• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Désolé pour la moquette » trop belle pour Bertrand Blier

« Désolé pour la moquette » trop belle pour Bertrand Blier

Que Bertrand Blier ait fumé la moquette jusqu’au non sens ou qu’a contrario sa pièce passe à la postérité, il est manifeste que le duo Boyer-Duperey exalte le plaisir de jouer comme si les deux comédiennes flirtaient avec l’apothéose de leur art.

Et pourtant le metteur en scène prétend ne pas aimer le théâtre, en tout cas celui auquel il est convié.

Alors, décidant de rompre avec les règles tacites ou non, l’auteur installe sur la scène du théâtre Antoine, cinq personnages en quête de leur mentor… charge à eux de vider leur sac avec ses mots à lui.

Dès lors, va se créer un véritable clivage au sein du public décidant ce qui du réalisme ou de la transgression devra être privilégié.

Si les signes extérieurs de la bourgeoisie devaient se symboliser en une moquette destinée à recouvrir les trottoirs urbains, la fracture sociale se résoudrait en un continuum indifférencié où, de manière ludique, les rôles pourraient se substituer.

Animées à la fois par un esprit potache ainsi que par la jubilation de pousser le bouchon, un chouia plus loin que les limites de la veille, Anny Duperey, la bourge et Myriam Boyer, la clodo vont s’en donner à cœur joie de renverser les valeurs, les a priori, les codes sociaux… en même temps que leurs oripeaux.

Ainsi, sans crier gare, vont joyeusement se mélanger la scatologie et la poésie, l’obscénité et le surréalisme…

Trois partenaires masculins (Patrick Préjean, Abbès Bahmani & Jean Barney) vont donc les rejoindre en se partageant les répliques cinglantes à de telles divagations sur l’état du monde, son inhumanité, son désordre moral et affectif.

Renonçant à attendre davantage Godot ou quelque messie que ce soit, le mythe du « clochard céleste » va venir faire écran avec tous les vains espoirs terrestres au profit d’une implosion des inhibitions et autres tabous.

Que Myriam et Anny prennent leur pied, en direct live, dans ou sur la moquette, désolé pour tous les bien-pensants, mais çà aussi c’est du théâtre, du vrai de vrai !…

A l’instar de Thomas Bernhard, Bertrand Blier a osé lâcher sa verve et son ressentiment jusqu’au clash avec l’intelligentsia…. Un véritable tapis de roses rouges et d’épines iconoclastes s’offre, désormais, en perspective… trop belle pour lui ?

photos © Gilles Bureau 

DESOLE POUR LA MOQUETTE - ***. Theothea.com - de & par Bertrand Blier - avec Myriam Boyer, Anny Duperey, Patrick Prejean, Abbès Zahmani & Jean Barney - Théâtre Antoine

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires