• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Ancien malade des Hôpitaux de Paris » Olivier Saladin « multitâche » à (...)

« Ancien malade des Hôpitaux de Paris » Olivier Saladin « multitâche » à l’Atelier

Nominé en « seul(e) en scène » pour les Molières 2016, Olivier Saladin, le fameux ex-Deschiens, est en piste depuis près de trois années avec son « Ancien malade des Hôpitaux de Paris », titre prenant tout son sens savoureux au final de la pièce mais qui, à première vue, n’était pas spécialement annonciateur d’une soirée hilarante et pourtant !…

 

JPEG - 52.5 ko
photo 1 © Theothea.com

 

C’est donc Daniel Pennac qui est l’auteur de cette pièce, parue en 2012, aux éditions Gallimard avant que de trouver son trublion de génie à la hauteur d’une folle nuit passée à travers les services d’un CHU, complètement déstabilisés par un cas tellement atypique qu’il pourrait fort bien remettre en question plus d’une carrière de mandarin.

Ce conte est à la fois suffisamment délirant pour être pris en tant que parodie bienveillante à l’égard de l’Institution Médicale pétrie de bonnes intentions à l’égard des patients dont elle a la charge mais sans jamais oublier que sa responsabilité engage également la notoriété des soignants notamment dans leur cursus hiérarchique bardé de mérites reconnus et sanctionnés par des honneurs professionnels très convoités.

Et bien entendu le bristol, la prestigieuse carte de visite personnelle d’un de ses futurs détenteurs privilégiés, pourrait aisément virer à l’attrait obsessionnel qu’un interne ou « faisant office d’interne » imaginerait se concocter à la face du monde médusé.

Bref, le fantasme de la reconnaissance par ses pairs est encore la meilleure motivation que l’être humain ait à sa portée pour parvenir à une haute estime de soi-même.

C’est ainsi que durant cette invraisemblable nuit hospitalière, un candidat, doté de cette soif de vanités mal placées, va être confronté par un autre de ses congénères, embarqué de l’autre côté du miroir sociétal mais tout aussi déterminé dans sa perspicacité à vouloir démontrer, au sein de la chaîne des thérapies, la réalité d’un hiatus qui devrait être lié à la pertinence du diagnostic appliqué à la souffrance du patient plutôt qu’à l’ambition infinie du chef de service.

 

JPEG - 39.2 ko
photo 2 © Emmanuel Noblet

 

La prestation d’Olivier Saladin est plus que remarquable ; elle est même tellement pertinente que son jeu de rôles valsant du « prétendu malade qui ne se sent pas très bien » à ceux successifs de tous les responsables en veille au CHU, cette nuit-là, en situation de responsabilité partagée, se trouve pour le coup à « mourir de rire » tant au sens propre que figuré… en tout cas du point de vue du spectateur abasourdi par tant de « verdicts sans appel » devant être remis en question dès la phase thérapeutique suivante.

On le comprend aisément ; Olivier Saladin côtoie joyeusement la pratique médicale durant une heure un quart d’horloge comme Monsieur Jourdain fait de la prose à son insu et c’est précisément dans cette candeur néophyte que pourra s’opérer le lien improbable entre aspirant chirurgien & éventuel garagiste... en conséquence du « rêve identitaire » réalisé de facto par le patient.

Mais où vont donc se nicher les vocations tardives ?

photo 1 © Theothea.com

photos 2 & 3 © Emmanuel Noblet

ANCIEN MALADE DES HÔPITAUX DE PARIS - **** Theothea.com - de Daniel Pennac - mise en scène Benjamin Guillard - avec Olivier Saladin - Théâtre de L'Atelier

  

JPEG - 44.2 ko
photo 3 © Emmanuel Noblet

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires