• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Des expositions et une BD pour tout savoir sur la pire « serial killeuse » (...)

Des expositions et une BD pour tout savoir sur la pire « serial killeuse » de France

Combien de femmes, d’hommes, d’enfants, et même de curés, Hélène Jégado a-t-elle fait passer de vie à trépas en mijotant ses soupes à l’arsenic dans les différentes maisons où elle a été employée ? Nul ne le sait avec exactitude. Mais le nombre le plus souvent retenu, au-delà des 37 victimes avérées, est une soixantaine de personnes, y compris quelques membres de sa propre famille. Certains évoquent même une centaine de victimes ! Plusieurs expositions sont, ou vont être, consacrées en Ille-et-Vilaine au parcours criminel de la plus grande tueuse en série qui ait sévi dans notre pays…

JPEG - 181.8 ko
La BD de Keraval et Monnerais

Le 26 octobre 2017, je publiais sur cette empoisonneuse bretonne, née en 1803 dans une modeste famille de paysans morbihannais, un article – Moi, Hélène Jégado, cuisinière et tueuse en série – dans lequel un dénommé Fergus, gazetier rennais, recueillait le 25 février 1852 la parole de cette criminelle multirécidiviste la veille de sa décapitation dans la métropole bretonne sur l’échafaud du Champ de Mars. Une sorte de confession – évidemment apocryphe – dans laquelle la cuisinière incarcérée ne révélait pourtant pas la totalité de ses forfaits à la mort-aux-rats. Mais Hélène Jégado ne pouvait éluder le fait que, dans tous les lieux où elle était passée, elle avait assaisonné d’arsenic les soupes de tout ou partie des personnes habitant les maisons où elle était employée, en laissant derrière elle une longue litanie de cadavres.

D’aucuns ont affirmé que cette femme simple, devenue experte du « bouillon d’onze heures », y avait été poussée par une pulsion meurtrière qui semblait l’avoir habitée dès son enfance. Certains ont même vu dans ce parcours assassin d’une implacable et glaçante froideur une identification pathologique d’Hélène Jégado à l’Ankou. Il est vrai que cette effrayante personnification de la Mort était omniprésente dans les croyances du temps et sur les sculptures des enclos paroissiaux, notamment en Basse-Bretagne. Il est vrai également que la mère de la gamine brandissait fréquemment cet Ankou comme une menace pour maintenir Hélène et sa fratrie dans la crainte de Dieu. Une petite fille aurait été terrifiée à moins. De là à avoir l’esprit durablement perverti, au point de tuer, de tuer encore, de tuer toujours avec autant de détermination que d’application… C’est pourtant ce qui semble s’être passé. Avec, à la clé, une curiosité : Hélène Jégado étant une psychopathe collectionneuse, elle avait tenu à garder un souvenir de chacun de ses assassinats, ou du moins de la plupart de ceux qui avaient débouché sur un trépas. Étonnant personnage ! Quel qu’ait pu être son réel profil psychologique, cette redoutable tueuse en série a été et reste une fascinante criminelle qui n’a sans doute pas fini de susciter des interrogations.

Tout ce qui figure dans ce texte est à retrouver, en beaucoup plus détaillé et enrichi de nombreuses gravures et de reproduction des documents d’époque, dans la superbe exposition « Hélène Jégado : un bol d’arsenic ? » qui se tient aux Archives départementales de Rennes* jusqu’au 10 janvier 2020. Un évènement à ne pas manquer pour tous ceux qui résident ou séjournent momentanément dans la région, tant le travail accompli par les responsables des Archives et de la conservation du Patrimoine d’Ille-et-Vilaine est remarquable. L’exposition est d’autant plus attractive que ces personnes – Claude Jeay, Éric Joret et Marion Ferrer – ont eu la bonne idée de la concevoir en mêlant les fac-similés de documents d’origine, telles des pièces de l’instruction et du procès, à des planches de dessins extraits de la bande dessinée en deux tomes Arsenic consacrée à Hélène Jégado en 2017 par l’auteur Olivier Keraval et le dessinateur Luc Monnerais**. Quelques éléments de scénographie ainsi que des reconstitutions sculptées de la tête des principaux protagonistes du procès complètent l’espace d’exposition. Autre point intéressant : l’un des panneaux est consacré aux méthodes de médecine légale de l’époque et notamment aux travaux du professeur Faustino Malaguti sur le cas d’Hélène Jégado. Un autre retrace l’histoire de la « cuisine à l’arsenic » longtemps associée à la marquise de Brinvlliers. Un troisième situe le procès et l’exécution dans le contexte politique de l’époque, dominé par le Coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte. Au total : 16 panneaux, tous d’un grand intérêt.

Une autre exposition, basée sur les mêmes éléments et mise en scène autour du bureau reconstitué de Me Dorange, l’avocat d’Hélène Jégado, sera visible au Centre d’Animation Salvador Allende de Saint-Malo jusqu’au 5 novembre 2019 en marge du festival de BD Quai des Bulles. Les amateurs de nature sauvage et de bol d’air iodé pourront même voir une 3e exposition sur Hélène Jégado dans le superbe cadre du sémaphore de la Pointe du Grouin du 21 au 25 octobre 2019.

Pour mémoire, rappelons que l’histoire d’Hélène Jégado a inspiré à l’écrivain Jean Teulé une biographie romancée intitulée Fleur de Tonnerre (Julliard, 2013). Un film éponyme a été réalisé en 2017 par Stéphanie Pillonca-Kervern avec l’actrice Déborah François dans le rôle de la Jégado, alias « Fleur de Tonnerre ». Quant aux deux tomes de la BD ArsenicAscension vers l’échafaud et L’ombre de la décapitée –, ils viennent d’être regroupés par Keraval et Monnerais dans un ouvrage unique comportant 110 planches de dessins auxquelles s’ajoutent 10 pages documentaires ; cette BD, publiée par l’éditeur finistérien Locus Solus, est intitulée La Jégado, tueuse à l’Arsenic. Une histoire à déguster sans modération, au contraire des soupes de cet effroyable Ankou en coiffe de coton et robe de laine*** ! 

1 rue Jacques Léonard – 35 000 Rennes (bus lignes C4 et 14, arrêt Préfecture)

** En marge de cette exposition, l’on peut voir en vidéo une interview d’une quinzaine de minutes dans laquelle les deux créateurs de la BD « Arsenic » exposent la démarche qu’ils ont suivie.

*** Plus probablement en « milaine » (mélange de laine et de lin) ou en « berlingue » (mélange de laine et de chanvre).

 

JPEG - 1.7 Mo
Exposition : le 7e panneau
JPEG - 727 ko
La complainte d’Hélène Jégado

Moyenne des avis sur cet article :  2.83/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 16 octobre 09:30

    Bonjour à tous

    Une reconstitution du procès d’Hélène Jégado a eu lieu le 4 octobre dans la salle des Assises du Parlement de Bretagne. Les rôles étaient tenus par des magistrats, des avocats et des étudiants en droit dans le cadre des Journées du Droit. Les jurés ont été tirés au sort dans le public. Cette reconstitution de 1 h 29 est visible, pour ceux qui le souhaitent, sur le site des Archives départementales d’Ille-et-Vilaine : lien.


    • exol 16 octobre 09:38

      @Fergus
      « La vieillesse est un naufrage » c’est dur de faire des n’articles toutes les semaines quand les petites cellules grises dégénèrent inexorablement .


    • Fergus Fergus 16 octobre 09:43

      Bonjour, exol

      Ce qui est dur, c’est de constater effectivement ce « naufrage » qui vous frappe. En être réduit à troller pour exister n’est pas le signe d’une grande santé intellectuelle.

      Soyez assuré de ma compassion, tout comme les autres trolls qui semblent aujourd’hui s’être donné rendez-vous. 


    • CLOJAC CLOJAC 17 octobre 01:08

      @Fergus

      On lui impute 97 assassinats mais elle a été condamnée pour 5 « seulement » les autres étant prescrits. Si le compte est juste, il a fallu qu’elle ait la « malchance » d’atterrir chez un pénaliste pour qu’il flaire le pot aux roses. 

      Encore heureux que la Jégado ait conservé des trophées de ses victimes, ce qui a forcé l’intime conviction des jurés, car objectivement il n’y avait pas de preuves matérielles contre elle. Le fait de retrouver de l’arsenic dans les viscères des dernières victimes ne prouvait rien, car comme cela a été démontré au procès Marie Besnard un siècle plus tard, en ce temps là l’arsenic était couramment utilisé par les apothicaires dans des pommades et des onguents contre les maladies de peau, les douleurs musculaires et l’impuissance. On en préconisait aussi l’usage contre la syphilis. Et sa saveur amère pouvait être aisément masquée par la soupe ou le breuvage dans lequel il était dissous.

      De nos jours, ce ne serait plus possible, on y ajoute une substance qui lui donne une couleur et une odeur putride quand on le dissout dans un liquide. Évidemment on ne disposait pas du spectromètres de masse pour déterminer l’époque et la durée de l’absorption selon le dosage observé dans les ongles ou les cheveux.

      En outre, les symptômes de l’empoisonnement nausées, céphalées, diarrhées, crampes, convulsions sont ceux d’autres maladies, y compris le choléra, dans un monde rural où l’espérance de vie n’était pas très élevée.

      Reste la question sans réponse des mobiles : Vengeance ? Ses employeurs la traitaient plutôt bien. Jalousie d’être une pauvresse chez tous ces riches ? Mais pourquoi s’en prendre à d’autres domestiques ? En plus, on la disait très pieuse, elle ne ratait pas une messe... Avant d’empoisonner des bonnes sœurs et des curés.

      Son avocat était-il dans le vrai en plaisant la folie ? Amha, il ressort des éléments dont on dispose qu’on avait affaire à une variété de sociopathe, la criminelle compulsive, consciente de ce qu’elle faisait et assez perverse pour s’en délecter, donc accessible à une sanction pénale.


    • troletbuse troletbuse 16 octobre 09:31

      Et nos 3 derniers présidents (e) battent tous les records : Attentats, suicides, guerres. Mais chuuuut


      • Fergus Fergus 16 octobre 09:45

        Bonjour, troletbuse

        Ce n’est pas le sujet. Et citez moi un président de grande nation, présent ou passé, qui soit exempt de reproches aux plans social et géopolitique !


      • troletbuse troletbuse 16 octobre 10:01

        @Fergus
        Et citez moi un président

        Ce n’est pas le sujet, Fergus  smiley  smiley smiley
        Le vrai sujet, c’est Micron


      • exol 16 octobre 18:52

        Tain çà caviarde sec chez Fergie , déjà qu’il n’y avait pas beaucoup de coms !!!!


      • Fergus Fergus 16 octobre 19:06

        @ exol

        Le nombre de commentaires n’est qu’un indicateur parmi d’autres. A la limite une curiosité dans la mesure où il y a de médiocres articles qui sont beaucoup commentés et d’excellents qui le sont peu. Et vice versa, naturellement. smiley


      • exol 16 octobre 20:38

        @Fergus
        Le tout est de savoir quels sont les bons articles et surtout par qui ils sont jugés comme tel . Encore une fois la majorité n’est peut être pas rationelle , mais elle prévaut sur l’avis de la minorité , c’est ce qui fait un succés ou un flop.


      • Laconique Laconique 16 octobre 20:07

        I think that From hell was a very famous comics about a serial killer. They even made a movie.


        • Fergus Fergus 16 octobre 22:58

          Bonsoir, Laconique

          La BD semble avoir meilleure réputation que le film qui en a été tiré. 
          Personnellement, je n’ai pas lu la première ni vu le second.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès