• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Anne Brochet se substitue à « La fausse suivante » aux Bouffes du (...)

Anne Brochet se substitue à « La fausse suivante » aux Bouffes du Nord

Sur un dernier salut magistral, en octobre dernier, pour « Simplement compliqué », Georges Wilson laissait, définitivement, la place libre à son fils Lambert pour lui succéder sur le plateau des Bouffes du Nord.

Sous l’aura du patriarche venu rendre « hommage à l’âge » en se substituant lui-même au célèbre acteur allemand « Minetti », derrière lequel Thomas Bernhard interrogeait la vanité des vanités de vouer sa vie à se vouloir comédien, un Wilson aurait désormais tout le loisir d’en cacher un autre ou de le révéler à lui-même.

C’est alors que quadruplant la mise, l’administration du Théâtre offrait à l’héritier, non seulement de prendre immédiatement le relais paternel tout en faisant suite à « Music Hall » que Lambert y avait déjà mis en scène autour de « Fanny Ardant », non sans y avoir précédemment joué « Bérénice » en compagnie de Carole Bouquet.

C‘est pourquoi, Marivaux et son jeu de dupes autour de la transmission de la fortune, se dissimulant aux réelles motivations du grand Amour, allait s’imposer en projet de création du Wilson junior.

En vraie suivante, l’actrice précédemment racinienne pourrait, alors, s’emparer, avec pertinences, de traits masculins qui lui permettraient incognito de singer le chevalier cherchant à confondre, en flagrant délit, l’image idéelle du mariage confrontée à l’appât du gain.

Cependant à quelques temps de la première, Carole Bouquet s’effaçait, à son tour, au profit d’Anne Brochet qui, elle-même d’emblée, se métamorphosait en « garçonne » avec l’aisance insoupçonnée de celle pour qui ce rôle aurait été dévolu d’avance.

Bouclant la boucle de la reconnaissance réflexive au-delà des miroirs sans tain, Eric Guérin et Pierre Laplace pouvaient reprendre la fonction prestigieuse de faire-valoir qu’ils eurent auprès de Fanny Ardant, alors que Lambert imaginait un splendide final de music-hall à ce jeu de chaises musicales où, en prenant la place de l’autre, la vérité du divertissement suppléait, de manière délibérément préférentielle, à la prise de conscience des intérêts sordides menant le monde.

Ainsi, jouant à cache-cache avec les voluptueux voilages de tulle transparent, les sept comédiens pourraient se plaire à batifoler sous le travestissement des corps et le déguisement des âmes, au vu et au su de la Comédie humaine, en plein accomplissement.

photo © Cat.S / Theothea.com 
 
LA FAUSSE SUIVANTE - *** Theothea.com - de Marivaux - mise en scène : Lambert Wilson - avec Anne Brochet, Christine Brücher, Eric Guérin, Pierre Laplace, Francis Leplay, Fabrice Michel & Ann Queensberry - Théâtre des Bouffes du Nord
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Ben Ouar y Villón Brisefer 7 mai 2010 13:29

    La neo-aristocratie du spectacle n’a-t-elle pas peur, à se comporter comme ça, qu’on lui coupe la tête ?
    ASSEZ de népotisme !!! Le talent n’est pas héréditaire !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires