• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Découvrir ou re découvrir Mucha

Découvrir ou re découvrir Mucha

Le mois dernier, au cours d’un week-end, je me suis rendu à Prague capitale de la république tchèque. C’est vrai qu’on connaît assez mal cet ancien pays communiste devenu membre de l’union européenne.

La vielle ville est superbe et les restaurations des anciennes demeures lui donnent un charme exceptionnel. Ma compagne m’avait dit « Je voudrais aller voir le musée MUCHA ». Pas vraiment branché musée, je m’étais dit que je trouverais bien une autre activité pendant qu’elle s’y rendrait.

Au cours d’une promenade dans les rues, nous sommes arrivés devant les portes du musée et après tout, pourquoi pas entrer ? Et là, la surprise fut grande de découvrir un artiste qu’en fin de compte j’avais toujours connu sans pour cela connaître son nom et sa vie.

Alfons Maria MUCHA (1860-1939) est notamment connu pour son rôle prédominant dans la création de l’esthétique de l’Art Nouveau français a la charnière du siècle. Artiste combattant et relativement peu connu d’origine tchèque vivant a Paris, MUCHA devient célèbre en décembre 1894, lorsqu’il prend la commande de création d’un poster pour la comédienne la plus célèbre de l’époque, Sarah Bernhardt

Bien que l’imprimeur craignait d’accepter le dessin définitif de MUCHA suite a son style non conventionnel, Bernhardt l’aimait beaucoup et le succès auprès des Parisiens fut tel que certains collectionneurs soudoyèrent l’afficheur afin d’obtenir le poster ou le découpèrent des tableaux à la lame de rasoir pendant la nuit. Le "style Mucha" devint connu.

Le succès de ce premier poster aboutit sur un contrat entre Bernhardt et Mucha et, les années suivantes, ses travaux pour elle et pour les autres comprenaient des costumes et des décorations scéniques, des projets pour les magazines et les pochettes de livres, des bijoux, des meubles et de nombreux posters.

MUCHA c’est aussi les bières de la Meuse, les biscuits Lefèvre Utile (ancêtre de LU), le papier à cigarette JOB , des titres boursiers et tant d’autres marques des années folles. Ami entre autres de Paul GAUGIN, il a marqué par son style tout le Paris d’une époque.

On retrouvera l’homme quelques années plus tard aux Etats-unis où il enseignera, puis c’est dans son pays d’origine qu’il reviendra pour créer « l’épopée slave », des timbres et même des billets de banque pour la Tchécoslovaquie.

En 1939, après l’occupation de la Tchécoslovaquie par les Allemands, MUCHA fait partie des premiers arrêtés par la Gestapo. On lui permet de rentrer chez lui, mais son état de santé se détériore vite et il meurt à Prague le 14 juillet 1939.

Le musée MUCHA de Prague présente quelques-unes une de ses œuvres les plus marquantes et des travaux moins connus mais tout aussi étonnants.

Deux sites Web permettent des visites virtuelles

Le Musée MUCHA de Prague
Fondation MUCHA

Documents joints à cet article

Découvrir ou re découvrir Mucha Découvrir ou re découvrir Mucha

Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • JC BENARD (---.---.92.11) 8 août 2006 12:13

    Demian,

    MUCHA n’est pas oublié, il fait seulement partie de ces artiste dont on connait le travail mais pas la vie.

    Le terme poster est utilisé officiellement par la « fondation MUCHA » et c’est à ce titre que je l’ai volontairement utilisé.

    Cordialement


  • JC BENARD (---.---.92.11) 8 août 2006 14:41

    Demian,

    Il faut savoir que la boutique de Prague est un haut lieu des posters, dessous de verre, marque pages et autres magnifiques objets qui comme les objets « vache qui rit » vont rejoindre des foyers en quête de reproductions amusantes.

    Ceci dit le musée est petit mais met bien en valeur le travail considérable de MUCHA. A voir également les vitraux de la cathédrale qui sont inspirés de es dessins (etonnant car on a l’impression d’une BD)

    J’espère que mon papier (JOB) permettra a plein de gens qui disent j’ai déjà vu ça mais je ne sais pas de qui c’est de pouvoir l’associer à une artiste.


  • (---.---.71.248) 11 août 2006 10:11

    Salut c’est Yves.

    Merci pour cet article qui fait un peu oublier tous ceux où les cons s’empoignent. C’est vrai que Prague est une jolie ville, et c’est aussi une ville propre, vivante et riche, dont la découverte donne un coup à la réputation de « retard » dont souffrent encore beaucoup d’anciens pays communistes. Passer un week-end à Prague permet de se rendre compte que les Tchèques vivent comme nous, avec le même niveau de vie, et donc que les plombiers tchèques ne vont pas débarquer en masse en France.

    Mais je m’écarte du sujet. Mucha est oublié à mon avis, en tous cas en France où se situe pourtant la moitié de son oeuvre. Oublié car si l’on connait encore son nom de ci de là, peu connaissent sinon sa vie, du moins son oeuvre. Oeuvre qui se compose en effet de posters, plutôt même d’affiches puisque c’était le rôle du poster à l’époque. N’en déplaise à Demian qui une fois encore se goure, il n’était pas lithographe, ce qui serait plutôt le métier du reproducteur, mais peintre. Et en effet le terme le plus approprié pour son oeuvre connue en France est « poster » et ce n’est pas par hasard que le musée l’emploie.

    Ce musée est vraiment passionnant et permet de découvrir le réel talent de ce peintre que l’on connait peu. Le film qui évoque son oeuvre majeure, la saga slave que l’on peut admirer je ne me souviens plus où en Tchéquie, laisse réveur et montre que même nous ne le connaissons que fort peu.

    Yves.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès