006 10:37

      « ...Vos histoires sont peut-être »banales« en elles-mêmes (rencontre dans un train, amour qui se termine, voisin libidineux) mais votre écriture et votre verve ne le sont jamais.. »

      Le paragraphe que vous nous donnez tient du reportage, pas du roman. Style absent, écriture mondiale de journaliste détournée.

      Il faut apprendre à notre adepte de la pensée-interrupteur (j’aime, j’aime pas) que dans « critique littéraire », il y a « critique ». Comme dans « Tatiana de Rosnay », il pourrait y avoir Tatiana.


      • HELENE (---.---.172.181) 30 août 2006 10:45

        MERCI POUR CETTE ARTICLE / JE CONNAISSAIS DEJA CETTE AUTEURE ET VAIS MAINTENANT LIRE CE PETIT DERNIER AVEC PLAISIR ! ET MERCI AUSSI POUR VOTRE BLOG —FIG TREE— QUI M’A FAIT DECOUVRIR UNE FOULE DE LIVRES HELENE smiley


        • Jojo2 (---.---.158.64) 30 août 2006 11:38

          « L’amour, c’est sale ? Oui, quand c’est bien fait. »

          Woody Allen.


          • vinvin 16 novembre 2007 00:18

            Bonjour.

            Oui, GABRIELLE.....

            Je n’ ai pas lu le roman, mais Gabrielle est un Mythe !

            En novembre 1996, je suis aller jusqu’ a LAS-VEGAS pour GABRIELLE, ( enfin non, je voulais dire pour JOHNNY....).

            Mais j’ étais quand-meme sur le Vol N° 870 GABRIELLE !

            (Ho Gabrielle tu brule mon esprit et ton amour étrangele ma vie......)

            Ho gabrielle,.... (Que je t’ aime, que je t’ aime.......)

            Gabrielle, elle (ALLUME LE FEU !)

            VINVIN.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires