• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Amor Amor à Buenos Aires » ensorcelle Le Comédia Théâtre

« Amor Amor à Buenos Aires » ensorcelle Le Comédia Théâtre

Depuis « Se dice de mi, en Buenos Aires » présenté l’été dernier au Festival de l’Hôtel Gouthière jusqu’à « Amor Amor à Buenos Aires » dédié à sa reprise au Théâtre Comédia, il y a un auteur, Federico Moria qui fait d’autant plus confiance au metteur en scène Stéphan Druet, qu’en fait, ils ne font qu’une seule et même personne !…

Sous l’étiquette branchée « musical chic et décalé » se révèle un spectacle haut en couleurs, en humour, en rythme et en outrances pudiques !

Dès le premier instant de représentation, nous voilà plongés au cœur d’un quartier populaire d’Amérique du sud, sachant d’emblée que l’esquive ne sera pas au programme de la soirée et qu’ au contraire, l’invitation au tango et aux mélopées d’Argentine va nous transporter bien au-delà de notre carcan rationaliste.

Alors, pour le jeu de rôles auquel nous allons assister, bien peu pertinent serait le spectateur qui se choisirait un préféré, car tous vont tirer leur épingle, même biseautée, de ce jeu, ô combien fantasque.

Caricaturaux à souhait, les personnages se dessinent à coup de répliques à l’emporte-pièce, coincées entre l’apparence du bon sens et le déni de la bienséance bafouée.

Comme aux 7 familles revisitées, il y aurait le père (Coco Dias), la mère (Mona Heftre), le fils (Sebastiàn Galéota) à la fois chéri et maudit, la grand-mère (Stéphane Eloy) ainsi que les deux tantes (Cécilia Filippi & Emma Fallet), tourbillonnant tous ensemble dans une valse sans fin autour d’une pute (Laura Lago) au grand cœur, elle-même courtisée par un bellâtre (François Briault) et sous la vigilance d’un garde du corps (Salem Sobihi) à la solde du travesti de retour at home… à moins, finalement, que ce ne soit l’inverse !…

Bref, ils sont tous là à virevolter dans le fantasme du sexe à tous les étages, depuis la nymphomane frustrée jusqu’au macho prétentieux en passant par les aficionados débordés par leur libido démoniaque.

Ajoutez quatre danseurs qui, en des chorégraphies ébouriffantes, brouillent les cartes d’un feu ne cessant de se rallumer, en tous points de la scène, à la moindre braise ambiguë ou sous la moindre intonation enflammée.

Excentrique, déjanté, délirant, tous les qualificatifs peuvent rivaliser pour rendre compte du talent impétueux de douze artistes accompagné de la participation exceptionnelle de Coco Dias.

Entre théâtre, cabaret et revue, l’intention de Stéphan Druet est d’objectiver et de transmettre sa passion sensitive à l’égard de la culture populaire des rues d’Argentine afin de pouvoir la faire apprécier sans tabou mais au énième degré souhaité par chacun.

A déguster sans réserve chaque soir au Comédia Théâtre.

photo © Theothea.com 

AMOR AMOR à Buenos Aires - **** Theothea.com - de Federico Mora - mise en scène : Stéphan Druet - avec Sebastian Galeota, Mona Heftre, Cécilia Filippi, Emma Fallet, Laura Lago, Stéphane Eloy, François Briault, Salem Sobihi, Coco Dias & les danseurs François Beretta, Fanny Fourquez, Tiago Olivier, Sarah Zoghlami - Théâtre Comédia

  


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires