• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Blade Runner 2049 est un chef-d’oeuvre

Blade Runner 2049 est un chef-d’oeuvre

 

Le film n'est pas juste très beau, mais son scénario est d'une profondeur exceptionnelle.

JPEG

Je suis retourné voir Blade Runner 2049 une seconde fois pour savoir si j'avais vu un chef-d'oeuvre ou juste un bon film. C'est un chef-d'oeuvre. Après avoir été enthousiasmé par mon premier visionnage, certain au sortir de la séance de ne pas avoir perdu mon temps, plein de belles images et des pensées philosophiques qu'un conte SF ne manque jamais de remuer, j'ai pu d'une part chercher sur internet l'ensemble des avis à chaud, et aussi profiter de la redifusion du film original sur arte.

On reconnait unanimement que le film est superbe dans ses visuels. La photo est parfaite, les décors magnifiques. Le film s'affirme comme une suite cohérente du premier opus et pour autant garde son identité propre. Mais l'enthousiasme n'est pas partagé sur le scénario. Le film est long. Certains se seraient ennuyés. On lacherait le personnage dans sa quête et ce defaut ferait déchoir le film au rang de coquille vide. D'autres on beaucoup aimé le film. Ce fut mon cas, mais je voulais être certain qu'il pourrait supporter un second visionnage, en tout cas, j'avais très envie de le revoir. Et j'ai été saisi par sa profondeur plus encore.

Je propose une analyse du film, il est inutile de la lire si vous ne l'avez pas vu, elle vous gâcherait toute surprise. Je propose de partager une analyse avec ceux qui ont vu le film.

Introduction du personnage principal : premier contrepied.

Les trois séquences qui précèdent la révélation du "miracle", introduisent le personnage principal, l'agent K. Il est d'abord au boulot à l'extérieur, il va faire son test en rentrant au commissariat, et ensuite il rentre à la maison où l'attend sa "petite femme", il essaie de la sortir, mais on l'appel en urgence. A l'exception de cet imprévu, qui va démarer l'action du film, c'est une journée de travail normale. Le film prend dès cette introduction une posture périlleuse : le héros ne peut arracher au spectateur que des sentiments mitigés.

D'abord, il fait un sale métier . Le Nexus VIII qu'il exécute emporte vite notre sympathie : d'apparence bourue, on comprend que dans sa vie solitaire, il ne fait de mal à personne. Il a la figure de ces sages retirés, qui après une vie agitée gardent silencieusement des secrets de vie. L'agent K n'est pas du bon côté. Il est la main efficace d'un management du "retirement", le DRH consciencieux. A ce titre, la révélation qui est faite de ce qu'il est un répliquant est plus une excuse, qui nous le rattrape dans notre estime, qu'autre chose.

Il fait bien son métier, mais c'est un sale métier. Nous le savions déjà, ayant vu le premier opus, mais dans celui-ci cette révélation n'arrivait qu'au milieu du film, lorsque Deckard tuait la femme au sepent en lui tirant dans le dos. D'où le ressort dramatique efficace. Harrison Ford avait emporté notre sympathie, en simili Humphrey Bogart, l'histoire sentimentale avec Rachel était déjà installée, et voilà que l'on découvrait la réalité de son travail, d'où un déchirement efficace des sentiments et un enjeux tragique.

Ici c'était le seul choix de scénario possible, parce qu'on ne pouvait plus nous la faire. La plupart des spectateurs sont sensés connaitre le premier film, il valait mieux poser ça dès le début que de nous refaire le même coup. Mais il y a encore peut-être ceci : que dans les années 80, on aurait très difficilement pu associer l'idée de performance au travail du héros, avec celle de résultats moraux négatifs. Aujourd'hui nous savons qu'une quantité de cadres et d'ingénieurs font très bien, un boulot fondamentalement destructeur. Chaque film cadre avec son époque.

L'agent K ne se pose pas beaucoup de questions morales. D'ailleurs c'est un robot et le test qu'il subit au rentré de sa mission nous donne bien l'idée de sa lobotomie : une sorte d'aboutissement du management. Loin d'un héros libre ou diletente nostalgique, c'est un cadre obéissant. Mais l'ambiguïté de notre sentiment pour lui, s'amplifie encore lorsque nous découvrons ce qu'il en est de sa vie sentimentale.

Joy en un sens est l'aboutissement et la concentration de toute la superficialité de la relation spectaculaire. Elle n'est que spectacle, n'étant qu'une projection holographique. Elle est l'aboutissement du spot de pub, qui a réussi à vivre pour lui même et qui suffit maintenant à prendre la place de combler toute l'attente sentimentale d'un homme. Elle est à la fois une vidéo pornographique internet, ou une youtubeuse beauté, femme marketing idéale, zappant de robes, sa jauge de satisfaction augmente visuellement à la réception de son cadeau, le tout nouveau produit qui va lui apporter la liberté, son discours est interompu par des pubs et des notifications. Elle est la fille-smartphone, qui aurait été complètement fagocytée par ce dernier appendice.

La scène du baiser sur le toit est tragi-comique et malaisante, belle comme une pub, et fausse comme elle. Et on a beacoup de mal à s'investire dans K. Est-ce qu'il croit vraiment à son amour avec son hologramme ? On a plutôt pitié de lui. C'est très probablement une des raisons qui font que certains n'ont jamais accroché au film. K est un pauvre type, même s'il est beau gosse, et qu'il a juste envie de vivre sa petite vie tranquille, en faisant son job et en vivant au mieux sa simili vie de couple. Mais ce parti pris pour le héros, par son audace, fait que le film peut prétendre être une oeuvre.

Deuxième contrepied : le mur

Le deuxième contrepied est général au film et concerne une réplique qui vient après la révélation du miracle.

Pour ce dernier la référence au chrisianisme est clair : c'est le miracle de la nativité : ce n'est pas une vierge qui enfante mais une robote. "C'est impossible !" s'exclame-t-on. Et c'est là que le personnage principal commence à se poser des questions : notamment sur son âme puisque sa chef ne lui en reconnait pas.

Mais le contrepied concerne sa tirade qui vient juste avant et qui est mise en exergue dans le trailer : "le monde repose sur un mur de séparation entre deux classes d'être etc..." . Ce qui nous a fait penser en le visionnant que le film aurait pour thèmes cette séparation entre humains et répliquants. Sauf que dans le film on ne fait que s'apercevoir que ce mur, si il a jamais existé, est juste évanouhi ou écroulé déjà jusqu'à la souche, et que déjà, plus personne n'y croit vraiment.

A quel moment, le film pose-t-il ce mur ? Il y a d'abord un figurant qui fait une remarque raciste dans les couloir du commisariat. ça ne paraîtra peut-être pas évident pour tous, mais quand on en est à faire des petites insultes racistes mesquines en passant dans les couloirs, c'est précisement parce que la séparation n'existe plus. La deuxième remarque raciste est d'ailleurs dite par l'expert de la médecine légale, donc supposé d'un niveau intellectuel plus élevé, qui donne le même terme (skinner ?) mais pour le Nexus VIII tué par K. Comme il se rend compte qu'il vient de dire ça alors que K est là, il s'excuse tout de suite. Et puis il y a le petit graffiti sur la porte de son appartement. ça ne va pas plus loin.

Le grand mur de séparation n'est déjà plus revendiqué que comme un petit racisme de bas étage, dont on s'excuse quand on a un minimum d'éducation.

Cette même cheftainne, qui semble dans sa posture hierarchique, quand elle est au travail, très attachée au maintient de cette distinction, après un verre de whisky (qu'elle boit amicalement dans l'appartement du répliquant) avoue oublier la différence, et puis lacherait même une petite tentative pour se serrer Ryan Gossling, même si c'est un robot. Le mur vaut une remarque raciste, il vaut un verre de whisky, il n'est pas bien épais.

Donc on voit bien que le mur n'existe déjà plus et que déjà plus personne n'y croit beauoup. Et nous, comme nous sommes témoins du "miracle", on sait qu'il est désormait sans fondement. Le fin mot est donné un peu plus tard par la réplique de Harrison Ford  : "-Est-ce que c'est un vrai chien ? -J'en sais rien, demande lui !". Et c'est bien où est le niveau du film : on se moque complètement de qui est un robot et qui est un humain, ça n'a plus aucune importance.

Mais la parole de la cheftaine sur le mur n'est pas vaine, car il est bien question de murs dans le film.

Il y a le gigantesque mur barrage, qui semble contenir la montée de la mer. Il y a le mur de classes, themes politique bateau. Car en fait les esclaves sont bien humains : se sont les enfants de l'orphelinat. Ce sont aussi les sous prolétaires de la décharge, vis-à-vis desquels le cyborg K est le représentant de la caste dominante, et il est aidé par les missiles de Luv tombants du ciel.

Mais le mur principal dont le film fait le tableau, il est présentifié par la paroie de verre qui isole la faiseuse de souvenirs (elle n'est pas nommée dans le film). Et c'est le mur qui isole tous les personnages du film. Parce que c'est le principal thème du film : la solitude complète d'absolument tous les personnages. Le Nexus VIII sacrifié au début du film, la faiseuse de souvenir, Harrison Ford à Las Vegas, Wallace dans son délir de toute puissance, K bien sûr avec son amour electronique, sa cheftaine qui cherche "un instant de vérité" en admettant son vide sentimental, Joy si elle existe, prisonnière de sa forme digitale, de son inconsistance, Luv et sa quête de perfection hypernarcissique, les initiateurs de la rebellion qui ont du se séparer pour ne pas être découverts.

Les personnages du film sont tous désespérements séparés et seuls. La main de Harrison Ford sur la vitre, dans la dernière image du film, n'est pas un petit symbole.

Juste après la mission de K, il doit se soumettre au fameux test référenciel. Qu'elle phrase doit-il répéter ? : "Within cells interlinked. Within cells interlinked. Within cells interlinked".

Interrogator : "Do you dream about being interlinked... ?"

K : "Interlinked."

Interrogator : "What's it like to hold your child in your arms ? Interlinked."

K : "Interlinked."

Interrogator : "Do you feel that there's a part of you that's missing ? Interlinked."

K : "Interlinked."

L'homme contemporain est desormais complètement prisonnier de sa cellule individuelle, dans la promesse de "l'interlinkage".

L'agent K

Il manque quelque chose au héros c'est évident, qui ferait sa substance. Comme le thème n'est absolument pas la séparation entre humain et robots, sa condition d'androïde est plus l'image de sa condition sociale : c'est un robot, par sa qualité d'agent efficace du système, produit aboutit d'un management parfait, et son rêve de vie sentimental est comblé par un hologram marketé, dont il trouvera le terme determinant avant de se décider à accomplir sa dernière mission rédemptrice : Joy est l'algorythme qui produit "tout ce que vous avez envie d'entendre, tout ce que vous avez envie de voir".

Mais avant ça il n'apparait jamais comme un héros vraiment bon. Même au milieu de sa quête, quand il est à l'orphelinat par exemple, il traite avec violence le gardien des orphelins, inférieur socialement. Il reste dans l'arrogance de sa position sociale.

Donc si on fait le résumé du film : c'est un personnage pas très sympathique au départ, relativement vide et persuadé lui-même d'être assez vide, qui à un moment donné par dans une quête existentiel où il se met à croire à sa substance, pour se rendre compte à la fin que non, il n'a pas tant de substance que ça. Finallement il arrive à faire quelque chose d'un peu grand en aidant à la réunion des vrais personnages purs et aimables du film. Il occasionne la seule véritable rencontre du film, entre le père et sa fille, et le film s'arrête là, sur cette amorce.

Et le film est vraiment grand d'arriver à montrer cette quête d'un anti-héros, à moitié manquée, mais réussie quand même quand il accepte de s'effacer. La quête de l'humilité pour un personnage arrogant et ressantant son vide.

Il y a deux aventures dans le film. Mais l'aventure des personnages purs, "les apôtres", qui sont ceux qui continuent le premier film, les héros de la véritable épopée, qui sont les témoins et les acteurs du miracle, est une aventure celeste. Nous suivons l'aventure terrestre de K, Joe.

Pour ceux qui n'ont pas compris que Wallace n'interfère pas du tout dans l'aventure de K. K n'est absolument rien pour Wallace, lui veut jouer avec les anges. Wallace est un personnage de l'aventure celleste, même si il y représente le mal. Il apparait dans deux séquences : d'abord fort et ambitieux, rêvant de toute puissance, ensuite fragile puis ridiculisé. Cela suffit. L'équilibre de son personnage est bonne.

Pour l'aventure terrestre, celle de K, elle est cernée par des personnages feminins. Il y a six personnages de femmes autour de K, dont quatre sont explicitement dans une attitude de séduction à son égard. Les deux autres : la chef de la rebellion et la faiseuse de souvenir sont les personnages de l'aventure celleste.

Les quatres autres sont clairement dans une attitude de concurence l'une par rapport à l'autre. De manière amusante, K reste attaché en quelque sorte à la plus vide, qui se trouve n'être peut être que l'expression de sa complaisance envers lui-même. Il reste attaché à son rêve de substance. Joy, la poupée complaisante, le persuade dans sa quête d'existence, et du coup elle se met elle même à vouloir exister.

Luv petite fille modèle n'est avec lui que dans un rapport de domination. Imbue de sa perfection, elle révèle dans la scène où elle tue la cheftainne (elle aura tué deux de ses concurentes vis à vis de K), comment elle est véritablement imprégnée par les grandes visions de son créateur. La manière dont elle est tuée, peut être expliquée comme devant permettre le dernier plan sur son visage sans tâche, innocent et comme effaré par ses grandes visions.

La cheftaine est la seule vrai humaine, avec sa vrai solitude humaine et sa vrai naïveté, puisqu'elle avale le mensonge grossier de son subordonné, quand il lui dit avoir tué l'enfant.

La charnelle ira dans son lit, mais pour le compte d'une autre, Finallement il n'appartiendra qu'au deux femmes de l histoire céleste : la chef de la révolution qui le pousse à l'acte héroïque, et la faiseuse de souvenirs à laquelle il appartient depuis le début puisque c'est elle qui a fait ses souvenirs les plus forts.

Le destin de K se joue donc entre la concurence d'un bouquet de femme alors que de son côté, il s'en fout un peu, des femmes. Il n'a pas l'air enclin, sur ce plan, à abandonner son rêve électronique, et ce qu'il veut surtout, c'est se trouver lui, et pour ça il va chercher son père. K est digne, comme figure de l'homme, d'un héros de western.

K se rêve un véritable destin, tandis qu'il est plutôt baloté entre plusieurs femmes.

conclusion

L'audace et le mérite du film est d'être très peu complaisant avec son personnage principal. On lui permet tout juste une rédemption finale, qu'il gagne en admettant qu'il n'est qu'un quidam, et pas le vrai héros. L'accomplissement prophétique est donné à d'autres, mais il gagne son âme en y participant. C'est un décalage extrêmement original.

Le film est pareillement très peu complaisant avec son temps. Son thème principale est la solitude et le vide des êtres. Bien sûr, notre séparation par moyens électroniques est mise en cause. Pour la scène finale, le vaisseaux s'échoue au pied du gigantesque barrage, dont les plans fascinants de survol ont ponctués le film. C'est le grand mur sur lequel s'échoue notre monde. Et comme nous l'avons dit, le dernier plan du film se coupe au moment de la possibilité d'une vrai rencontre, qui est tout l'enjeux que manquent tous les personnages du film.

C'est parce que cette rencontre est manquée tout au long du film, qu'il laisse à certains égards une impression froide. Mais comme j'espère l'avoir démontré, ce théme est parfaitement tenue dans le scénario, qui s'achève sur la possibilité, finalement, de ce vrai amour.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Jean Beaumont Jean Beaumont 20 novembre 17:21

    J’ai rarement lu une analyse plus sotte et primaire


    • Gatling Gatling 20 novembre 17:26

      @Jean Beaumont
      Dans ce cas nous attendons un commentaire plus.... long .


    • Angela de France Angela de France 21 novembre 13:19

      @Jean Beaumont

      Oui en effet, beaucoup de texte pour pas grand chose au final.

      Une âme dans une machine ? (Ghost in The Shell ?)

      Pour moi le premier Blade Runner est surtout un film sur ce qui fait de nous des êtres humains, en particulier les émotions et les souvenirs, sont-ils réels ou induits (implantés), qu’est ce qui est vrai ? Bien sûr à la fin du film le Blade Runner tombe amoureux de sa proie, une femme synthétique certes différente, mais surtout belle et charmante. La question serait de savoir si elle a vraiment une âme où n’est-ce qu’une copie, une parodie de femme ? Je regrette que le film n’ai pas aussi été dans cette direction...

      Dans Blade Runner 2049, bien que ce film soit esthétiquement réussi, le réalisateur nous dirige clairement vers une idéologie transhumaniste assumée, où l’on essaie de s’amuser à confondre le vivant et le non vivant, de donner une âme aux robots par toutes sortes de procédés tarabiscotés et au final peu convaincants (en l’occurrence ici il s’agit d’humains synthétiques ou des hologrammes). C’est assez grossier dans l’ensemble, le film de Ridley Scott lui avait au moins le mérite de baigner dans une atmosphère bien plus onirique, romantique et nostalgique.

      Mais une telle chose est-elle réellement possible et même souhaitable ? Tout cela rejoint le mythe du Golem et de Frankenstein et le film Métropolis, bref, l’homme se prenant pour Dieu, ce qui ne présage rien de bon

      Conclusion : bien que j’apprécie beaucoup ce genre de films pour les questions philosophiques qu’ils soulèvent, je reste néanmoins consciente que derrière il y a probablement les lobbies transhumanistes de la Silicon Valley (Google, Apple et cie) qui doivent apporter leur soutiens financiers d’une façon ou d’une autre, ce qui je pense, n’était pas le cas pour le film de Scott.

      ps 1 : Dans Ghost in The Shell il s’agit d’une autre approche, la méthode est la transplantation cérébrale, mais le message est le même.

      ps 2 : Le meilleur film de Villeneuve reste pour moi à ce jour « Prisoners », un véritable chef-d’oeuvre du cinéma américain moderne, tout en subtilité comme je les aime.


    • bob de lyon 21 novembre 15:58

      @Angela de France

      Bonjour,

      Je n’ai retenu de Blade Runner (1) que l’incompréhension de Deckard qui ne sait plus qui il est ; d’ailleurs Harrison Ford n’avait rien compris au scénario : « Ah oui ce film que j’ai tourné dans une machine à laver ! » - sic - mais tant mieux, c’est ce qui le qui le rendait totalement crédible…

      Par contre, l’interprétation de Rutger Hauer d’un personnage violemment romantique, désespéré et suicidaire est remarquable…

      M’en vais donc le revoir en corrélation avec ce que vous écrivez.


    • ysengrin ysengrin 20 novembre 17:26

      bonjour 


      le style est un peu confus et nébuleux ...

      on dirait une traduction gougueulesque...

      • Gatling Gatling 20 novembre 17:26

        @ysengrin
        Une analyse plus fouillé peut-être, un jour ?


      • ysengrin ysengrin 20 novembre 17:31

        @Gatling

        bonsoir
        vous voulez dire fouillée.... ?

        je n ai pas aimé la dernière mouture de blade runner,
         j attends avec impatience l’adaptation des romans de Maurice Dantec pour me prononcer 

      • Gatling Gatling 20 novembre 17:51

        @ysengrin
        Vous vouliez dire googlesque ?
        .

        Qu’est ce que Dantec vient faire là-dedans ?
        K.Dick et Dantec ... Le cyber-Punk ?


      • ysengrin ysengrin 20 novembre 17:57

        @Gatling


        dantec a écrit des romans de SF mettant en scène des flics et des cyborgs....

        je pense que cela pourrait donner de bien beaux films....

      • Gatling Gatling 20 novembre 19:27

        @ysengrin
        Du temps de K.Dick on ne parlait pas de cyber punk, puis on a dit que Blade runner avait influencé, ce mouvement dans lequel on a classé Dantec. Une adaptation de Dantec par kassovitz a été un fiasco.
        Je ne peux pas prétendre qu’entre R.Scott et Kassovitz, il y a autant de distance qu’entre K.Dick et Dantec, car je n’ai jamais réussi à finir un roman de Dantec. Je ne comprenais rien aux romans de K.Dick et pourtant, je les finissais. Bref .... smiley ..... La même chose avec mr.robot que je regarde chaque semaine sans rien biter, mais je continue sans problème. J’ai remarqué que beaucoup d’œuvres que j’aime me reste incompréhensibles, au sens où je ne suis jamais d’accord avec les multiples analyses qui leur sont consacrées, sans pouvoir y mettre un point final, moi-même.
        ce qui nous ramène à l’analyse de l’auteur de cet article. Elle me donne envie de voir ce second opus de B.R, car aucunes critiques ne m’a convaincu. Je pense que c’est un bon présage ... smiley ....


      • Gatling Gatling 20 novembre 17:28

        @l’auteur

        Vous êtes deux sur ce site a l’avoir adoré .... Va falloir que je me procure une copie DVD....


        • ysengrin ysengrin 20 novembre 17:33

          @Gatling
          si vous voulez me lire sur AVOX, 


          il faut donner un petit coup de pouce... smiley


        • Gatling Gatling 20 novembre 17:53

          @ysengrin
          Bon... j’ai plussé.... et maintenant ?  smiley


        • ysengrin ysengrin 20 novembre 18:03

          @Gatling
          il faut que vos amis fassent de même.... smiley


        • Gatling Gatling 20 novembre 19:28

          @ysengrin
          Oui je me suis encore fais avoir !  smiley


        • pallas 20 novembre 18:17
          Puzant

          Bonsoir,

          Le blog de Odieux Connard me parait plus pertinant sur la qualité du film d’un niveau plutôt médiocre que votre article, j’en suis désolé.

          Liens internet :

          https://unodieuxconnard.com/2017/10/23/bad-runner-2049/

          Salut


          • Puzant Puzant 20 novembre 19:02

            @pallas
            Apparemment, il s’agit d’un commentaire plutôt sarcastique, où l’auteur s’attache au détails de cohérence et de réalisme du scénario.
            Ce n’est pas l’état d’esprit dans lequel je vais voir un film de SF, genre qui tiendra toujours plus du conte.
            Par ailleurs je pense qu’un tel crible rend irregardable la quasi totalité du répertoire hollywoodien.


          • laertes laertes 21 novembre 14:17

            @Puzant : désolé ! NON ! La SF requiert un scénario en....béton pour que le lecteur puisse s’immerger dans l’histoire et c’est encore plus vrai pour une adaptation cinématographique. D’ailleurs même le conte a une logique intrinsèque d’acier ............. sinon aucune crédibilité et , très cher , la crédibilité est le carburant du conte et de la fiction en général.
            Votre analyse de Blade Runner 2049 est purement imaginaire c’est à dire qu’elle est purement spéculative et n’a AUCUN rapport avec ce qui est perçu à l’écran............. et ce qui est important ce ne sont pas vos contes de fée sur le film mais le film lui même, c’est à dire son scénario et la mise en images/dialogues de ce scénario.
            A aucun moment, seconde ou milliseconde du film on perçoit que le héros est un robot/humain/humanorobot ou autres.......... dans ses réactions, sa personnalité et ses relations.......... parce que le scénario du film n’a absolument pas traité la question (au contraire du chef-doeuvre , lui, de Ridley scott) et toutes les microscènes de test ne sont que des habillages, des « oripeaux » pour rappeler au spectateur qu’il faut parler qd même de l’identité questionable de Gosling. Maismême ça c’est mal foutu et vite oublié dans le maestrom d’images combleuses de vide entre des scènes d’action. On se fout complètement très vite de savoir si Gosling est un réplicant ou pas car le scénario du film nous fait très vite abandonner et oublier cet important aspect.
            Villeneuve n’a pas pu traiter ce sujet................ trop dur ! Il s’est contenté d’un film d’actions hyper conventionnel entrecoupé de superbes images vides de sens.
            Blade runner 2049 sera très vite oublié !


          • Gérard Dahan Gérard Dahan 20 novembre 19:11

            Je ne sais pas si vous êtes un amateur de Science Fiction (vous semblez avoir peu de lecture dans ce domaine), si vous en avez lu, si vous aviez lu la nouvelle de Philip K. Dick dont a été tiré le 1er opus : « Est-ce que les androïdes rêvent de moutons électriques ». Sincèrement, je me demande même si vous avez vu le 1er Blade Runner, car vous ne soulignez pas la filiation évidente dès le début du film : On cherche l’enfant improbable qu’une androide aurait mis au monde. Or à la fin du 1er Blade Runner, le héros (chasseur d’androïde) décide de partir avec une jeune femme qu’il sait être une androïde, résultats des expériences les plus poussées de leur créateur.

            Je vous signale soit dit en passant que la problématique de K Dick, c’est la naissance de la conscience chez les androïdes et notamment la conscience de leur propre mort (puisqu’ils ont été conçus pour ne vivre que quelques années. Philip K. Dick est l’un des maîtres d’une science fiction existentielle et psychologique qui ne tardera pas à devenir une réalité lorsque les premiers hommes « augmentés » apparaîtront et lorsqu’on se posera la question de la conscience de soi des premiers

            La photo est belle ? Oui, elle est belle. C’est suffisant ? Mais qu’est-ce qu’on « s’emmerde » dans ce film de 2h40 où Denis Villeneuve n’a à l’évidence pas le talent de Ridley Scott.
            Quelques scènes intéressantes, mais l’essentiel du film n’a absolument pas le souffle du 1er.
            Le film était très attendu eu égard au 1er opus, mais quelle déception et quel traitement plat.


            • Puzant Puzant 20 novembre 19:29

              @Gérard Dahan
              Je ne vois pas ce qui vous permet de conclure que je n’aurais pas compris le premier opus.
              C’est ce qui différencie le premier du second opus. Deckard va vivre une vraie histoire d’amour. Cette histoire d’amour, le fruit de cette histoire d’amour, devient l’enjeu mythique de 2049. Elle se continue dans ce film mais elle reste justement inaccessible pour K, qui rêve un instant que ce serait lui, la continuation. C’est pourquoi j’ai employé le terme de « celeste », elle est en marge, au dessus de K, qui doit se contenter d’une petite amies très conformes et qui se retrouve aux prises avec des filles aux typologie connues.


            • Gatling Gatling 20 novembre 19:47

              @Gérard Dahan
              ’Philip K. Dick est l’un des maîtres d’une science fiction existentielle et psychologique qui ne tardera pas à devenir une réalité lorsque les premiers hommes « augmentés » apparaîtront et lorsqu’on se posera la question de la conscience de soi des premiers’
              Oui mais là présentement, on en est très loin.... Le vrai débat ouvert par K.Dick est juste une nouvelle approche de notre condition de roseau pensant d’aprés moi. Bref.... j’aime la SF mais le transhumanisme me fait doucement rigoler. Un peu comme la colonisation de Mars ou l’avènement des voitures volantes prévues à la fin du XIX éme siècle pour la fin du XX ème !  smiley je vais quand même me le procurer ce foutu film !


            • Trelawney Trelawney 21 novembre 09:11

              @Gérard Dahan
              Certaines séquences filmées de façon novatrice (les piétons sous la pluie vue d’en haut etc), certains décors, font du Blade Runner de Ridley Scot, un film culte. Il n’a cependant pas poussé assez loin la nouvelle de K Dick et a notamment considéré comme anecditique la réalité sur Decart (qui est aussi un androide).

              Je n’ai pas encore vu la mouture de Denis Villeneuve, mais je fais confiance à ce réalisateur qui ne dévie que trés rarement de son sujet. Sicario et Premier contact sont là pour le démontrer.

              Dans la nouvelle de K Dick les androides se découvrant une conscience deviennent plus humain que les humains drogués à la technologie et c’est ce qui les trahis. J’irais donc voir ce film dans mon ciné club à 5 euro

            • pallas 20 novembre 19:42
              Puzant

              Bonsoir,

              Vous ne comprenez pas mes mots. Je donne quelques exemples

              J’ai lu les livres :

              « La guerre des mondes » qui est une fable contre la guerre et sur l’écologie.

              « Sphère », une fable sur la réalité de notre monde, une « expérience de celui ci » pense l’auteur.

              « Je suis une légende », l’auteur fait dans le Bien et le Mal, auquel chacun pensant être dans le camps du bien.

              Les films ne font que pervertir les livres, donc insultant les auteurs, ne respectant pas leurs idées, pire encore se sont les individues lambda ne sachant pas faire le vrai du faux.

              Salut


              • rogal 20 novembre 20:09

                Juste assez fade.


                • Gérard Dahan Gérard Dahan 21 novembre 00:35

                  @ Gatling :
                  Je suis partiellement d’accord avec vous.
                  Oui, la science fiction a bien souvent précipité l’avènement des transformations technologiques et sociales.
                  Non, je ne suis pas sûr que nous soyons si loin des possibilités d’hommes partiellement bioniques qui ne manqueront pas de poser un débat éthique. Les prothèses se sophistiquent tous les jours. De la prothèse parfaite à la prothèse augmentée, il n’y a qu’une simple volonté.
                  La question de la conscience des robots capablent de s’auto-former est plus délicate et probablement plus lointaine. Mais nous vivront certainement dans les années qui viennent des dérives causés par des programmes informatiques capables de s’auto-diagnostiquer.


                  • Gatling Gatling 21 novembre 15:27

                    @Gérard Dahan
                    ’De la prothèse parfaite à la prothèse augmentée, il n’y a qu’une simple volonté.’
                    Mais la prothèse parfaite existe-t-elle déjà ?
                    Il n’y aura pas de débat sur les problèmes éthiques, heureusement ils sont loin de pouvoir donner corps à leurs délires les transhumanistes *


                  • Trelawney Trelawney 23 novembre 15:25

                    @Gérard Dahan
                    La question de la conscience des robots capablent de s’auto-former est plus délicate et probablement plus lointaine

                    Ce n’est pas à la conscience des robots ou des logiciels qu’il faut s’intéresser, mais au résultat du logiciel ou du robot. 
                    Exemple : Facebook est en train de créer un être virtuel et immortel. En effet dans un proche avenir, votre page Facebook pourra vivre d’elle même et continuer à communiquer avec le monde bien après que vous ayez disparu. Ce qu’elle fera, décidera, modifiera, imposera, nul ne le sait. Elle agira en fonction de votre caractère prédéterminé et votre évolution en fonction des bouleversements sociétales.
                    Imaginez aussi un ordinateur de voiture prenant son autonomie. Ou un logiciel rédacteur d’article de journaux propageant des fausses nouvelles etc, etc, etc

                  • HELIOS HELIOS 21 novembre 03:07

                    ... ben moi qui aime bien les films de D Villeneuve, je trouve que ce Blade Runner est très loin de Sicario, par exemple.... mais il faut de tout pour faire une toile, n’est-ce pas ?


                    • bob14 bob14 21 novembre 06:17

                      Cette suite est un exercice vain. Sans intérêt. Les dix premières minutes laissent un peu d’espoir que ça va être bien et au fil du film tout s’écroule peu à peu. Denis Villeneuve démontre pourtant une nouvelle fois qu’il sait proposer des univers cohérents mais c’est encore une fois le scénario qui laisse à désirer. Bien dommage. Des personnages qui ne servent à rien et dont le sort est risible et un Harrison Ford dépassé par l’absurdité du propos. Les scènes finales sont ridicules : (SPOILER) menotté sur le siège d’un véhicule envahi par les flots les plans nous font vraiment penser “oups on a oublié papy sur les toilettes”. Bref, quelques bonnes idées graphiques autour d’une trame sans intérêt : (SPOILER) les replicants peuvent avoir des bébés. Mais on s’en fiche totalement et les acteurs aussi. On est loin de la finesse de l’original. Comment les critiques US ont ils pu plébisciter cette suite sans saveur ? Mais attention, ce film n’est pas si grave et on l’oublie immédiatement pour ne garder en tête que les souvenirs du premier.....M.


                      • Sous forme de roman, ça pouvait passer, mais faire de la science-fiction filmée philosophique, avec un scénario incohérent, une mauvaise mise en scène, un rythme de limace et des acteurs déboussolés (Harrison Ford semble de faire gravement ch...), on appelle ça un ratage complet.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires