• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Avec Joe Biden Dombrance veut faire danser l’Amérique

Avec Joe Biden Dombrance veut faire danser l’Amérique

 

Remixeur de talent et fin connaisseur de la musique de danse, il transforme ses morceaux en montagnes russes démentielles sur lesquels disco, techno, funk et pop se télescopent jusqu’à l’hystérie collective. Inspiré par les personnalités politiques françaises, il s’est tourné vers les États-Unis pour son nouvel EP.

Make America Dance Again {JPEG} Dombrance s’est fait remarquer aux Trans Musicales de Rennes en 2018 avec son morceau « Raffarin  », sorti peu de temps avant le festival, et qui est vite devenu un tube, un hymne new disco, une sorte de cocktail improbable entre Soulwax, Vladimir Cosma et Jean Michel-Jarre.

 

Celui qui fait si bien rimer musique et politique n’en est pas resté là, « Taubira  », « Giscard d’Estaing  », « Fillon  » ou encore « Poutou  » sont venus enrichir son répertoire. Les vidéos illustrées par Olivier Laude sont visibles ici.

 

Le titre « Biden »paru en octobre 2020 est le premier extrait de l’EP « Make America Dance Again  », sorti la semaine dernière.

« Tout a commencé avec ces accords de piano et ce groove lancinant. » explique le musicien. « Je me suis tout de suite dit que l'ambiance correspondrait bien à Joe Biden. Puis rapidement je me suis mis à entendre ces thèmes de saxophone dans ma tête tout en me disant que c'était l'instrument parfait pour représenter un vieux démocrate Américain. J'ai donc appelé Adrien Soleiman et en deux heures c'était plié en une prise magique.

Le résultat correspond à ma vision de Biden. Entre l'espoir de voir disparaître Donald Trump et le désespoir de voir un parti démocrate incapable de prendre des risques en misant sur un vieux cheval de retour. Et puis je trouve que ce morceau correspond à l'ambiance actuelle qui n'est pas vraiment à la fête ni à la danse. On ne sait pas si on est à la veille de jours meilleurs ou de l'apocalypse. On attend inquiet mais l'espoir est quand même là. Toujours. »

« Biden » enregistré au studio Suresnes avec Adrien Soleiman au saxophone, Louis Delorme à la batterie et Mezerg au piano.

 

Dombrance nous présente les autres titres de son album et la façon dont ils ont été créés :

- « AOC »  :

« Alexandria Ocasio-Cortez (représentante du parti démocrate depuis 2019) est sans aucun doute ma personnalité politique préférée aujourd'hui. Je la suis assidûment. Je trouve qu'elle représente la modernité et l'espoir.

Elle a cette capacité d'être simple et pédagogue dans sa communication mais aussi d'être une oratrice passionnée et passionnante. J'ai donc fait un morceau qui peut accompagner n'importe lequel de ses discours. J'ai tout de suite pensé à Sarah Rebecca pour le chant. Une américaine qui n'a pas sa langue dans sa poche. Une forte personnalité extrêmement talentueuse. »

- « Obama » et « Trump »  :

« Il faut écouter les deux morceaux à la suite. Ils ont été composés en une journée. C'est un peu une longue fresque sur ces 8 dernières années. On part de Copacabana avec Obama et on se retrouve sur l'étoile noire avec Trump. Je n'ai toujours pas compris comment les USA sont passés de l'un à l'autre. Le passage Trump, c'est un peu le requiem de son mandat. Le morceau fini sur une touche d'espoir. Je crois encore aux happy end.  »

- « Kanye West »  :

« S'étant présenté aux élections, c'était trop tentant de le faire. J'ai composé le morceau en regardant des interviews récentes. Olivier Laude l'a fait en Don Quichotte des temps modernes. CQFD. Et puis j'ai pris simplement du plaisir à faire un morceau bien tendu du slip. J'ai hâte de le jouer en live. »

JPEG - 14.2 ko
Dombrance - Olivier Laude

Moyenne des avis sur cet article :  1.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Albert123 2 février 15:06

    Politiquement c’est de la bonne grochiasse bien convenue, le degré zero de l’analyse politique et vu les propos du type, il se prend trop au sérieux et reste 1er dégré sur un sujet qui mériterait surtout une bonne mise à distance, beaucoup d’humour et un certain cynisme.

    bref comme tant d’inutiles acteurs à la personnalité si creuse, qu’il évite de parler politique car c’est chiant à mourir.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 février 21:06

      Même les ascenseurs tombent en panne en écoutant .


      • Ben Schott 3 février 06:37

         

        Et pourquoi ce « remixeur » veut-il « voir disparaître Donald Trump » ?

         

        Que lui a-t-il fait ?

         

         

        Crétin aussi creux que sa « musique ».

         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité