• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Christophe Lambert écrivain !

Christophe Lambert écrivain !

Il ne cessera de nous surprendre. Toujours imprévisible et plus libre que jamais, l’acteur enchaîne les radios et les télés pour parler de son roman : La petite fille porte-bonheur. Un Chantier qui l’obsédait depuis des années. Maintenant, c’est chose faite. Ce livre, même si Christophe Lambert s’en défend, présente d’étranges ressemblances avec sa vie. Une histoire où le naufrage, la descente aux enfers et le manque, jalonnent les bornes d’une existence chaotique.

Écrire, « c’est parler de soi » paraît-il et le comédien n’échappe pas à cet usage. L’éventualité de mettre ce livre à l’écran enthousiasme l’auteur. En parfaite harmonie avec lui même, après avoir connu les insomnies, il sait qu’il ne répondra pas à l’invitation de Ruquier. Loin d’être une dérobade, il préfère éviter « la société du spectacle » et les procès en règle de Naulleau et Zemmour. Où les rôles sont déjà fixés… sauf si affinité !

Écoutez le son.

Propos recueillis par Paul Moffen le 15 mars 2011 à la librairie Mollat à Bordeaux.




Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • easy easy 8 avril 2011 12:47


    On a beau dire, l’air détaché, qu’il faudra bien mourir un jour, personne n’apprécie cette perspective et hormis quelques rares lucides, nous préférons tous parler-penser d’autre chose.
    Nous faisons donc vivre des dérivatifs très théâtraux qui nous distraient de la mort et qui tiennent forcément de quelque mieux, magie, chance ou miracle. D’où les différentes voies de réalisation de soi qui tournent toujours autour d’une certaine thaumaturgie.
     

    Alain Delon irait plutôt au physique pur sous la forme de « Toute femme que je touche sera sauvée ».

    Richard Branson irait plutôt à sauver la planète entière par le biais de ses réalisations technologiques. Son regard ne porte pas trop vers l’arrière, vers le passé.

    Christophe Lambert irait à offrir une chance de plus à des petits groupes de personnes. Il n’est pas du genre à créer quelque chose ab nihilo. Il préfère nettement sauver et améliorer ce qui existe déjà. Il adore transformer une citrouille en carrosse (de la thaumaturgie au pygmalisme, il n’y a pas l’espace d’un chas d’aiguille) 
     
    De ces trois voies, celle qu’avait longtemps empruntée Lambert et qui tient le plus de la fraternité, me semble être celle qui génère le plus de profondes déceptions.

    Delon peut toujours considérer qu’il a rendu des femmes heureuses, ça ne sera jamais infirmé de façon flagrante.
    Branson peut toujours se dire qu’il aura enthousiasmé le monde avec ses machines, ça ne sera jamais invalidé.
    Par contre ce qu’a fait Lambert, à savoir sauver des PME ou soutenir des projets de business, aura clairement prouvé les limites du travail en équipe et des bilans comptables.
     
    Avec ce livre, il essaye probablement de donner vie à une formule plus intimiste et intellectuelle à la fois. Il signale encore avoir eu besoin des encouragements d’un ami pour finaliser cette oeuvre mais c’est tout de même enfin un pur produit -éternel- né de lui seul.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires