• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > De Tati à Ozu, la chronique d’une époque

De Tati à Ozu, la chronique d’une époque

Un nouveau coffret DVD de « Mon Oncle », œuvre de Jacques Tati, est disponible à la vente. L’occasion de revenir sur l’univers si particulier de ce grand réalisateur, et d’établir des liens avec un réalisateur de la même époque, moins connu du public français, Yasujiro Ozu.

« La vie est très drôle, si on prend le temps de regarder » ; le temps de regarder, d’observer, de disséquer le mécanisme de la vie quotidienne, Tati l’a pris. C’est ce qui lui a permis d’en restituer la saveur et de s’en moquer avec tant de justesse. Ses films, chefs-d’œuvre de culture populaire, sont malheureusement tombés dans une certaine désuétude. Qu’à cela ne tienne !

Depuis 2001, la société Arcane-Gulliver a entrepris de nous faire redécouvrir les œuvres de Tati par le biais d’une restauration. Playtime, Jour de fête, Les vacances de Monsieur Hulot : ses meilleurs films retrouvent leur première jeunesse. Le résultat de la dernière cure de jouvence est un double DVD contenant le film Mon Oncle et My Uncle, sa version anglophone. Les films sont assortis de nombreux bonus et de commentaires audio.

Prix spécial du Festival de Cannes 1958, Mon Oncle rencontre un énorme succès auprès du public, tant en France qu’aux États-Unis. Son humour qui fait hommage à la grande époque du comique burlesque, et sa peinture saisissante de la petite bourgeoisie des années cinquante font mouche. My Uncle reçoit l’oscar du meilleur film étranger en 1958.

Le film met en scène Monsieur Hulot -personnage fétiche de Tati- pauvre, sympathique et décalé, qui vit dans une banlieue délabrée. Sa sœur a épousé un riche industriel, Monsieur Arpel. Ils viennent de s’installer dans un quartier huppé où ils ont fait construire une maison bénéficiant de tout le confort moderne. Madame Arpel ne comprend pas que son frère se contente d’une vie si modeste, et tente de le caser avec une de ses voisines. Le fils des Arpel, Gérard, a hérité de l’originalité de l’oncle ; il opère le lien entre ces deux mondes. Alors que les Arpel sont enivrés par la fureur du tout technologique et de la société de consommation, Monsieur Hulot incarne la France traditionnelle, la fantaisie et la vie des faubourg où l’on croise encore des carrioles à chevaux, et où le temps, ce n’est pas forcément de l’argent.

Mon Oncle restitue avec humour une époque de transition dans la France de l’après-guerre ; une tension entre l’ordre ancien et le nouveau train de la vie.

Les inconditionnels de Mon Oncle tomberont sous le charme d’un film contemporain, Bonjour (1959), de Yasujiro Ozu -Ohayo, de son titre original. Le film est empreint du même esprit comique et de la même réflexion sur la mutation des sociétés.

Dans un lotissement de la banlieue de Tokyo, les enfants se précipitent chez le seul voisin qui possède une télévision pour regarder les combats de sumos. Deux frères, Isamu et Minoru, harcèlent leurs parents pour qu’ils achètent un poste de télévision. Leur père, selon qui la présence de télévisions dans les foyers japonais engendrera « cent millions d’idiots », les enjoint de se taire. Les enfants ripostent en pratiquant une grève de la parole. Jusqu’où ira cette révolte insolite ? Qui, des enfants ou des parents, finira par céder ? Telles sont les interrogations qui animent le spectateur, alors qu’il assiste au bras de fer entre l’ancienne et la nouvelle génération. Le film dresse aussi le constat des ambiguïtés du Japon d’après-guerre, où il est impératif de porter le kimono chez soi, bien qu’on aille travailler en costume trois pièces.

La mutation de la société japonaise, l’éclatement des structures sociales et des valeurs du respect des anciens sont des thèmes récurrents chez Ozu. Dans la plupart de ses films, ils sont abordés sur un ton tragique, l’esprit comique de Bonjour est une agréable exception qui confirme la règle.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires