• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Chefs d’oeuvre du 7ème art - Erin Brockovich

Chefs d’oeuvre du 7ème art - Erin Brockovich

"Erin Brockovich" entre dans la catégorie des films justiciers entamée dans les années 70 – Les hommes du président, Le syndrome chinois, Silkwood … - avec une jeune femme travaillant pour un cabinet d'avocats, sans pour autant avoir les qualifications nécessaires, elle est tout au plus une secrétaire et encore. Voilà que cette dernière va découvrir un dossier auquel nul ne semble s'intéresser. Elle va donc mener sa propre enquête pour établir la responsabilité d'une société de distribution des eaux dans l'empoisonnement de quelques centaines de citoyens en Californie. L'affaire a fait grand bruit aux Etats-Unis à l'époque puisque le film de Soderbergh s'inspire de faits réels, la société PG&E ayant du verser 323 millions de dollars aux plaignants.

Le cinéma américain féru d'idéalisme n'aime rien tant moins qu’au travers d'une fiction incarnée par un héros – ici une héroïne – de réinventer la démocratie réelle en plongeant dans les manipulations gouvernementales et financières. Ici un sujet majeur – l'eau privatisée – à la limite des théories du complot, pour ne pas dire y trempant allègrement. Puisqu’il s agit d'une multinationale accusée d'empoisonnement sur des citoyens américains laissés seuls face à une machine judiciaire au sein de laquelle ils ne savent se défendre pour faire valoir leur bon droit.

L'héroïne – Julia Roberts dans le plus grand rôle de sa carrière, justement récompensée par l'oscar de la meilleure actrice – est comme une représentation idéale de l'américaine rebelle made in Hollywood. Jeune, célibataire, middle class, secrétaire de métier, belle à tomber, irréductible, téméraire et casse-cou. Le cinéma de dénonciation américain tendant à l'universel, les clichés sont parfois bienvenus pour porter un message au plus grand nombre. Quoi de plus efficace que de métamorphoser Pretty woman en Catwoman de la veuve et de l'orphelin.

Le film de Steven Soderbergh, classique en diable – on est loin de ses premières fictions d'avant garde, ce fut d'ailleurs cet Erin qui lui ouvrit en grand les portes des grands studios – ressuscite admirablement le grand cinéma politique américain du Nouvel Hollywood. Comme si le temps s'était immobilisé. Jusqu’à la mise en scène qui se calle sur le style des brulots des 70s. Distribution parfaite – Albert Finney … -, scénario et dialogues pétaradants, tendus comme un arc vers un dénouement où le bien triomphera forcement du mal, humour et émotion, et bien sûr personnage haut en couleur de l'héroïne dont la moindre apparition charismatique procure un plaisir contagieux.

Bon, très bon film de genre, très populaire, admirablement bien fait. Un sésame idéal pour son réalisateur en recherche de notoriété. Qui dans la foulée alignera les succès – Ocean Eleven et ses deux suites, Traffic et ses oscars …


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 4 mai 13:08

    Ce qu’Erin Brockovitch a dit lorsqu’on lui a annoncé que Julia Roberts allait l’incarner à l’écran :

    "Ah non ! Ça ne va pas ! Elle n’a pas d’aussi beaux seins que moi !’.
    Avoir le sens de l’essentiel...

    • gaijin gaijin 4 mai 13:32

      rassurons nous tout même le renforcement du secret des affaires permettra de protéger les entreprises de cette salope d’ erin .............
      les héros ça va au cinoche , dans la vraie vie c’est chiant :
      https://www.youtube.com/watch?v=01o5rCqwO0o


      • magma magma 4 mai 22:30

        film simplet et un des moins bons de slotenbergh


        • Fergus Fergus 5 mai 09:00

          Bonjour, Christophe

          Un très moral « feel good movie » où le Bien triomphe du Mal. Un très bon film qui fait du bien au moral. Et Julia Roberts - malgré cette bouche démesurée qui la défigure - y est excellente !


          • xana 6 mai 09:50

            Le message du film reste « Ayez confiance en la société américaine, vous voyez bien que même dans le pire des cas le bien finit toujours par y triompher ! »

            Répugnant.

            Jean Xana

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès