• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Charles Péguy, la rigueur intellectuelle et l’audace dans (...)

Charles Péguy, la rigueur intellectuelle et l’audace dans l’action (2)

« Il y a quelque chose de pire que d’avoir une mauvaise pensée. C’est d’avoir une pensée toute faite. (…) Il y a quelque chose de pire que d’avoir une âme même perverse. C’est d’avoir une âme habituée. » ("Note conjointe sur M. Descartes et la philosophie cartésienne"). Séduit par la culture encyclopédique de Jean Jaurès et par sa défense des plus démunis, Charles Péguy en est devenu pourtant l’opposant intellectuel le plus redoutable, réfutant toute idéologie à dérive totalitaire et prônant la dignité des personnes dans leur diversité. Une troisième voie que l’action politique a, plus d’un siècle plus tard, toujours du mal à traduire dans la réalité sociale. Deuxième partie.



Suite du précédent article sur Charles Péguy, qui s’est particulièrement distingué par l’écriture de ses poèmes alliant foi, mysticisme et enracinement à la terre.


La Passion selon Péguy

Péguy a aussi écrit d’admirables vers sur la mort du Christ, en se mettant à la place de Dieu et en parlant à la Nuit, reprenant la Passion selon saint Matthieu.

« Mais surtout, Nuit, tu me rappelles cette nuit.
Et je me la rappellerai éternellement.
(…)
Tout était consommé. Ne parlons plus de cela. Ca fait mal.
Cette incroyable descente de mon fils parmi les hommes.
Chez les hommes.
Pour ce qu’ils en ont fait.
Ces trente ans qu’il fut charpentier chez les hommes.
Ces trois ans qu’il fut une sorte de prédicateur chez les hommes.
Un prêtre.
Ces trois jours où il fut une victime chez les hommes.
Parmi les hommes.
Ces trois nuits où il fut un mort chez les hommes.
Parmi les hommes morts.
Ces siècles et ces siècles où il est hostie chez les hommes.
Tout était consommé, cette incroyable aventure
Par laquelle, moi, Dieu, j’ai les bras liés pour mon éternité.
Cette aventure par laquelle mon Fils m’a lié les bras.
Pour éternellement liant les bras de ma justice, pour éternellement déliant les bras de ma miséricorde.
Et contre ma justice inventant une justice même.
Une justice d’amour. Une justice d’Espérance. Tout était consommé. Ce qu’il fallait. Comme il avait fallu. Comme mes prophètes l’avaient annoncé. Le voile du temple s’était déchiré en deux, depuis le haut jusqu’en bas.
(…)
La potence où mon Fils pendait.
Seules quelques femmes étaient demeurées.
La Mère était là.
Et peut-être aussi quelques disciples, et encore on n’en est pas bien sûr.
Or tout homme a le droit d’ensevelir son fils.
Tout homme sur terre, s’il a ce grand malheur
De ne pas être mort avant son fils. Et moi seul, moi Dieu,
Les bras liés par cette aventure,
Moi seul à cette minute père après tant de pères,
Moi seul je ne pouvais pas ensevelir mon fils.
C’est alors, ô nuit, que tu vins.
Ô ma fille chère entre toutes et je le vois encore et je verrai cela dans mon éternité
C’est alors ô Nuit que tu vins et dans un grand linceul tu ensevelis
(…)
Et les hommes de Joseph d’Arimathée qui déjà s’approchaient
Portant le linceul blanc. »

("Nuit sur le Golgotha")


La compatibilité entre Bergson, Descartes et la foi

Grand disciple du philosophe Henri Bergson (1859-1941), qui fut son professeur, Péguy lui consacra une "Note sur M. Bergson et la philosophie bergsonienne" en avril 1914, ce qui amena Bergson à témoigner que Péguy fut celui qui a le mieux compris sa pensée. Péguy appréciait la conception du présent, où rien n’est figé, tout reste possible. Il tenta de convaincre l’Église catholique de ne pas mettre à l’index Bergson.

« C’est une profonde et capitale idée bergsonienne que le présent, le passé, le futur ne sont pas du temps seulement, mais l’être même. Qu’ils ne sont pas seulement chronologiques. Que le futur n’est pas seulement du passé pour plus tard. Que le passé n’est pas seulement de l’ancien futur, du futur de dedans le temps. Mais que la création, à mesure qu’elle passe, qu’elle descend, qu’elle tombe du futur au passé par le ministère, par l’accomplissement du présent ne change pas seulement de date, qu’elle change d’être. Qu’elle ne change pas seulement de calendrier, qu’elle change de nature. Que le passage par le présent est le revêtement d’un autre être. Que c’est le dévêtement de la liberté et le revêtement de la mémoire. » (avril 1914)

yartiPeguy04

Péguy travaillait sur une "note conjointe" sur Descartes lorsqu’il fut mobilisé pour la Première Guerre mondiale. Dans cette note, Péguy a exprimé son amertume sur la victoire des forces de l’argent : « Pour la première fois dans l’histoire du monde, les puissances spirituelles ont été toutes ensemble refoulées non point par les puissances matérielles mais par une seule puissance matérielle qui est la puissance de l’argent. (…) De là est venue cette immense prostitution du monde moderne. Elle ne vient pas de la luxure. Elle n’en est pas digne. Elle vient e l’argent. Elle vient de cette universelle interchangeabilité. » (juillet 1914).


Patriote… et résistant jusqu’à la mort

Pour lui, la déclaration de guerre fut presque un soulagement, en raison de sa situation personnelle qui n’était pas celle qu’il voulait : une œuvre peu reconnue, une passion amoureuse pour une jeune agrégée qu’il essayait de réfréner pour préserver sa fidélité conjugale ("La Ballade du cœur qui a tant battu"), et un enthousiasme à défendre la patrie face aux Allemands menaçant depuis près d’une décennie.

Dans "L’Argent" (1913), il rédigea une exaltation à résister coûte que coûte qui fut souvent diffusée dans les milieux de la Résistance lors de la Seconde Guerre mondiale pour combattre l’esprit de Vichy et Pétain : « En temps de guerre, celui qui ne se rend pas est mon homme, quel qu’il soit, d’où qu’il vienne, et quel que soit sont parti. Il ne se rend point. C’est tout ce qu’on lui demande. Et celui qui se rend est mon ennemi, quel qu’il soit, d’où qu’il vienne, et quel que soit son parti. Et je le hais d’autant plus, et le le méprise d’autant plus, que par le jeu des partis politiques, il prétendait s’apparenter à moi. » ("L’Argent, suite", 1913).

Ces deux vers aussi auraient convenu à l’Occupation : « Car il ne se peut pas que les Français soient des lâches, /Mais ils ont oublié qu’ils étaient courageux. ». Ce qui fait qu’il n’était nullement étonnant que le Général De Gaulle (1890-1969), le patriote catholique littéraire et résistant, fît de Charles Péguy l’une de ses premières références intellectuelles (De Gaulle avait par ailleurs assisté à plusieurs meetings de Jaurès à Lille).


yartiPeguy02

Chez Péguy, le charnel était indissociable du spirituel : son esprit jusqu’au-boutiste lors de son combat à Villeroy l’a certes tué, mais a été efficace, l’ennemi a dû se replier. Il n’était pas mort pour rien.


Des mots durs contre Jaurès

Péguy ne mâchait jamais ses mots contre ses adversaires, au point de souhaiter la mort de son ancien mentor, celui qu'il avait tant admiré, Jean Jaurès dont le pacifisme était considéré comme de la trahison contre la France.

Le 22 juin 1913, il a écrit : « Dès la déclaration de guerre, la première chose que nous ferons sera de fusiller Jaurès. Nous ne laisserons pas derrière nous un traître pour nous poignarder dans le dos. » ("Petit Journal"). Cette recommandation fut …hélas inutile.

Un peu avant, la même année, il a écrit la même chose : « Je suis un bon républicain. Je suis un vieux révolutionnaire. En temps de guerre, il n’y a plus qu’une politique, et c’est la politique de la Convention nationale. Mais il ne faut pas se dissimuler que la politique de la Convention nationale, c’est Jaurès dans une charrette et un roulement de tambour pour couvrir cette grande voix. ».


La modernité des idées de Péguy

Charles Péguy n’était pas en phase avec son temps, la période (fin du XIXe siècle et début du XXe siècle) se voulait prétentieuse sur le plan des connaissances et préparatrice des grandes idéologies qui ont ensanglanté tout le XXe siècle.

Il voulait combattre la "modernité" par quelques valeurs simples, le travail en particulier mais aussi la justice et la foi : « Comme le chrétien se prépare à la mort, le moderne se prépare à la retraite. ».

Il a souvent insisté sur cette modernité-là : « C’est la théorie même et l’idée du progrès. (…) Le grand triomphe du monde moderne : épargne et capitalisation, avarice, ladrerie, économies, cupidité, dureté de cœur, intérêts ; caisse d’épargne et recette buraliste. » ("Clio. Dialogue de l’histoire et de l’âme païenne").


L’espérance, sœur préférée de la foi et de la charité

Le credo humaniste de Péguy avait trois déclinaisons : dignité, liberté et diversité ; et ses trois vertus étaient la Foi, la Charité et l’Espérance.

« Ce qui m’étonne, dit Dieu, c’est l’espérance
Et je n’en reviens pas.
Cette petite espérance qui n’a l’air de rien du tout.
Cette petite fille espérance.
Immortelle.
(…)
La Foi est une Épouse fidèle.
La Charité est une Mère.
Une mère ardente, pleine de cœur.
Ou une sœur aînée qui est comme une mère.
L’Espérance est une petite fille de rien du tout.
(…)
C’est cette petite fille pourtant qui traversera les mondes.
C’est cette petite fille de rien du tout.
Elle seule, portant les autres, qui traversera les mondes révolus.
La petite espérance s’avance entre ses deux grandes sœurs et on ne prend seulement pas garde à elle.
Sur le chemin du salut, sur le chemin charnel, sur le chemin raboteux du salut, sur la route interminable, sur la route entre ses deux sœurs la petite espérance
S’avance.
Entre ses deux grandes sœurs.
(…)
Le peuple chrétien ne voit que les deux grandes sœurs (…).
Et il ne voit quasiment pas celle qui est au milieu.
La petite, celle qui va encore à l’école.
Et qui marche.
Perdue dans les jupes de ses sœurs.
Et il croit volontiers que ce sont les deux grandes sœurs qui traînent la petite par la main.
Au milieu.
Entre elle deux.
(…)
Les aveugles qui ne voient pas au contraire.
Que c’est elle au milieu qui entraîne ses grandes sœurs.
Et que sans elle elles ne seraient rien. »

("Le Porche du Mystère de la Deuxième Vertu")


Une postérité mitigée

Georges Bernanos (1888-1948) fut l’auteur qui s’est le plus inspiré de Péguy, avec cet enracinement chrétien : « Il y a un honneur chrétien : il est la fusion de l’honneur humain et de la charité du Christ. » ("Les Grands Cimetières sous la lune", de Bernanos).

Nul doute qu’un siècle après sa mort, Péguy n’est toujours pas en phase avec notre époque. La société de facilité, de zapping, d’égoïsme individuel mais d’idéologie collective, fait que Péguy, homme seul, le reste encore dans sa postérité bien qu’il soit référence de quelques (rares) personnalités politiques actuelles (la principale étant François Bayrou).

Le 5 septembre 1994, le gouvernement français avait organisé une grande cérémonie pour le quatre-vingtième anniversaire de sa disparition, en présence de François Léotard (Ministre de la Défense) et de François Bayrou (Ministre de l’Éducation nationale).

yartiPeguy06


Le 11 novembre 2011, le Président Nicolas Sarkozy avait tenu lui aussi à rendre hommage à Péguy en se rendant sur le champ de bataille où il est mort (en présence aussi de Jean-François Copé, député-maire de Meaux).

Probablement que dans la société américaine, il aurait trouvé un écho plus favorable, en ce sens que les Américains ont un véritable culte de l’initiative personnelle et de la diversité qui enrichit plus qu’elle n’handicape.


Détermination et anticipation

Je reste fasciné par la capacité de Péguy à être resté dans sa voie malgré un environnement personnel et amical qui aurait pu l’entraîner vers les dérives qu’il dénonçait. Dans les années 1890, on retrouve en effet le même engouement presque aveugle des jeunes intellectuels pour le socialisme politique naissant que les générations de normaliens suivantes pour le communisme après la Libération. Péguy a anticipé les erreurs historiques, a imaginé qu’un tel utopisme pouvait aboutir au goulag …le plus sincèrement du monde.

yartiPeguy09


C’est donc une marque de pertinence historique qui ne semble pas avoir été mis à son crédit parce qu’il ne semble rester de sa postérité plus le style, la forme, l’expression poétique, la prière exaltée que le fond, les idées qu’il entendait faire passer, parfois avec fougue et intransigeance, et qui sont pourtant, en 2014, encore d’une exceptionnelle actualité.

Comme ces quelques mots sur la barbarie qui pourrait s’appliquer, aujourd’hui, à la répression terrible qui sévit dans le nord de l’Irak :

« Le sort de l’homme et de l’humanité est sans doute essentiellement précaire. Mais le sort de l’humanité n’a jamais été aussi précaire, aussi misérable, aussi menacé, que depuis le commencement de la corruption des temps modernes. (…) Aujourd’hui de partout, guerres et massacres, et imbécillité, même laïque, la barbarie remonte. De partout monte l’inondation de la barbarie. Et les quatre cultures qui dans l’histoire du monde qui est enfin devenu le monde moderne aient seules réussi jamais la barbarie, la culture hébraïque, la culture hellénique, la culture chrétienne, la culture française, sont aujourd’hui également pourchassées. » ("Par ce demi-clair matin")


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (5 septembre 2014)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Excellent site sur Charles Péguy.
Témoignage de Marcel Péguy, fils aîné de Charles (émission du 2 décembre 1973).
Jean Jaurès.
L’attentat à Sarajevo.
La Première Guerre mondiale.
Pétain.
La conséquence du socialisme unitaire.
La Passion.
Jeanne d’Arc.
Étienne Borne.
Paul Ricœur.
Simone Weil.
André Gide.
Albert Camus.
Aimé Césaire.
Edgar Morin.
De Gaulle.
Edmond Michelet.
Jean Charbonnel.
François Bayrou.

yartiPeguy05 


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 8 septembre 2014 23:00

    C’est sa femme, Peguy-la-cochonne qui jouait dans le Muppet Show ?

     smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès


Derniers commentaires


Partenaires