• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Ben Haîm : l’enfant de Casablanca

Ben Haîm : l’enfant de Casablanca

Morice Benin

Une maison isolée à la lisière de la Sologne, un lieu de rendez-vous qui a été échangé sous le manteau pour bénéficier du privilège rare d’assister à un concert privé. Les temps sont incertains pour les artistes, la formule du spectacle au domicile de quelques particuliers éclairés et grandement logés, fait flores. C’est une belle occasion de vivre véritablement la proximité avec les musiciens tout en éloignant la gourmandise de quelques officines qui pratiquent le racket.

Dans l’assistance des collègues du grand homme, accordéoniste, chanteur, actrice, sculpteur, musiciens, conteuses, lectrice tout comme moi de simples amoureux du spectacle vivant. Les futurs spectateurs ont apporté de quoi manger et boire après le tour de chant et se préparent à leur manière en prenant l’apéritif. C’est le moment de faire connaissance, de prendre des nouvelles de ceux qu’on connaît et de laisser monter progressivement le niveau sonore.

Pendant ce temps, la vedette dort. Morice a fait une longue route pour se rendre ici, il est fatigué et s’est profondément endormi. Ceux qui l’avait vu, quelque peu fatigué, il y a deux années de cela du côté de Bou s’interrogent. Le chanteur a de la bouteille, sera-t-il au meilleur de sa forme ? La suite effacera toutes les interrogations …

Le punch liquidé, toute la joyeuse troupe gravit un escalier en colimaçon pour découvrir la salle de spectacle. Une sous-pente dans un grenier, un espace restreint qui accueillera quarante personnes et pas une de plus, les deux musiciens et nos hôtes. Deux projecteurs feront bien vite de l’endroit une douce fournaise. Qu’importe ce relatif inconfort, le voyage en imaginaire et en poésie n’en sera que plus exceptionnel.

Morice est flanqué de son compagnon de toujours, guitariste virtuose, chanteur délicat et ami bienveillant, Dominique Dumont. Dans son regard, on peut lire l’affection tout autant que la complicité, l’admiration et la confiance, ils constituent un duo en tension, un duo en fusion qui se produit hélas pour la dernière fois. Dominique a décidé de raccrocher sa guitare afin de rester à Antraïgues-sur-Volane.

Morice, le vieux lion a de l’allure. Les cheveux en bataille, le visage illuminé par sa formidable énergie, la gorge largement ouverte pour jouer de sa voix comme d’un instrument. Il captive les regards, accroche les cœurs, libère les énergies. Avec lui, on se sent l’envie de changer le monde, de reprendre la bataille, de rêver à de nouveaux possibles. Il porte tous les combats d’un monde qui ne veut pas accepter la tragédie d’une destruction promise.

Ne croyez pas qu’il se lance dans un récital politique, bien au contraire ! C’est un poète, il insuffle l’énergie par la métaphore, la délicatesse de visions prophétiques, l’enchantement de récits intimes, la plongée dans les cultures anciennes. Il est conteur et gourou, chantre et marabout, mage et sapajou. C’est d’abord la beauté des textes qui s’impose, comme un coup de poing qui vise le cœur. Puis la musique fait l’amour au message, le sublime, le transcende tandis que les deux voix des artistes provoquent frissons et émotions.

Le répertoire est constitué de nouvelles chansons dont certains poèmes de Luc-Marie Dauchez, auteur magnifique. Quarante ans à battre les estrades, et pourtant jamais Morice n’a cessé d’écrire tout en honorant les plus grands. Il est encore vivant même s’il échappe à la grosse machinerie médiatique. On peut le comprendre aisément, voilà un bonhomme diablement subversif qu’il convient d’écarter des oreilles passives. Il se moque de lui, de son passage sur terre qui ne va pas s’éterniser. Il vient chatouiller les arpions de la camarde, lui glisse quelques jolis pieds de nez tout en affirmant que les paroles lancées ainsi en l’air, lui survivront.

Son tour de chant s’inscrit clairement dans la transmission. D’une part en reprenant un texte de son fils Hugo, chanteur lui aussi et d’autre part en parrainant implicitement les combats de ceux qui ont repris le flambeau de la révolte. Il se place encore dans la démarche du semeur de graines, du souffleur de vent dont le message dépassera son enveloppe charnelle. C’est à ce titre une bouteille à la mer sans la moindre amertume mais bien avec une immense espérance en des lendemains plus radieux.

Il a bien raison, on sort de ce récit envoûtés et subjugués devant tant de beauté, tant de force et tant de poésie. Le diable de bonhomme a même concocté deux ou trois chansons qui feraient des succès si un programmateur honnête daignait les diffuser au grand public. Mais cette époque est révolue, nous devons accepter d’être des privilégiés qui avons l’immense bonheur d’entendre ce que le plus grand nombre ignorera toujours.

Magnifiquement leur.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Bonjour Nabum, excusez-moi, mais cette fois, j’ai pris les devant. Votre écrit est déjà sur Agora,...pas pu m’empêcher. Oui, notre devoir est de planter les graines du futur. Jehanne n’est pas morte pour rien,....


    • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 18:56
      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      trop rapide

      Je n’ai pas le temps de me retourner

    • En hommage à mon voisin, il a falli passer l’arme à gauche mais est à nouveau sur pied : https://www.google.be/search?q=Mahmoud+ben+Mahmoud&tbm=isch&source=iu&ictx=1&fir=IidJXO28kS0W6M%253A%252Cs7-vU9y_fWG8MM%252C_&usg=__KaGJ4Z19HMWL_cbKKzcY0zZbwcE%3D&sa=X&ved=0ahUKEwjzseWux8vbAhURKFAKHZlyAbIQ9QEIMTAB#imgrc=IidJXO28kS0W6M :.

      Filmographie[modifier | modifier le code]
      • 1967 : Escurial (court métrage)
      • 1970 : Les Vieux (court métrage)
      • 1970 : Comic Strip (court métrage)
      • 1982 : Traversées
      • 1992 : Poussière de diamant avec Fadhel Jaïbi
      • 1992 : Italiani dell’ altra riva (documentaire)
      • 1996 : Anastasia de Bizerte (documentaire)
      • 1996 : Albert Samama Chikli, ce merveilleux fou filmant avec ses drôles de machines (documentaire)
      • 1998 : Ennejma Ezzahra (documentaire)
      • 1999 : Les Siestes grenadine
      • 2001 : Les Mille et une voix (documentaire)
      • 2003 : Fadhel Jaïbi, un théâtre en liberté (documentaire)
      • 2004 : Les Suspects
      • 2006 : Les Beys de Tunis, une monarchie dans la tourmente coloniale (documentaire)
      • 2012 : Le Professeur
      Notes et références 

      • Mes siestes seront grena« dines », car comme me dit mon compagnon : on ne décroche pas le téléphone quand on est à table : POINT.https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Siestes_grenadine


        • N’oubliez JAMAIS : Jean-Jacques Andrien est un cinéaste belge né à Verviers le 1er juin 1944. Grande ville du tissage en BELGIQUE

          Il a réalisé des films comme Le fils d’Amr est mort (1975, grand prix du festival de Locarno et prix André-Cavens), Le Grand Paysage d’Alexis Droeven (1981, prix André-Cavens), Mémoires (1984, grand prix du festival de Mannheim), Australia (1989, avec Jeremy IronsFanny Ardant et Tchéky Karyo), ainsi que des courts-métrages, dont La pierre qui flotte qu’on dira surréaliste, et dont l’auteur raconte ici le point de départ tiré d’un récit populaire : « J’étais à Liège sur le pont des Arches et je vis sur le fleuve flotter une meule de moulin sur laquelle il y avait quatre hommes : le premier avait perdu les deux yeux, le deuxième les deux bras, le troisième les deux jambes, le quatrième ses habits... Un oiseau passa au-dessus d’eux : l’aveugle le vit, le cul de jatte courut après, l’homme sans bras le saisit et l’homme nu le mis dans sa poche...1 »


          • . Un oiseau passa au-dessus d’eux : l’aveugle le vit, le cul de jatte courut après, l’homme sans bras le saisit et l’homme nu le mis dans sa poche...1 »




                • juluch juluch 11 juin 15:34

                  J’ai cru l’espace d’un instant que c’était le Morice d’Agoravox.....ouf !!!  smiley


                  il ressemble à léo ferré....

                  • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 18:57
                    @juluch

                    Il a chanté Léo dans un merveilleux CD


                    • Pierre Mertens : Né de père résistant et de mère juive, il a vécu la 2e guerre mondiale comme « enfant caché », révélation qu’il a faite lors de son 70e anniversaire, le 9 octobre 2009, dans un entretien au journal Le Soir1.

                      À 11 ans, Pierre Mertens écrit déjà de petites pièces pour les fêtes scolaires. Avec le problème algérien, il s’éveille à la « conscience politique ». Tandis qu’il étudie à l’Athénée d’Etterbeek, il entreprend une autobiographie en plusieurs tomes. Il se forme à l’Université libre de Bruxelles pour y étudier le droit.

                      Influencé par Franz Kafka, Mertens commence à publier romans et nouvelles en 1969 et reçoit le prix Médicis en 1987 pour Les Éblouissements. Il poursuit néanmoins ses activités de juriste, attentif aux combats pour les Droits de l’homme. En 1989, il entre à l’Académie royale de langue et littérature de Belgique. Il est également nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République français


                      • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 18:57
                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                        Merci

                      • OMAR 12 juin 01:52
                        Omar9

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir. :« ...Pierre Mertens : Né de père résistant et de mère juive 
                        .
                        Franchement, je ne comprends pas pourquoi cette précision quant à la religion de sa mère, qui plus est, n’est même pas le sujet de cet article...
                        .
                        Je ne connais pas cet artiste et romancier qui mérite mon profond respect au regard des prix et considérations qu’il a reçus.

                        A-t-on systématiquement précisé dans tous les articles se référant à son personnage, les origines et la religion de sa famille de ce grand poète et artiste que fut Jean Ferrat, autre que »auteur-compositeur français", alors que mème son vrai nom est tout autre ?
                        .
                        Présente-t-on Zinedine Zidane comme issu d’une famille de musulmans ?
                        .
                        Dit-on de Victor Hugo qu’il est né de père et de mère chrétiens ?
                        .
                        Recopiez plus intelligemment ce que vous lisez sur Wikipedia, car à vouloir trop forcer sur le suggestif victimaire, il en résultera des relents nauséabonds...

                      • #Nono LP/R #NonoS LP/R 11 juin 21:27

                        Morice, Morice, c’est bien beau de l’annoncer pour le bal !

                        Mais quand il pointe la mousse d’une Green-Bergère, que se passe t’il ?


                        • C'est Nabum C’est Nabum 12 juin 18:10
                          @#NonoS LP/R

                          Demandez-lui

                        • #Shawford #Shawford 12 juin 18:22

                          @C’est Nabum

                          Moi je ne connaissais pour de vrai que sa partie du côté de mon miroir, la délicieuse et si espiègle Monique EACERSALL, amie de ma famille.

                          Elle est décédée de mon vivant, elle est et restera de facto pour toujours de l’autre côté du miroir de la vie désormais pour moi.

                          Le Momo dont je parle donc ici, qui a hanté cette agora, est son exact inverse au niveau du caractère tel que je l’ai décrit plus haut.

                          S’il veut rester alive & kicking for now and ever, ça reste à lui de jouer.

                          Pour votre part, vous l’avez comme d’habitude invoqué de par votre divinement bien dimensionnée inspiration, sans rien voir du vice que je distille ni des références auxquelles je renvoie ici, et c’est tellement heureux et mieux comme ça !

                          C’est à la vie et au vieux briscard maintenant d’en faire son lit ou pas. smiley smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès