• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Des corps

Adieu les mots.

JPEG

J’ai souvent essayé d’écrire sans avoir à écrire, alors que l’école m’a introduit le devoir d’écrire, comme si j’avais besoin de ça pour penser. Écrire en me passant de ces signes de dictionnaire, en m’accrochant à des phonèmes qui une fois cintrés sur le papier n’avaient que la forme habituelle et donc se rattachaient au fond habituel, celui des émotions qu’on suspend à des mots. Je ne pouvais pas m’en détacher. Avant tout ça, il m’a fallu apprendre à lire. Et à penser.

Ils ont saisi mon corps et lui ont donné des instructions. Mon corps n’a jamais rien demandé, et je commence à apercevoir l’idée que moi non plus. Et c’est le langage qui a fini par me rendre cette idée première. Étonnante boucle, inattendue, compromise, inexigée. Si peu surprenante.

L’âme s’exprime dans un langage commun, le corps s’anime dans un mouvement qui n’appartient qu’à lui, qui constitue son propre langage, dessine sa propre individualité, émet les vibrations d’un monde invisible et imprévisible. Alors qu’on parle de généraliser les logiciels de reconnaissance faciale et que les microscopes triomphent, il y a quelque chose du corps qui échappe à l’analyse, et c’est son mouvement, qui doit se rapprocher de la danse, comme la parole de la musique, pour trouver et créer ses espaces et (se) dégager (de) son temps, qui lui permettra de la fuir.

Le visage constitue un corps en plus du corps, car il parle. C’est ce qui le rend décevant, fragile. Proie du pouvoir qui veut le déchiffrer, le soumettre. Tout ce qui soutient ce visage, torse, bassin, jambes, voilà les vrais hiéroglyphes. N’est pas né le Champollion qui piétinera leur clé.

Quelle magnifique invisibilité que celle de mains, de pieds, de cheveux qui vont dans une direction, ne vont pas dans une autre, ou vont dans une autre, ou vont ci et là comme le ciel rencontre les groupes d’oiseaux qui vont à rebours du vent qu’il souffle ! Sans aucun nom et doté de tous les noms à son corps défendant, cette chose qui se meut insensiblement, spectaculairement, le fait dans un sens qu’on croirait être celui du temps, quand il n’est que celui de l’œil qui voit, mais seulement l’oreille entend, et il devient trop évident qu’il n’y a qu’un seul horizon vers lequel s’en va tout ce changement incessant, qu’il n’y a qu’un futur, qu’un passé en train de se faire, et un présent qu’on aimerait plus souvent entouré d’un emballage et d’un nœud, comme un ∞.

etreinte {PNG}

Il y a un chaud et un froid, et les corps vont plus volontiers vers le chaud. Mais pas le trop chaud. Alors ils cherchent le tempéré. Et la permanence du tempéré. Ils préfèrent le jour à la nuit, la lumière à l’ombre, alors ils cherchent le jour et la lumière. Et la science qui leur permettra de savoir où se trouve le tempéré et le jour, quitte à se passer des doulceurs nécessaires du froid et de la nuit. La science s’affinera, et leur donnera les outils pour avoir ce qu’il faut de jour et de nuit, de chaud et de froid, bientôt d’équilibre et de déséquilibre, de sagesse et d’excès. La science est belle et terrifiante. Si séduisante déguisée en équation tracée à la craie sur un tableau noir, si dangereuse quand elle trace l’image d’un esprit sur un écran noir. Elle oblitère le corps, en aligne la beauté, en écrase le relief. Elle illustre les battements d’un cœur comme s’il ne divaguait que de haut en bas sur une ligne qui va de gauche à droite.

Où sont les âmes ? Avec leurs gestes pleins de charme… Dîtes moi où sont les âmes, les âmes, les âmes… Elles ne sont pas là. Il n’y a que des corps. Robustes, forts, maigrichons, et terriblement amorphes, assis en bibliothèques, en concerts, en salles de cinéma, derrière leurs caméras, derrière leurs instruments, en salles de sport, sur leurs vélos, sur leurs vélos d’appartement, au travail… Un bassin seul qui bouge pendant la scène d’amour, un bassin rempli d’eau où les nageurs remuent si vite qu’ils sont à l’autre bout sans avoir transpiré. Le confort moderne a privé le corps de la nécessité du mouvement pour lui imposer la nécessité de se mouvoir.

Alors le corps, appauvri et vaincu, riche et conquérant, prend les armes, rend les armes, baisse les bras, hausse les épaules. Il fait histoire et monde, plutôt qu’histoires et mondes. Il fait des enfants, des histoires et des mondes. Il espère le changement, le mouvement. Il se met à dire des choses, à former des slogans, pour accompagner sa lutte, qu’il a déjà perdue. Il a trop pensé, trop vaincu, trop convaincu, séduit, fui, il a voulu être plus qu’un corps, il a voulu être un esprit, une âme. Il a trop voulu. C’est ce qui le rassemble.

Où en suis-je, maintenant que j’ai erré ?

Selon moi ou ce qui est en moi ou selon le langage qui m’utilise et qui veut finir et figer, le langage qui s’approcherait le plus de ce qu’est un corps ne dirait que des perceptions et ne concevrait rien. C’est le langage des enfants et des vieillards. Étonnante boucle…

Il y a une haltère près d’un chiffon. Un dictionnaire français-italien qui a très peu servi. Une pile de disques, quelques boîtes à chaussures remplies de cassettes audio. Rien n’a été déplacé depuis longtemps, et pourtant tout est vivant. Mon corps vit. Mon corps a vécu.

mystere {PNG}


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 12 février 08:43

    Vu la première photo, l’article traite-t-il des cors au pied ? Pour la dernière, le décor est irréaliste.


    • Nicolas Cavaliere Nicolas Cavaliere 12 février 20:33

      @troletbuse

      Beau jeu de mot.

      C’est du cinéma des années 1950, produit dans des décors construits artisanalement. C’est pas mon préféré de Powell & Pressburger, mais pour une raison ou pour une autre, ça me semblait correspondre au ton et au thème du texte. Y a des fois, je ne cherche pas à comprendre plus que ça.


    • Clocel Clocel 12 février 08:46

      La bonne question est : Qui est « Je » ?


      • eau-mission eau-pression 12 février 09:04

        Y’en a qui s’amusent à matérialiser l’âme en plaçant un agonisant sur une balance. Ils disent voir une perte de poids au moment où celui ci rend l’âme.

        Et si le même phénomène se produisait (parfois) à la petite mort ?

        C’était une tentative de réconciliation entre matérialistes et spiritualistes.


        • troletbuse troletbuse 12 février 09:26

          @eau-pression
          Ils ont trouvé 27 grammes.


        • eau-mission eau-pression 12 février 09:41

          @troletbuse

          Brel était enthousiaste à l’idée de reprendre son âme. Pas un fardeau pour lui.


        • Clocel Clocel 12 février 10:48

          @eau-pression

          Selon les théories quantiques, le « monde » n’est pas fait de matière et d’énergie, mais de liens, de relations...

          Que pèse un lien ? smiley


        • eau-mission eau-pression 12 février 11:04

          @Clocel

          On dit bien que la vie ne tient qu’à un fil.

          Puisque ce matin tu causais livres, en voici un qui va dans ce sens. Selon la dame, un flux d’énergie est nécessaire à l’entretien des liens.


        • Clocel Clocel 12 février 11:07

          @eau-pression

          La maman à Sharleen !? smiley


        • eau-mission eau-pression 12 février 11:23

          @Clocel

          Plus sûrement la fille de son père. Quand deux scientifiques (fille et père) en arrivent à ceci :
          Nos conversations loufoques nous avaient en effet conduits à la promesse mutuelle que le premier qui disparaîtrait se« débrouillerait » pour envoyer un signal à l’autre, mon père me soutenant que « l’on ne meurt pas complètement ».
          on comprend que l’esprit scientifique nous incite à inclure le lien perçu (familial) dans ses postulats.

          Ceci dit, je suis plutôt dans la lutte contre Pythagore. Si l’indépendance n’existe pas, son théorème est faux (indépendance et orthogonalité sont des concepts équivalents).


        • Clocel Clocel 12 février 11:46

          @eau-pression

          En tout cas, la mort fait l’unanimité, personne n’est revenu s’en plaindre ! smiley

          L’occident a un problème avec la mort, elle est mal intégrée ou pas intégrée du tout dans le schéma mental, hors qu’est-ce que la vie sans la possibilité de la risquer et de la perdre ?

          L’éternité, c’est avant tout, nier la place des enfants.

          Avec les religions ou les philosophies dans ce qu’elles ont de plus noble, les anciens, même les plus frustres, avaient résolu cela, ils savaient mourir.

          On paye cher notre errance dans l’avoir et notre condition d’homme moderne qui aspire à sa forme la plus décadente, la bourgeoisie qui ramollie le cul et pétrifie l’esprit.

          De ce point de vue, Proust est épouvantable à lire, la décadence de notre civilisation y est inscrite au néon.


        • eau-mission eau-pression 12 février 12:15

          @Clocel

          L’éternité, c’est avant tout, nier la place des enfants.

          C’est bien ça. En voulant greffer le cerveau des enfants sur l’ordinateur supposé éternel, les transhumanistes avouent leur angoisse que leur vision techniciste du monde ne soit dépassée par le regard neuf que porteront nos descendants sur la réalité.

          Dit autrement, les transhumanistes voient consciemment ou non l’avenir piloté par les algorithmes conçus aujourd’hui.


        • Clocel Clocel 12 février 12:46

          @eau-pression

          T’imagines ! Se voir greffer les délires d’un Laurent Alexandre !?

          A mon avis, on va vers une insurrection du silicium ! smiley


        • Nicolas Cavaliere Nicolas Cavaliere 12 février 20:40

          @Clocel

          C’est marrant ce commentaire sur Proust, j’avais acquis ce gros Quarto avec toute la Recherche dedans, croyant thésauriser pour un certain jour, et il est encore dans son cellophane, ça va faire trois ans. J’ai préféré me gaver de Montaigne dans la même collection. Il y avait quelque chose d’intimidant dans le Proust en soi, d’un peu pompeux, de très long surtout, vous venez de mettre le dernier clou dans le cercueil de mes attentes. Faudrait que je fasse don de ça à la bibliothèque locale...


        • eau-mission eau-pression 12 février 21:35

          @Clocel

          Le silicium pourrait bien obliger les impuretés à une remigration. A voir avec les fondeurs combien de temps ça prendra.

          Sinon, dans la dernière livraison de S.Despot il y a un passage pile poil sur ce sujet (pourquoi cette manie transhumaniste chez les coeurs secs).


        • In Bruges In Bruges 12 février 09:55

          Pas mal.

          Pas de honte à être écrit-vain.

          Et puis le vent,ça va avec la nuit, le tout c’est de répartir les rôles...

          https://www.youtube.com/watch?v=y0m4B0kKfW4


          • Lynwec 12 février 09:58

            Le poids de l’âme importe peu en fait.

            De la même manière qu’il n’y a pas à craindre la mort, il n’y a pas à craindre la vie. Les deux sont à envisager sous l’angle d’une expérience destinée à nous faire connaître toutes les possibilités qui s’offrent à nous en matière de choix et nous amener à en faire finalement un.

            L’individualité est sans doute un leurre et la cause de tout le mal qui nous entoure. Réduisez ou supprimez l’ego et il n’y aura plus de misère puisque vous considérerez l’autre comme vous-même (le quart d’heure philosophico-mystique...).


            • Nicolas Cavaliere Nicolas Cavaliere 12 février 20:46

              @Lynwec

              L’individualité n’est pas un leurre, elle est dissimulée sous la conformité du langage qui permet ensuite d’étendre d’autres conformités à la fois pour l’individualité et pour la collectivité. Plus il y a de langages, plus l’individualité peut s’exprimer. En ça, l’orthographe et la grammaire sont des abominations qu’il pho daitruyre 2 souitte !


            • alinea alinea 12 février 21:38

              "L’âme s’exprime dans un langage commun, le corps s’anime dans un mouvement qui n’appartient qu’à lui, qui constitue son propre langage, dessine sa propre individualité, "

              j’aime bien ça, le reste aussi, mais ça, je l’ai capté !


              • Mellipheme Mellipheme 13 février 18:20

                Vous écrivez : "le langage qui s’approcherait le plus de ce qu’est un corps ne dirait que des perceptions et ne concevrait rien.

                "

                Mais serait-ce encore un langage humain ? Le propre de l’Homme n’est-il pas de concevoir ?

                La nuit, au large loin des lumières des villes, je contemple la voute céleste. Je conçois alors le Tao, le souffle primitif, l’unité du Tout, le réseau illimité des interdépendances. Certes, le corps vibre mais l’esprit est là qui travaille.

                ----

                Cela dit, merci pour votre beau texte poétique !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité