• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Dans la solitude des champs de bayou avec Bertrand Tavernier

Dans la solitude des champs de bayou avec Bertrand Tavernier

Sous les arbres et les ruisseaux des bayous de Louisiane, l’inspecteur Dave Robicheaux (Tommy Lee Jones) enquête, sur fond de mafia crapoteuse, de rêveries hollywoodiennes alcoolisées et de moiteur marécageuse, sur une série de meurtres de très jeunes femmes. Bientôt, la découverte, par Elrod T.Sykes (Peter Sarsgaard), jeune star d’un film en préparation dans le coin, d’ossements humains dans un bayou l’entraîne vers une affaire sordide, à caractère raciste, qu’une certaine Amérique, blanche comme neige, préfèrerait taire…

Ce que j’ai aimé avec le dernier Tavernier, Dans la brume électrique, adaptation d’un roman de James Lee Burke, c’est que c’est un film qui, à l’inverse de ceux des « jeunes loups » frenchies qui cherchent à tout prix à réaliser leur american dream aux States (Besson & Co : à savoir Kassovitz, Aja (le meilleur), Vestiel, Bustillo/Maury, Moreau/Palud et autres Gens), ne cherche pas à faire « film américain », mais il l’EST tout simplement. Je veux dire par là que de la même façon qu’un Tommy Lee Jones incarne, de par ses valeurs démocratiques et son visage buriné, une sorte d’ « essence » et de corps américains, Dans la brume électrique - qui porte quand même la marque de Tavernier (grande exactitude dans l’atmosphère locale) - a un corps américain, ne faisant ni copier-coller ni artefact du grand frère américain. On n’est pas dans le Canada Dry, mais dans l’original, sur fond de musique cajun, de blues et de whisky vintage qui déchirent. On a vraiment l’impression d’être, avec Robicheaux, dans la solitude des champs de bayou ou dans un bon cru eastwoodien, à Minuit dans le jardin du bien et du mal. Et, selon moi, cette authenticité, vient de la grande connaissance par Tavernier (67 ans) de l’Amérique profonde – celle, fantôme, qui réside éternellement dans l’entre-deux du réel et du cinéma, avec un art de la fiction dont le sol américain est sa matière même. D’ailleurs, Tavernier, ami américain nourri par au moins 50 ans de cinéma US, sait cela : son histoire en eaux troubles en Louisiane prend directement sa source dans le territoire immense d’une région marécageuse, New Iberia, cachant des corps fantômes et des morts qui n’ont pas dit leurs derniers mots, et maux.

Sous les bayous, on touche à l’os de l’Amérique, péniblement noyé dans les vapeurs de l’alcool, au cœur d’un « passé qui n’est pas encore passé » (Burke), celui-ci étant tapi dans les chemins de traverse d’un héritage historique des Etats-Unis peu glorieux : on y croise, entre mémoire et oubli, des voix d’outre-tombe, des guerres (Sécession, Vietnam), une politique de ségrégation, un ouragan (Katrina) géré piteusement par l’Etat fédéral et moult inégalités sociales qui ne cessent de hanter mémoires et destins des contemporains. Comme chez Eastwood, la frontière entre vie et mort, réalité et rêve, est loin d’être fixe et, pour comprendre les vivants, il s’agit de bouger les lignes afin de communiquer avec les défunts, dont certains, aux yeux des cyniques néolibéraux, passent pour être des « comptant-pour-rien ». Pour vivre apaisé, ou en tout cas moins tourmenté, il faut donner du temps au temps et aux morts.

C’est évident, plutôt que de s’arrêter à du bling-bling ou à des effets putassiers de façade, Tavernier a pris son temps avant de faire Dans la brume électrique, sa 1ère fiction américaine. A la façon du jeu Un, deux, trois, soleil, il ne s’est pas précipité, comme certains, pour « faire américain », il a avancé lentement, s’est nourri des grands américains (Faulkner, Huston, Eastwood…) afin de faire - ça y est Bertrand : Soleil ! - un film américain nourri de l’intérieur par le paysage mythique de l’Amérique et ses nombreux fantômes : bingo ! Voilà un bon film noir, de facture classique (de la belle ouvrage comme on dit, du 4 sur 5 pour moi) et, en passant, une belle déclaration d’amour du « Lyonnais » Tavernier envers la littérature policière et le cinéma américains. 

Dans la brume électrique (Fr. 2008, Bertrand Tavernier, 1h55). Film policier avec Tommy Lee Jones, John Goodman et Peter Sarsgaard. 

Documents joints à cet article

Dans la solitude des champs de bayou avec Bertrand Tavernier

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Reinette Reinette 24 avril 2009 23:49

    à Vincent Delaury, bonsoir

    J’ai pris plaisir à lire votre article, et j’hésitais pour aller voir ce film... Tommy Lee Jones / Bertrand Tavernier, je suis curieuse de voir.

    J’ai lu quelques livres de l’auteur, James Lee Burke, je le recommande

    Une saison pour la peur (A Morning for Flamingos) 1990

    Une tâche sur l’éternité (A Stained White Radiance) 1992

    Le Brasier de l’ange (Burning Angel) 1995

    Dans la brume électrique avec les morts confédérés (In the Electric Mist with Confederate Dead) 1993


    • armand armand 25 avril 2009 09:43

      Bonjour,

      Film fabuleux, dont vous rendez bien compte dans votre présentation. Images dont on ressent la chaleur, ’trognes’ individualisées, sensation de danger, présence obsédante du passé, omniprésence d’un fantastique discret (cette unité de Confédérés fantômes, commandés par Levon Helm, ancien batteur et chanteur du groupe The Band... rien que pour lui il faudrait voir ce film !). En même temps, ce n’est pas un catalogue pour touristes - la Louisiane peut avoir quelque chose d’effrayant, les bayous et les paroisses isolées ne sont pas le ’Carré français« de la NO. Musique à faire pleurer tellement elle est belle est poignante.

      Ne boudons pas une certaine satisfaction nationale - déjà que ce soit Tavernie qui ait fait ce film, mais en plus, quand on compare le montage français à la version américaine on comprend que Hollywood c’est certes une usine à rêves, mais aussi un grand massacreur de films... Vincent Delauray comprendra ce que je veux dire s’agissant de l’énigmatique photo de Robicheaux entouré des »Confederate Dead".

      Pour Reinette : Je recommande aussi White Doves at Morning - qui se passe intégralement à l’époque de la Guerre entre les Etats. Imaginez un Cold Mountain louisianais, avec les tripes et le sang caractéristiques de Burke.


      • morice morice 25 avril 2009 11:15

        Le problème, c’est que Tavernier, qui se pique de connaître le jazz, n’y connaît pas grand chose, juste des clichés. Il suffit de comparer Bird, le film d’Eastwood sur Parker à son pitoyable autour de minuit, qui malgré Dexter Gordon, n’arrive pas à décoller. Tavernier ne comprend pas plus le jazz que le blues, mais fait des films dessus. En les ratant tous.


        • armand armand 25 avril 2009 12:21

          morice,
          scrogneugneu !
          Je parlais plutôt de musique cajun - mal connue en France. Comme toute la culture créole et cajun de la Louisiane.
          L’air du générique est vraiment émouvant.


        • Vincent Delaury Vincent Delaury 25 avril 2009 12:00

          Armand : « (...) s’agissant de l’énigmatique photo de Robicheaux entouré des »Confederate Dead ». "

          Oui, et pour la petite histoire, il faut savoir que ce Dans la brume électrique n’a même pas connu aux Etats-Unis une explotation en salles, son producteur nord-américain ayant préféré le faire sortir directement en DVD, allez comprendre...

          A part ça, la photo finale du film, mêlant présent et passé, rappelle bien sûr le final troublant de Shining lorsque l’on voit Jack Torrance (Jack Nicholson) squatter, parmi un bal du 4 juillet 1921, une vieille photo d’époque prise à l’Hôtel Overlook, territoire fantomatique hanté, comme on le sait, par un ancien massacre d’Indiens... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires