• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Décès de l’acteur américain Karl Malden

Décès de l’acteur américain Karl Malden

(22/03/1912 – 01/07/2009)

L’acteur américain Karl Malden, Oscar du meilleur second rôle masculin en 1951 pour son travail dans Un Tramway nommé désir d’Elia Kazan et avec Marlon Brando, s’est éteint ce mercredi 1er juillet à l’âge de 97 ans.

Né à Chicago de parents européens – un père serbe et une mère tchèque – Karl Malden débute sa carrière d’acteur sur les planches de Broadway. C’est là qu’il attire l’attention du metteur en scène Elia Kazan, lequel lui offrira quelques beaux rôles au cinéma. Outre Un Tramway nommé désir, Kazan dirige Karl Malden dans Sur les quais (auprès de Brando et Eva Marie Saint, 1954) et La Poupée de chair (56). Dans les 50’s, il tournera également sous les directions d’Otto Preminger (Mark Dixon détective en 1950) et d’Alfred Hitchcock (La Loi du Silence avec Montgomery Clift, 1952)

sjff_03_img1204

L’essentiel de sa belle carrière, Karl Malden l’aura construite dans les années 60. Il retrouve d’abord Marlon Brando, lequel le dirige dans sa Vengance aux deux visages (1961) et participe à quelques autres westerns : La Conquête de l’Ouest (avec James Stewart et John Wayne, 62) et Nevada Smith (66) d’Henry Hathaway, mais encore Les Cheyennes de John Ford (avec Richard Widmark, 1964).
Karl Malden est aussi un gardien de prison auprès de Burt Lancaster dans le controversé Prisonnier d’Alcatraz de John Frankenheimer (avec qui il tourne la même année L’ange de la Violence, 62), et épaule Steve McQueen dans Le Kid de Cincinatti de Norman Jewison (65). On le retrouve également dans Un Cerveau d’un million de dollars, réalisé en 66 par un cinéaste en devenir, Ken Russell.

18801549_w434_h_q80

A l’amorce des années 70, Karl Malden joue dans le multi-oscarisé Patton de Franklin J. Shaffner, avec George C. Scott dans le rôle titre, et est le héros du second long-métrage d’un certain Dario Argento (Le Chat à neuf queues, 71). Surtout, les années 70 le verront travailler pour la télévision. Il devient le populaire détective Mike Stone, héros de la série culte Les Rues de San Francisco (120 épisodes entre 1972 et 1977). Son coéquipier dans la série n’est autre que le jeune Michael Douglas.

1078421-1369563

Sa carrière sombre ensuite dans l’anomymat. Tout juste le voit-on dans un nanard de SF au casting prestigieux, Meteor, avec Sean Connery, Nathalie Wood, Henry Fonda et Martin Landau (79) et dans la malheureuse suite de L’Arnaque (en 1983).

Karl Malden aura malgré tout connu une carrière riche, tourné avec les plus grands réalisateurs, auprès des plus grands acteurs. Sa disparition est celle d’un témoin privilégié de l’âge d’or hollywoodien.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 2 juillet 2009 11:45

    je l’ai appris ce matin sur LCI , un papy d’Hollywood à la carrière bien remplie s’en va ,
    il a rempli les films de ma jeunesse quand il n’y avait encore que deux chaines à la téloche !


    • Guzecha Guzecha 2 juillet 2009 13:14

      Tiens le Chat puisque tu es encore branché zik aujourd’hui, BJH a parlé du grand Karl dans une de ses chansons « Streets of San Francisco » (vers le 2’ si tu veux pas tout te taper)
      ...
      Karl Malden was great. (unlike the film, though)
      But just a bit late. (this was the real show)
      ...

      Ah ces bonnes vieilles séries du temps où la télé méritait d’être regardée !


    • LE CHAT LE CHAT 2 juillet 2009 14:08

      j’adorais « au nom de la loi » avec Steeve mc queen


    • Guzecha Guzecha 2 juillet 2009 15:58

      ouais bien vu
      et « mannix », rien que pour le générique, « amicalement votre », « les mystères de l’ouest » et combien d’autres
      tu nous fais quand la playlist des séries ???


    • maxim maxim 2 juillet 2009 13:34

      97 piges ?! déjà ?......ça nous rajeunit pas tout ça ....

      ,un des rares acteurs à vivre si vieux ,d’habitude ils pourissent par la queue ,ou par le foie !.....

      j’avais bien aimé La Vengeance aux Deux Visages et Névada Smith ,

      ils avaient quand même un putain de gueule nos vieux acteurs !.....


      • maxim maxim 2 juillet 2009 13:36

        « une putain de gueule ».....voilà ce que c’est de pas se relire !....


        • LE CHAT LE CHAT 2 juillet 2009 14:11

          ouaip mon pote , des tronches à la James Coburn et à la Lee van Cleef , c’est leurs tontons flingueurs du far west !


        • Gino 2 juillet 2009 18:38

          Serbe, Karl Mladenovic de son vrai nom, changé en Malden pour l’ américaniser, comme si c’était nécessaire... 


          • Annie 2 juillet 2009 22:01

            Une petite anecdote. Malden regrettait d’avoir été amené à changer son nom et a insisté que pour « sur les quais » le personnage de Fred Gwynne s’appelle Sekulovich, son propre nom.


            • appoline appoline 2 juillet 2009 22:04

              @ L’auteur,

              Il y a des seconds rôles qui font la grandeur d’un film par leur talent, leur présence, leur gueule.
              Quand je regarde mon papillon sur l’épaule, il m’arrive de penser à Paul Crauchet qui est un de nos meilleurs seconds rôles, quoique je trouve cette expression dévalorisante car sans eux, le film n’aurait pas le même cachet.


              • Pendragon 3 juillet 2009 07:10

                Comme c’est mal écrit !

                « Outre Un Tramway nommé désir, Kazan dirige Karl Malden dans Sur les quais ... » c’est pas français, ça !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès