• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Climax

Climax écriture et mise en scène Ludovic Pitorin avec Aline Barré, Xavier Pierre, Benjamin Scampini, Ludovic Pitorin Compagnie Zygomatic Vu à Avignon à l’Espace Alya

JPEG - 383.6 ko
Graphique de la consommation et du CO2

Climax est une variation drolatique sur la plupart des problèmes de climat et de destruction de la planète entreprise par les hommes. Il y a un jeu de mot. En musique et aussi dans les récits, le climax est le moment de paroxysme des tensions, le moment vers lequel converge les forces mises en place au début et qui reçoit, on non, un peu de détente. Le climat de notre Terre en est là : un climax, une lente montée des tensions jusqu’à des points de non-retour, où l’on ne fera pas pire, si l’on arrive à tenir.

Climax est un cabaret, sketches, chansons, gags, se succèdent sur des aspects connus du réchauffement. Une réussite totale : faire rire et amuser sur un sujet aussi grave. Nous sommes embarqués dans une expédition dont on pourrait dire qu’elle est à la recherche du froid, car le froid nous échappe ! Dans les montagnes des Alpes, retentissent de vieilles chansons que ceux nés au siècle dernier ne peuvent pas connaître. Étonnant ! et apparaît un baigneur (tout le monde ne doit pas connaître ce jouet ni ce mot) lumineux, incandescent. Bébé Petit Tom représente les générations futures, qui sont les sujets des différents accords internationaux et qui sont déjà là sans que rien n’ait bien été entrepris. C’est le représentant des derniers hommes, derniers dans le temps, qui vont écouter l’histoire de la Terre et de son humanité. Rapportée à une journée, ladite humanité a tout détruit en un battement de paupière ! Ce récit est rythmé comme une aventure, c’est en une, le progrès gonfle l’orgueil de l’Homme qui éloigne toujours plus la dureté de son existence, jusqu’à la catastrophe finale. Ce récit sans pathos ni culpabilisation, positionne la force, l’étendue et la responsabilité du désastre. Apprendre en divertissant ! Pas mal ! Pas mal ! Réjouissant, même !

Les comédiens explorent la banquise, explorent l’Amazonie. Ils nous emmènent à Bali pour la Cop 34 dans laquelle les responsables politiques du monde ne font que mouliner leurs anciens moulinets. On sait (et on voit sur scène) que les graphiques de la dépense d’énergie fossile et de l’augmentation du CO2 se chevauchent et ne sont pas affectées par ces rencontres internationales et les soi-disant décisions qui s’y prennent.

La compagnie Zygomatic fait témoigner un phytoplancton, ce petit être microscopique qui est la base de toute la chaine alimentaire (et ceux qui sont en haut de cette chaine, qui mangent et que personne ne mange, sont dans une position confortable mais sont aussi les plus dépendants).

Les comédiens n’ont pas de régisseurs, ils font la régie directement de la scène, sans qu’on le voie, c’est une sorte de perfection de l’idée de tout faire soi-même. Climax est un spectacle populaire, qui brasse et mixe nombre de formes spectaculaires. Riche, intelligent, engagé mais, parce qu’il faut dire les mais, pas militant (il s’adresse à tous, pas aux convaincus), pas didactique. Une grande réussite.

Souhaitons le même succès à Climax qu’au premier spectacle de la Compagnie Manger, joué plus de 400 fois en France et en Europe.

JPEG - 92.7 ko
COP COP COP

Moyenne des avis sur cet article :  2.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 3 août 09:23

    « destruction de la planète entreprise par les hommes. »

    Les pygmées, peuls, zoulous, aborigènes, papous et d’autres qui n’ont pas collaboré à l’orgie...

    Untermensch ?

    Y’en a plein le cul de ce discours totalisant, la réalité, c’est que 15 à 20% de connards ont foutu le bordel et qu’il est de bon ton pour leurs larbins d’étaler leur merde sur la totalité de l’espèce...

    Franchement, je n’aimerai pas participé à cet enfumage honteux, même avec « humour ».


    • Docteur Faustroll Lampion 3 août 10:36

      @Clocel

      pas mieux


    • Docteur Faustroll Lampion 3 août 10:40

      @Clocel

      « Je tiens la mauvaise conscience pour cette maladie grave à laquelle l’homme a dû succomber à la suite de la transformation, la plus profonde qu’il ait jamais vécue, -cette transformation qui s’est opérée lorsqu’il se retrouva définitivement captif sous le joug de la société et de la paix. » 

      Nietzsche Généalogie de la morale


    • Orélien Péréol Orélien Péréol 3 août 11:13

      @Clocel et @Lampion
      Vous êtes à l’envers.
      La destruction de la planète par les hommes ne signifie pas tous les hommes et la part des différents peuples est un autre problème qui n’est pas traité dans Climax et par conséquent pas dans mon article.
      Il n’est en aucune façon question de mauvaise conscience et la citation de Nietzsche n’a pas sa place ici. Il est question d’examen de faits.


    • Docteur Faustroll Lampion 3 août 11:27

      @Clocel

      ah mince, on est encore hors-sujet !
      (c’est ce qui justifiait les mauvaises notes mises par un de mes profs de français quand on écrivait des choses qui n’allaient pas dans son sens)


    • Clocel Clocel 3 août 11:41

      @Lampion

      On s’est quand même fait traiter d’inverti ! smiley

      Si c’est pas malheureux après une vie de culte et de dévouement au beau sexe...

      Fatalitas...


    • Docteur Faustroll Lampion 3 août 12:13

      @Clocel

      fais gaffe à ce que tu dis : le sexe qui engendre notre concupiscence est toujours beau, quel qu’il soit et quel que soit son numéro d’ordre !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité