• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Décadence de Michel Onfray : une oeuvre majeure

Décadence de Michel Onfray : une oeuvre majeure

Je viens d’achever le dernier ouvrage (un pavé) de Michel Onfray, Décadence, qui traite de la fin de la civilisation occidentale judéo chrétienne après deux mille ans de règne sur le monde occidental. Dont la conclusion pourrait être : « Puisque nous sombrons, faisons-le avec élégance ». Un ouvrage passionnant, à mon sens essentiel pour qui veut faire l’effort de comprendre le monde dans lequel nous sommes, d’où il vient et où il va.

 
Nul doute que cet œuvre d’un de nos plus grands penseurs français contemporains est marquée par le pessimisme de l’auteur, dont l’histoire personnelle interfère sans doute avec le fond de sa pensée. Pour autant, celle-ci s’appuie sur une érudition et une réflexion tellement puissantes qu’il me semble tout à fait impossible, sauf à être de mauvaise foi, de balayer tout cela d’un revers de main méprisant.
 
J’ai envers l’auteur un sentiment contrasté. Le penseur m’intéresse au plus haut point. Philosophe et historien, il est également (ça nous nous en sommes tous rendus compte) polémiste, à la fois en dehors et dans le système, fasciné par ce dernier qui lui taille régulièrement des croupières et ne peut l’empêcher de l’inviter dans la lucarne, et par ailleurs en absolue rébellion par rapport à ses codes. Un peu comme Emmanuel Todd, avec un style différent. Son œuvre, colossale, a le mérite de rendre ses lecteurs et auditeurs plus intelligents, de tâcher de les forcer à remettre en cause ce qu’ils savent ou croient savoir, à interroger la surface des choses pour aller piocher dans l’histoire de la pensée et l’histoire tout court. Sa violente diatribe un peu répétitive contre Freud m’avait à l’époque hautement intéressé, tant ce dernier constitue de nos jours une statue du commandeur avec sa secte, utilisée de manière mercantile et manipulatoire par les plus grandes firmes pour arriver à leurs fins.
 
Pour autant, j’ai des réserves sur l’homme, sur son attirance envers ce qui brille, sur son incapacité relative à parfois prendre de la hauteur par rapport à certains de ses contradicteurs de niveau inférieur sur le plan intellectuel. Comme s’il y avait en lui une irrémédiable envie d’être reconnu de tous, y compris de ses détracteurs. J’y ai vu (sans pour autant rejeter ou minimiser le penseur philosophe) comme une résurgence de l’enfant qu'il fut placé à l’Assistance Publique, qui ne peut faire autrement que s’imposer en haussant le ton parce qu’à la base il y a une humiliation originelle de laquelle tout découle et qui ne fut point transcendée jusqu’à son terme.
 
Décadence ne peut à mon sens être lu et compris sans à un moment avoir à l’esprit ce prisme. Qui peut éventuellement se révéler à la marge quelque peu déformant.
Le livre donc décortique historiquement la naissance puis la décadence de la civilisation judéo-chrétienne et postule son effondrement probable au profit d’un islam radicalisé et conquérant. 
 
Des occidentaux actuels il tresse un portrait d’ensemble peu amène et pour autant difficile à nier : atomisés, individualistes, sans boussole spirituelle et donc fragiles. En face, des armées galvanisées prêtes à mourir pour l’avènement de leur prophète, d’une force intérieure impossible à décimer. 
 
Allant creuser dans les évènements historiques, il rappelle comment notre civilisation a il y a deux mille ans pris le pouvoir sur la précédente en imposant le monothéisme par la force, rappelle les résistances des peuples non judéo chrétiens, zoome sur les périodes des croisades et de l’inquisition, s’en va faire un tour vers la révolution française, première anicroche dans la « force occidentale » (le ciment de la foi ayant été brisé…), dans mai 68 etc… Il fait donc un lien entre les conquêtes libertaires collectives et individuelles et la perte de force en tant que collectif et en tant que civilisation (par rapport à une autre, s’entend), le tout avec le regard d’un athée qui prend l’histoire de Jésus pour une fiction. Le « manque » ou l’absence de foi débouche donc sur un délitement au profit d’un conquérant à la fois à l’extérieur et à l’intérieur. Ce n’est pas d’une folle gaité, le pessimisme de l’auteur, distancié dans son expression, y trouve là comme un aboutissement logique. 
 
On referme l’ouvrage en se disant : regardons la lune, pas le doigt, et s’il avait raison ?
 
Au fond aurais-je envie de conclure : est-ce si important, qu’il ait tort ou raison quant à la « prédiction » annoncée – c’est-à-dire la direction inéluctable qu’il indique, pas seulement la décadence, pas seulement le déclin, mais l’extinction même de cette civilisation qui est la nôtre ? Ce qui importe davantage il me semble c’est que par la force de sa pensée il conduise le lecteur à s’interroger en s’impliquant émotionnellement et intellectuellement, en fonction de ses propres clefs de lecture, sur le monde tel qu’il est ? C’est là un des rôles majeurs que nous attendons (que j’attends) des penseurs et des artistes : qu’ils m’éclairent sans m’imposer leur vision. Pour qu’à compter de leurs travaux je puisse à leur suite créer ou enrichir ma propre réflexion. 
 
En cela Décadence a entièrement rempli sa mission. Et c’est ce qui en fait à mon sens un livre majeur.

Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Delphus Delphus 25 février 16:58

    Onfray j’ai laissé tomber justement pour les raisons que vous invoquez, C’est à dire qu’une telle estime de soi déforme forcément le jugement sur le monde qui nous entoure et les personnes qui le compose. Il me fait penser à Céline, où quand on pense que le cynisme est une forme d’intelligence, là commence la décadence...Pas un hasard si j’ai écrit un article sur les deux.


    • baron 25 février 17:04

      Non, ce n’est ni une oeuvre majeur et encore moins un penseur puissant.

      Philosophiquement, il est zéro, il est bien triste que les grands penseurs de France ou d’ailleurs soient mis à l’index et substitué par des idéologues qui tiennent des propos mal construits et intellectuellement faible.
      Cet homme est au mieux un vulgarisateur d’une pensée floue et d’une banalite affligeante et c’est un compliment, parce qu’il ne fait que porter une idéologie mortifère pour tous le monde. 
      Il y a mille ans la décadence était déjà annoncé, sa pensee c’est du bidon digne de clients du café de Flore bien charge ...

      • christophecroshouplon christophecroshouplon 25 février 18:43

        @baron
        Vous vouez aux gémonies sans la queue du début d’un argument. Facile.


      • Pseudonyme Pseudonyme 26 février 07:56

        @christophecroshouplon

        .

        Par exemple, le Christ se comportant comme Hitler au Mont du Temple .....

        .

        Par exemple, dire que le christianisme a été pour la Rome romaine, ce que l’Islam sera à l’Occident.

        Si on admet que l’Occident a su canaliser le christianisme ....

        .

        Par exemple, clamer au cours d’une conférence « ...qu’il ne fallait plus faire d’enfants. » comme réponse à la dureté du monde. 

        Quand le problème avec l’Islam, c’est justement sa démographie.

        .

        Tout cela très brillant.

        .

        Et, la liste n’est pas exhaustive comme dirait l’autre !  smiley


      • doctorix doctorix 26 février 16:39

        @christophecroshouplon

        Vous auriez pu mettre une virgule après Décadence. On croirait que c’est Michel Onfray qui est décadent...

      • hugo BOTOPO 27 février 19:00

        @Pseudonyme
        Quand le problème avec l’Islam, c’est justement sa démographie

        La démographie plus ou moins galopante conduit à se rapprocher plus rapidement de l’épuisement et de la fin de l’humanité actuelle sur la terre !

        Que les derniers des terriens soient islamistes, chrétiens, bouddhistes, chinois confucéistes ou athées..... la différence est si minime !


      • izarn izarn 25 février 18:21

        « des armées galvanisées prêtes à mourir pour l’avènement de leur prophète, d’une force intérieure impossible à décimer. »

        Exact, la CIA est difficile à décimer, Trump en sait quelque chose...
        Aprés cette erreur monumentale sur les faits, en effet l’Oeuvre d’Onfray mérite la poubelle...


        • christophecroshouplon christophecroshouplon 25 février 18:44

          @izarn : pouvez-vous faire l’effort d’être un tant soit peu précis svp ?


        • Pseudonyme Pseudonyme 26 février 07:57

          @christophecroshouplon

          Non, on vous ferait trop de mal et ça on peut pas ....  smiley


        • doctorix doctorix 26 février 17:57

          @izarn

          des armées galvanisées prêtes à mourir 

          On aimerait bien savoir si elles seraient toujours prêtes sans le captagon.


        •  
           

          Vous me faites rigoler, Onfray un penseur ...
           
          N’importe qui titre :
           
          « Nous sommes dans la merde multiethniquée »

           
          traduit de divers manières, identité malheureuse, suicide benêt etc... (Z, Finkel, Onfray) et a un succès vu que c’est la réalité ...
           
          Penser ce n’est as faire le l’histoire de la philosophie (les cris d’Onfray ne sont que ça, des commentaires, pas de la pensée)
           
          Il a fait sa thèse à grand mal sur « Le Déclin de l’Occident », lisez le (vous n’y arriveriez pas comme gogocho) et vous verriez la différence de niveau ...
           


          •  
            Pour ce qui est de la décadence, ça fait 2 siècle qu’on en parle ... de De Maistre à Adorno par ex en passant par Nietzsche, Heidegger, Spengler etc ...
             
            Et voilà un passage de Carl Schmitt (ce n’est pas son sujet) qui résume en 10 lignes tout ce que peut baragouiner Onfray
             
            « Avec la technique, la neutralité spirituelle a rejoint le néant spirituel. Après avoir fait abstraction de la religion et de la théologie d’abord, puis de la métaphysique et de l’État, on semble à présent faire abstraction de toute culture et avoir atteint la neutralité de la mort culturelle [...] Le processus de neutralisation progressive des divers domaines de la vie culturelle touche à sa fin parce qu’il a atteint la technique. La technique n’est plus un terrain neutre [...] toute politique forte se servira d’elle [...] Il n’y aura de jugement définitif que l’on aura constaté quelle espèce de politique est assez forte pour s’assujettir la technique moderne et quels sont les véritables regroupements en amis et ennemis opérés sur ce terrain nouveau »


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 février 19:53

            @La Baudruche négrière patronale verdie
            La réalité ? Michel Onfray est un peu comme vous, il confond les effets et les causes ...
            L’immigration est la conséquence de la politique des néos conservateurs américains dans leur volonté de dominer le monde. Et même avec Trump, les pays arabes ne sont pas au bout du tunnel...

            Mais c’est toujours plus facile de s’en prendre aux effets qu’aux causes...
            « Syrie : le nouveau pacte de Bagdad »


          • Lonesome Cowboy Lonesome Cowboy 25 février 23:31

            Omfray cherche à faire du fric avec une thèse d’une banalité qui n’a dégale que l’hypocrisie de l’auteur qui prétend comprendre l’impact du spirituel tout en se disant athée. 


            Je vous invite à vous plonger dans les livres de René Guenon, d’une toute autre pertinence malgré leur age. En particulier « la crise du monde moderne ». 

            Ca c’est de la vraie philosophie, pas des platitudes polémiques. 



            • christophecroshouplon christophecroshouplon 26 février 01:43

              @Lonesome Cowboy : je les ai lus et appréciés mais merci du conseil


            • Lonesome Cowboy Lonesome Cowboy 26 février 22:35

              @christophecroshouplon

              Mes excuses. Mais dans ce cas qualifier le livre d’Onfray d’oeuvre majeure me parait plus qu’excessif. Je la voie plutôt comme le symbole d’une époque qui érige au rang d’« intellectuels » des polémistes qui partent de tautologie (« tout ce qui a un début à une fin ») pour en faire un pavé islamophobe. 

              Mon humble opinion !

            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 février 04:02

              Occident, Islam... Comment dit-on Raminagrobis en Chinois ?


              PJCA

              • Pseudonyme Pseudonyme 26 février 08:14

                Le problème c’est qu’avec son dernier livre, il aura jeté le doute sur son œuvre antérieure. Je ne l’ai jamais lu et ça ne m’encourage pas.

                Je lui dois par contre d’avoir rencontré Soler.

                Et, j’attendais de lui qu’il s’intéresse à Heidegger, car c’eût été un beau pavé dans la mare. A côté son Freud serait passé pour un coup à blanc, avant le tir d’artillerie sur la gauche bien pensante. Celui-là, le bouquin, je l’aurais précommandé.


                • vesjem vesjem 26 février 09:26

                  onfray ne doit sa présence incessante sur tous les plateaux télé mainstream, qu’à sa propagande athéiste de tous les instant, participant on ne peut mieux à la destruction de cette culture chrétienne tant voulue par l’oligarchie et la franc-maconnerie mondiale.
                  en ce sens, il participe activement à la destruction de notre civilisation, à son insu ou en toute connaissance de cause ???
                  je précise que je ne parle que sous mon influence d’agnostique, toute certitude en matière de divin (ou de sa négation) relevant pour moi du plus idiot des dogmes 


                  • Jonas 26 février 09:57

                    « un de nos plus grands penseurs français contemporains ».

                    Un idéologue anticatholique, lâche, défaitiste, diffusant une propagande violemment antioccidentale. Pitoyable.
                    C’est avec des merdes pareilles qu’on se retrouve dirigés par des pantins tels que Hollande, Sarkozy, Mélenchon, Hamon, Fillon ou autres Macron.

                    « Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ; et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes oeuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. »
                    Matthieu 5:14-16


                    • JP94 26 février 17:06

                      Onfray, un grand penseur ? 

                      Ma foi, surtout un opportuniste à qui France Culture, dans sa décadence depuis plus de 20 ans, a ouvert les ondes, donc la pub et le fric qui suivent. 
                      Pour moi, ce n’est pas de la philo, mais simplement un causeur.
                      Et pourtant le thème d’alors, les penseurs présocratiques, m’intéresse. 
                      Il méprise d’ailleurs son public populaire, en simplifiant à l’extrême la réflexion qu’il est censée porter.

                      La philo populaire, elle a connu les Politzer, d’une autre trempe et d’ailleurs fusillé par les nazis.Onfray ne risque rien,et il le sait.

                      Il y a un livre écrit par un grand résistant, Léon Landini ( arrêté, torturé par les nazis, comme les autres membres de sa famille).
                      Et il répond à Michel Onfray. 
                      Je pense que ce bouquin, par contre, est écrit par un homme qui sait de quoi il parle, et ses actes parlent pour lui. 


                      • OMAR 26 février 17:39

                        Omar9

                        @L’auteur : « ...la civilisation occidentale judéo chrétienne après deux mille ans de règne sur le monde occidental.. »

                        C’est la meilleure, celle-la....
                        Depuis quand la religion est-elle synonyme de civilisation ?
                        J’ai de tout temps entendu parler de la civilisation greco-romaine, inca, maya, etc....
                        A moins que celle-ci soit née juste après 1945, après la Shoah, quoi...

                        Alors Michel Onfray a certainement oublié que Hitler et ses nazis, ont, au nom de cette civilisation judéo-chrétienne, exterminé plus de 6 millions d’êtres humains, juste parce que c’était d’innocents juifs....
                        Comme il a du « oublié » que le concept d’antisémitisme est une création émanant du Christianisme.
                        http://www.chretien.at/Le%20Christianisme%20%20berceau%20du%20racisme%20et%20de%20l%92antis%E9mitisme.htm
                        Bof, il faut terroriser les français par n’importe quel moyen.
                        Et la désinformation et la déculturation ont sont un bon moyen, actuellement.


                        • christophecroshouplon christophecroshouplon 26 février 18:17

                          Que de bile et de jugements à l’emporte pièce dans nombre des commentaires. Le plus souvent déversés sans beaucoup d’argumentations qui plus est, par des gens qui parlent d’un livre qu’ils n’ont tout bonnement pas lu. J’ai vraiment beaucoup de mal à comprendre l’intérêt d’écrire et de publier si c’est pour casser et remuer du négatif à fond. Ca ne sert strictement à rien, sauf à faire des projections. Mais bon, chacun est libre ! C’est pour cela que j’ai quitté la France il y a 6 mois : pour prendre un peu de champ et de hauteur par rapport à ces polémiques si peu intéressantes et qui le plus souvent rapetissent ceux qui l’entretiennent. Merci quand même (restons courtois en toute circonstance) pour vos « lectures »


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 février 19:42

                            @christophecroshouplon
                            Bonjour, merci pour votre article !
                            Je n’ai pas encore lu son dernier livre, j’ai seulement écouté son intervention chez Ruquier. J’aime beaucoup Michel Onfray, il a fait dans son université populaire, un formidable travail d’éducation populaire. Il dit pis que pendre de la Gauche caviar bobo, et se dit « anarchiste libertaire ».


                            Ceci dit, Michel Onfray refuse d’utiliser Internet, il a donc sur les évènements contemporains, une culture fabriquée je ne sais comment ? Mais que je trouve inadéquate. Je lui reproche d’aborder des questions d’actualité sans avoir la compétence politique qui devrait aller avec.

                            Il ne comprend rien à la mondialisation des échanges qui ruine les pays occidentaux, et qu’il confond peut-être avec la décadence de la civilisation ? Il n’a pas davantage de connaissances sur l’Impérialisme américain responsable de la construction européenne, ni sur les guerres d’ingérences de l’ OTAN, pour faire court. Et bien sûr, il n’a aucune analyse sur la construction européenne.

                            Il a donc des fulgurances géniales dues à son immense culture, mais bute sur des sujets, qu’à mon avis, il ne maîtrise pas. Et il finit pas faire plaisir à des gens qui sont à l’opposé de son positionnement politique comme un Eric Zemour...

                            Tout ce qu’on pourrait lui conseiller c’est d’utiliser DECONEX à l’envers, c’est-à-dire d’aller s’informer sur le sites Internet alternatifs, bannis par la bienpensance néo conservatrice... . Mais cela suppose qu’il ait des doutes sur la validité de ses sources d’information, et c’est pas gagné...


                          • Jean Keim Jean Keim 27 février 08:34

                            J’ai parcouru le livre dans une librairie et je suis tombé sur le passage où M.O. dit d’Augustin (à moins que ce ne soit Antoine) qu’il avait cité la bible des milliers de fois pour étayer ses écrits et qu’une affirmation ne pouvait qu’être vraie si la dite bible la présentait ainsi, M.O. n’a pas tort mais il oublie que lui même ne peut pas faire de phrases sans faire référence à des penseurs qui ont retenu son attention, ainsi il n’a pas encore pris conscience que notre savoir que nous exprimons par la pensée ne peut s’appuyer que sur un contenu connu.

                            À chacun un contenu différent qui est le résultat de notre parcours de vie mais un seul et même processus commun à tous les êtres humains qui est le penser, ce qui permet de suggérer que chacun de nos cerveau est le cerveau de l’humanité.

                            • Castel Castel 27 février 14:40

                              La « décadence », tout est un problème ! mais sommes-nous bons juges pour le dire ? ne se veut-il pas quelque peu historien alors même que le propre de l’historien est d’attendre pour prendre du recul sur son époque, en tant que construction idéologique ? Il est trop facile de partir sur le principe que nous sommes à une époque de décadence, alors que, même il y a 1 siècle, ou 1 millénaire, nous l’étions probablement tout autant, non ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires