• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Castoriadis : existe-t-il une conspiration de l’insignifiance (...)

Castoriadis : existe-t-il une conspiration de l’insignifiance ?

A l’occasion des 10 ans de la disparition de Cornelius Castoriadis, il peut être intéressant de se replonger dans l’œuvre de ce penseur ayant marqué l’Occident.

"Nous avons à lutter pour la préservation d’un authentique espace public de pensée contre les pouvoirs de l’État, mais aussi contre le bluff, la démagogie et la prostitution de l’esprit", Cornelius Castoriadis, L’Industrie du vide (Le Nouvel Observateur, 9 juillet 1979).

Robert Redeker a dit lors d’une réunion du Groupe de recherche pour l’éducation et la prospective (GREP) : "Cornelius Castoriadis est l’une des figures les plus fortes de la vie intellectuelle française, de la pensée contemporaine de ce second demi XXe siècle."

L’un des premiers livres importants de Castoriadis, est L’Institution imaginaire de la société, paru en 1975, dans lequel il se demande, en gros : "qu’est-ce qu’instituer ?"






Cette œuvre maîtresse sera appronfondie dans l’œuvre majeure de Cornelius Castoriadis, de par son élaboration, dans Les Carrefours du labyrinthe, en 6 tomes :






Viennent ensuite, chronologiquement :




Sur le politique de Platon
(1999)



Castoriadis y analyse entre autres la conception platonicienne de démocratie.




Sujet et vérité dans le monde social-historique
(2002)


Cette édition de textes de séminaires de Castoriadis porte sur l’ensemble de son parcours philosophique et politique. Les séminaires ont été tenus en 1986-1987 à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).


Puis, on peut trouver :



Une société à la dérive : entretiens et débats
(2005)


Cette édition regroupe une vingtaine de textes, conférences et interviews réalisés entre 1974 et 1997, traitant de sujets divers, dans lesquels l’auteur analyse le monde contemporain.

Ou encore, pour compléter cette liste non exhaustive :


Fenêtre sur le chaos
(2007)


Dans ce livre, l’auteur avance ses réflexions sur le monde de l’art, la création culturelle et la société démocratique, qu’il considère comme "pseudo-démocratique".

Enfin, nous pouvons citer Post-scriptum sur l’insignifiance  :


Ce petit recueil de 36 pages paru en 2003 retranscrit l’entretien qu’a eu Cornelius Castoriadis avec Daniel Mermet, sur France Inter, lors de l’émission Là-bas, j’y suis, en novembre 1996. Cornelius Castoriadis évoquait déjà l’existence d’une conspiration, conspiration de l’insignifiance, un signe des temps ?


« Il y a un lien intrinsèque entre cette espèce de nullité de la politique, ce devenir nul de la politique et cette insignifiance dans les autres domaines, dans les arts, dans la philosophie ou dans la littérature. C’est cela l’esprit du temps. Tout conspire à étendre l’insignifiance  », Cornelius Castoriadis, Post-scriptum sur l’insignifiance.



Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 26 mai 2008 14:25

    Castoriadis est un auteur important, certes, mais on attend un article...

    On dirait une pub d’Amazon...


    • Abolab 26 mai 2008 15:01

      N’ayant lu personnellement aucun livre de Castoriadis, il m’est un peu difficile d’écrire un article sur son oeuvre...


    • Abolab 26 mai 2008 21:37

      On est dans le trou noir de la pensée instituée, un vortex sans issue de la pensée commune, un abîme de la non-existence intellectuelle et de l’intemporalité médiatique finissante, dans lequel surgit l’espoir d’une communication intelligente entre deux consciences animées par un peu de lucidité et de sérieux, et dotées d’un cerveau normalement constitué ?


    • Abolab 26 mai 2008 21:41

      « l’humanité émerge du Chaos, de l’Abîme, du Sans-Fond. Elle en émerge comme psyché : rupture de l’organisation régulée du vivant, flux représentatif/affectif/intentionnel, qui tend à tout rapporter à soi et vit tout comme sens constamment recherché » (Domaines de l’homme. Carrefours du labyrinthe II Seuil, 1986, p.364)


    • ZEN ZEN 26 mai 2008 17:48

      Bon, on va dire que c’est une bonne pub pour les editions du Seuil , une bonne maison d’ailleurs...

      Si vous voulez entrer en contact avec la pensée de l’auteur, je vous recommande dans l’ordre : L’"institution imaginaire de la société" puis "La montée de l’insignifiance"...


      • Abolab 26 mai 2008 19:11

        Ce me semble un excellent choix... Et pour les lecteurs pressés, je recommanderais Post-scriptum sur l’insignifiance aux Editions de l’Aube.


      • ZEN ZEN 26 mai 2008 20:34

        Ce doit être un gag...


      • Abolab 26 mai 2008 21:32

        L’auteur de cet article ne recommande ni pour lui-même ni pour ses lecteurs la consommation de substances licites ou illicites, destinées à entrepercevoir des niveaux de réalité psychiques s’éloignant du sens communément admis de ce que l’on nomme réel ou réalité, ou tout autre objet de perception culturellement accepté comme constituant le monde dans lequel nous vivons.


      • ZEN ZEN 26 mai 2008 22:50

        @ L’auteur

        Bien d’accord. Je dirais même plus ...

        Il est des circonstances dans la vie, où l’homme, quelque intelligent qu’il soit, obtempère à des raisons, qui , bien qu’aléatoires, n’en sont pas moins d’ordre intrinsèque et absolu...

        C’est mon avis et je le partage


      • ZEN ZEN 27 mai 2008 07:26

        Je ne dis pas bravo à Agoravox pour avoir laissé passer ce non-article...


        • GreenGarden GreenGarden 27 mai 2008 08:05

          Abolab, une imposture de plus après le biodynimicisme de la semaine dernière ?

          G.


          • JL JL 27 mai 2008 11:53

            bonjour, pardon pour ce hors sujet : comment se fait-il qu’il soit impossible de "poster" sur votre excellent article publié sur Naturavox ?


            • JL JL 27 mai 2008 19:07

              Comme je ne peux pas poster sur cet article, je le fais ici :

               

              Très bon article. Les compagnies d’assurance refusent de couvrir les risques de contamination par les cultures d’OGM.

              Que dirait-on si le gouvernement autorisait la mise sur le marché d’un véhicule qu’on ne pourrait pas assurer ? Il est interdit de rouler sans assurance. De la même façon, il devrait être interdit de mettre en œuvre des techniques agricoles dangereuses risquant de provoquer des dégâts au delà de sa capacité d’indemnisation.


            • JL JL 28 mai 2008 18:19

              abolab, jamais vous répondez ?


            • Abolab 29 mai 2008 10:27

              Bonjour, je ne sais pas pourquoi l’on ne peut pas poster sur l’article Natura vox. Concernant, les commentaires, je ne reçois d’avertissement de leur envoir qu’au goutte à goutte et parfois plusieurs jours après en spam, dans ma boîte Yahoo.


            • civis1 civis1 29 mai 2008 08:47

              L’auteur annonce son intention  : c’est une invitation à se replonger dans l’oeuvre de Castoriadis à l’occasion des 10 ans de la disparition de Cornelius Castoriadis . Un bon conseil pour lequel on le remerciera .

              De votre côté, au delà du procès d’intention qui n’apporte rien au débat rien ne vous empêche de vous fendre d’un commentaire concernant l’oeuvre de cet auteur. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès