• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > CANNES 2018 Le cinéma, la vie

CANNES 2018 Le cinéma, la vie

Les films présentés à Cannes sont souvent un écho de l’histoire, des histoires, du monde. Cette année, même le Palmarès en témoigne et certains semblent le regretter. Cannes n’aurait plus la montée des marches de jadis et d’ailleurs, manquerait de glamour...

Le cinéma est aussi une industrie conditionnée par les moyens techniques et financiers ouvrant la voie à de nouvelles façons de raconter et diffuser des histoires, RV, selfie, VàD...

Menaces ou perspectives pour le cinéma et le Festival ?

 

CANNES 2018 Le cinéma, la vie {JPEG}

 

Cinquante ans après, d’aucuns auraient voulu un hommage, une commémoration ou même un remake de MAI 68. Mais Cannes 2018 a été, simplement, dans l’actualité de la vie du monde même si Me Too peut être considéré comme une réplique lointaine ou une part inachevée des événements de mai 68.

 

 Me Too et Cannes

 

Me Too a explosé aux États-Unis. Le phénomène a touché/coulé Harvey Weinstein, énorme personnalité qui a régné longtemps sur le cinéma et à Cannes, au vu et au su de beaucoup qui se sont accommodés de son comportement.
Les réactions cannoises suffiront-elles, non pour effacer ce passé mais pour changer les choses ?

 

D’autres personnalités du cinéma ont ensuite été mises en cause surtout aux États-Unis… Peu, pour le moment, en France, avant ou après Weinstein.
A Cannes, une des premières à avoir pris clairement la parole, l’actrice Asia Argento est revenue sur le viol dont elle a été victime : « En 1997, j'ai été violée par Harvey Weinstein, ici à Cannes. J'avais 21 ans. Ce festival était sa chasse gardée  ».
Elle est allée plus loin : « Toute une communauté lui a tourné le dos, même ceux qui n'ont jamais dénoncé ces faits. Et parmi vous, dans le public, il y a ceux que l'on devrait pointer du doigt à cause de leur comportement envers les femmes, un comportement indigne de cette industrie, de n'importe quelle industrie. Vous savez qui vous êtes. Plus important encore, nous, nous savons qui vous êtes  ».

 

Menace réelle ? Certains ne doivent pas être tranquilles. Les récentes accusations contre Luc Besson montrent que ce n’est pas fini. Au moment où, choix malheureux, le Grand bleu était repris au Cinéma de la plage à Cannes en hommage à son réalisateur.

 

Mauvais affaire pour le Festival qui tente d’avancer au-delà de l’affaire Weinstein et de faire oublier les commentaires répétés, à chaque festival, sur le nombre insuffisant de femmes en compétition, en récompenses ou comme membres du jury.

 

Cette année, les femmes étaient majoritaires dans tous les jurys du Festival, 16 contre 9, et une femme présidait le jury de la Compétition et celui de la Caméra d’or.

Les chiffres, concernant les œuvres de femmes sélectionnées, sont moins favorables, 15 % (contre 5 % en moyenne depuis la création du Festival), 20% toutes sections confondues (Compétition, Un certain regard, Hors compétition, Séances spéciales, Cannes classics, Cinéma de la Plage). Quant aux récompenses, et toutes n’ont pas la même valeur, 5,5 ont été attribuées à des hommes (Palme d’or, Grand prix, Mise en scène, Scénario ex-æquo, Palme d’or spéciale, Caméra d’or) et 1,5 à des femmes (Prix du jury, Scénario ex-æquo).

 

Le Festival a été marqué par différentes manifestations : journée consacrée à la place des femmes dans le Septième Art, publication d’une trentaine d’idées visant l’égalité des chances (Le Lab Femmes de cinéma) ; table ronde sur la représentation des femmes au cinéma (Nespresso Talents) ; conférence sur la parité dans l’exploitation (Rendez-vous des exploitants Art et Essai) ; Woman in Motion pour la mise en avant des talents féminins (Kering) ; colloque sur l’avenir de Me Too (Swedish Film Institute) ; prise de parole de Cate Blanchet, présidente du jury et d’Agnès Varda avant la projection de Filles du soleil ; montée des marches, organisée par le Collectif 50/50 pour 2020, de 82 femmes actrices, réalisatrices, techniciennes, productrices, scénaristes, exportatrices, distributrices, agentes, qui se sont arrêtées à mi-parcours pour symboliser le blocage de l’échelle sociale et professionnelle : 82, le nombre de films réalisés par des femmes et sélectionnés en compétition depuis la création du Festival, soit moins de 5 % du total ; montée des marches d’un groupe de 16 femmes noires habillées par le même couturier : Noire n’est pas mon métier…

 

Et surtout la signature par Thierry Frémaux (Festival), Paolo Moretti (Quinzaine des réalisateurs), Charles Tesson (Semaine de de la critique) d’une Charte qui sera proposée à tous les festivals internationaux sur les procédures de sélection des films, notamment la transparence des membres des comités de sélection et des programmateurs (1).

 

Par ces initiatives, le Festival et le cinéma en dépassant leur rôle de témoin ou de précurseur pour s’impliquer directement dans le mouvement sociétal en cours, ont-ils trouvé une façon de rebondir positivement ?

 

 

CANNES 2018  Le cinéma, la vie

De quelques films

Le programme de ce 71ième Festival de Cannes a été généralement salué pour sa qualité et sa diversité, même si aucun film n’a fait l’unanimité, ni écrasé tous les autres ou annoncé une nouvelle façon de faire du cinéma. Certains ont déçu, aucun n’a scandalisé. Les prix attribués ont pu être discutés mais n’ont pas entrainé de réelle contestation.

 

Le Festival, toutes catégories confondues, a continué à donner un important écho aux affaires du monde, notamment mais pas seulement, à la place et au rôle des femmes dans la société, dans des sociétés bien différentes.

 

Dans le cadre de Cannes classics, un film Be natural : the untold story of Alice Guy-Blaché (Soyez naturel : l’histoire inédite d’Alice Guy-Blaché) raconte la vie d’Alice Guy, née en 1873, à Saint Mandé. Secrétaire au Comptoir général de la photographie de Léon Gaumont, elle crée en 1896, La Fée aux choux, la première fiction du cinéma. Elle tourne ensuite plus de 200 films de tous les genres : comédie, fantastique, poursuites… Invente des effets spéciaux : ralenti, accéléré, surimpression, fondus… Envoyée aux États-Unis, elle aurait créé entre 1000 et 8000 films : on en connaît seulement près de 150 aujourd’hui… (2).
En 2016, Cannes classics avait déjà fait connaître le rôle des femmes dans les débuts du cinéma à Hollywood : Et la femme créa Hollywood (3).

 

Au delà de ces reconnaissances tardives, des films réalisés par des femmes ont été présentés comme Les filles du soleil, sur ces femmes kurdes qui luttent contre les djihadistes pour libérer leur ville et retrouver leur famille. Ce film a peu été apprécié par la critique à Cannes (4).

 

Sofia, le film de la réalisatrice marocaine Meriem BenM'Barek raconte la situation difficile d’une jeune femmes, enceinte, hors mariage, qui va berner toute la famille, sauver l’honneur et arranger les affaires de tout le monde sauf, peut-être, de celui qu’elle épouse (5).

 

Dans Se rokh (qui serait mieux traduit par Trois portraits que par Trois visages), une jeune fille d'un village dans une région retirée turcophone d'Iran, rêvant de devenir actrice, a envoyé son suicide filmé à une actrice célèbre qui n'a pas répondu à ses multiples messages précédents : appel au secours pour l'aider face aux oppositions familiales qu’elle rencontre. L'actrice perturbée abandonne aussitôt le tournage (6).
Les Trois visages sont ceux d’une jeune fille rejetée par le village qui se consacre à la peinture, on ne la voit guère, celui de l'actrice culpabilisée et celui de la suicidée. Le film montre aussi la méconnaissance du milieu populaire et rural par une actrice qui les fait rêver et qu’ils connaissent tous. Et l'aide qu'attendent les villageois dés qu’ils voient dans leur village une possible autorité.
Jafar Panahi ouvre le film en donnant à un selfie un rôle dramatique : pour la première fois au cinéma ? Ce cinéaste qui a des problèmes avec le gouvernement iranien a déjà utilisé les nouvelles techniques, pour déjouer la censure. Avec un téléphone portable, il a réalisé, à moindre frais, 20 000 euros, Taxi Téhéran et donné une vision de la ville de Téhéran au gré des courses... (7).

 

Todos lo saben, film d’un autre Iranien, Asghar Farhadi, était aussi en Compétition. Tourné en Espagne et en espagnol, il risque d'être distribué en France sous son titre en anglais (Everybody knows) !
Laura revient d’Argentine avec ses enfants pour le mariage de sa sœur qui réunit toute la famille sauf son mari qui n'a pu venir pour des raisons matérielles. Le déroulement du mariage (à noter des prises de vue par drone de la noce) est perturbé par l’enlèvement pour une rançon de la fille de Laura. Cherchez la femme...
Événement révélateur de ce que tout le monde sait dans le village mais sur quoi le silence règne depuis 16 ans et le départ de Laura avec son mari pour l'Argentine. Révélateur des sentiments longtemps cachés au sein d’une famille jusqu’à ce qu’éclatent les problèmes d’argent. Film sur l'amour, l'amour paternel, la filiation, l'argent… et l'engrenage du mensonge malgré le temps qui passe…
Les premières minutes permettent au réalisateur d'indiquer ses intentions : espace clos dans le clocher, engrenages, horloge, mariés vus à travers les barres du balcon ou des grilles… (8).

 

Dans Girl (9), Viktor, 15 ans, veut, à tout prix, devenir fille et danseuse, avec l'appui de son père. Il est pris en charge par une équipe médicale pour un traitement hormonal avant une intervention chirurgicale. Tout en suivant des cours exigeants de danse. Bien que très belle jeune femme pour ceux qui la regardent, ce n’est facile ni au niveau physique, ni au niveau psychologique.
The Danish Girl avait déjà raconté l’histoire d'amour de Gerda Wegener, jeune homme marié, première personne à avoir subi une opération chirurgicale, malheureuse, pour changer de sexe en 1930 (10).

 

Dans Laskovoe Bezrazlichie mira, (La tendre indifférence du monde), à la mort d’un propriétaire terrien, au Kazakhstan, la veuve oblige sa fille étudiante en médecine ayant interrompu ses études pour aider son père, à se rendre chez son oncle qui la mariera pour racheter les dettes du père.
Elle part à la ville, accompagnée de son amoureux d'enfance mais malgré leur courage, ils n’arriveront pas à échapper à l’oncle et à ses amis corrompus (11).

 

Dans Manbiki Kazoku (Une affaire de famille), un père et son fils, après quelques larcins alimentaires, ramènent chez eux une fillette victime de sévices familiaux. Elle entre dans une famille accueillante, grand-mère, parents et un garçonnet. Une famille qui vit de petits vols et des revenus occultes de la grand-mère.
Ce film rappelle le néoréalisme italien : une famille unie, chaleureuse, dans une pauvreté affrontée par une délinquance mineure… Elle va être déstabilisée par la justice et la découverte d’un lourd passé (12).

 

Yomeddine (13)  : à la mort de son épouse, Beshay, lépreux guéri mais défiguré que son père a déposé à la léproserie et n’est jamais venu rechercher malgré sa guérison, décide de revenir chez lui. Avec sa vieille charrette tirée par un âne qui mourra en route, accompagné par un jeune Nubien, orphelin, il va entreprendre un long voyage plein d'incidents… Malgré tout, ils arrivent au but et retrouvent le père.
Les deux héros sont effrayés, devant le choix qui s'offre à eux : se réinsérer dans un monde normal qu'ils ne connaissent pas, qui ne les connaît pas et où ils doivent se faire une place. Ou revenir dans le cocon malheureux où ils étaient connus et reconnus. Retrouver leur identité administrative oubliée ou conserver l'identité vécue depuis des années.
Sur un thème proche,
La route sauvage (Lean on pete), film étasunien sur les écrans actuellement, raconte la longue marche d’un jeune qui quitte un père inconsistant et un milieu défavorisé, avec un cheval qu’il a sauvé de l’abattoir et qui meurt par le chemin. Plus optimiste, le jeune retrouve une tante lointaine qui lui donnera la chaleur d'un foyer (14).

 

Il est question d'une tout autre jeunesse dans Weldi (15). Samir, jeune Tunisien, prépare son bac mais quelques difficultés surgissent, migraine, vomissements, qui inquiètent les parents. Trois jours avant l'examen, il disparaît… parti en Syrie. Face à l'appel au djihad, les parents, la société n'ont à offrir qu'une petite vie familiale médiocre où il n’est question que de crédits, de promotion, de plan cul, tout un mode de vie dont les appels au djihad dénoncent l'hypocrisie…
Finalement, Samir ne montrera des signes de bonheur que lorsqu’il présentera lui-même, par Facebook, sa vie familiale, son enfant, à ses parents. Mais en Syrie....

 

Autre pays, autre jeunesse, autre violence dans El Angel, d'après une histoire vraie. Un jeune de la petite bourgeoisie argentine, voleur par vocation, s'enfonce dans une délinquance de plus en plus grave avec des meurtres multiples (16).

 

Climax commence par une longue et magnifique séquence de hip-hop, lors d'un stage de danse. Au buffet, la sangria enrichie au LSD, ce que personne ne semble savoir, va déclencher un long délire collectif et douloureux… Omar n’a pas voulu boire... (17).

 

Carlos Diegues

Carlos Diegues

Carlos Diegues

Dans O grande circo mistico (Le grand cirque mystique) de Carlos Diegues, Fred dont on célèbre le doctorat, apprend qu'il n'est pas le fils de la mère qui l'a élevé mais d'une amie de la famille, impératrice vierge, exilée. En dédommagement, il obtient un cirque pour la belle qu’il aime. Ce cirque, avec quelques belles scènes, bien filmées, sera transmis, de fille en fille, à travers des filiations hasardeuses jusqu'au 21ième siècle. Et se terminera par un gracieux vol de jumelles trapézistes dans une société où le château de l'impératrice vierge est devenu un grand parking. Il faut aller très bas pour atteindre une certaine grâce (18).

Dans Dogman, film italien, Marcello tient un magasin de toilettage et de gardiennage de chiens et arrondit ses revenus en revendant de la cocaïne à son ami, Simoncino, ancien boxeur, qui l'entraîne dans un casse. Ne voulant dénoncer son ami, il écope d’un an de prion. À sa libération, il demande à Simoncino sa part de butin. Mais doit faire face à un puissant complice qui ne veut rien entendre. Pour s’en débarrasser, il sait utiliser les instruments de son métier... (19).

 

Spike Lee, Blakkklansman, raconte, avec humour, l’histoire vraie d’un Afro-américain qui s’engage dans la police et est d’abord chargé de taches administratives. Insatisfait, il est muté pour infiltrer les milieux indépendantistes afro-américains et tombe amoureux de la belle présidente du mouvement étudiant. Il refuse de suivre la ligne des suprématistes noirs et décide d’infiltrer le KKK par téléphone, relayé par un collègue juif pour la participation physique.
En prise avec l'actualité, le film s'achève sur les manifestations racistes de Charlottesville et sur Donald Trump... (20).

 

The state against Mandela and the others, procès de Nelson Mandela et de ses coaccusés à travers des images d'époque, les déclarations de survivants. Le procès proprement dit, interrogatoires au tribunal, déclarations enregistrées des accusés, est illustré par des dessins en noir et blanc (21).

 

Samouni road relate l’opération plomb durci d'Israël dans le territoire de Gaza pendant laquelle 25 personnes de la famille Samouni ont été tuées.
Le film, longuement applaudi, reconstitue remarquablement cette opération et ses conséquences à travers des documents de l’armée israélienne et des récits de la famille des victimes. Le film est illustré par des images animées et sa bande son est d'un réalisme terrifiant… (22).

 

Dans Zimna Wojna, film en noir et blanc, un musicien et une professeure de danse constituent une école pour reprendre chants et danses populaires de Pologne. Ils obtiennent un tel succès que les autorités les poussent à mettre leurs talents au service le la Révolution, du Parti, de Staline… La professeure de danse refuse mais non Wiktor, le musicien. Amoureux d’une chanteuse particulièrement douée, il mène à bien son entreprise. Ce qui leur permet de voyager. Ils décident de passer à l’Ouest mais seul Wiktor part pour Paris. Où, là encore, il choisira pour vivre les compromissions. Ils se retrouveront, se quitteront… Il finira par repartir pour la retrouver en Pologne mais…
Amour passionné dans des situations qui le rendent impossible… (23).

 

Dans Leto (L’été), des jeunes, avec Mike, ont constitué un groupe musical qui rencontre un succès certain à Leningrad sous le regard inquiet de certaines autorités. Arrive un nouveau groupe avec Viktor, au visage eurasien, plus doué, ce que perçoit tout de suite Mike, alors au sommet de sa gloire. Concurrence musicale, concurrence auprès de Natacha...
Leto décrit une jeunesse fascinée par le monde occidental, essentiellement musical dans le Leningrad des années 60-80. Les groupes essaient de construire une contre culture qui déclenche l’enthousiasme des jeunes. Le phénomène ressemble à celui vécu en Occident avec quelques années de décalage. Sans homosexualité, drogue, sida… et avec la même domination masculine, les groupes sont masculins et les fans surtout féminins…
Tout le monde ne peut arriver à la gloire… L'un se suicide, le héros adulé, Mike, comprenant la valeur de son concurrent, lui met le pied à l’étrier et continue sa vie, d'employé banal avec une famille banale. Seul Viktor…
Le film fait la part belle à la musique mais aussi à des délires, images colorées qui embellissent la réalité et touchent à la comédie musicale (24).

 

Avec Gongjak, (The spy gone north), la chanson n’est plus la même, l’aspect guerre froide est d’actualité. Dans ce film sud-coréen d’espionnage, un ancien officier, démissionnaire, reconverti dans les affaires, reprend du service pour essayer de faire le point sur le développement de l'industrie nucléaire au Nord. Après de multiples péripéties, les préliminaires à la rencontre avec le chef suprême sont remarquables, il collabore avec un Nord-coréen pour essayer de dégeler la situation entre les 2 pays. Ils y parviennent mais devront en payer le prix.
Film d'actualité au moment du dégel entre Corée du Nord et du Sud et projet de rencontre avec Donald Trump (25).

 

Parmi les films français, Plaire, aimer et courir vite (26) et En guerre (27) ont le tort de venir après. Après 120 battements par minute (28) qui a eu le Grand Prix, l’an dernier à Cannes pour le premier et pour le second après La loi du marché (29), avec le même acteur, Vincent Lindon, déjà récompensé à Cannes en 2015 par le Prix d’interprétation masculine.

 

Cédric Hérou

le héros du film

CANNES 2018  Le cinéma, la vie

Libre est un documentaire d’actualité : comment déjouer la police, la gendarmerie, l'armée pour que les demandeurs d’asile, les enfants isolés puissent arriver à la préfecture des Alpes maritimes ? Pour que les adultes puissent déposer une demande d'asile ? Pour que les enfants puissent bénéficier d’une prise en charge ? Dans les 2 cas, comment faire appliquer la loi par les autorités ? Sans aller en prison : c'est le problème de Cédric Hérou et de tous ceux qui encourent des sanctions pour délit de solidarité (30).

 

Michel Toesca
le réalisateur

CANNES 2018  Le cinéma, la vie

La traversée, Romain Goupil et Daniel Cohn-Bendit, veut prendre le pouls politique du pays.
Dans la première partie, Daniel Cohn-Bendit interroge avec empathie des éléments divers de la population française, actifs ou retraités, toujours fiers et heureux de leur travail, malgré les difficultés.
Sur le plan politique, ils ne cachent pas leur point de vue, défense d'EELV et attaque de l'extrême gauche…
Mais ils ne donnent la parole qu’à Emmanuel Macron, qu’ils tutoient, au maire de Béziers, à des sympathisants ou militants du FN, à qui, finalement, ils offrent une tribune (31).

 

Romain Goupil

CANNES 2018  Le cinéma, la vie

Certains films restaurés sont présentés au Cinéma de la plage, ouvert, gratuitement au public, comme Au feu, les pompiers (32) et Bagdad Café (33).

Mais c’est surtout le rôle de Cannes classics qui permet de voir ou revoir, dans de bonnes conditions, des films anciens : Battements de cœur (34), Driving Miss Daisy (35), A ilha dos amores (36).

 

Ou de découvrir, par exemple, Enamorada (37), restauré grâce à Martin Scorcese.
 

Martin Scorcese

CANNES 2018  Le cinéma, la vie

Lors de la Révolution mexicaine, les Révolutionnaires prennent la ville, leur général (Pedro Armendariz) s'apprête à faire la justice sociale de manière un peu expéditive mais il a été, au séminaire, le meilleur ami du curé, devenu notable. Par ailleurs, il tombe amoureux de la fille du cacique local, à la fine taille, aux grands yeux et à la forte personnalité (Maria Felix). Grâce à l'amour des deux protagonistes, aux remords d'un vieux commandant qui n'a pas su garder sa femme quand il était jeune et à l’entremise du curé qui montre à la belle le sens de la Révolution, tout finira bien.
Viva Zapata mexicain, 1946, avant Viva Zapata d’Elia Kazan, 1951, avec un côté mélo, juste ce qu’il faut, un côté folklo (Chanson Che bonitos ojos tienes, sous la fenêtre de la belle), un brin de théologie de la libération avant l’heure. Et aussi beaucoup d'humour.

 

Par ailleurs, à Cannes classics, ont été projetés un portrait d’Ingmar Bergman, Searching for Ingmar Bergman (38) par Margarethe Von Trotta à travers entretiens anciens ou plus récents et extraits de ses films. Et par Mark Cousins, The eyes of Orson Welles, (39) une analyse cinématographique remarquable du génial Orson Welles, les facettes multiples de sa personnalité, le cinéaste, le politique, l’amant, et de son personnage, le roi, le bouffon, le chevalier… à travers ses films en tant que réalisateur ou acteur, ses dessins, ses déclarations…

 

Mark Cousins

CANNES 2018  Le cinéma, la vie

Autres films vus :

Le livre d’image de Jean-Luc Godard, 85 mn, Compétition, Palme d’or spéciale.

Un couteau dans le cœur de Yann Gonzalez, 90 mn, Compétition.

Under the silver lake de David Mitchell, 139 mn, Compétition.

The house that Jack built de Lars Von Trier, 155 mn, Compétition.

Solo : a star wars story de Ron Howard, 135 mn, Hors Compétition.

Whitney de Kevin Mac Donald, 120 mn, Hors compétition.

Die Stropers (Les moissonneurs) de Étienne Kallos, 106 mn, Un certain regard.

Gueule d’ange de Vanessa Filho, 108 mn, Un certain regard.

In my room de Ulrich Kohlern, 119 mn, Un certain regard.

Cinq et la peau de Pierre Rissient, 95 mn, Cannes Classics.

 

 

Le cinéma, Cannes, une industrie et un marché

 

Une crainte diffuse plane sur le cinéma et donc sur le Festival lui-même.

Naguère, le cinéma était le seul moyen de création et de diffusion d’images animées. Mais ce monopole a été mis en question d'abord par la télévision à laquelle il a répondu par les écrans plus grands, la couleur, la qualité du son, les effets spéciaux, les multiplex, le confort… et la confiserie… Omnimax est resté une attraction.

 

Aujourd'hui, le cinéma est confronté à de multiples innovations qui ne sont pas que techniques :

  • De multiples possibilités d'enregistrement du son et de l’image sont désormais à la portée de tous. Frank Cousins, présentant son film The eyes of Orson Welles, se demandait ce que Welles aurait pu faire, libéré des financiers et des producteurs, grâce à l'utilisation des appareils miniaturisés et performants. Comme l’Iranien Panahi a commencé à le faire.

  • Les possibilité de diffusion par internet et à peu de frais s’ouvrent aussi aux créateurs qui sauront s’en emparer. Désormais, les films peuvent même être proposés à la sélection du Festival par ce moyen !

  • Mais les géants de la diffusion à la demande (VàD) comme Netflix et Amazon qui allient production et diffusion en dehors des salles avec une énorme concentration de moyens occupent déjà le terrain.
    Le cinéma a réussi à s’entendre avec la télévision qui est devenue, en France, une source importante de capitaux investis dans la production cinématographique. Est-il possible qu’il en soit de même avec les géants mondiaux de la production et de la diffusion ?
    Ou s’agit-il d’une lutte à mort ?

  • La numérisation permet de donner une deuxième vie à des films anciens dans de bonnes conditions. Qui en prendra le contrôle ?

  • Pour le moment, la réalité virtuelle cherche encore son modèle industriel et commercial…

  • Le Festival de Cannes a lieu au printemps, ceux de Venise et Toronto à la fin de l'été. Ce serait un moment plus favorable pour la mise en visibilité des films avant la consécration suprême des Oscars.

  • Cannes demeure encore le premier marché mondial du cinéma mais Toronto est en place et Venise s’est lancé sur le secteur.

  • Pour le moment, les films proposés à Cannes sont toujours aussi nombreux, l’équipe de sélection a dû faire le choix entre les 1906 films reçus (contre 800 en 2011) pour en retenir une vingtaine pour les films en compétition et une centaine, toutes catégories confondues.

 

Sur le tapis rouge des belles aux tenues légères, sous le tapis de lourds billets verts...

 

1 - Le Film français 16/05/18

2 - Be natural : the untold story of Alice Guy-Blaché de Pamela B. Green, 120 mn, Cannes classics

3 - Et la femme créa Hollywood de Clara Kupperberg et Julia Kupperberg, 52 mn

4 - Les filles du soleil de Eva Husson, 115 mn, Compétition

5 - Sofia de Meriem BenM'Barek, 80mn, Un certain regard, Prix du scénario

6 - Se rokh (Three faces, Trois visages) de Jafar Panahi, 100 mn, Compétition, Prix du scénario ex-aequo

7 - Taxi Téhéran de Jafar Panahi, 2015, 86 mn

8 - Todos lo saben d’Asghar FARHADI, 132mn, Compétition

9 - Girl de Lukas Khont, 105 mn, Un certain regard, Caméra d’or, Prix de la Fipresci, Queer Palm, Prix d’interprétation à Un Certain Regard pour le jeune Victor Polster

10 - The Danish Girl de Tom Hooper, 2015, 119 mn

11 - Laskovoe Bezrazlichie mira, (La tendre indifférence du monde) d'Adilkhan Yerzhanov, 100 mn, Un certain regard

12 - Manbiki Kazoku (Une affaire de famille) de Kore-Eda Hirokazu, 121 mn, Compétition, Palme d’or

13 - Yomeddine de A.B. Shawky, 97mn, Compétition

14 - La route sauvage (Lean on pete) d’Andrew High, 121 mn

15 - Weldi (Mon cher enfant) de Mohamed Ben Attia, 104 mn, Quinzaine des réalisateurs

16 - El Angel (L'ange) de Luis Ortega, 120 mn, Un certain regard

17 - Climax de Gaspar Noé, 95mn, Art Cinéma Award, Quinzaine des réalisateurs

18 - O grande circo mistico (Le grand cirque mystique) de Carlos Diegues, 105 mn, Hors compétition

19 - Dogman de Matteo Garrone, 102 mn, Compétition, prix mérité d’interprétation masculine pour Marcello Fonte

20 - Blakkklansman de Spike Lee, 128 mn, Compétition, Grand prix

21 - The state against Mandela and the others de Nicolas Champeaux et Gilles Porte, 105 mn, Hors compétition

22 - Samouni road de Stefano Savona, 128 mn, Quinzaine des réalisateurs, Prix du jury de l’Oeil d’or

23 - Zimna Wojna (Cold war) de Pawel Pawlikowski, 84 mn, Compétition, Prix de la mise en scène.

24 - Leto (L’été) de Kirill Serebrennikov, 126 mn, Compétition

25 - Gongjak, (The spy gone north) de Yoon Jong-Bin, 141mn, Hors compétition

26- Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré, 132 mn, Compétition

27 - En Guerre de Stéphane Brizé, 113 mn, Compétition.

28 - 120 battements par minute de Robin Campigno, 135 mn, 2017. 

29 - La loi du marché de Stéphane Brizé, 93 mn , 2015

30 - Libre (To the four winds) de Michel Toesca, 100 mn, Hors compétition, Mention spéciale de lu jury de l’œil d’or

31 - La traversée de Romain Goupil, 139 mn, Séances spéciales

32 – Au feu les pompiers de Milos Foreman, 75 mn, 1968, Cinéma de la Plage

33 – Bagdad café de Percy Adlon, 104 mn, 1987, Cinéma de la Plage

34 – Battements de cœur de Henri Decoin, 97 mn, 1939, Cannes classics

35 - Daisy et son chauffeur, Bruce Beresford, 100 mn, 1989, Cannes classics

36 - A ilha dos amores de Paulo Roca, 169 mn, 1982, Cannes classics

37 - Enamorada d'Emilio Fernandez, 99 mn, 1946, Cannes classics

38 - Searching for Ingmar Bergman (À la recherche d’Ingmar Bergman), 99 mn, Cannes classics

39 - The eyes of Orson Welles de Mark Cousins, 115 mn, Cannes classics

Quelques images de Cannes

CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie

Au matin

CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie

La fête est finie

CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie
CANNES 2018  Le cinéma, la vie

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • bob14 25 mai 09:07

    Pour le gala de cloture, le président Auriol n’à pas pu venir… smiley


    • Ciriaco Ciriaco 25 mai 09:47

      Il y a toujours quelque chose de très indécent lorsque cette institution se proclame de l’ordre moral.


      • njama njama 25 mai 18:41
        Merci pour l’article et les photos
        Le festival, un monde qui phosphore, un cinéma éclectique, un reflet de notre société aussi, une montée des marches inédite dans le cru 2018


        • njama njama 25 mai 18:42
          Cannes : derrière les paillettes

          Samedi 12 mai, le Festival de Cannes a connu une montée des marches pour une fois sans tralala. Quatre-vingt-deux femmes, dont la réalisatrice Agnès Varda et l’actrice Cate Blanchett, ont tenu à dénoncer l’inégalité entre les sexes qui règne dans le milieu cinématographique.

          L’affaire Weinstein avait déjà révélé le harcèlement sexuel que subissaient des actrices ou autres femmes de la part de grands noms du cinéma. Les manifestantes, elles, ont voulu dévoiler que le mépris envers les femmes va plus loin. Depuis la création du Festival en 1946, 82 femmes seulement ont été nominées, pour 1 688 hommes et, dans l’attribution de la palme d’or, la proportion est encore plus grande puisque seulement deux femmes l’ont reçue, contre 71 hommes.

          Mais leur dénonciation va bien au-delà de l’inégalité des honneurs entre quelques vedettes, puisque c’est au nom de tous les travailleurs des métiers du cinéma, à commencer par les plus obscurs, qu’elles ont mis en cause l’inégalité salariale qui règne entre les hommes et les femmes.

          Cette année, elles se sont exprimées sur le tapis rouge. À quand en brandissant le drapeau rouge ?


          • bob14 26 mai 08:01

            CANNES 2018 Le cinéma « classe BOBOS »..Beaucoup de bruit pour RIEN !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès