• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > BD « Compte à rebours » ou comment neutraliser une cellule djihadiste en (...)

BD « Compte à rebours » ou comment neutraliser une cellule djihadiste en France ?

Un terroriste qui se fait passé pour mort et une cellule djihadiste qui menace des attentats sur le sol français. Tous les ingrédients de qualité de la part des auteurs dont l’ancien juge Trévédic allié à Matz et servi au dessin réaliste par Liotti concourent pour ces deux tomes, à des ouvrages de qualité haletants que je vous recommande vivement.

Sosso encore une fois occupe le visuel d’introduction avec mézigue. Le terrorisme et les guerres de religion chez les humanos, elle s’en bat le plectos. Elle rage en revanche contre les zoziaux qui ne respectent pas les règles de circulation dans les airs, quand à toute berzingue, perchée sur son aspirateur supersonique, elle raye le ciel et se taille une nique.

 

Quand la réalité dépasse presque la fiction. Cette BD a de quoi surprendre. En effet, Marc Trévédic qui fut juge d’instruction au pôle anti-terroriste du tribunal de grande instance de Paris a participé au scénario de Matz. Ce dernier s’en inspire pour le personnage du juge Antoine Duquesne.

Forcément avec mon humour féroce, je ne peux m’empêcher le rapprochement avec l’excellent feuilleton d’Arte sur l’espionnage en France dans les années 60. A croire que les techniques, mon général, ont évolué !

 

Revenons en 2016. La thématique de l’intrigue est simple mais révèle des tensions et un suspens digne des meilleurs films du genre. Douze décembre, un simple coup de fil peut semer le déclic. Lorsque qu’un couple est informé par ces mots de la mort de leur fils : « Ton fils est mort en shahid. Il est au paradis. Mes félicitations ».

Du côté des limiers de la police, c’est la joie qui prédomine avec l’élimination d’un dangereux terroriste djihadiste parti en Syrie, né Jean-Frédéric Martinez, et rebaptisé Abou Othman. Il faut recouper les données. Le juge Dusquesne émet des doutes et demande alors de mettre sous surveillance Nordine Charoui, un suspect qui avait des affinités avec le défunt. Il parait rangé des voitures et est habile pour jouer l’imposture.

Quelques jours plus tard, on lui passe les bracelets après une arrestation musclée à Lyon. Il est interrogé par le juge qui constate que les dates énoncées concernant son emploi du temps ne correspondent pas. Après une nuit blanche et une analyse précise des données, le juge déclare qu’Abou Othman est non seulement vivant et qu’il se fait passer pour un macchabée. A quelles fins ?

 

C’est un triptyque qui nous est proposé dont les deux premiers tomes sont parus en 2018 et 2019. Matz qui s’est spécialisé dans le polar égrène un récit enthousiasmant. On voyage dans les méandres et les questionnements du juge, au cœur de sa vie intime et les difficultés de résoudre l’équation de ses deux existences sans perdre pied. On découvre que la guerre des polices n’est pas une invention de l’esprit. Que des carrières de politiques se greffent sur les événements pour racoler le bon populo à applaudir les décisions prises.

La situation d’urgence appelle des approches distinctes de la problématique. On découvre encore les différents points de vue des acteurs de terrain qui se confrontent avec ceux des bureaux.

Le juge hypothèque sa vie de couple et son fils, tant ses absences répétées pour fait et cause de son dur labeur érodent sa vie familiale.

Les propos collent à la peau des personnages selon la casquette qu’ils portent. C’est précis sans rature. On se croirait presque dans un documentaire en immersion dans le milieu de l’anti-terrorisme.

Les décisions lourdes de sens du juge, sans compter les dégâts collatéraux qu’elles peuvent engendrer, il les assume. Il sait qu’il est un fusible en cas de grabuge.

Néanmoins, il entretient d’excellentes relations avec le commissaire Corbier, qui partage son dévouement.

Le témoignage du djihadiste arrêté s’exprime sur ses actions de « nettoyage » (dans les villages irakiens) entre chiites et yézidis. Ils aboutissaient à les « identifier, les séparer, les emmener, les tuer  » (page 17) sans qu’aucune once de remord ne lui secoue les tripes.

Plusieurs films ouvrages et documentaires ont traité de cette thématique. Mais rarement avec autant d’acuité que cette BD.

Au cinéma en 2019, André Téchiné avec « L’adieu à la nuit » s’y est essayé et a réussi son pari de se poser la question qu’est-ce qui pousse un jeune presque sans histoire à s’engager dans une guerre sainte du côté de l’islam ? Sa grand-mère interprétée par Catherine Deneuve s’évertue de percer se mystère pour sauver son petit-fils.

 

Dans les années 60 / 70, c’était les chemins de Katmandou qui attiraient une jeunesse en recherche d’idéal à se suicider à mort lente dans la drogue et les voyages terrestres et cérébraux. De nos jours, ce sont souvent des jeunes sans idéal politique et social qui veulent jouer à la guéguerre et baiser la camarde en embuscade au nom de quoi ? D’un sentiment nihiliste d’inutilité, de paria de la société qui ne leur offre aucun avenir fraternel et laïque de partage solidaire. Les inscriptions : liberté égalité fraternité, issues des Lumières ont tendance à s’éteindre par vice de mémoire atrophiée.

 

Lors du tome 1, les actions terroristes de mort s’enchainent comme un entrainement pour une apothéose. A Amsterdam, le quartier chaud de la prostitution derrière les vitrines est canardé.

En France, des terroristes sont logés, mais le juge préfère suspendre l’interpellation pour les filer en voiture. Résultat : massacre sur le périphérique et l’hallali des médias contre le juge. « Le juge Dusquesne avait libéré terroriste avec le bracelet électronique, pour des raisons qui ne sont pas très claires. Dans la mesure où cet individu était connu des services de renseignement et considéré comme dangereux  ». (page 57)

 

Dans le second tome : « Le piège de verre », suite à l’attentat sur le périphérique parisien qui dénombre 75 morts, lors de l’explosion d’une voiture piégée. Un terroriste a été blessé et interpelé. Il est interrogé. Plus intéressant encore, une clé USB a été découverte dans les débris de l’attentat. La police met tout en ordre pour la faire parler. Sur celles-ci, des armes de gros calibre, dont un missile M 16, un avion et le Louvres livrent leur visage.

Le commissaire a tendance à perdre son sang-froid vis-à-vis du terroriste arrêté. Mais le juge parvient à le réfréner de ne pas utiliser les mêmes méthodes de violence que ses adversaires.

Le dessinateur Giuseppe Liotti qui sera présent aux prochaines Estivales les 21 et 22 juillet 2019 à Monta nous révèle ses traits graphiques très réalistes à l’efficacité redoutable. On s’y croirait ! Chapeau l’artiste. Il se permet même des images en pleine page et double page très détaillées pour notre plus grand régal.

 

Une BD « Compte à rebours » coup de poing, qu’il est difficile de lâcher, tant le suspense est haletant, le personnage du juge est attachant de vérité humaine. A suivre le prochain tome et j’ai déjà hâte de connaitre le dénouement.

 

Compte à rebours tome 1 : Es-shahid (2018) et tome 2 : Le piège de verre (2019), Marc Trévédic et Matz au scénario et Giuseppe Liotti à l’illustration, éditions Rue de Sèvres, 60 pages, 15 euros

 

Visuels copyright tous droits réservés /éditions de Sèvres / Marc Trévédic et Matz / Giuseppe Liotti

 

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.38/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Alexis 20 juin 08:59

    Votre CV est passionnant :

    « je suis né
    Je vis
    J’ai pris
    J’ai écrit
    mon déclic.
    mon premier roman
    mon début
    J’approche les 500 articles
    mes affinités
    la Singette (moi) qui en jette.
    J’ai animé
    j’ai publié
    j’ai animé
    je vais remettre
    Je viens de mettre
    un épisode par moi (sic)
    aventures de la Singette (moi)
    je continue d’écrire
    (je) cherche un nouvel éditeur. »


    • la Singette la Singette 20 juin 09:19

      Votre commentaire n’a rien à voir avec mon article. Hors sujet !

      Veuillez réserver vos élucubrations et vos frustrations chez un bon psy digne de divan le terrible qui pourra peut-être vous aider à y voir plus clair dans votre vie terne et sans saveur.


      • Alexis 20 juin 21:07

        @la Singette
        Mon commentaire n’a certes rien à voir avec votre article, mais :

        1. Ne sachant pas ce qu’était une singette, j’ai cherché sur Google qui m’a donné 36 400 résultats, ce qui m’a prouvé l’étendue de mon ignorance, donc l’intérêt de lire votre CV ;
        2. Il est particulièrement élogieux en montrant qu’il ne peut être attribué qu’à vous ;
        3. Il augmente le score du nombre de lecteurs ;
        4. Il m’a valu des demandes de certains psychanalystes de renom, et même de certains praticiens de Sainte-Anne, qui ont trouvé dans ces extraits (que je n’ai pas inventés) un sujet passionnant sur les cas d’égos extrêmement surdimensionnés.


      • la Singette la Singette 21 juin 09:39

        @Alexis

        Encore une fois hors sujet ! Redescendez sur terre et dites votre point de vue sur les BD si vous les avez lu, sinon taisez vous et basta !


      • zygzornifle zygzornifle 20 juin 10:47

        1 de neutralisé 10 de créées

        Quand on réservera nos aides sociales a nos citoyens ils iront terroriser ailleurs.

        On les élèves , nourris, éduques , soigne , donne de l’argent du contribuable qui lui se lève tôt le matin pour bosser et nourrir tous les parasites (politiques inclus) voila le résultat ......


        • zygzornifle zygzornifle 20 juin 13:15

          L’élevage porcin est une bonne arme ....


          • Aimable 20 juin 13:29

            @zygzornifle
            pour sauver cet élevage porcin , obligation a tout citoyen ou habitant sur le territoire Français de manger du porc au minimum une fois par semaine , on pourrait appeler ce repas , le repas du Français solidaire .


          • la Singette la Singette 21 juin 09:40

            @Aimable Quel rapport avec mon article ! Encore une fois hors sujet vos propos dignes de la propagande du RN !


          • mazig 20 juin 15:40

            Je constate que ce site est toujours le lieu de rencontre et le défouloir de toutes les petites gens avec de petites cervelles mal dans leur peau du genre le débile à qui on montre la lune pendant qu’il fixe le doigt.

            Quant à l’article , il sera surement primé à Tel Aviv avec des primes en sus Le pavlovisme fonctionne bien dans ce pays.


            • la Singette la Singette 21 juin 09:42

              @mazig

              Arrêtez votre propagande pour le RN et développez vos propos si vous en êtes capable pour débattre de l’article rien que l’article sans haine et sans reproche !


            • mazig 21 juin 12:31

              @la Singette
              Commencez par vous calmer et cessez de traiter tout vos contradicteurs de propagandistes RN dont personnellement j’exècre l’idéologie et les comportements qui l’accompagnent .
              Ce qui surprend , c’est l’acharnement et l’énergie que vous mettez pour faire la pub d’une BD propagandiste qui aurait toute sa place sur les pages de Charlie Hebdo , sachant qu’elle traite d’un groupuscule de débiles attardés circulant à dos d’âne ou de chameau et que vous voulez nous présenter comme une menace planétaire à l’instar des fameuses armes de destruction massive irakiennes qu’on cherche toujours. Alors que le vrai terrorisme , basé sur des faisceaux de mensonges et des preuves fallacieuses , ayant causé des MILLIONS DE MORTS et détruit des pays entiers est indéniablement celui pratiqué par les américano-sionistes qui trouvent des relais supplétifs auprès de gens comme vous pour occulter cela et diriger les regards vers des sujets trompeurs. D’ou le contenu de mon message précédant...


            • la Singette la Singette 21 juin 15:21

              @mazig

              Je vous cite : ce qui vous choque dans mon article : « c’est l’acharnement et l’énergie que vous mettez pour faire la pub d’une BD propagandiste ».

              Vous confondez article murement réfléchi à partir de la lecture d’un ouvrage et qui suscite de ma part un gros travail d’écriture et d’analyse et une publicité qui vente un produit.

              En quoi cette BD basée sur le témoignage d’un juge digne de foi laïque pour son travail impartial relève de la propagande ?

              Enfin, qu’est-ce vous appelez « le vrai terrorisme » qui signifierait en substance qu’il existerait un vrai et un faux terrorisme ?

              A force d’approximations de ce genre dont vous cultivez votre langage sibyllin, vous n’êtes compris que par vous-même, alors que vous adressez sur un média à d’éventuels lecteurs.

              De plus, vous remettez en question mon travail de chroniqueur et je ne vous le permets pas.

              Vous n’avez pour cela ni la formation, ni encore moins l’expérience d’écriture nécessaire et votre argumentaire pêche particulièrement par une pensée obscure et minimaliste qui frise à l’obtus. Vous êtes incapable de débattre et d’entendre et écouter des personnes qui ne vous ressemblent pas. Et vous êtes légion sur Agora Vox qui siffle la récré à moult de ses articles parus, dont les chroniqueuses et chroniqueurs en sont les premières victimes d’individus dans votre genre bien planqués derrière leur écran et qui déversent leur bile et leur haine.

              Lisez un ouvrage et prenez plaisir à en parler, je serai le premier à vous lire et vous dire mon ressenti qui ira autant dans le sens de la critique positive que négative sur le fond et jamais sur la forme avec respect pour votre travail accompli.

              Après seulement vous serez en mesure de discuter avec moi.

              J’ai dit !

               


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès