• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Chefs d’oeuvre du 7ème art - Blow out

Chefs d’oeuvre du 7ème art - Blow out

Jack, un preneur de son employé par une maison de production spécialisée dans les films d'horreur, est tellement passionné par l'univers des bruits qu'il passe son temps libre à capter le brouhaha du monde. Un jour où il enregistre des cris d'animaux dans un parc, il se porte au secours des occupants d'une voiture qui vient de plonger d'un pont dans le fleuve en contrebas. Il ne peut sauver qu'une jeune femme. Le conducteur, un homme politique en vue, est mort. Peu désireux de créer un scandale, Jack accepte de garder le silence sur la présence de la passagère. En réécoutant son enregistrement, il remarque deux bruits curieux : le premier ressemble étrangement à un coup de feu et le second à l'éclatement d'un pneu...

 

Depuis Greetings, et à la suite d'autres metteurs en scène – Coppola ou Oliver Stone – Brian de Palma fait partie de ces créateurs ayant été fortement marqués tant par l'assassinat de JFK que par le thème de la manipulation et du complot, notamment via l'image et dans le cas présent le SON.

Authentique théoricien du pouvoir mensonger des images, du spectacle et de leur utilisation par le ou les pouvoirs, politique, médiatique et autres, il interroge les pièces, et donc les preuves au travers d'une affaire d'assassinat d'un politicien via le personnage d'ingénieur du son génialement interprêté par un Travolta à son meilleur.

En grattant, le citoyen-ingénieur découvre la preuve technique du mensonge qu'il met en parallèle avec le déversoir à foutaises des médias. Et se lance avec cette jeune passagère dans une course poursuite-fuite avec le danger lié au devoilement du dessous des cartes.

Ce lanceur d'alerte avant l'heure est comme un prolongement du cinéaste lequel dans ses films n'a eu de cesse d'interroger tant le réel que sa projection – c'est-à-dire le pouvoir du cinéma, le pouvoir manipulatoire de l'art qui est le sien. Les intrigues des films policiers de De Palma sont comme des clefs de décodage et des mises en garde auprès du public. Méfiez-vous des images, méfiez-vous, vous êtes conditionnés et manipulés par des tireurs de ficelles qui se jouent de vous, et n'hésitent pas à tuer celles et ceux qui tels mes personnages se sont donnés pour mission de vous avertir et de vous réinformer.

La succession de scènes tend l'intrigue, parfois sépare en deux l'écran – le spit screen – afin de montrer un même fait sous deux regards ou deux points de vue, parfois parallèles parfois contradictoires. Le réel est par essence complexe, le danger qui rode ne se donne pas forcément la peine de frapper à la porte, et cette Nancy Allen ne se rend en compte de rien quand elle est à deux doigts d'être étranglée.

Le cordon qui la relie à son protecteur est la encore sonore, c'est un talkie walkie ou un équivalent, et c'est ce lien ténu que Travolta affolé va tenter au volant de sa voiture suivant en surface son amie dans le métro de décrypter. Un indice et il reprend la bonne route, avec cette horloge du temps qui passe et rapproche la proie du tueur seconde apres seconde.

Les images recomposées accolées à la bonne bande sonore auront donné lieu au réel tel qu'il eut lieu, et ici l'image manque, il n'y a pour l'ingenieur du son que la matière sonore, or l'un sans l'autre il est impossible – comme pour l'assassinat de Kennedy, se référer au JKF de Stone, lequel repart sur cette idée de son ET image, voir également I comme Icare avec Montant sur le même sujet avec le même angle d'enquête – de SAVOIR. Un peu comme un aveugle ou un sourd, il manque un sens pour déceler le sens profond, il convient en Somme de convenablement voir et de convenablement entendre.

De Palma développera encore dans d'autres films, je pense au génial Snake Eyes avec Nicolas Cage ou à Redacted sur la guerre en Irak de 2003, ce sujet absolument majeur pour comprendre l'époque au travers d'un art parfois utilisé à mauvais escient – sous toutes ses formes, caméras de surveillance, écrans et videos de cellulaires, fausses vidéos etc.

En d'autres termes, BLOW OUT – le bruit d'un pneu qui éclate – est comme une boite à outils de résistance déguisée en superbe polar qui file à toute allure sur une géniale musique de Pino Donaggio.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 18 avril 19:52

    Bonsoir, Christophe

    Excellent Travolta, et superbe film !

    Le mixage des photos et de la bande-son, puis le visionnage avant arrière de la bande mixée sont une très grande réussite. Et si l’on a, à l’époque, comparé Blow Out au Blow Up d’Antonioni, force est de constater que le film de De Palma est supérieur en intensité.

    Un film à voir ou à revoir !


    • Je préfère de loin : Blow up ;


      • cassini 19 avril 07:59

        Qu’elles soient littéraires ou cinématographiques, la marque infaillible des oeuvres élevées est l’ennui profond qu’elles distillent d’un bout à l’autre. Blow up selon ce critère est un pur-chef d’oeuvre. 



        • cassini 19 avril 08:17

          @cassini


          Deux salauds déjà pour moinsser que Blow up soit un pur chef-d’oeuvre. 

        • zygzornifle zygzornifle 19 avril 09:24

          Une réussite ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès