• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Antonio Machado, poète et pédophile

Antonio Machado, poète et pédophile

« Ne pas déplorer, ne pas rire, ne pas détester, mais comprendre  »

Spinoza

A la question : « Les gens ont-ils le droit de tout savoir ? », M. de Virieu [1], le célèbre journaliste de télévision, répondit un « non » catégorique. Selon lui, certaines choses doivent rester cachées aux yeux de l’opinion publique.

 Alors, oui, il est de plus en plus difficile de publier des papiers qui sortent de l’ordinaire et qui, dans un sens général, ne fassent pas preuve d’une certaine « retenue ». Pour l’historien, le sociologue ou l’écrivain, le problème de l’autocensure est absolument indissociable de l’ « objectivité » et beaucoup, comme M. Howard Zinn [2], ne se font plus d’illusions : « l’objectivité ? Eviter d’exprimer un certain de point de vue. Je savais en effet qu’un historien (ou un journaliste, ou quiconque raconte une histoire) est obligé de choisir, entre un nombre infini de faits, ceux qu’il faut présenter et ceux qu’il convient d’omettre. Et qu’il reflète ainsi, de manière consciente ou inconsciente, ses intérêts ». De quoi baisser les bras et suivre les pas de M. de Virieu !

 Des faits ! Des faits ! En voilà un qui ne manquera pas de surprendre. L’inconvénient est qu’il est lié à un poète extraordinaire, emblématique, héros de la lutte antifasciste de la guerre civile espagnole. En quelque sorte, un symbole de l’hagiographie progressiste du XXe siècle. Difficile à toucher, donc.

 Alors, quelle attitude adopter ? Faire preuve d’ « objectivité » ? Jugez-en vous même.

 La semaine dernière, je fus invité par une association philantropique londonienne à participer à une série de conférences sur le poète espagnol, Luis Cernuda. Le grand salon de cet hôtel particulier, situé en plein cœur de la City, débordait d’érudits, de professeurs d’université, de spécialistes, de poètes et d’écrivains. Le va-et-vient entre les différentes salles de conférence et le hall central fluctuait selon la réputation et l’habileté des conférenciers. J’entendis qu’un professeur de l’Université de Salamanca présentait un remarquable travail sur Antonio Machado. J’avais dix minutes devant moi ; je decidai d’y faire un saut.

 On venait de présenter, je crois, les participants et le président d’une association fit un bref dicours. Le professeur de Salamanca attendait derrière lui, un brin nerveux, le visage crispé. Je parcourus le programme : « La ruralité dans l’œuvre poétique d’Antonio Machado », presentée par Eugenio Vazquez. Je m’abstins de toute idée préconçue et m’assis près de la porte. Il posa ses notes devant lui et commença son exposé après un bref bafouillement de courtoisie. Un homme d’une soixantaine d’années se leva alors derrière moi et lança une protestation énergique qui pétrifia l’assemblée. « - M. Vazquez, vous aurez cette fois l’amabilité de nous parler de l’inavouable ! ». Il se rassit, sourit gentiment à ceux de ses voisins qui l’observaient encore et leva sereinement le menton en direction de l’estrade. Ces milieux érudits anglais regorgeaient d’excentriques. Le professeur reprit son exposé là où il l’avait laissé.

 « - N’est-ce pas un acte de pédophilie que de déflorer une enfant de 13 ans ? », reprit mon voisin. « Que la fillette soit votre femme n’enlève rien à la chose ! ».

 Des murmures outrés traversèrent la salle. Le conférencier ôta ses lunettes et répondit qu’il ne pouvait supporter que l’on salisse le nom d’un artiste d’exception.

 L’autre brandit un catalogue.

 « - Lisez ! s’exclama-t-il. Lisez, page 123 de votre brochure ! Il est dit que Leonor Izquierdo, l’enfant déflorée par Machado, et il avait 33 ans !, était sa femme depuis le 30 juillet 1909. Il est dit qu’elle était âgée de 16 ans le jour de son union avec le poète sévillan. C’est un mensonge ! Une falsification de l’histoire ! L’enfant avait en réalité 13 ans le jour de son mariage ! J’ai ici les copies de son extrait de naissance. Leonor mourut trois ans après cette union, le 1er aout 1912, de « complications pulmonaires ». Elle avait alors à peine dix-sept ans et avait connue une vie conjugale intense, pourquoi en douter ? »

 « - Il est dégoûtant ! cria quelqu’un. Qu’on le jette dehors ! ».

 « - Je vous lirai l’extrait d’une lettre du poète à son ami don Pedro Chico, écrite des années après la mort de la petite : « Si le bonheur est quelque chose de possible et réel –ce que je pense parfois- je l’identifierais mentalement aux années de vie passées à Soria et à l’amour de ma femme, dont le souvenir constitue la base la plus solide de mon âme  ».

 Un silence étonné plana un instant sur l’assemblée. Un conférencier prit la parole :

 - Vous voyez bien qu’ils s’aimaient !

 - Nul n’entre ici s’il n’est géomètre ! répondit le trouble-fête.

 - Mais certainement, Monsieur, certainement !

 - La nature de l’amour d’une jeune fille de 13 ans est fondamentalement différente de celle d’un homme qui a passé la trentaine ? Vous devriez le savoir.

 Le conférencier fourra le nez dans ses papiers et garda un silence coupable.

 C’est alors que l’homme fut jeté dehors.

 Je sortis et l’abordai. Il me montra les photocopies d’acte de naissance de Leonor Izquierdo et me dit que ses parents, originaires de la province de Soria, avaient donné leur accord à cette union. Les autorités civiles et religieuses ne s’y étaient pas opposées non plus.

 Je fis quelques recherches les jours suivants et je découvris que l’histoire de cet homme était vraie.

 

 

[1] Voir « Pas vu à la télé », de M. Pierre Carles.

[2] Historien, auteur d’Une histoire populaire des Etats-Unis, Agone, Marseille, 2002, 812 pages, 28 euros.

 

JPEG - 476.8 ko
Philippe Nadouce
Création pour la collection « From Wallfilth to canvas » - 2012 par Philippe Nadouce

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Leonard Leonard 31 octobre 2016 14:43

    Autres temps, autres mœurs...


    Mais ça se fait aussi en Allemagne pour les réfugiés ne vous inquiétez pas !

    • sarcastelle sarcastelle 31 octobre 2016 15:21

      Je n’ai jamais voulu lire les écrivains qui ou bien firent des fautes jugées telles en leur temps, ou bien qui firent des actions jugées fautives aujourd’hui.

      .
      Il me reste la comtesse de Ségur. Et encore ses bondieuseries perpétuelles malmènent-elles sérieusement la laïcité ! 
      Il me reste aussi le Club des Cinq, mais on ne m’a jamais prouvé que François ne profite pas de son ascendant de doyen du groupe pour abuser de Claude et de Dagobert. 
      .


      • alinea alinea 31 octobre 2016 15:33

        Quel rapport cela a-t-il avec l’art poétique ?
        ce que j’aurais voulu savoir, c’est les causes de ce mariage ; étaient-ils tombés amoureux ? Était-il tombé amoureux ? En tout état de cause, ne peut-on considérer que son amour était mineure, mais sauf si elle se rebiffât , où est le problème ?
        Si elle ne devait vivre que dix sept ans, qu’elle connût le bel amour, c’est parfait !
        mais si elle ne devait vivre que dix-sept ans et qu’elle connût le viol et la violence, c’est triste.
        Mais vous ne nous le dîtes pas.


        • sarcastelle sarcastelle 31 octobre 2016 15:45
          Et puis, il y a le principe des licences poétiques.


          • cedricx cedricx 31 octobre 2016 18:42

            C’est malheureux à dire mais c’est une époque où 13 ans était considéré un age raisonnable pour le mariage d’une fille ! On peut aussi parler de feu Yves Navarre qui faisait lui ouvertement l’éloge des anus de jeunes enfants marocains...


            • non667 31 octobre 2016 19:45

              y a pas que les poètes y a aussi les cinéastes : roman polanski défendu par son coreligionnaire b.h.l !


              • alinea alinea 31 octobre 2016 19:52

                @non667
                Ah bon ? Il était marié avec elle ? Il y a des sortes de mariage où le coït est interdit ?


              • non667 1er novembre 2016 00:11

                @alinea
                Il était marié avec elle ?

                 polanski !non même pas ! violé après drogage ! condamné aux usa mais réfugié en suisse . non extradé


              • Harry Stotte Harry Stotte 31 octobre 2016 23:15

                Dans la mesure où, à l’époque, et apparemment jusqu’à 1999, la majorité sexuelle était fixée à 13 ans, en Espagne, je ne vois pas bien où est le problème...


                • V_Parlier V_Parlier 31 octobre 2016 23:42

                  @Harry Stotte
                  Ce qui me préoccupe plus est : Où l’auteur du billet veut-il en venir exactement ?


                • sarcastelle sarcastelle 1er novembre 2016 10:54

                  @V_Parlier

                  .
                  Ou l’auteur du billet veut-il en venir ? 
                  .
                  Son autobiographie de penseur écorché vif et d’écrivain maudit smiley vous éclairera peut-être :
                  .

                • covadonga*722 covadonga*722 1er novembre 2016 11:19


                  La jalousie des gens supérieurs devient émulation, celle des petits esprits de la haine.



                  Balzac

                • Jean Keim Jean Keim 1er novembre 2016 09:32

                  Qu’elle est la part de la pensée dans l’érudition, qu’elle est la part de cette même pensée dans les travers et autres vices dénoncés comme tels par notre société, la pensée puise en elle même les éléments qui alimentent ses agissements comme le jugement que nous portons sur autrui en nous nous oubliant nous-mêmes.


                  Un sacré bonhomme, il y a 2000 ans, a dit « Que celui qui n’a jamais pêché jette la première pierre. »

                  Machado, poète, pédophile, lequel de ces trois éléments pèsera le plus dans notre pensée du moment.

                  Tout ce que la pensée produit est trivial, si vous me lisez en ce moment, vous ne retiendrez que trivial et oblitèrerez pensée, ainsi fonctionne cette dernière.

                  • sarcastelle sarcastelle 1er novembre 2016 10:30

                    que celui qui n’a jamais pêché jette la première pierre

                    .
                    Dans l’eau ? Attention, vous allez faire fuir le poisson. 

                    • rugueux 1er novembre 2016 10:43

                      Effectivement Machado ne faisant pas partie du même club que polansky ses actes sont indéfendables...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès