• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Chéreau… l’horizon se lève…

Chéreau… l’horizon se lève…

Patrice Chéreau est mort, je ne ferai pas ici sa biographie, disponible sur l’ensemble des médias depuis hier. C’est hier, justement que Patrice Chéreau a franchi le miroir dont le mystère était manifeste pour lui. Il s’est lentement infiltré de l’autre côté. Ainsi a-t-il rejoint les rivages qui le préoccupaient tant. Il est de retour du côté des invisibles qui l’ont tant astreint à la vie.

C’est l’homme de l’invisible qui s’en, va, et la perte en est pour nous d’autant plus lourde. Qui pourra encore nous assigner à la révolte, l’indignation en passant par la poésie des événements… Qui pourra encore nous dire les mots comme autant de déserts, d’horizons et de lisières. Les livres ne sont pas encore ouverts, que ta parole s’en est allée, que le sombre de tes yeux n’a ouvert que des gouffres d’incertitudes.

Il était toujours de passage, là où la frontière nous assigne au contrôle… au halte qui va là ! Il est parti pour toujours le vagabond charmant qui sût nous distraire par ses images folles, ses postures au théâtre et à l’Opéra… de son travail il nous reste la trace indélébile d’un chercheur… tous les pièges il les a exploré, toutes les vies il les a pressenties, il a jeté pèle mêle l’ensemble des sens à la rivière…avec pour tout héritage désormais un mystère sans fin…où débute l’histoire ? Où finit la vie ?

C’est aussi un chef de meute qui a abandonné la partie, ce loup solitaire savait captiver, charmer, attirer tout un monde qui y trouvait son compte, il a fait émerger des talents qui lui ressemblent et qui ont su aussi s’évader : Bernard-Marie Koltès, Richard Peduzzi, Catherine Tasca, Alain Crombecque, Pascal Greggory, Laurent Malet et Isaac de Bankolé, Valeria Bruni Tedeschi, Vincent Perez, Laurent Grévill, Marianne Denicourt, Agnès Jaoui, Isabelle Adjani, Romain Duris ... la liste est longue, pardon pour ceux que j’ai oublié, mais tous sont en pleurs, orphelins d’une rencontre, d’un éclat de vérité, d’un instant de véracité…

La ville et ses horizons oubliés sont en deuil,

Les champs et leurs vétérans d’amour sont en deuil,

Sur les toits les fantômes éphémères des nuits vaines sont en deuil,

Les chemins et les sentiers des forêts sentinelles sont en deuil,

Il pleure à jamais en larmes cristalline des nuits inachevées où l’espoir luit encore,

Il signe à jamais un christ de sang aux tourments incessants et scintillants,

Il sait, là où l’ignorance n’est plus de mise, l’arc en ciel des vérités,

Il nous murmure à jamais « le vent et la pluie sont la mer emmêlée.. »

 

Adieu, mon ami, mon poète en perpétuelle cavale, fidèle à ses chimères, l’évasion a fini par te rattraper, il ne me reste plus entre les mains que le tain absent d’un miroir où désormais tu n’es plus.

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Loïc Decrauze Loïc Decrauze 8 octobre 2013 19:27

    Ci-gît hélas ! sans mise en scène Patrice Chéreau /

    Au Panthéon d’un art qu’il rendait magnifique, /

    Extrayant de chacun sa quote-part de héros, /

    Sublimant sans peine la richesse classique.

    (Paroles d’hommage)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires