• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Deux mensonges et une vérité » bien orchestrés par Jean-Luc Moreau au (...)

« Deux mensonges et une vérité » bien orchestrés par Jean-Luc Moreau au Rive Gauche

Heureusement qu’après plus d’un mois de représentations, le bouche à oreille ayant fonctionné à plein régime et qu’ainsi en jauge pléthorique, se retrouvant spectateur lambda placé, au hasard d’une « répartition aléatoire », en fond de salle du Rive Gauche, survient au dernier instant une bonne fée qui nous convie à rejoindre le second rang des fauteuils face à la scène prête à s’enflammer de verve rhétorique et d’argumentation partiale autour de deux mensonges et une vérité. 

 

JPEG - 67.8 ko
DEUX MENSONGES ET UNE VERITE
© Fabienne Rappeneau

  

Il est alors indéniable que, situé en cette nouvelle place, l’observateur candide va pouvoir apprécier, à sa juste mesure, le savoir-faire de comédiens autant exaltés qu’en pleine maîtrise les conduisant à transgresser les règles d’un statu quo à imploser.

Si la bonne conduite d’un couple modèle consistait à ne jamais faire de vagues avec la destinée et, par conséquent, à perdurer au fil de la connaissance approfondie du conjoint jusqu’à parvenir à tout savoir de lui en anticipant même ses désirs, goûts et réactions face à n’importe quel imprévu, il est quasiment sûr qu’au 27ème anniversaire de leur mariage, l’ordonnancement pourrait en être réglé comme du papier à musique et aboutir, par exemple, à ce que les cadeaux respectifs soient devinés de part et d’autre en pleine réussite garantie.

 

JPEG - 64 ko
DEUX MENSONGES ET UNE VERITE
© Fabienne Rappeneau

   

Cependant est-ce véritablement un objectif enviable que d’être ainsi copie conforme au regard et à l’entendement du partenaire ? Devrait-on se réjouir d’être ainsi en position de transparence tellement convenue que plus aucune surprise puisse atteindre la stabilité et l’équilibre d’un duo ainsi soudé à jamais par l’anticipation absolue de toute initiative spontanée ?

Voilà bien l’enjeu de cette pièce écrite précisément à quatre mains par Sébastien Blanc et Nicolas Poiret qui, sans que nous ayons connaissance spécifique de leurs méthodes d’accouchement en comédie, ont dû, à tout le moins, jubiler de satisfaction en voyant peu à peu apparaître le scénario contrarié du si grand Amour « parfait » réunissant Philippe (Lionnel Astier) et Catherine (Raphaëline Goupilleau).

 

JPEG - 63.7 ko
DEUX MENSONGES ET UNE VERITE
© Fabienne Rappeneau

   

En effet, incarnant paradoxalement sur l’affiche illustrative du spectacle les deux cases du mensonge, celle de la vérité revient à leur ami commun Edouard (Frédéric Bouraly) en charge d’arbitrer a posteriori le jeu stupide éponyme qui serait venu les séparer au moment même où ces réjouissances annuelles auraient dû rassembler de nouveau les deux tourtereaux festifs.

A vrai dire, leur point de vue diverge complètement au sujet de leur transparence réciproque ; Raphaëline pense que rien n’est jamais acquis et que le conjoint est toujours susceptible de faillir dans son interprétation des intentions de son « alter ego ». A l’inverse Philippe défend la thèse du « tout est écrit d’avance » qu’on le veuille ou non.

 

JPEG - 69 ko
DEUX MENSONGES ET UNE VERITE
© Fabienne Rappeneau

  

A un détail près, car c’est avant tout en avocat (professionnel de la profession) qu’il argumente, convaincu à 100% de la thèse qu’il prend ainsi en défense mais dont le spectateur se doutera peu à peu qu’il pourrait, en excellent maître du barreau, argumenter la thèse exactement inverse…. avec bien entendu le même brio.

Et ce dernier est vraiment le juste mot car, en fin de représentation, littéralement emporté par la cause, les spectateurs assistent à la caricature d’une plaidoirie à charge tout azimut qui, à elle seule, peut effectivement remplir, chaque soir, la salle du Rive Gauche : Un véritable moment d’anthologie qui, vu du 2ème rang de l’orchestre, pourrait « subjectivement » prétendre à tous les Molières.

Trois autres comédiens renforcent la dialectique de ce débat en opposant une sorte de distanciation humoristique agissant en contrepoint des principes radicaux exposés frontalement. Investis de convivialité amusée, ils apportent une déstabilisation relative à toutes les certitudes fallacieuses.

 

JPEG - 66.8 ko
DEUX MENSONGES ET UNE VERITE
© Theothea.com

  

Jean-Luc Moreau, en maître d’œuvre relationnel, excelle comme d’accoutumé à extraire la vulnérabilité humaine prise à son propre jeu des cyclones sociétaux.

Le Rive Gauche tient, en cette perspective de systématisation du couple, l’un des grands succès de la saison 17-18, mais les comédiens ont intérêt sanitaire à bien canaliser leur énergie car celle-ci est sollicitée au plus haut point.

   
photos 1 à 4 © Fabienne Rappeneau
photos 5 à 6 © Theothea.com  
   
DEUX MENSONGES ET UNE VERITE - ***. Theothea.com - de Sébastien Blanc & Nicolas Poiret - mise en scène Jean-Luc Moreau - avec Lionnel Astier, Raphaëline Goupilleau, Frédéric Bouraly, Philippe Maymat, Esther Moreau & Julien Kirshe - Théâtre Rive Gauche

 

JPEG - 70.1 ko
DEUX MENSONGES ET UNE VERITE
© Theothea.com

     


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès