• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Chacun son cinéma : la projection exceptionnelle du 60e Festival de (...)

Chacun son cinéma : la projection exceptionnelle du 60e Festival de Cannes

Cannes. 3h du matin. Dehors la ville bruisse toujours autant de rumeurs, de fêtes, d’extravagances. Cannes, même, surtout à 3h du matin, fait encore et toujours son cinéma, mais Cannes, ce soir, plus que tout autre, a bien le droit : le festival fête ses soixante ans. Avec grâce et magnificence. Ce soir rien n’était tout à fait réel, ma réalité et l’irréalité cannoise se confondaient plus que jamais. Le cinéma d’hier côtoyait celui d’aujourd’hui, le cinéma d’aujourd’hui célèbrait celui d’hier, sous un soleil étincelant, devant une foule en ébullition, avec la voix de Frédéric Mitterrand, voix off intemporelle et réminiscence si symbolique de l’âge d’or du festival pour rythmer ce ballet magique où le Cannes d’hier semblait brusquement ressurgir, retrouvant ses fastes d’antan, son aura mythique. Le temps n’existait plus, la montée des marches était délicieusement interminable et, attendant mon tour pour entrer dans la grande salle du Théâtre Lumière, j’ai pu observer à loisir ce spectacle étrange, cette fébrilité indescriptible, ce générique improbable.

De là où j’attendais pour entrer à mon tour, juste en bas des marches, j’ai donc eu le privilège de pouvoir photographier, d’où des images plus qu’approximatives que j’ai néanmoins voulu mettre sur ce site, car, malgré leur très mauvaise qualité, elles reflètent la folie joyeuse et presque solennelle qui a règné ce soir... et les plus perspicaces d’entre vous, sur les photos reconnaîtront Sharon Stone, Alain Delon, les frères Dardenne, Faye Dunaway, Wong Kar Waï, Gérard Depardieu, Roman Polanski et bien d’autres. Rien que cela. Quelques-uns des très nombreux prestigieux invités de cette projection de " Chacun son cinéma".

Claudia Cardinale, Alain Delon. Le générique sublime du Guépard (voir ma critique ici), quarante-quatre ans plus tard. Le "Guépard" sans aucun doute le plus applaudi, arrivée magistrale, majestueuse, viscontienne et émouvante, le dernier, tout un symbole, lui que le festival avait oublié d’inviter pour les cinquante ans du festival revient avec les honneurs pour les soixante ans et ferme cette marche somptueuse. Cannes se réconcilie avec son passé. Cannes rend hommage à ceux qui en ont bâti l’histoire. Cannes met aussi à l’honneur ceux qui en écriront l’histoire.

Ce soir, sous mes yeux, éblouis, par le soleil, par la magie du cinéma, je ne sais pas, sous mes yeux, donc, s’est déroulé un pan de l’histoire du cinéma en accéléré. Ce soir, le palais des festivals a réuni un plateau unique et exceptionnel.

Cannes, 3h du matin. Comment pourrais-je dormir ? J’ai certainement d’ailleurs déjà dormi, rêvé cette soirée avec ce générique inouï.

Bien sûr je vous parlerai bientôt longuement de chacun de ces courts métrages, de l’accueil réservé à chacun d’entre eux dans la salle, de l’étrange ressemblance entre certains d’entre eux, de ce qu’ils nous disent sur le monde et le cinéma d’aujourd’hui, et je vous parlerai plus longuement de cette soirée. Mais à 3h du matin, je vous envoie simplement quelques images, bien imparfaites, mais qui, l’espace d’un instant, vous plongeront dans cette effervescence ubuesque, en attendant que des mots, les miens, viennent vous conter cette soirée.

medium_cer8.JPG
medium_cer6.JPG
medium_cer5.JPG
medium_cer10.JPG
medium_cer9.JPG
medium_depardieu.JPG

Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires